La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création








télécharger 149.14 Kb.
titreLa nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création
page1/8
date de publication24.01.2018
taille149.14 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8
[589]

LA NOUVELLE CRÉATION

ÉTUDE XIII

OBLIGATIONS DES PARENTS DE LA NOUVELLE-CRÉATION


* * *

D'importantes obligations s'attachent à l'exercice des facultés de procréation. — Influences prénatales. — “Instruis l'enfant selon la voie qu'il doit suivre !” — L'influence des écoles du dimanche. — La confiance des enfants. — Le pouvoir de la suggestion dans l'éducation de l'enfant. — Nos enfants dans le temps de détresse (ou trouble). — Amusements convenables et amusements inconvenants. — Mariage des enfants des Nouvelles-Créatures.

* * *

Les obligations incombant aux parents sont les plus considérables parmi celles qui se rapportent aux affaires humaines. Le pouvoir de procréer l'espèce humaine, avec toutes les possibilités qui s'attachent à l'être mis ainsi au monde est un pouvoir merveilleux, celui par lequel l'homme se rapproche le plus de la puissance divine.

[590]

En vérité, c'est cette dernière que l'homme exerce en tant qu'agent de Dieu. La naissance de tout enfant ouvre les horizons dans des directions opposées, soit à son avantage, soit à son détriment, pour le bien ou pour le mal, pour l'honneur ou pour le déshonneur, jusqu'à de prodigieux extrêmes. Il est certain que si l'humanité discernait ce sujet sous son vrai point de vue, l'engendrement des enfants, au lieu d'être le résultat d'une passion et d'un relâchement des principes intellectuels et moraux, serait ennobli et deviendrait une consécration, dans laquelle les responsabilités de paternité et de maternité seraient assumées d'une manière et à un degré tels que, jusqu'ici, bien peu de personnes en vérité ne l'ont fait. Cette idée d'obligation devrait s'étendre non seulement à l'enfant, dont les caractéristiques mentales, morales et physiques dépendent des parents, mais également au Créateur qui a confié aux humains cette merveilleuse faculté de reproduction ; car ayant reçu cette charge, ils devront rendre compte à Dieu de l'usage qu'ils en auront fait.

Ce sentiment de responsabilité s'intensifie quand nous commençons à nous rendre compte que selon l'arrangement divin, non seulement les parents influencent le caractère du futur enfant au moment de son engendrement, mais aussi pendant toute la période de gestation. Durant cette période, l'esprit de la mère, ses pensées, ses dispositions, ses sentiments, marquent tous l'enfant en embryon ; bien plus, dans cette période, la mère elle-même est particulièrement sensible aux influences de son entourage, dont la plupart sinon toutes dépendent du mari. Si l'esprit de la mère est gardé serein et joyeux et son cœur heureux, cela aura une influence favorable sur l'embryon ; mais si, au contraire, elle est tourmentée, fatiguée, chagrinée, accablée par des discordes et des incertitudes, cette détresse marquera sûrement son empreinte sur l'embryon, en lui donnant pour la vie une disposition maussade ou triste ou un mauvais caractère. Si, dans l'entourage, les conditions sont celles de débauche, d'égoïsme et de bassesse, faut-il s'étonner si l'embryon étant ainsi marqué, l'enfant né avec de telles impressions sera médiocre, vil et avec des tendances à la débauche, à l'égoïsme, etc. ?

[591]

Qu'on nous comprenne bien ! Nous ne prétendons point que tout le mal qui existe dans le monde constitue un héritage direct de péché et de faiblesse légué par les parents à l'enfant pendant la période de gestation, ni même que tout soit imputable à cette période et à l'éducation que l'enfant reçoit ensuite jusqu'à l'âge d'homme fait ou de femme faite. Nous admettons comme possible que certains méchants hommes et que certaines méchantes femmes aient été de bonne naissance et de bonne éducation. Satan lui-même fut créé parfait et il pécha volontairement contre l'enseignement du Créateur ; pourtant, nous inclinons sérieusement à douter que beaucoup de personnes au caractère vil aient jamais reçu ces deux importants concours vers la droiture : Nous sommes en plein accord avec les Écritures qui établissent la règle générale suivante : “Instruis l'enfant selon la voie qu'il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s'en détournera pas” [Prov. 22 : 6]. Combien de parents, plus ou moins disposés à contester la véracité de ce texte biblique, se souviennent que c'est au moment même de l'engendrement de l'enfant qu'il faut commencer son éducation, et qu'un enfant engendré dans de mauvaises conditions a besoin qu'on le débarrasse des faiblesses, des sottises et du péché qui l'ont marqué avant sa naissance ?

Nous ne désirons pas laisser à entendre qu'un enfant peut naître parfait dans les conditions actuelles de déchéance et d'imperfection. Au contraire, nous nous souvenons bien de la déclaration du Seigneur : “Qui peut tirer le pur de l'impur ?” [Job 14 : 4 ; voir note Cr.]. Nous reconnaissons que chacun de nous peut dire en vérité : “Voici, j'ai été enfanté dans l'iniquité et dans le péché ma mère m'a conçu” [Ps. 51 : 5 — D.], et nous disons simplement, tout en insistant, que quel que soit ce que le monde peut voir ou ne pas voir sur ce sujet, ceux qui appartiennent à la Nouvelle-Création devraient se rendre compte qu'il est possible, dans une certaine mesure, d'atténuer les souillures et les faiblesses inhérentes à la race déchue. Ils devraient au moins veiller à ce que leurs enfants naissent avec des caractères aussi nobles qu'il leur est possible de leur donner dans les limites de l'arrangement divin.

[592]

Déchus, ils le seront pourtant, et ils auront encore besoin d'un Sauveur ; sans lui, ils ne pourraient jamais atteindre à la perfection ou être dignes de la vie éternelle. Il est permis à l'homme naturel de percevoir cette vérité dans une certaine mesure et de tirer parti des suggestions que nous venons de faire, mais pas au même point que peut le faire la Nouvelle-Créature.

Quels que soient les efforts qu'il fait, l'homme naturel est toujours naturel — de la terre, terrestre — c'est pourquoi il ne peut imprimer sur sa femme, et celle-ci sur l'embryon, que les pensées et les sentiments que tous deux possèdent eux-mêmes, et ces pensées et ces sentiments sont nécessairement loin d'atteindre le plan le plus élevé, le plan spirituel. Alors que l'entendement de la Nouvelle-Créature saisit les espérances, les promesses et les idéaux spirituels, et que, à juste titre, il s'efforce de les faire partager “à autant [de personnes] que le Seigneur notre Dieu en appellera” [Actes 2 : 39] par sa vérité et par sa grâce — il s'efforce tout particulièrement de développer des enfants de Dieu — néanmoins, si pour quelque raison, des Nouvelles-Créatures entrent dans des relations matrimoniales et considèrent qu'il est sage de procréer des enfants, elles ont sur ce point un grand avantage sur l'homme et la femme naturels. Ces parents consacrés ont un idéal plus élevé, de plus nobles espérances et aspirations, des joies plus pures, et se rendant compte de l'influence de leurs pensées, de leurs émotions et de leurs sentiments sur l'enfant embryonnaire, ces parents seraient en position de faire pour l'enfant beaucoup plus que ne le pourraient d'autres parents pour leur progéniture.

Dans un ordre d'idées quelque peu analogues, le monde a acquis une sagesse égoïste. Par exemple, ceux qui s'intéressent à la plus belle espèce de bœufs, de chevaux, de moutons, etc., non seulement prennent grand soin dans les accouplements de leurs bêtes, mais en outre, quand ils entreprennent d'élever des chevaux de courses, ils prennent des soins attentifs pour les mères (juments) pendant la période de gestation. Ils pourvoient à tous leurs besoins et à leur bien être ; les écuries sont propres, brillantes, bien éclairées, et sans savoir avec certitude à quel point la jument peut apprécier des portraits, les éleveurs décorent les murs de son écurie de tableaux de courses de chevaux.

[593]

En outre, alors qu'elle est pleine, on la mène voir des concours, des courses de chevaux, etc., tout cela dans le dessein de provoquer une forte émulation dont l'impression se reflétant sur son poulain embryonnaire, sera utile, favorisera la rapidité du futur cheval pour le plus grand profit financier et la plus grande joie du propriétaire.

Les parents humains n'ont pas un tel intérêt financier dans leur progéniture, mais ils ont ou devraient avoir un intérêt plus profond et désintéressé. Leurs espérances et leurs ambitions pour leur enfant devraient être de le voir bien doté de qualités mentales et morales. Bien que la Nouvelle-Créature ne puisse espérer engendrer son enfant d’une nature spirituelle (ce qui n'est pas en son pouvoir), elle peut espérer lui donner en héritage terrestre une bonne nature telle qu'elle soit en sympathie étroite avec les choses spirituelles. Tels devraient être certainement son désir, son aspiration et son espérance. Beaucoup d'enfants ont été engendrés par des parents honnêtes et craignant Dieu ; ils en ont été bénis d'une manière correspondante, et cette influence qui a favorisé un noble idéal humain, s'est fait sentir partout où est allé l'Évangile de Christ. En conséquence, les modèles et les règles les plus élevés prévalent plus généralement de nos jours dans des pays civilisés que dans des pays païens, malgré le fait que, d'une manière générale, les chrétiens n'aient apprécié qu'imparfaitement leurs privilèges et leurs responsabilités à l'égard de leurs enfants.

Pour résumer ce sujet : si les Nouvelles-Créatures s'unissent et se proposent d'avoir des enfants, selon la chair, ils doivent discipliner leur esprit et leurs désirs de manière que le moment de l'engendrement ne soit pas seulement fait d'amour et de respect mutuels, mais aussi de révérence pour le Créateur et d'appréciation du pouvoir procréateur que Dieu leur a accordé, à l'image du sien. Ce devrait être, en outre, une occasion d'appeler par la prière la bénédiction divine, et par la suite chaque jour et à chaque heure, les intérêts de l'enfant devraient être préservés dans tous les arrangements de la vie.

[594]

On n'y verra pas un simple incident de la vie, mais comme la chose la plus importante. Ce devrait être une occasion spéciale pour exercer les grâces de l'esprit qui devraient avoir été, au préalable, cultivées dans une très grande mesure : la foi en Dieu et en ses promesses, l'espérance, la confiance, la patience, la bonté fraternelle, la douceur, l'amabilité, l'amour. Bien entendu, toutes ces grâces prévalent en tous temps parmi ceux qui appartiennent à la Nouvelle-Création, mais les parents devraient être sur leurs gardes en un tel moment, parce qu'ils se rendent compte qu'ils sont en train d'influencer, de marquer, d'imprimer le caractère d'une autre génération.

Autant que possible, l'intérieur de la maison doit être clair et agréable, l'esprit orienté vers des choses avantageuses telles que la lecture, la correspondance, les mathématiques et les activités pratiques de la vie. On ne doit pas oublier non plus de cultiver le cœur en complet accord avec les principes de justice, d'amour et de sagesse, avec la reconnaissance constante de l'Eternel dans toutes les affaires de la vie, avec la confiance affectueuse mutuelle entre mari et femme, et avec des sentiments bons et bienveillants à l'égard du monde en général. Avec la bienveillance, la justice, l'amour, associés à toutes les affaires de la vie, les conditions seraient des plus favorables, mais on imagine mal une telle condition sans le plus entier concours du mari et sans que toutes dispositions soient prises par lui ; c'est qu'en effet, comme nous l'avons déjà suggéré, à un tel moment, la mère est la moins capable de veiller à tout, même aux choses qui font partie de son domaine habituel dans la famille. Et puis le mari doit faire preuve de la plus grande attention à la conversation qu'il doit orienter dans le bon sens, à la nourriture mentale convenable et fortifiante aussi bien qu'à la nourriture matérielle qu'il doit pourvoir, et par-dessus tout à la pureté de l'esprit de sa femme qu'il animera vers l'Eternel, vers son glorieux plan et vers tous les traits du caractère divin, sa sagesse, son amour, sa bienfaisance, sa justice et sa puissance.

A cela beaucoup de parents chrétiens pourraient répondre que leurs conditions de vie ne leur sont pas favorables au point de leur apporter à ce moment-là toutes les facilités, les aises et la liberté quant aux travaux de la maison. Nous répondons que nous avons purement et simplement esquissé l'idéal, et qu'il appartient à chacun des enfants du Seigneur de chercher à s'en approcher aussi près que possible.

[595]

Cependant, la Nouvelle-Créature ne devrait jamais oublier que dans cette expérience comme dans toutes les autres expériences de la vie, le Seigneur supplée par sa grâce et par son esprit, à tous les désavantages et déficiences terrestres. Ce consacré, qui se trouve en quelque mesure dans des circonstances défavorables, devrait d'autant plus ardemment chercher dans la prière la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, afin qu'elle remplisse son cœur et y règne continuellement. L'un des résultats de cette paix du cœur c'est que, malgré les troubles qui peuvent inévitablement environner la mère, l'enfant jouirait sûrement d'une plus grande mesure de paix et d'amour qu'autrement — plus que n'en auraient ses frères et sœurs nés dans d'autres circonstances. Il devrait être moins nerveux, moins irritable, plus calme et plus paisible, plus disposé à ce qui est droit en principe et en conduite.
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconLa création de cies (Cetim International Engineering Service), la...

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconBwe 100114 Message vocal sur les Répondeurs Téléphoniques des grands-parents...
«Docteur», demande la femme inquiète, «Mon mari peut-il encore faire l'amour maintenant qu'il a fait un infarctus ?»

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconChevrolet lance la toute nouvelle Volt 2016
«Selon des évaluateurs indépendants, les propriétaires de Volt sont les conducteurs les plus satisfaits dans l'industrie et nous...

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconLa stabilité du nombre global de création d’entreprises est manifeste au regard des 12 mois

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconGrenelle de l’environnement : Création, au sein de la ffb du premier...

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconIi création d’un personnage

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconDécret n° 2-93-602 du 13 Joumada 1 1414 (29 Octobre 1993) portant...

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise

La nouvelle création étude XIII obligations des parents de la nouvelle-création iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com