Les transformations économiques








télécharger 40.58 Kb.
titreLes transformations économiques
date de publication26.10.2017
taille40.58 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > économie > Documentos
Les transformations économiques,

sociales et idéologiques du milieux du 19è à 1939
Introduction :

La période qui dura de 1850 à 1939 fut une période de grands changements économiques et sociaux. On l’appelle les révolutions industrielles (Europe Nord-ouest et Amérique du Nord).
I> les transformations économiques.

1) Les révolutions industrielles

2) Un nouveau système économique : le capitalisme ou moins

3) Croissances et crises
II> Des sociétés profondément transformées.

1) Le dix-neuvième siècle, un siècle d'urbanisation

2) Les puissances de la bourgeoisie

3) Le monde ouvrier
III> De nouvelles idéologies.

1) Le libéralisme économique

2) Le syndicalisme

3) Les socialismes

4) Les conséquences


I> les transformations économiques.
1) Les révolutions industrielles
La première révolution industrielle dura de 1750 à 1870.

Vers 1750, l’Angleterre fit d’importants progrès :

- La fonte au coke. Au bout de quelques années, l’acier devint de meilleure qualité qu’avec le charbon de bois.

- La machine à vapeur fonctionne grâce à un mouvement circulaire utilisé par un piston double effet. La machine va actionner différents métiers, à tisser et à filer, de l’industrie textile.
La seconde révolution industrielle dura de 1870 à 1939, on y vit l’apparition de beaucoup de progrès :

La pile électrique de Volta entraîna le générateurs électriques et la dynamo en 1860. En 1877, l’industrie de l’aluminium dans les alpes françaises.

Thomas Edisson inventa les lampes à incandescence. L’éclairage public fit son apparition, le téléphone, le télégraphe, et les appareils ménagers au début du 19è siècle.

Le pétrole rend possible l’automobile et l’aviation. Le moteur à explosion par Diesel vers 1880- 1890. La France et l’Allemagne eurent un rôle important.

La chimie du chlore et ses applications industrielles et militaires apparurent en 1915.

La photographie par Tournachon en noir et blanc et en couleur par les frères Lumières.
Taylorisme : organisation scientifique du travail.

Fordisme : travail à la chaîne.
Le travail à la chaîne fait que les installations deviennent plus vastes, voir gigantesques.
2) Un nouveau système économique : le capitalisme ou moins
Les moyens de productions sont des propriétés privées, le développement des nouvelles usines coûte cher et les banques ne suffisent plus. Ont organise des collectes de sommes d’argent considérables. Les banques d’affaires apparaissent (Suez,…). Des sociétés anonymes 8 apparaissent.

Avec des actions, ont a le droit de vote à l’Assemblée Générale, et on participe à la redistribution des bénéfices (on nous verse des dividendes).

Une obligation est une part d’emprunt qui est rémunéré à taux fixe.

Contrairement aux sociétés habituelles, les biens personnels des gérants de sociétés anonymes ne peuvent être saisis par les créanciers lors d’une faillite.

Le capital est l’ensemble des biens qui constituent l’entreprise.
Les liaisons verticales : pour assurer les matières premières et les débouchés

Les liaisons horizontales : pour contrôler le marché

Financière : achat d'entreprise avec secteurs d'activités diverses
En Allemagne, les groupes s'appellent des Konzerns.

Aux États-Unis s'appellent des trusts.

Il existe des lois antitrust au nom de la ligue de la concurrence.

Les traces deviennent progressivement des firmes multinationales.
3) Croissances et crises
«Kondratiev » constat de l'économie avec dépression et augmentation

(Voir frise page 15)

Augmentation de la production sur une durée de plus de quinze ans avec modification des moyens de production : croissance.

Si l'augmentation dure moins de cinq ans, on appelle ça une extension.
La dépression économique (depuis 1973) est un ralentissement blanc de la production, donc une augmentation blanc du chômage sur plus de cinq ans.

Quand la baisse dure moins de cinq ans, on appelle ça une crise.
Une récession a lieu lorsque la production recule.
La crise de Wall Street en 1929.
Elle commence par une surproduction (crise de la surproduction) de biens industriels. Ceci entraîne une crise financière. Les pays ont des économies liées après la première mondiale, la crise se transmet donc. Il en résulte : - des faillites, - des chômages massifs (24 % de la population active aux USA, 10 % de la population active en Allemagne).

Le Brésil utilise le café à la place du charbon. En effet le charbon manqué le café est en surproduction. Le commerce mondial a reculé de 30 % en quelques années.

Le creux de la crise est en 1932. La crise se termine en 1938 1939.

Le pour cent sortir le Royaume-Uni développe la livre sterling a fin de relancer la machine économique.

Les USA trouvent comme solution une intervention de l'état : le New Deal.
(Voir document nº 4, page 25)

La solution keynésienne : les banques peuvent se mettre sous la protection de l'état. Celui-ci intervient également dans les travaux, comme la construction du barrage du Tennessee. Cela crée une demande d'emplois, la baisse du chômage et la hausse la production reviennent.

Il en résulte des effets positifs
II> Des sociétés profondément transformées.
1) Le dix-neuvième siècle, un siècle d'urbanisation
Les sociétés deviennent urbanisées de par l'exode rural. Le monde de la ville se met à dominer la société. On note une augmentation de la taille des villes (tableau page 57).

Elles peuvent aller jusqu'à être multiplié par dix. À cause du besoin de main-d'oeuvre due à l'industrialisation en la société de vient plus uniforme à cause de la production de masse.
2) Les puissances de la bourgeoisie
La population active de vient plus industriel. Le niveau de vie devient aisé (confort, chauffage). Un habitat confortable et les moyens de souffrir des loisirs de voyage. Les dépenses importantes apparaissent pour l'éducation des enfants (surtout des garçons). Ils veulent enfer des gestionnaires et des fonctionnaires. Le personnel de l'état est fils de la bourgeoisie.

Les bourgeois ont également un certain culte du travail (réussi des affaires) pour la promotion et donc avoir des loisirs. Les bourgeois sont les banquiers et les négociants.

Péreire (financier de tous les chemins de fer)

De Rotshild (multinationales)

Les 200 familles (les 200 actionnaires de la banque de France) vivent des revenus de leurs capitaux.
Au point de vue industriel :

En France : Peugeot, Renault, André Citroën, Michelin.

En Allemagne : Krupp, Schneider, de Dietrich, de Wendel.
De grands propriétaires fonciers :

Ils investissent dans les terres, et joue un rôle politique dans les départements concernés.
Des commerçants :

-Boucicaut (bon marché)

-Félix Potin (magasins moins chers)

Ils ont des salariés et cherchent à fructifier leur fortune. Ils peuvent soit fers de bonnes affaires, soit être ruiné.
Les hauts fonctionnaires et les professions libérales

Ils sont issus de la bourgeoisie. Les professions libérales sont : les médecins, les notaires, etc.

Ils jouissent de plus de confort, un meilleur travail, et une meilleure éducation.

Les bourgeois veulent être évités avec les nobles.
3) Le monde ouvrier
Ce sont d'anciens paysans. Il n'y a plus de travail à la campagne, ils partent dans les villes. Le se sont également des artisans ruinés, l'artisanat les plus rentables. Ce sont encore anciens ouvriers ou bien des fils d'anciens ouvriers.

Les ouvriers ont un niveau de vie faible qui a tout juste pour acheter l'indispensable.

Les foyers dépensent trois-quarts de leur argent dans la nourriture, le prix des loyers occupe 8,5 % des dépenses. Les vêtements eux, occupent également 8,5 % des dépenses.

Il a fondé loisirs, ni activités. Éducation des enfants est inexistante. Karl Marx a rappelé le monde ouvrier : « le prolétariat », qui ne gagne que juste strict minimum pour pouvoir continuer à travailler.

L'ouvrier n'est pas propriétaire de son habitat. Il le deviendra à partir de 1960.

La maison se compose d'une salle commune qui fait aussi salle de bain et chambre. À l'étage, de chambre parents et enfants. Plus un petit jardin.

Les conditions de travail sont déplorables : les journées de 12 à 15 heures, dans des conditions difficiles. Les usines sont mal aérées : l'atmosphère humide crée des rhumatismes. Les machines sont très dangereuses. Les mines provoquent le grisou, des effondrements de galerie, des inondations et la silicose.
III> De nouvelles idéologies.
L'idéologie est le système d'idées appartenant à un groupe qui est destinés à justifier ces actes, et à déterminer ses systèmes de valeurs.

Trois idéologies apparaissent :

1) Le libéralisme économique
Pour la bourgeoisie, au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et jusqu'à aujourd'hui. Adam Smith était un économiste de la seconde moitié du XVIIIe siècle, il déclara :

- Chaque individu peut être propriétaire (droit de propriété privée)

- Chaque individu doit avoir la liberté d'entreprendre. Il a déterminé la loi de l'offre et de la demande

- Il faut laisser agir librement les lois de l'offre de la demande pour les marchandises électriques.

La loi de l'offre de la demande : beaucoup de demande et des offres insuffisantes, les prix augmentent. Beaucoup d'offres et peu de demande les petits baisse.

Les Anglais et celle de promouvoir le libre-échange dans le monde (concurrence entre les pays).

Dans une économie libérale, l'état doit s'occuper de la stabilité de la monnaie et il doit garantir le respect de la concurrence (loi antitrust). Pour le rachat d'une concurrence une entreprise doit demander à l'état.

Un cartel, au niveau économique, est une entente. Il est également régi par l'état. L'organisation des pays vendeur de pétrole en est un exemple.
2) Le syndicalisme
Un syndicat est une association pour défendre les intérêts des salariés. En 1131 ils veulent ouvrière à Lyon par les canots. Les syndicats débutent en 1858 avec le chartisme Royaume-Uni. Les syndicats sont légalisés en 1825. Apparaît ensuite la «Trade Union Congres »

En France, c'est sous le second empire (1852 -- 1870). On autorise les syndicats à gérer les bourses du travail. En 1864, le syndicat « association international des travailleurs » est autorisé. Pour la France, en 1871, il y a la division de tous les syndicats par « la commune de Paris ». Le gouvernement royaliste a dû reprendre partie par la force. En 1884, les syndicats sont ré autorisés. La CGT apparaît en 1884, puis se divisent vers 1930 pour former le parti communiste (CGTU), et en un autre parti, la CGT.

Ils se rassemblent au début de la guerre pour se rediviser à la fin en CGT et en CGTFO.

D'autres syndicats d'entreprise sont créés, est relié à l'église catholique. (Voir l'encyclique page 44 par la prothèse apparaîtra ensuite en 1916 la CFTC qu'il est divisé en CFTC et en CFDT. Les cheminots et les postiers de la CFDT créent le mouvement sud.

En 1071, en Allemagne, des lois autorisent les syndicats. C'est la manière de Bismarck (premier ministre de l'empire d'Allemagne). Mais à 1878, les syndicats sont dissous. Au même moment, Bismarck fait des avancées sociales (retraite, formation, école, etc.) pour écraser des révoltes possibles.

3) Les socialismes
C’est l'ensemble de doctrines politiques qui veulent améliorer le sort des ouvriers en changeant la société.

Le socialisme utopique : Jean-Baptiste Godin (1817 -- 1888), est un utopiste. Il est issu du milieu ouvrier, il était fondeur. Il investit l'argent de sa dote dans une entreprise de chauffage. Pour fonder son entreprise, il devait savoir lire et écrire il était donc très intelligent. Il fit fortune. Il lit des ouvrages d'utopistes tel Fourrier. Selon Fourrier, l'entreprise doit fonctionner commune démocratie. Il a créé une société idéale. Godin s'inspire de cet homme pour organiser sa coopérative ouvrière de production. Les ouvriers sont propriétaires de l'entreprise, il a gère. Il bénéficie de logements confortables (chauffage central, éclairages gaz, vide ordures), d'assurance-maladie, retraites et invalidités. Se mettent en place des écoles gratuites, laïques et obligatoires. Les crèches et des poteries, des infrastructures de loisirs, des théâtres d'harmonie, c'est pour Godin une nouvelle église. C'est un lieu de rassemblement. Il bénéficie également d'une coopérative d'achat pour avoir des prix sur la nourriture. Il y a une fête annuelle du travail, Godin pense que le travailler la condition du progrès. Jean-Baptiste avec 40 à 50 ans d'avance sur son temps.

Cependant les exclusions des habitants sont plus ou moins justifiées. Nous le patron traite ses ouvriers comme ses enfants (paternaliste) pour que ses ouvriers ils ne se révoltent pas et que l'entreprise prospère.

Le socialisme politique : il le changeait la société en prenant le pouvoir par la politique, il respecte la démocratie (sociaux-démocrates). Saint-Simon était un écrivain socialiste du XIXe siècle. Il pose des questions sur l'habitat des ouvriers.

Marxisme : abolir la société privée, rendre le moyen de production publique, à l'état. Il réclame la révolution violente pour changer la société. Il propose de changer la société grâce à cette violence. Pour Karl Marx histoire se répète. Il faut établir l'égalité des biens en supprimant la propriété privée. Ainsi les hommes auront tous les mêmes revenus. Cela ne peut se faire qu'avec la dictature du prolétariat. Le courant marxisme va être à l'origine de la seconde internationale (sociale) en 1889. Avec la révolution russe, la troisième international est créé (Komintern : 1919 – 1943), formée de parti communiste. En 1928, il y a une scission au sein du communisme. La quatrième international est créé (Trotski).

Une internationale est un mouvement mondial.
Jean Jaurès, socialiste démocrate et le fondateur de la SFIO (section française de l'internationale ouvrière). Jean Jaurès puis Léon Blum pense qu'il faut gagner les élections et faire voter des lois. Ils encouragent à voter pour la SFIO. Le moyen pour changer la société et la démocratie, d'où la création de nombreux parti socialiste : ce sont des sociaux-démocrates.
L'anarchie : il y a oppression de la part des pouvoirs, il faut donc supprimer ce pouvoir. Toute source d'oppression doit être éliminée. Ils ne veulent pas de gouvernement mais seulement la suppression des états. Les anarchistes pensent que le seul moyen est l'utilisation de la force. Ils assassinent en France des présidents de la république. Il y a un courant de tourisme politique en Europe. Ce courant se développe parallèlement au socialisme.
4) Les conséquences
Des rapports sociaux sont tendus : des tensions sociales sont fortes, on a recours à l'armée à la police. Il en résulte des émeutes, et des manifestations nous qui aboutissent à des morts par dizaines. La peur de la révolution m'a forcé les lois sociales dans les démocraties. C'est la formation : les retraites, l'interdiction du travail des enfants, la réglementation de la durée du travail, la réglementation de la sécurité.
(Document numéro un page 44) : à la fin du XIXe siècle, la prise de conscience du monde ouvrier par les sociétés occidentales, par l'église catholique.
Conclusion : le développement industriel commencé au milieu du XVIIIe siècle s'étend et s'amplifie pendant tout le siècle suivant. Vers 1880,1 deuxième révolution industrielle commence et se développe jusqu'à la seconde guerre mondiale. L'économie et la société en sont profondément transformées. De nouveaux sociaux apparaissent, de nouvelles idéologies et de nouvelles tensions marquent la vie politique des états.



similaire:

Les transformations économiques iconTP1 : Transformations lentes et transformations rapides

Les transformations économiques icon2-Dans les pays capitalistes développés, la montée du chômage replace...
«Salaire fixé par voie réglementaire pour garantir aux salariés les plus défavorisés un revenu correspondant au minimum social vital...

Les transformations économiques icon2-Dans les pays capitalistes développés, la montée du chômage replace...
«Salaire fixé par voie réglementaire pour garantir aux salariés les plus défavorisés un revenu correspondant au minimum social vital...

Les transformations économiques icon2-Dans les pays capitalistes développés, la montée du chômage replace...
«Salaire fixé par voie réglementaire pour garantir aux salariés les plus défavorisés un revenu correspondant au minimum social vital...

Les transformations économiques iconChapitre 4 : Les atomes pour comprendre les transformations chimiques

Les transformations économiques iconVariation d’entropie pour les transformations physiques

Les transformations économiques iconChapitre 3 : Les mutations économiques et sociales et leurs

Les transformations économiques iconO Réunir les acteurs économiques et culturels concernés par les débats...

Les transformations économiques iconO Réunir les acteurs économiques et culturels concernés par les débats...

Les transformations économiques iconSe propose d’étudier l’intervention du facteur «temps» dans les transformations chimiques








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com