Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu'un, me le dire aussi








télécharger 420.3 Kb.
titreSi jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu'un, me le dire aussi
page2/6
date de publication24.01.2018
taille420.3 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6

Le 19 février 2011

(4ième courriel)
J'ai fait quelque chose d'indécent. Je m'en veux.

Sérieusement.
J'en revient pas que j'ai fait ça. C'est limite dégeulasse.
J'ai mangé dans le restaurant le plus chic de tout le cambodge. 120$ à deux. Le budget de 3 repas par jour, pour 2 mois pour des touristes. Pour des Cambodgiens, j'ose même pas imaginer.
Un resto avec de l'air climatisé comme c'est pas possible, des drinks à 8$ avec vraiment trop d'alcool dedans. J'étais chaud en maudit, juste après un petit drink fait avec du drambui, (bon certains me diront que c'est un alcool royal et c'est pour ça, et oui, je suis d'accord).
On a pris le menu dégustation avec 7 petits plats des cuisine cambodgienne fusion.

Très bon.

####
Trois jours de fucking visites de temples. Trois jours. C'est comme aller trois jours de file au musée de la nature à Ottawa. Tsé, une fois que t'as vu le gros crisse de dinosaure, t'as pas vraiment le goût d'y retourner, que je me disais.
Je me suis trompé.
Le site des temples proche de Siem Reap, c'est merveilleux. C'est comme aller à la ronde, mais en plus gros. Chaque temple est vraiment différent dans sa construction, y'en a qui sont des labyrinthes, d'autres des montagnes à escalader, d'autres qu'il faut juste marcher

ben longtemps en ligne droite. À l'entrée de CHAQUE temple, il y a un petit marché avec des vendeurs de bières froides, ananas, mangues, cartes postales, livres photocopiés, petites flutes, toupies, sculptures, colliers, etc. Comme la ronde.
Bucolique en tabarnac.
J'étais dans les paysages de Lord of the ring, dans Zelda 64, dans Tomb Raider man! J'ai vu l'arbre de la fin du premier film! Ils ont tournés ici. Je me sens si spécial.

Vraiment le fun. Moi et Hervé on a appris à mieux se connaître ici.
On a parlé de nos relations de couples passés, pas mal de cul, en fait. Vraiment juste de cul. De kinky sex pis d'affaires que tu dis juste à ton ami un peu trop proche. Le voyage ça rapproche. Après trois jours on a réalisé comme était comme dans des lieux un peu sacrés pis qu'on était un brin con de faire ça. Mais bon.
On a fait le tour des temples avec un chauffeur de Tuk-tuk, le même les trois jours, à 10$ la journée. Il était vraiment gentil. D'autres font le tour des temples en voyage organisés, dans un gros bus, avec 40 petites vieilles qui partent à l'aventure. La vraie! j'suis content

de voyager maintenant et pas avoir à ma claquer les matantes qui veulent juste regarder mais pas vivre dedans.
C'est le cas des Coréennes. On arrive à faire la différence entre les autres asiatiques parce qu'elles ont l'air d'être des Koalas. Elles sont toute la journée dans le bus... Ok gang, on débarque pis on va TOUTE aller checker le gars sur le bord de la rue qui fait du pain.

Ok, on prend TOUTE la gang la MÊME crisse de photo. Oh my! On est TELLEMENT entrain de vivre l'affaire la plus intense de notre vie. Notre chauffeur de tuk-tuk les trouve un peu cave les touristes dans les bus.
Notre chauffeur de tuk-tuk était vraiment cool. Il a fait la guerre de ché-pas-trop-quoi pis il nous a montré ses cicatrices. Ses parents se sont fait tuer par l'armée de Pol-Pot quand il avait 3 ans. Il a même ôté ses souliers pour nous montrer la grosse coupure qu'une mine lui

avait faite. Deux minutes après son odeur de pied émanait encore. Ça sentait sucré.
Le dernier jour de visite, on est allés voir le coucher du soleil sur le top d'un des temples (tellement romantique!). On pouvait entendre du gros poum poum qui venait d'un des chars en bas. Finalement le smog a caché le soleil 15 minutes avant que le soleil se couche. Très drôle.
On est donc redescendu en bas pour aller rejoindre Leng, notre chauffeur. Il jouait au aki avec ses autres amis des tuk-tuk. On a joué avec eux. C'est fou à quel point on a pas besoin de comprendre la langue de quelqu'un pour comprendre les règlements d'un jeu.
Ce soir là on avait rendez-vous dans un bar (le Angkor What, sur Pub Street) avec deux Suisses-Allemandes (qu'on avait rencontré à Phnom Pehn)... Leng, notre chauffeur a décidé de nous faire visiter un peu la ville avant de nous laisser. On était un peu pressé, mais il était tellement fin qu'on s'est dit que c'était ok d'arriver un peu en retard à notre rendez-vous.
C'était vendredi soir et il y avait une petite fête forraine (avec une grande roue pis toute) sur le bord de l'autoroute. Il nous a fait jouer aux dards (on a gagnés deux bières). Puis, surprise, toute sa famille nous attendait pour un petit pic-nic. trop. fucking. nice.
Manger avec la famille d'un chauffeur de tuk-tuk. Genre son frère, sa belle soeur, son neveau, sa femme, ses deux enfants, un autre neveu avec sa fréquentation du moment. Un gros pic-nic. Avec pas mal de bouffe.
J'ai mangé des affaires weird... Du cerveau de porc c'est fucking délicieux, ça goûte le foie. Pis ici c'est une des affaires les plus cheap. Des pattes de poulets, ça a l'air d'une main de singe pis c'est dégeu. Je pensais que c'était fait en écailles, mais non, c'est full mou, comme le blanc sur le boutte d'un os de poulet. Du genre de poisson anguille cuit sur le feu (à 1000 riel chaque = 25 cennes et Leng nous a dit que c'était très cher ce poisson, donc imaginez avec un budget de 120$). Un gros crisse de boutte de gingembre que je pensais que c'était du navet, ça surprend en estie. Ils mangeaient aussi des bébittes (des coquerelles je pense), hervé en a mangé, pas moi. J'ai mes limites quand même.
Leng pis sa famille il nous aimait ben. On faisait des jokes, ils riaient. Ben, plus des mimes là...  Comme prendre une bouchée vraiment piquante de tamarin pis exagérer la grimace. Je pense que je me transforme tranquillement, de plus en plus, en Monsieur Bean.
Leng enseigne la boxe de 4h am jusqu'à 5h am. Il a une femme, deux enfants pis une maison où pousse des noix de cocos pis des mangues. Il y a des singes pis des oiseau proche de chez lui. Il chasse les oiseaux avec des pièges.
Son entraineur de boxe (magic teacher qu'il disait) lui a dit de pas manger de singe, ni de chat, ni de chien, parce que sinon il allait mourrir à la guerre.  Il est roots en tabarnac Leng. Il nous a expliqué que s'il perdait son fusil, il pouvait quand même se battre en kung fu sur le champs de bataille. Man, trop weird.
On est presque pas arrivés en retard à notre rendez-vous avec les suisses. Elles avaient déjà mangés eux aussi, fiou. On est donc allés prendre une douche rapidos (pour être full beau tsé genre pis pas suant de la poche juste-au-cas-ou-tsé).
On était comme deux fillettes, super excités. Tout juste si j'ai pas fait une tresse française à Hervé.
J'ai même fait un spécial pis j'ai mis des bobettes. Tsé.
On arrive au bar pis y'a plus trop de place à quatres personnes. Donc on demande aux gars qui sont deux sur une banquette de six, s'ils veulent switcher de place avec nous. Il nous disent, ben non venez vous asseoir avec nous!
Tabarnac, ce sont deux suisses-allemands. On vient de se faire bypasser que-le-crisse.  Faque là ben sûr qu'ils se parlent entre-eux, pis nous les deux bozos ont est dans le milieu, tout suant.  Nice.  Ça fait un peu chier Hervé parce que la fille qu'il aimait bien est quand

même vraiment cute.
La mienne, c'est plus une Holga bien bâtie, qui me dépasse de deux têtes et qui a l'air de faire de la compétition olympique de haut niveau en lancer du javelo. Des cuisses grosses comme des melons

d'eau.
 ...ses seins aussi.
My god, je veux pas m'imaginer dans un lit avec elle. C'est clair qu'elle va me violenter, m'attacher et me faire du kinky sex. Les allemandes sont dans le S&M c'est bien connu...
Donc la soirée continue, on parle parle pis on jase jase pis on bois de la bière avec de la glace dedans. Là le suisse commence à me parler de drogues. Il me dit qu'il veut s'acheter une pilule à la pharmacie que tu peux l'écraser pis la sniffer pis ça fait le même effet que la

coke. Eh ben. Je lui dit qu'il devrait peut-être pas essayer n'importe quoi en voyage, que c'était un peu dangeureux, pis que les hôpitaux ici sont un brin coussi-coussa...  Pas grave qu'il me dit.
La soirée continue, les deux filles commencent à débander un brin des deux douches bags suisses, faque on gagne du terrain ; lancer de la glace entre les seins d'une fille = bonne technique de cruise.  Deux argentins débarquent à notre table. Tabarnac. Bon. Faut tout

reccommencer.
En plus ils ont des pinchs. Ils ont tellement l'air d'êtres des peintres qui parlent espagnol, avec des gestes de bras pis toute. Pis tsé, eux autres la chaleur, ils connaissent ça. Pas comme nous autre les deux gros suants dégeulasses trop cheap pour s'acheter une chambre avec l'air climatisé...
Les filles décident qu'on va jouer au pool. C'est Louise (la belle fille) avec Ricardo-je-m'en-calisse, contre moi et hervé.
On s'est dit qu'il fallait absolument les torcher pour leur prouver qu'on avait les plus gros pénis dans la place.
Tsé, on avait appris pleins de trucs avec les putes à Phnom Pehn.
Finalement on est super poche, on connait même pas les règlements, Ricardo-le-ptit-crisse plotte super gros Louise en lui montrant comment rentrer ses boules dans les trous. (oui, cette phrase est bizarre) Mais on est des très bons perdants faque on a l'air smatte.
Les frenchs-canadians sont ben smattes.
On rencontre les deux bozos qui voulait acheter des pilules pis les sniffer. Finalement ils sont ben high. Le gars me montre la boîte du médicament. Là je me dis que mes soirées ici sont un peu plus trash que celles à la rockette, même à 4 heures du matin quand on ferme le

bar.
Les filles nous disent qu'ils vont se coucher, et qu'on devrait rester aumoins jusqu'à Lundi à Siem Reap. On est supposés de partir dans deux jours qu'on leur dit. En insistant beaucoup, on dit ok, avec l'espoir qu'elles vont venir dans nos chambres. On rentre à la maison bredouille.
Le lendemain on se dit fuck that, on pars ce soir. Ouais. Je quitte le pays du cambodge pour la thaïlande yo. On va aller faire nos visas pour l'inde, pis aller vivre dans une cabane sur le bord de la plage.

Fuck you les suissettes.
####
12 heures de bus, c'est fucking long. Il fait chaud en estie

aujourd'hui, donc on flâne au lucky supermarket. On va dans une pharmacie parce que Hervé veut s'acheter des Sleeping pills naturelles, pour aider le sommeil dans un bus qui bouge beaucoup. Il demande à la caissière si elle a ça, des sleeping pills naturelles.
Elle nous sort un paquet de Valiums.  10 Valiums, 2,50$. C'est fucking naturel ça madame...   On aurait pû se payer un beau trip de bus. Un mystery magical tour.  Mais non merci, on est pas dépressifs.
Des gars nous ont dit qu'on pouvait s'acheter de la morphine pour 30$. À la pharmacie. Légalement. Sans prescription.
whatte the fuck.
-----------
ps: je sais que je fais plein de fautes, c'est parce que je me relis pas pantoute. c'est toujours un premier jet, le plus proche de comment je pense, pas trop de censure. et surtout que je dois écrire rapidement car l'internet est rare.
####

Le 22 février 2011

(5ième courriel)
La fois où je suis passé à côté d'une guerre

ou la nuit la plus longue
Donc, moi et Hervé on décide de prendre le bus de nuit pour se rendre à Bangkok. Le bus part à 2h30 am. Ça prend 3 heures pour arriver à la frontière et 3 heures pour aller de la frontière jusqu'à Bangkok.
C'est quand même six heure de bus, donc on décide de se se pogner un bus vip où on peut dormir pis toute. 15$ le billet, on se dit que ça va être du gros luxe.
On check out de nos chambres vers 11h am et on demande si on peut attendre dans le lobby extérieur de l'hôtel jusqu'à 2h am. La madame dit oui.
On rencontre Boune, un cambodgien qui habite à Poi Pet. Tsé là, la ville juste à côté du conflit entre la Thaïlande et le cambodge, où ça se tire des grenades pis toute, où on s'en va avec notre bus, parce que c'est là qu'est la frontière.
Boune, que la proprio de l'hotel appelle affectueusement My Son, dors sur une chaise de patio juste à côté de la

réception. Il s'est installé des filets contre les moustiques

pis il a un système de ventilateurs pour quand il fait trop

chaud.
Boune il est ben smatte d'la patte.
Mais il l'a pas eu facile. Il nous a raconté que quand il

avait 9 ans, pendant la guerre de je-sais-pas, il se levait

vraiment tôt pour aller fouiller les cadavres des soldats.

Pour avoir leurs ration, la bouffe dans les cannes de

conserve.
Il dit aussi qu'il mange les araignées, les coquerelles, les

oiseaux. Quand t'as faim, tu peux bouffer n'importe quoi.

Sauf les vers, parce que ça c'est dégeu. Boune aime pas ça.
À ce moment là, je me suis demandé s'il nous bouleshitait pas n'importe quoi, mais en même temps ça se peut.
Avant d'aller se coucher, il a écouté des vidéoclips de

Michael Jackson pendant une heure sur youtube.
###
Le bus vient nous chercher à l'hôtel, pas trop en retard.

Nice. Ça pue pas mal dans ce bus là. Le ménage a pas été fait. J'arrive pour m'asseoir, oh, je dis totalement

apathique, il y a du vomi sur ce siège. On s'assoit plus loin.
Yé!
Une famille de Mormon entre dans le bus. Le père, le fils,

l'autre fils mais avec moins de poil dans la face, la femme

(ou la vieille femme), la fille (ou la jeune et deuxième femme), l'autre fille ainsi que la petite petite fille.
Crisse qu'il fait chaud que je me dis, pis comment elles font pour porter ces robes là avec la petite capine pis toute.
Les gars eux sont chillax en chemise. J'espère, aumoins, que par sympathie pour les filles ils portent genre des jackstrap avec des petits clous pointés sur leurs graines, ou dequoi de pas trop inconfortable.
Comme des bobettes en lin.
Ça pue vraiment dans le bus. Hervé me dit que ça sent fort la menstruation. Haha. Oui. C'est vrai.
On s'est fait fourrer ben correct à 15$ le billet. Le trajet

va être long.
Pis ça ronfle fort en tabarnac autour de nous.
3 heures d'autobus, pis on est rendu à Poi Pet. Ah oui,

j'oubliais presque, Poi Pet : LOL. Donc, trois heures de

fucking bus dans la fucking brousse cambodgienne, on arrive à la frontière, sauf que ça ouvre à 7h am.
Tout le long du trajet je pense à comment ça va être rendu là-bas. J'ai la chienne, je ne veux pas sortir du bus, être pogné pour attendre 2 heures à l'extérieur pendant la nuit.
Parce que Poi Pet, selon le guide sur internet, c'est un

shit hole au milieu de nulle part, avec juste des bars louches pis des casinos, des putes, des voleurs, pis que c'est écrit de pas passer plus de temps qu'il en faut à Poi Pet, parce que sinon tu risque de te faire voler, tapocher, violer dans le cul par un ladyboy vraiment pas smatte. Sec sec, genre.
Le bus arrive avec de l'avance. Nice, que je me dis...

Il se stationne, et il ferme le moteur, et donc, l'air

climatisé.
oh fuck.
C'est vraiment très très silencieux dans le bus tout d'un

coup. C'est comme un dortoir avec 50 personnes d'un peu partout dans le monde, des gens louchons, pis la chaleur monte de minutes en minutes pour devenir, vers la fin, un climat fucking tropical.
J'ai jamais jamais jamais sué autant de toute ma vie. Je me suis comme plongé dans un état de coma profond, mais léger. Pour survivre à cette épreuve. Pour faire passer le temps plus vite. Tsé quand t'es comme dans la lune, pas confortable mais que t'as pas le goût de bouger.
Mes yeux chauffaient, parce que la sueur entrait dedans; même s'ils étaient fermés. Un moment donné, j'ai vu Hervé et tout son côté gauche était mouillé (à cause de moi). Il s'est tourné de bord, sur le côté. Je me suis rapproché de lui en lui disant : je peux tu me coller sur toi, j'ai froid...
On a bien ri, mais fallait être là.
En sortant du bus, vers 7h am, l'air était frais, même si

à Poi Pet, ça sent la marde. Pas de farces.
On a rencontré un québécois de montréal un brin tarla.

Il s'est achetés deux belles peintures. Je me suis acheté

deux belles peintures, qu'il disait. Deux belles peintures.

Ah pour être de la belle peinture, ça devait être de la

ben belle peinture, c'est sûr. Il nous parlait juste de

sa belle peinture, pis nous autre on s'en câlissait juste

un tout petit peu.
Sortir du cambodge, c'est full facile. Tu donne ton passeport à un monsieur qui porte un habit militaire, il check ça, il regarde tes papiers, il prends une tite photo avec une webcam cheap, il met son étampe dessus ton passeport, pis c'est ça. C'est juste qu'il prend son temps en esti.
Ensuite faut que tu marche pendant 1km jusqu'à la frontière de la thaïlande. Entre le cabodge pis la thaïlande, il y a un cristie de gros casino. En thaïlande les casinos c'est pas légal, faque ils viennent jouer à Poi Pet.
À côté de nous il y a des centaines et des centaines de

cambodgiens qui font la file pour entrer en thaïlande. Ils

ont un permis pour entrer, une petite carte plastifiée.

Notre chum Boune en a une, lui aussi.
On entre dans la place pour faire notre visa. Mon premier

contact avec la passion qu'ont les thaïlandais avec l'air

climatisé.
Il fait sweet frette. Fucking congelé, yo. Ça me fait du bien, surtout après avoir passé 3 heures dans un estie de rice cooker à roulettes.
À côté de la bâtisse, il y a la file de cambodgiens qui

s'entasse pour rentrer dans le pays. Ils nous regardent.
Finalement on passe la frontière sans problèmes, pis ça nous

coûte rien! Pas comme entrer au cambodge, où le prix du visa varie selon l'humeur du gars à la frontière. Entre 20 et 25$.
Tout d'un coup dans les speakers de la place, à l'extérieur, y'a une toune qui part. Tout le monde s'imobilise. C'est l'hymne national du roi ou je sais pas trop. C'est assez absurde comme moment.
Quand je dis tout le monde s'imobilise, c'est pas juste on

reste sur place pis on attends avec la main sur le coeur.

Nonon. C'est comme si le roi s'était retourné pis qu'il avait

crié STATUE!
À la fin de la toune tout le monde repart.
C'est quand même assez poche pour les Cambodgiens qui travaillent en thaïlande comme main d'oeuvre cheap, qui se font attaquer pour une histoire de temples, que leurs amis meurrent au combat contre une crisse de grosse armée, pis qu'en plus ils doivent faire la statue pour un roi pour faire semblant de le respecter.
Pour aller à Bangkok on avait pas de gros bus, mais une van, un genre de Jean Légaré à 15 places. On était 15. Avec des très gros sacs.
Moi et Hervé on a été pogné pour s'asseoir en avant, à côté du chauffeur. C'était quand même comique de voir le chauffeur faire une petite prière (avec ses mains) à chaque dépassement ou quand il traversait un pont.
Comique, mais pas rassurant.
On est arrivés à Bangkok à 2 heures, on était fucking fatigués. On s'est trouvé un hotel à 450 baht (oui oui, des battes). Quand même nice, mais nos petites petites chambres sentent l'humidité. Au moins on a l'air climatisé.
Après avoir dormi on est allés se promener et on a croisé

Marc (l'autre gars avec qui on voyage) et Bruno Blanchet.
Bruno était entrain de se faire filmer, il avait les pieds dans un bassin de fish massage et il était accompagné d'un ladyboy vraiment dégeulasse.
Ouais. Nice.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\Lorsque vous vous trouvez face à une situation, quelle qu’elle soit,...
«mal faire», en ne faisant pas le bon choix. IL nous faut donc agir avec discernement

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\RÉponses appropriées aux questions des recruteurs
«Parlez-moi de vous», IL vous demande de vous présenter en tant que personne et non pas de lui citer simplement vos aptitudes

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\Ö ! Vous les hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle....
«Ö ! Vous les hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle. Nous vous avons constitués en peuples et en tribus afin...

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\40 Le déjeuner
Mon cher comte, dit-il, vous me voyez atteint d’une crainte, c’est que la cuisine de la rue du Helder ne vous plaise pas autant que...

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\La maintenance des tropheus pour vous, si vous debutez…
«fil d’Ariane», afin de mettre le maximum de chances de votre coté et de vous éviter les principales erreurs «douloureuses»

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\Cette liste n’est pas du tout exhaustive et vous pourrez la compléter....

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\Petit lexique à l'usage des nass, si vous voulez voir figurer d'autres...
Le mouton est un animal à poil laineux… a poil les nœuds…à poil les nœuds… à poil les crabes etc

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\Dédicace
«L’homme supérieur à qui ce livre est dédié» n’est-ce pas vous dire : – «C’est à vous ?»

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\D'où vous vient cette curiosité pour Zatopek? IL y a peu de chances...

Si jamais vous voulez plus recevoir ces courriels, dites le moi, je vous enlève de la liste si vous voulez rajouter quelqu\Figaro : Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com