Liste des sigles et des abréviations








titreListe des sigles et des abréviations
page20/20
date de publication24.01.2018
taille0.6 Mb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   20
Chronique sociale de France, n° 5-6, décembre 1971, p. 34.

355 AN. Archives du PSU. 581 AP 73. VIème congrès. Dossier 270. Thèse n° 5 : « Si une coalition victorieuse des classes anticapitalistes portait des coups suffisamment forts à l’État capitaliste pour que celui-ci cède la place à un nouveau pouvoir au service des travailleurs, rien n’interdirait alors de procéder graduellement à la construction d’une société socialiste ». Voir en annexe.

356 AN. Archives du PSU. 581 AP 73. VIème congrès. Dossier 270. Thèse n° 11. Voir en annexe.

357 Ibid.

358 Ibid.

359 « Résolution d’orientation du conseil national des 31, 1er et 2 octobre », in Tribune socialiste, n° 428, 6 novembre 1969, p. 7.

360 FNSP. 141/21, t. 5, MF5 FRA 68 (006). Raymond BARILLON, « Le courant révolutionnaire et gauchiste a plus de faveur que la thèse de l’union de la gauche traditionnelle », in Le Monde, 16-17 mars 1968. Voir en annexe.

361 Ibid. Thèse n° 15 : « L’avenir du socialisme dépend de la prise de conscience des masses et de leur mise en mouvement. (…) Pour cela, le PSU participera à toutes les actions unies susceptibles de développer chez les classes exploitées une conscience politique socialiste, au besoin il en prendra l’initiative ». Voir en annexe.

362 Michel ROCARD, « Un parti révolutionnaire », in Tribune socialiste, n° 428, 6 novembre 1969, p. 3.

363 Ibid.

364 Ibid. « Le PSU n’a pas la prétention d’être ce parti, mais il a conscience que c’est à partir de cette nécessité fondamentale que doivent être réglées toutes les questions. Il est partisan de tous les dialogues mais à condition qu’ils n’esquivent pas les problèmes posés par la crise actuelle du mouvement ouvrier et socialiste ».

365 Ibid.

366 Tribune socialiste, n° 441, 12 février 1970, p. 2.

367 Ibid. Le PSU revendique des actions avec LO dans les entreprises et « contre la pression capitaliste dans les transports publics ». Avec la LC, « une campagne a commencé contre la répression dans l’armée, l’université et les entreprises. »

368 Tribune socialiste, n° 461, 2 juillet 1970, p. 1.

369 Ibid., p. 2.

370 Tribune socialiste, n° 428.

371 Tribune socialiste, n° 437.

372 Tribune socialiste, n° 441.

373 Kathleen ÉVIN, Michel Rocard ou l’art du possible, Paris, Éditions J.C. Simoen, 1979, p. 92. L’auteur affirme qu’au conseil national du 31 octobre au 3 novembre, le secrétaire national s’interroge sur l’opinion révolutionnaire de ses amis : « croient-ils aux minorités agissantes, à la possibilité d’un putsch ouvrier, aux vertus du prêche révolutionnaire ? Lui, personnellement n’y croit pas. »

374 Jean-Louis ANDRÉANI, Le mystère Rocard, op. cit., p. 122. L’auteur explique qu’au conseil national de Rouen de juin 1970 « le secrétaire national est débordé par les gauchistes de toutes obédiences et se retrouve en minorité au sein du bureau national. »

375 « Rapport introductif aux travaux du conseil national de juin 1970 », in Tribune socialiste, n° 454, 14 mai 1970, p. 9-13.

376 Elles ne représentent pas la réalité des opinions des militants ou des responsables nationaux. Au conseil national de Rouen, le courant se réclamant du trotskisme recueille derrière Jacques Kergoat 4,2 % et celui qui est proche des maoïstes, obtient 16,7 %.

377 Les seuls titres des contributions les plus radicales sont significatifs : « Choisir le camp révolutionnaire », « Le parti révolutionnaire ici et maintenant », « Pour un front uni de lutte ».

378 Gilles MARTINET, « Où est le vrai débat ? », in Tribune socialiste, n° 457, 4 juin 1970, p. 4.

379 AN. Archives du PSU. 581 AP 73. VIème congrès. Dossier 270. Voir en annexe.

380 « Résolution générale du conseil national de juin 1970 », in Tribune socialiste, n° 461, 2 juillet 1970, p. 5-6.

381 Jean-françois KESLER, op. cit., p. 434.

382 Tribune socialiste, n° 509, 3 jullet 1971.

383 Ibid.

384 Cette tendance est créée à la fin de l’année 1970. Elle obtient 12 % des voix au Congrès de Lille. Elle est favorable à un développement des assemblées d’ouvriers et de paysans et croit en la démocratie prolétarienne de masse développant ainsi la thèse de l’autonomie ouvrière. En avril 1972, elle devient une organisation autonome puis rejoint le GOP pour former « Pour le communisme ».

385 Jean-Louis ANDRÉANI, Le mystère Rocard, op. cit., p. 131. L’auteur explique que quelques semaines avant le congrès, Michel Rocard charge M. Gontcharoff de faire une motion de censure rassemblant au PSU ceux qui en ont assez des gauchistes. Il promet de la soutenir puis voyant son insuccès, il l’attaque violemment au Congrès de Lille. De nombreuses manœuvres souterraines lui font obtenir une majorité.

386 Annexe au texte final du Congrès de Lille, in Tribune socialiste, n° 509, 3 jullet 1971.

387 « Résolution générale du Congrès de Lille », in Tribune socialiste, n° 509, 3 jullet 1971.

388 Ibid. « Le stalinisme a transformé la dictature du prolétariat en une dictature sur le prolétariat. Il nous faut prouver que le pouvoir prolétarien passe par l’établissement d’une démocratie réelle dont l’exercice s’impose à tous. »

389 Ibid.

390 Tribune socialiste, n° 486, 13 février 1971, p. 7.

391 Ibid.

392 Ibid.

393 Jean-Pierre LE GOFF, Mai, l’héritage impossible, op. cit., p. 221.

394 Jean-Louis Andréani, Le mystère Rocard, op. cit., p. 138.

395 En janvier 1972, les principaux éléments de la tendance trotskisante du PSU, à savoir Jean-Marie Vincent et Jacques Kergoat, quittent le parti pour rejoindre la Ligue communiste. De même, les modernistes, dont la figure principale est Gilles Martinet, abandonnent également un PSU qui en se radicalisant ainsi à négliger l’héritage du « premier PSU » et rejoignent le Parti socialiste né au Congrès d’Épinay en 1971.Enfin, les maoïstes de la Gauche révolutionnaire sont exclus en juin.

396 Tribune socialiste, n° 540, 31 mai 1972.

397 Ibid. « Le parti ne peut pas jouer le rôle qui incombe à une organisation révolutionnaire. (…) Il le peut d’autant moins qu’il pratique en matière idéologique et théorique le libéralisme et l’éclectisme ».

398 Ibid.

399 Tribune socialiste, n° 461, 2 juillet 1970, p. 5.

400 Tribune socialiste, n° 558, 13 décembre 1972, p. 4.

401 Charles Stewart HAUSS, The new left in France : the Unified Socialist Party, op. cit., p. 116.

402 Ibid.

403 Charles S. Hauss révèle qu’un tiers environ des adhérents questionnés apprécient plutôt le PCF ou le PS que l’un des groupes d’extrême gauche. 28 % estiment qu’il marque un pas dans la bonne direction, 7 % croient même que le parti devrait consacrer plus d’énergie à la bataille électorale.

404 Charles FABROLLE, « Le Parti socialiste unifié », in Études, op. cit., p. 1991.

405 Franck GEORGI, L’invention de la CFDT 1957-1970, op. cit.

406 François KRAUS, « Les Assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti », in Notes de la Fondation Jean-Jaurès, n° 31, juillet 2002, p. 21.

407 Vladimir FIŠERA, Peter JENKINS, « The Unified Socialist Party since 1968 », in D. S. BELL, Contemporary French politicals parties, Londres, Croom Helm, 1982, p. 104.

408 Ibid., p. 106.

409 Ibid., p. 109.

410 François KRAUS, « Les Assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti », in Notes de la Fondation Jean-Jaurès, n° 31, juillet 2002, p. 21.

411 Jean POPEREN, L’unité de la gauche, 1965-1973, Paris, Fayard, 1975, p. 400.

412 Michel WINOCK, « Le renouveau du parti socialiste », in Jean TOUCHARD, La gauche en France depuis 1900, Paris, Seuil, 1977, p. 354.

413 Ibid.

414 Il obtient 3,94% des suffrages exprimés quand Gaston Defferre en obtient 5,21%.

415 Le programme commun est signé le 27 juin 1972.

416 Manifeste du PSU, Contrôler aujourd’hui pour décider demain, Paris, Téma éditions, 1973, p. 16.

417 Ibid., p. 23.

418 Ibid., p. 24.

419 Ibid., p. 27.

420 Entretien avec l’auteur.

421 Entretien avec l’auteur.

422 Entretien avec l’auteur.
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   20

similaire:

Liste des sigles et des abréviations iconPrincipales abréviations utilisées pour la dénomination des éthers de glycol

Liste des sigles et des abréviations iconListe des médecins agréés pour le contrôle à leur cabinet de l’aptitude...

Liste des sigles et des abréviations iconBibliographie 1 1Liste d’abréviations aa: acide aminé Ac : anticorps...

Liste des sigles et des abréviations iconListe des utilisateurs des Encyclopédies acphytaroma

Liste des sigles et des abréviations iconSigles et acronymes de l'enseignement en France

Liste des sigles et des abréviations iconAnnexe liste des installations

Liste des sigles et des abréviations iconBibliographie : Liste des livres

Liste des sigles et des abréviations iconListe des groupes de tpe

Liste des sigles et des abréviations iconListe des produits a eliminer

Liste des sigles et des abréviations iconListe des Conseillers du salarié








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com