Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes








télécharger 308.28 Kb.
titreMatière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes
page1/11
date de publication29.01.2017
taille308.28 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > Biología > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11
HISTOLOGIE
I) GENERALITES
1) Définition
Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes structures.
2) Histoire résumée de l’histologie


  • GALILEE en 1614 : lentilles sur la lunette astronomique.

  • DREBBEL en 160 : mise au point du premier microscope.

  • MALPIGHI en 1661 : le père de la microscopie anatomique ; découverte des capillaires sanguins au niveau des poumons.

  • HOOKE en 1665 : dessin d’une coupe fine d’un fragment de liège.

  • LEEUWENHOEK en 1674 : découvre le globule rouge et en 1681, découverte des bactéries dans la cavité buccale ainsi que la conjugaison bactérienne et la présence de spermatozoïdes dans la semence des insectes.

  • FONTANA en 1765 : découverte du noyau au niveau des cellules épithéliales de la peau d’une anguille.

  • VON HALLER en 1757 : description des fibres conjonctive, musculaire et nerveuse.

  • BICHAT en 1801 : père de l’histologie : identification de 21 tissus différents.


3) Les tissus sont formés de cellules


  • DUTROCHET (1824) et RASPAIL (1825) : les pères de la théorie cellulaire.

  • SCHLEIDEN et SCHWANN en 1838-1839 énonce que l’ensemble des tissus vivants qu’ils soient d’origine végétale ou animale sont formées d’unités vivantes appelées cellules.

  • ECOLE DE BRESLAU : VALENTIN et PURKYNE (1833-1837) : invention du microtome et de méthodes d’identifications. Valentin montre l’homologie entre les cellules animales et végétales.

  • HENLE en 1837 : description des épithéliums qu’il identifie comme formés de cellules possédant un noyau et un nucléole.

  • HOFMEISTER (1848) : libraire de 24 ans qui découvre les différentes phases de la mitose chez les végétaux.


4) Histologie et pathologie
La pathologie est la matière qui traite de l’étude des maladies.


  • MARCO AURELIO SEVERINO (1632) : père de la pathologie clinique.

  • REMAK (1852) et VIRCHOW (1858) : étude des tumeurs.


II) LE TISSU EPITHELIAL
A) Généralités
a) Origine du terme épithélium
Ce terme vient du Grec epi qui signifie au-dessus et thele qui signifie mamelon. Un épithélium est un feuillet continu formé d’une ou plusieurs couches de cellules reposant sur une lame basale.
b) Deux grandes catégories de tissu épithélial


  • Epithélium de revêtement (des surfaces sèches et des surfaces humides)

  • Epithélium glandulaire.


c) Fonctions des membranes épithéliales


  • Protection

  • Absorption

  • Sécrétion


d) Caractéristiques générales des membranes épithéliales


  • Avasculaire.

  • Repose toujours sur une lame basale.

  • Renouvellement

  • Apoptose


e) Epithélium simple et stratifié


  • Epithélium simple = formé d’une seule assise de cellules.

  • Epithélium stratifié = formé de plusieurs assises superposées. Les cellules sont formées à partir d’une assise génératrice.


f) Endothélium
L’endothélium est un épithélium simple pavimenteux qui borde la lumière des vaisseaux sanguins et lymphatiques.
g) Mésothélium
Le mésothélium est un épithélium simple pavimenteux qui borde des les cavités péritonéale, péricardique et pleurale.
B) Les épithéliums de revêtements
1) Epithélium simple : classification


  • Epithélium pavimenteux

  • Epithélium cubique

  • Epithélium prismatique : peut avoir un rôle protecteur ou un rôle mixte (ex : épithélium de l’estomac avec les cellules caliciformes et les anthérocytes).


Remarque : les cytokératines sont les marqueurs spécifiques des cellules épithéliales.
2) Comment les cellules forment une barrière continue ?
a) Les complexes de jonction


  • Zonula occludens : jonction serrée.

  • Zonula adhaerens : jonction d’adhérence.

  • Macula adhaerens : desmosome.

  • Hémidesmosome.


Les molécules d’adhérence cellulaires sont les cadhérines qui permettent des liaisons homophiliques calcium dépendante et les CAM de la superfamille des immunoglobines qui sont calcium indépendante.
b) Les jonctions communicantes : les nexus
On les appelle également les jonctions lacunaires : ce sont des jonctions entre deux cellules, se présentant sous la forme de pores permettant le passage de molécules de poids moléculaires inférieur à 1500 Da. Un connexon est composé de 6 molécules de connexines et deux connexons forment un canal.
c) Digitation des membranes cellulaires
La membrane d’une cellule présente des replis qui vont lui permettre de s’emboiter avec la cellule voisine.
d) Jonctions cellulaires, domaines cellulaires et spécialisation structurale : la polarité.


  • Membrane apicale

  • Membrane latérale

  • Membrane latéro-basale

  • Membrane basale


La membrane apicale peut présenter :

  • Microvillosités : expansions cytoplasmiques cylindriques limitées par une membrane plasmique apicale jouant un rôle dans les phénomènes d’absorption. Ex : duodénum.

  • Cils : expansions cytoplasmiques mobiles douées de mouvement ondulant. Ex : trachée.

  • Stéréocils : expansions cytoplasmiques immobiles qui s’agglutinent par touffes à la surface de certains épithéliums. Ex : épididyme.

  • Cuticule : accumulation de produits sécrétés par des cellules épithéliales et se déposant à la surface des cellules. Ex : émail.


La membrane basale repose sur la lame basale.

3) Epithélium prismatique pseudostratifié
C’est un épithélium formé d’une seule assise de cellules de différentes tailles. Les petites n’atteignent pas la surface apicale ce qui donne cet aspect stratifié.

Ex : épithélium de l’appareil respiratoire et l’épithélium de l’épididyme.
4) Epithélium stratifié des surfaces humides
a) Epithélium stratifié pavimenteux non kératinisé
Il y a une assise génératrice qui donne naissance aux cellules polyédriques qui deviennent pavimenteuses mais ne se kératinisent pas. Répartition de l’eau à la surface.

Ex : œsophage, vagin.
b) Epithélium prismatique ou cubique stratifié
Formé de deux assises de cellules prismatiques

Ex : canaux sécréteurs des glandes exocrines.
c) Epithélium transitionnel stratifié
Ce sont des couches de cellules polyédriques. La couche qui borde la lumière possède une surface apicale arrondie qui peut s’aplatir.

Ex : vessie.
5) Epithéliums stratifiés des surfaces sèches
a) Epiderme de la peau
Constitué par une assise génératrice : ce sont des cellules cubiques qui se divisent et donnent une couche spinocellulaire au dessus. Les cellules polyédriques ont des prolongements cytoplasmiques associés entre elle par des desmosomes. Il peut y avoir jusqu’à 10 couches : plus on s’éloigne, plus les cellules s’aplatissent et possèdent un grain de kératohyaline. Au final, il y a une couche de cellules mortes qui est cornée et riche en cellules de kératine.
b) Les mélanocytes
Ce sont les cellules responsables de la couleur de la peau. Elles sécrètent la mélanine qui est captées par les cellules cubiques. La couleur de la peau ne dépend que de la quantité de mélanine produite par les mélanocytes.
c) Les cellules dendritiques de Langerhans
Ce sont des cellules présentatrices d’antigène à des lymphocytes T, localisées dans le derme de la peau et participant au développement des réponses immunitaires primaires.
6) Epithélium sensitif et sensoriel
Ex : épithélium olfactif.
C) Les épithéliums glandulaires
1) Classification


  • Glande exocrine

  • Glande endocrine

  • Glande mixte ou amphicrine.


2) Les glandes exocrines
Elles sont composées d’un canal excréteur et d’une unité sécrétoire. Il existe différents modes de classification :
a) Basé sur l’agencement des cellules de l’unité sécrétoire
Tubulaire, tubulaire contournée, acineuse, acineuse ramifiée, tubulaire ramifiée et tubulo-acineuse.
b) Basé sur la forme des canaux excréteurs


  • Glande simple, qui ne possède qu’un unique canal.

  • Glande composée, où il y a une ramification du canal principal qui se termine par une alvéole. Ex : glande mammaire.


c) Cellules glandulaires dispersées ou groupées au sein d’un épithélium de revêtement


  • Ex : cellule caliciforme qui sont dispersée dans l’épithélium de l’estomac.

  • Ex : glandes para-urétrales.


d) Basé selon le mode sécrétoire des glandes


  • Glande apocrine : mode de sécrétion dans laquelle apicale de la membrane cellulaire englobe le produit, puis se rompt. Ex : glande mammaire.

  • Glande mérocrine : mode de sécrétion dans laquelle les cellules sécrétantes restent intactes au cours de la décharge des produits de sécrétion. Ex : cellule caliciforme.

  • Glande holocrine : mode de sécrétion dans laquelle l’ensemble de la cellule après sa désintégration est expulsée hors de la glande. Ex : le sébum.


e) Basé selon la nature des produits de sécrétion


  • Glande séreuse. Ex : glande parotide.

  • Glande muqueuse. Ex : glande sublinguale.

  • Glande mixte.


f) Les cellules myoépithéliales
Ce sont des cellules rencontrées dans les glandes salivaires ou dans les glandes mammaires qui enserrent la cellule sécrétrice. Son rôle est d’aider à la sécrétion par contraction des myofibrilles.

3) Les glandes endocrines
a) Stockage intracellulaire : glandes productrices de stéroïdes.


  • Nature protéique. Ex : insuline.

  • Nature lipidique. Ex : le cortisol.


Les hormones stéroïdes sont des hormones de structure semblable ayant comme origine le cholestérol.
b) Stockage extracellulaire : le follicule thyroïdien.
C’est un épithélium simple fermé en balle ou sont stocké les produits de sécrétion : le colloïde qui est un précurseur des hormones thyroïdiennes.
4) Les glandes amphicrines
Ex : le pancréas. Les îlots de Langerhans sécrètent l’insuline et le glucagon tandis que les acini séreux sécrètent les enzymes digestives.
III) LE TISSU CONJONCTIF
A) Introduction
1) Définition
C’est un tissu élémentaire spécialisé riche en matrice extracellulaire qi sert de support structural et métabolique pour les organes et tissus du corps. On l’appelle aussi lamina propria, voire chorion.
2) Composition
Contient des cellules appelées fibroblastes qui peuvent se transformer en fibrocytes. Ces cellules produisent la matrice extracellulaire (= n’importe quel matériau fabriqué par les cellules et sécrété dans le milieu environnant, mais s’appliquant habituellement à la partie non cellulaire des tissus animaux).
3) Les trois principaux types de tissu conjonctif


  • Dense : peu de cellules, beaucoup de matrice extracellulaire. Ex : Os, cartilage.

  • Lâche ou fibreux : autant de cellules que de matrice.

  • Hématopoïétique : peu de cellules ; à l’origine de l’hématopoïèse.


B) Le tissu conjonctif lâche fibreux
1) Définition
Les substances intercellulaires sont organisées de telle sorte que le tissu est flexible et puisse être tiré dans toutes les directions sans s’endommager.

2) Les fonction du tissu conjonctif lâche


  • Assure la cohésion cellulaire et des tissus

  • Protection contre les agents extérieurs

  • Transmission de substances nutritives aux cellules épithéliales.


3) La matrice extracellulaire
a) Les différentes sortes de fibres
Collagène

C’est une protéine de structure très riche en glycine (30%), proline, hydroxyproline, lysine et hydroxylysine. Résulte de l’auto-organisation tridimensionnelle de molécules de taille plus petite appelées tropocollagène. Ce tropocollagène est formé de trois chaines polypeptidiques de conformation en hélice α qui s’organisent en superhélice.
Réticuline

Constituant protéique des fibres de réticuline (collagène III) qui forme un réseau avec la lame basale.
Elastine

Glycoprotéine constituant les fibres élastiques. Elle est riche en glycine (30%) et en proline qui confère les propriétés élastiques des tissus élastiques des vertébrés.
b) La composante amorphe de la substance intercellulaire : la substance fondamentale
Protéoglycannes

Molécules de haut poids moléculaire formées d’un cœur protéique le long duquel se greffent latéralement des chaînes de glycosaminoglycannes sulfatés. Ils sont reliés à des acides hyaluroniques.
Glycosaminoglycannes

Polymères de disaccharides acides contenant des sucres aminés. Ces derniers sont généralement sulfatés.
c) Les glycoprotéines d’adhérence cellulaire
Fibronectine

Dimère glycoprotéique qui apparaît sous une forme fibrillaire dans la matrice ou sous une forme soluble dans le plasma. Elle se lie aux collagènes de type I, II, II et aux Protéoglycannes, mais aussi aux intégrines.
Laminine

Hétérotrimère glycoprotéique en forme de croix localisé au niveau de la lame basale et possédant des domaines de liaison pour les intégrines, pour l’entactine et pour l’héparanne sulfate.

d) Les récepteurs cellulaires de la matrice extracellulaire
Intégrine

Famille de glycoprotéines transmembranaires formées de deux sous-unités α et β et ayant la propriété de se fixer, à la fois, à de nombreuses molécules d’adhérence cellulaire dans la matrice et au cytosquelette.
Syndécans

Famille de Protéoglycannes transmembranaires dont le cœur protéique traverse la membrane cellulaire et sur lequel se greffe du côté extracellulaire de l’héparanne sulfate. Il se lie à la fibronectine et au collagène. Du côté cytoplasmique, le syndécan s’associe à l’actine du cytosquelette.
e) La lame basale
Matrice extracellulaire localisée sous les cellules épithéliales. Le collagène de type IV forme un réseau. Son rôle est de soutenir et d’assurer la cohésion tout en faisant barrière de diffusion (O2, glucose).
f) Dégradation contrôlée : le remodelage tissulaire
Ce rôle est assuré par les métalloprotéinases ; c’est l’ensemble des enzymes intervenant dans la dégradation de la matrice extracellulaire.

  • Stromélysine → laminine, fibronectine, protéoglycanne

  • Collagénase → collagène I, II et III

  • Gélatinase → élastine, collagène IV

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes iconMatière qui traite de la nature et de la structure microscopique...

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes icon1s cours chimie
«corps» ou «composé» ou «substance» sont utilisés pour désigner un échantillon de matière d’une nature chimique précise. Le sel de...

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes iconProgramme Capacités
Je fais par exemple réagir 5 g d’acide chlorhydrique et 7 g de carbonate de calcium. Après transformation de la matière, vais-je...

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes iconEst traité selon la séquence de réactions suivantes : 1-Donner la structure de B

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes iconCours chimie
«grains» qui composent la matière sont les ils sont si petits que l’on ne peut les voir à l’œil nu mais on peut les observer avec...

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes iconRecherche (à caractère fondamental et appliqué) et entreprises(stages...
«éminents» pour développer avec et dans la structure d’accueil des travaux de recherche et de formation par la recherche, ainsi que...

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes iconSous thème 1-Décrire les états et la constitution de la matière à l’échelle macroscopique
«Les bouteilles en plastique pour les sodas ou eau minérale sont-elles en matière naturelle ?»

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes iconProgramme officiel 4 I le monde microscopique et macroscopique 1...
«entités chimiques» (échelle microscopique) présentes dans les échantillons de matière qu’ils manipulent à l’échelle humaine (échelle...

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes iconI rappels : constituants de la matière au niveau chimique microscopique

Matière qui traite de la nature et de la structure microscopique des tissues et de la matière dont ceux-ci sont organisés pour donner naissance aux différentes iconAndry ( Charles Louis François ). Matière médicale extraite des meilleurs...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com