Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L'imprimerie générale, 1901, Ottawa.








télécharger 140.58 Kb.
titreLittérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L'imprimerie générale, 1901, Ottawa.
page1/10
date de publication24.01.2018
taille140.58 Kb.
typeLittérature
c.21-bal.com > loi > Littérature
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10



Errol Bouchette

Emparons-nous de l’industrie


BeQ

Errol Bouchette
(1863-1912)


Emparons-nous de l’industrie

La Bibliothèque électronique du Québec

Collection Littérature québécoise

Volume 551 : version 1.0

Emparons-nous de l’industrie

Édition de référence :

L'imprimerie générale, 1901, Ottawa.

Numérisation :

Wikisource, Projet Québec/Canada.

Relecture : Jean-Yves Dupuis.

« Je me rallie sans réserve aux hommes honnêtes de tous les partis qui désirent sincèrement avec la gloire de leur pays, le bien-être des travailleurs et le progrès de l’esprit humain. » – P. J. Proudhon.

Les Canadiens-français ont à cœur de continuer en Amérique les traditions civilisatrices du pays de leur origine, et il faut avouer qu’ils n’ont pas à rougir de leurs débuts. Ce peuple s’est tiré presque du néant par la force de sa volonté, et en étudiant son histoire l’on découvrira peut-être quelque analogie entre lui et ces essaims célèbres, dont l’un, sous Guillaume de Normandie, civilisa la Grande-Bretagne, dont certains autres, après la révocation de l’édit de Nantes, firent la richesse de leurs pays d’adoption en y implantant l’industrie.

Si comme le dit Thiers, la France eut la gloire de doter le monde des meilleures lois civiles, et l’Angleterre celle de lui fournir le meilleur système politique, ce fut le Canada – surtout le groupe français du Canada – secondé, il est vrai, par l’opinion éclairée de la Grande-Bretagne, qui inaugura le meilleur système colonial en contribuant à donner au système constitutionnel anglais une extension impériale ; réforme qui, tout en rencontrant les aspirations de nos compatriotes, donna à l’empire britannique une stabilité plus grande et une nouvelle gloire.

Le peuple Canadien-français en participant activement à une aussi grande réforme, fit certainement preuve de supériorité. Ce sont les causes qui donnèrent lieu à cette supériorité que nous désirons examiner au commencement de cette étude, qui traitera de notre situation industrielle au double point de vue économique et national.

Tous les peuples ont un très grand intérêt à améliorer leur situation économique. Pour les Canadiens-français cet intérêt est vital. Placés au centre d’une nombreuse population différente d’origine et de langue, nous pourrions les comparer à un enfant dans une foule compacte, qui périrait étouffé et foulé aux pieds s’il ne réussissait à s’élever par quelque moyen au-dessus de ceux qui l’entourent. Pour survivre dans cette foule il lui faut faire plus que les autres. Mais aussi, lorsqu’il y a réussi, il se trouve dans une situation réellement plus favorable. La condition de l’existence pour nous est donc la lutte, mais la récompense en cas de succès sera toujours digne des efforts que ce succès aura coûté. Il est admis, croyons-nous, que nos compatriotes du commencement du siècle furent vraiment supérieurs ; et il ne sera pas contesté que leurs descendants désirent vivement marcher sur leurs traces, en contribuant, comme eux, à la grandeur et à la gloire de leur pays. Examinons donc les causes qui ont conduit au succès nos ancêtres, et voyons si dans cet âge scientifique et industriel, où les conditions essentielles au succès sont si différentes de ce qu’elles étaient autrefois, les Canadiens-français tiennent encore au Canada le rang auquel leur intelligence et les efforts de leurs devanciers leur permettent d’aspirer.

Qu’on ne s’étonne pas si nous commençons ce travail par certaines considérations qui paraissent se rapporter plutôt à l’instruction publique qu’à l’industrie. C’est la saine éducation qui conduit à tous les succès. Celle que reçurent nos ancêtres était excellente et convenait aux besoins de leur époque. En est-il de même aujourd’hui ? S’il n’en était pas ainsi quelles en seraient les conséquences économiques ? et où devrions-nous chercher le remède ?

Le lecteur tirera ses conclusions. Quant à nous, nous croyons que certaines réformes sont nécessaires et l’idée que nous désirons développer se trouve résumée dans le titre : – Emparons-nous de l’industrie.

I



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Littérature québécoise Volume 543 : version 0 Le grand sépulcre blanc...

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Littérature québécoise Volume 144 : version 0 Journaliste, essayiste,...
«Nos institutions, notre langue et nos lois». Patriote, IL s’opposera pourtant au radicalisme de Papineau et de ceux de 37-38. Ce...

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Littérature : littérature générale (grand format et éditions de poche), littérature jeunesse
«pépite» dans le monde de l’édition. Cette réussite, Editis la doit à ses maisons, des maisons prestigieuses, parfois centenaires,...

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Littérature : littérature générale (grand format et éditions de poche), littérature jeunesse
«pépite» dans le monde de l’édition. Cette réussite, Editis la doit à ses maisons, des maisons prestigieuses, parfois centenaires,...

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Littérature québécoise
Votre secrétaire ayant refusé de nous annoncer, nous nous voyons obligés de repartir immédiatement pour Londres, et de rapporter...

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Littérature : littérature générale (grand format et poche), littérature jeunesse
«pépite» dans le monde de l’édition. Cette réussite, Editis la doit à ses maisons, des maisons prestigieuses, parfois centenaires,...

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Littérature québécoise
Il fut un temps où, nous aussi, nous pouvions créer, dans les déserts américains, une grande nation française et balancer avec les...

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Littérature québécoise
...

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Ii édition de référence : Paris, Librairie Plon, 1886. Deuxième partie

Littérature québécoise Volume 551 : version 0 Emparons-nous de l’industrie Édition de référence : L\Laura ou Voyage dans le cristal Édition de référence : Groupe Privat...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com