Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie








télécharger 109.38 Kb.
titreCocette email : cocette22@yahoo fr Categorie
page1/3
date de publication27.01.2017
taille109.38 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3
Une semaine mouvementée


AUTEUR : Cocette

EMAIL : cocette22@yahoo.fr
CATEGORIE : Romance S/J, Aventure
SAISON : Pendant la 7éme saison.
RESUME : Après une rupture amoureuse, Sam est en proie à une petite déprime…
DISCLAIMER : Les personnages présents dans ce fan fic sont la propriété de MGM et SHOW TIME. Je ne suis pas payée pour le fan fics que j'écris.
NOTES DE L'AUTEUR : Merci de m’envoyez vos commentaires. Si vous souhaitez prendre cette fanfiction pour votre site, merci de me demander la permission.
___________________________________________________________________________

SG-C / Lundi matin
?: Je vous dis que j’ai oublié mon badge.
Soldat : Désolé, mais il s’agit d’une base militaire et sans autorisation spéciale on ne rentre pas.
?: Je sais tout ça puisque je travaille ici depuis plusieurs mois maintenant. Vous ne me reconnaissez pas ?
Soldat : Désolé mais j’ai été muté ici il y a seulement deux semaines.
?: Alors appelé le général Hammond, il vous donnera l’autorisation de me faire rentrer.
Soldat : Je vais le faire mais vous restez là en attendant. Quel est votre nom ?
?: Jonas Quinn, je fais parti de l’équipe SG-1.
Quelques minutes plus tard, le soldat revint avec une photo à la main, une fois comparer la photo et le visage de Jonas, il parut convaincu.
Soldat : C’est bon, vous pouvez rentrer mais soyez muni de votre autorisation la prochaine fois.
Jonas : Merci
@@@

Infirmerie / Lundi Matin

Janet : Bonjour Sam.
Sam : (sur un ton abattu) Bonjour Janet.
Janet : Le week-end s’est bien passé ?
Sam : Disons que ça aurait pu être mieux. J’ai encore mes maux de tête. Vous n’auriez pas quelque chose à me donner ?
Janet : Si, bien sur je vais vous donnez de quoi atténuer ces douleurs. Si ça persiste je vous ferai quelques analyses.
Sam : Merci mais ça devrait aller.
Janet : Sam, vous êtes sur que ça va, vous me paraissez soucieuse.
Sam : Non, je vais très bien merci, j’ai juste quelques problèmes disons…personnels.
Janet : C’est à propos de Pete ?
Sam : Oui, en effet.
Janet : Ca ce passe mal ?
Sam : Il m’a quitté.
Janet : oh…
Sam : Ce n’est pas très grave, de toute façon je ne comptais pas faire ma vie avec lui. C’est juste que je m’aperçois aujourd’hui que j’ai 37 ans et que j’ai ni enfants, ni mari ni même pas le moindre petit ami.
Janet : Je crois qu’on est pas mal dans votre cas.
Sam : Vous avez Cassie. Vous avez de la chance de l’avoir, quelqu’un vous attend quand vous rentrez le soir, vous pouvez lui donner tout votre amour.
Janet : C’est vrai, son arrivé, m’a changé la vie. C’est aujourd’hui la chose la plus importante aujourd’hui dans ma vie. Vous devriez vous divertir davantage et vous laisser du temps pour rencontrer du monde. Personne ne vous en voudra si vous passez moins de temps sur votre travail.
Sam : Vous avez sûrement raison.
Janet : Vous avez sauvez la Terre des dizaine de fois, nous vous devons tous la vie, votre travail est fondamental ici mais il est temps pour vous, de penser un peu à vous, à votre propre vie. Vous ne pourrez pas toujours supporté ce poids sur vos épaules, vous ne devez pas sacrifier votre vie pour votre travail au sein du SGC. Vous le regretterez un jour.
Sam : C’est sur. Même si je suis passionnée par mes travaux, j’ai de plus en plus de mal à supporter la pression qui pèse sur moi. Tout le monde compte sur moi pour résoudre les problèmes, et si un jour je ne trouve pas la solution, qu’adviendra t’il ?
Janet : Vous ne devez pas vous sentir responsable. Vous avez aussi le droit à une vie privé et au bonheur.
Sam acquiesça par un sourire.
@@@

Vestiaires masculins / Lundi Matin

Jack arriva dans le vestiaire pour revêtir sa tenue militaire quand il trouva Jonas la tête dans son sac.
Jack : Bonjour Quinn, vous avez oublié vos chaussettes ?
Jonas : Bonjour colonel. Ce n’est pas vrai, où j’ai bien pu le mettre ?
Jack : Vous allez me dire ce que vous chercher ?
Jonas : Mon badge.
Jack : Vous vous foutez de moi ?
Jonas : Non, je l’avez hier matin avec moi et impossible de savoir où j’ai pu le mettre depuis.
Jack : Vous ne l’avez pas utilisé hier soir pour rentrer chez vous ?
Jonas : Je suis sortis de la base avec Teal’c et son badge.
Jack : J’espère pour vous que vous ne vous l’êtes pas fait volé ou que vous ne l’ayez pas perdu dans un lieu public. Vous savez ce que ça impliquerait ?
Jonas : Je sais. Si je ne le retrouve pas avant le briefing, j’en informerais le général Hammond.
Jack : Je vous conseille de bien chercher avant.
@@@

Salle de briefing / Lundi matin

Ils étais tous installer dans la salle e briefing quand le général Hammond arriva. Jonas l’avait averti de sa perte de badge dans son bureau quelques minutes auparavant.
Hammond : Je tiens d’abord à vous dire que le système de sécurité sera dorénavant renforcé. Si ce badge est tombé entre de mauvaises mains, il faut s’attendre à ce que notre système de sécurité soit forcé.
Le briefing se poursuivie par des explications sur les prochaines mesures à mettre en place pour assurer une bonne sécurité de la base.
Le briefing fut assez bref. Le général Hammond était furieux de désagrément qui allait gâcher son début de semaine. Jonas se sentait à juste titre responsable de cette situation. Jack avait remarqué que Sam n’était pas intervenue pendant le briefing et qu’elle paraissait songeuse, voir ennuyée mais il y avait plus important en ce moment que de se soucier des petits malheurs de son second.

La journée se poursuivie calmement, chacun vacant à leur occupation.

Sam resta toute la journée dans son labo, les membres de SG-1 sont tous venus la voir afin de prendre des nouvelles mais devant le peu de conversation de Sam ce jour là, ils restèrent peu de temps.
@@@

Salle de sport / Lundi Après-midi

Jack et Teal’c donnait des cours de combat à Jonas.
Jack : Regardez Quinn, Teal’c en piste !
Teal’c : J’arrive O’Neill.
Jack : Qu’est ce que c’est que ça ?
Teal’c : C’est une sucette.
Jack : Oui, je connais mais vous allez m’enlevez ça de votre bouche. On est sensé faire une démonstration de boxe sur un ring, on est pas dans une cours d’école.
Devant le regard interloqué de Teal’c, il poursuivit.
Jack : Ce sont les enfants qui mangent les sucettes et en général on leur dit de ne pas courir avec une sucette à la bouche. C’est plutôt dangereux.
Teal’c : Je ne vois pas en quoi cette friandise peut être dangereuse.
Jack : Laissez tomber. Jonas ! Sur le ring !
Après quelques minutes de combat, Jonas était déjà essoufflé.
Jonas : Dîtes vous savez pourquoi le major Carter n’est pas très en forme en ce moment.
Jack : Arrêtez de parler et concentrez vous davantage.
Jonas : Oh ça va je m’inquiète juste pour le major
Jack : (en s’énervant) Et vous croyez que je ne m’en soucie pas. Mais elle m’a clairement fais comprendre que ça ne me concernait pas.
Jonas : Et vous n’avez pas essayez d’en savoir plus par le docteur Frasier ou par des scientifiques travaillant avec elle ?
Jack : Ecoutez Jonas, elle m’a dit de ne pas me mêler de ces affaires. Si elle ne se confie pas, je ne pourrais pas l’aider et puis après tous ce n’est pas à moi d’aller lui parler.
Teal’c : (en s’en allant) je vous est connu plus inquiet et attentionné envers votre major Carter…
Jack : Qu’est ce que ça veut dire ça «  votre major Carter ». Teal’c ?
Il n’obtient aucune réponse, Teal’c était déjà parti.
Jack : Il se comporte de plus en plus comme Daniel, celui là. Ça promet…
Jack était vexé que Sam n’ait pas partagé ses émotions comme à son habitude. Depuis la « mort » de Daniel, ils s’étaient rapprochés afin de remplir le manque qu’il avait laissé en eux.

Mais cette fois ci Sam l’avait rejeté et le fait de la voir aussi morose et de ne pouvoir rien faire, l’énervé au plus haut point.
Ainsi il décida comme l’avait suggérer Jonas d’aller voir Janet. Après tous en tant que supérieur il avait le droit de connaître les problèmes d’un membre de son équipe.
@@@

Infirmerie / Lundi Après-midi

Jack : Bonjour doc.
Janet : Bonjour colonel, je suis étonnée de vous voir ici.
Jack : En fait, je viens vous parler du major Carter. Elle ne va pas très bien en ce moment et je voulais en connaître les raisons.
Janet : Je suis désolé colonel, mais je crois que ce n’est pas à moi de vous en parler. Allez la voir.
Jack : C’est ce que j’ai déjà fait mais elle ne veut rien me dire.
Janet : Si elle ne veut pas vous en parler alors je ne peux rien vous dire.
Jack : Docteur, j’ai besoin de savoir.
Janet : Je suis désolé colonel, je ne veux pas trahir sa confiance.
Jack : Allez doc dites moi, c’est dans son intérêt. Je ne pourrais pas l’emmener en mission tant qu’elle ne sera pas au top psychologiquement. Je ne permettrais pas d’emmener un membre de mon équipe qui soit déprimé. Et si on ne l’aide pas elle restera enfermée dans son labo et je doute que ça n’arrange les choses.
Janet : Tous ce que je peux vous dire c’est qu’il lui faut du temps pour réfléchir. Elle est dans un période de réelle remise en cause. Elle ne se sent pas très bien dans sa vie. Il va falloir être patient avec elle et lui montrer que nous sommes là pour la soutenir.
Jack : Il y un rapport avec la base.
Janet : En autre, oui.
Jack : Un problème avec moi ?
Janet : Non, je ne pense pas, c’est plutôt un problème pour allier sa vie privée et sa vie professionnelle.
Jack : Je vois. On ne peut donc pas faire grand-chose.
Janet : Lui laisser du temps pour trouver son équilibre entre ses deux vies.
Jack : Merci
Il laissa tomber pour l’instant mais si le problème persister il se verrait obliger d’en parler avec elle.
@@@

SG-C / Mardi matin
Jonas avait passé toute la journée du lundi à chercher son badge sans succès et s’y remettait aujourd’hui dans son bureau. Sam ne communiquer avec personne enfui dans un mutisme. Plusieurs personnes l’avaient abordé en lui demandant si tout allait bien, jamais elle ne donna la raison de sa baisse de moral. Par conséquent, des rumeurs commençaient à circuler au SG-C.
En passant devant le labo de Sam, Jack décida d’aller lui parler. Peut être qu’en la poussant à sortir ce soir, son charmant sourire referait son apparition.
@@@

Laboratoire du Major Carter / Mardi matin
Toc, Toc, Toc…
Sam : Entrez !
Jack : Carter, excusez moi de vous déranger mais j’aimerais vous parler.
Sam : J’ai pas mal de travail en retard, mon colonel.
Jack : Il attendra !
Sur ces mots, il pris une chaise et s’assis en face de Sam.
Sam : Je vous ai déjà dis que je n’avais pas envie d’en parler.
Jack : Je sais, j’avais compris mais permettez moi d’insister.
Les yeux de Sam erraient dans le vide, et elle restait silencieuse, n’ayant apparemment pas envie d’engager la conversation. Elle ne le regardait pas. Elle évitait à tout prix de croiser son regard car elle avait peur qu’il lise dans ses yeux se qu’elle ressentait. Il comprit qu’il aurait du abandonner et la laisser tranquille, elle avait vraisemblablement besoin de solitude en ce moment, mais c’était également l’unique chose qu’il n’était pas disposé à lui octroyer.

Jack comprit qu’il y avait un réel problème qu’une simple soirée ne pourrait résoudre.
Jack : J’aimerai vraiment que vous me disiez ce qui ne va pas ?
Sam soupira à cette demande.
Sam : Ecoutez mon colonel, il n’y rien de grave, il n’y a pas de quoi alerter toute la base. J’ai aussi le droit comme vous tous d’avoir des moments de fatigue. Quand vous êtes de mauvaise humeur, personne n’en fait une affaire d’Etat, mais moi, le jour où je n’arrive pas avec le sourire, tout le monde s’inquiète. Je ne suis pas parfaite, j’ai le droit à mes moments de faiblesses.
Jack : Prenez des vacances. Ca sert à ça les vacances, à se reposer, à s’aérer la tête pour revenir en pleine forme à la base et continuer à sauver le monde avec la ferveur qu’on vous connaît.
Sam : Et si un jour je n’arrive pas à sauver le monde ? J’ai l’impression de porter le sort de milliards de personnes sur mes épaules. Ca devient trop lourd à porter.
Jack : Je suis conscient qu’on vous en demande énormément ici et que c’est souvent vous qui nous sortez des situations les plus désespérées. Je sais que la pression est dure à supporter. Mais sachez que vous resterez quoi qu’il arrive une brillante scientifique et un bon militaire, et que vous n’aurez pas à vous en vouloir si par malheur, un jour, vous ne trouvez pas la solution au problème.
Jack fut déçu qu’elle ne réagisse pas à sa remarque. Elle avait de plus baissé la tête comme contrariée par ce qu’il lui avait dit. En effet, ce genre de phrases ne lui faisait pas plaisir en ce moment. Elle aurait préféré, surtout venant de Jack, une phrase vantant ses qualités de femme. Elle avait marre de n’être considéré que comme un soldat ou une scientifique.
Ainsi, Jack l’obligea à relever la tête et à le regarder, par un geste doux mais autoritaire. Sam fut surprise par ce geste mais elle releva la tête sans contestation. Une fois son regard dans celui de Jack, elle sentie ses sentiments la dépassés. Prise de panique, elle tenta de fuir.
Sam : Je dois y aller, il faut que j’aille voir le docteur Marsh.
Elle se leva et se dirigea vers la porte. Jack était médusé, elle était devenue si froide envers lui. Mais il n’était toujours pas prêt à en resté la. Il se leva à son tour, la retint par le bras et se posta entre elle et la porte.
Jack : Je crois que votre fatigue va bien au-delà de ce que vous voulez bien nous dire. Je ne vous ai jamais vu aussi distante envers moi. Il y a un vrai malaise. Je me trompe ?
Il était tombé juste. Ne pouvant le nier, elle décida de sortir du labo. Il n’insista pas davantage se promettant tout de même de remettre ça sur le tapis.

Tous les deux passèrent leur journée à leurs occupations respectives, contrarié l’un autant que l’autre.
@@@

Laboratoire du Major Carter / Mardi midi

Janet : Sam, il est temps d’aller déjeuner. Ce n’est pas en restant enfermé ici que vous trouverait le prince charmant.
Sam : Si seulement…
Janet : Au fait, le colonel O’Neill est venu me voir hier après midi. Il m’a harceler de question à votre sujet. Il était inquiet. J’ai était obligé de lui dire que vous aviez des petits problèmes d’ordre personnel et qu’il vous fallait un peu de temps pour que tout rentre dans l’ordre mais qu’il n’y avait rien de grave. J’espère qu’il sera se montrer patient avec vous.
Sam : Il est venu me voir et je dois dire que je n’avais pas particulièrement envie de le voir en ces circonstances.
Janet : Il ne vous à pas trop harcelé de questions j’espère.
Sam : Il a était comme d’habitude très obstiné. Et comme je n’avais pas envie de lui parler à ce moment, ça s’est mal finit.
Janet : Je vois, vous avez toujours été plus entêté que lui.
Sam : En fait, on a commencé à discuter jusqu'à ce qu’il touche un point sensible. Il a voulu en savoir plus mais j’ai stoppé la discussion en m’en allant.
Janet : Il n’a pas du apprécier. Mais vous devriez lui dire. C’est aussi votre ami. Je pensais que vous partagiez vos problèmes et vos émotions.
Sam : C’est vrai que depuis la mort de Daniel, on s’est davantage rapproché, peut être trop…
Janet : Il s’est passé quelque chose entre vous et le colonel O’Neill ?
Sam : Non, bien sur que non. Ce que je veux dire c’est qu’il serait préférable qu’on se comporte plus comme des miliaires et moins comme des amis. C’est pour ça que j’essaie de prendre des distances.
Janet : Il fait aussi parti du problème, n’est ce pas ?
Sam : Si on veut… En fait Pete m’a reproché de ne pas m’impliquer entièrement dans une vie de couple. Il a raison. Comment vous expliquez…

Le colonel et moi avons une relation très ambiguë à telle point qu’il est difficile de la définir. Mais moi je sais que je me sens bien avec lui comme avec aucun autre homme. Et je pense que ce sont ces sentiments qui m’empêche de m’implique totalement dans une autre relation. Ca me panique…, je ne sais plus quoi faire.
Janet : Je sais que le règlement ne vous le permet pas mais avez-vous essayez d’en parler avec lui.
Sam : Non pas vraiment, de toute façon cela ne mènerait nul part. Je sais qu’il tient beaucoup à moi mais je ne pense pas qu’il me voit comme je le voudrais. De toute façon, le connaissant il ne laissera jamais ses sentiments personnels s’exprimer.
Janet : Que comptez donc vous faire ?
Sam : Il est évident que j’ai de plus en plus de mal à garder ce sentiment pour moi, la preuve j’ai été obligé de vous en parler. Je n’arrive plus à les gérés. C’est pourquoi, pour éviter toutes situations gênantes, je l’évite au maximum. A vrai dire, j’ai envie de partir quelques temps loin d’ici, pour changer d’environnement, et prendre du recul sur tous ceci.
Janet : Prenez des vacances, il doit vous rester pas mal de permission à prendre.
Sam : Je n’ai pas vraiment envie de me retrouver toute seule même si c’est dans un endroit paradisiaque.
Janet : Vous seriez peut être toute seule à l’aller mais je suis persuadé que vous reviendriez accompagné.
Sam : (avec un sourire) En fait j’avais plutôt pensé à un stage à Washington. Le pentagone m’a relancé pour un stage de quelques mois sur l’étude d’une nouvelle arme qu’ils cherchent à développer, je vais peut être cette fois ci accepter. Et puis, ça sera l’occasion de revoir quelques amis.
Les deux femmes discutèrent encore pendant quelques minutes puis rentrèrent respectivement chez elles.
@@@

Mess du SG-C / Mardi midi

Le major Carter venait de s’asseoir à une table seule pour manger quand deux personnes arrivèrent.
Major Moore : Major Carter, ravie de vous revoir parmi nous, j’ai appris que le moral n’était pas très bon en ce moment.
Sam : (n’appréciant pas beaucoup le major) Je crois que ça ne vous concerne pas.
Les deux militaires s’assiérent tous les deux en face de Sam, le sourire aux lèvres.
Major Moore : Détrompez vous ça m’intéresse. En fait, vous m’intéressez et je suis sur que je peut vous remontez le moral.
Sam : Je ne crois pas non.
Major Moore : Si vous vous laissez faire je suis sur que je peut vous faire retrouver le bonheur et le plaisir, si vous voyez ce que je veux dire ?
Jack : (qui arrivait à ce moment là) Je suis sur que le major Carter voit ce que vous voulait dire et que ça ne l’intéresse pas. Maintenant, je vois là-bas une table vide qui vous attend.
Les deux militaires se trouvant subordonné au colonel O’Neill ne dirent pas un mot et se dirigèrent vers la table indiquée.
Jack : Désolé de vous priver des ces deux charmants jeunes hommes mais j’avais envie de vous parler.
Sam : Si c’est pour revenir sur notre précédente discussion, je n’ai rien d’autre à ajouter.
Jack : Hammond vient de me dire qu’on aurait peut être une mission de prévue cette nuit ou demain très tôt. Ainsi je voulais m’assurer que vous étiez apte à effectuer cette mission avec nous.
Sam : Je vais bien, je vous assure et puis me laisser sur la touche n’arrangerait rien.
  1   2   3

similaire:

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie icon1. 1Définitions
«Catégorie de matières» : une catégorie de matières visée par le Régime de compensation, soit la catégorie «journaux» qui est mise...

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie iconAdresse électronique : parsekian2@yahoo fr

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie icon0527-47-54-05 e-mail: tbib100@yahoo fr Né le 22/05/1985. Formations

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie iconCatégorie 1 : Langage

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie iconConcours de catégorie a = niveau Bac+3 et plus

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie iconDes stages organisés par catégorie, cycles, contenu : page 1

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie iconAdresser par email à : D

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie iconAdresse email de réception des candidatures

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie iconProjection à 30 à Ciné Meyzieu Catégorie «Primaire»
«Comme un poisson dans l’eau» Fiction, 13 min 30 Ecole Paul Langevin, Givors (69)

Cocette email : cocette22@yahoo fr Categorie iconType Catégorie de services n°27 Autres services Mode








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com