Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome








télécharger 68.1 Kb.
titreRésumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome
date de publication18.10.2016
taille68.1 Kb.
typeRésumé
c.21-bal.com > loi > Résumé
Résumé du cours de chimie : les atomes
Constitution d’un atome :
Toute la matière qui nous entoure est constituée à partir de « briques élémentaires » appelées « atomes ».

Ainsi les principaux atomes présents dans les organismes vivants ont été nommés : carbone, hydrogène, oxygène,…
Expérience de Rutherford (1911) :
Une roche radioactive émet des particules α (noyaux d’hélium constitués par 2 protons et 2 neutrons,

donc chargés positivement) en direction d’une feuille d’or très fine (0,1m d’épaisseur).

Il constate que la plupart des particules α traversent la feuille d’or sans être déviées :

donc la matière est constituée essentiellement de vide.

Seules quelques très rares particules α (1 sur 100000 environ) sont déviées : donc elles

passent à proximité, ou rebondissent, sur un « condensé de matière » de dimensions très

petites, et chargé positivement (car deux charges positives se repoussent).
Cette expérience a détruit le modèle de l’atome proposé par Thomson (« pudding aux

électrons ») car elle a montré qu’un atome est constitué essentiellement de vide, avec

au centre un petit concentré de matière chargé positivement et appelé « noyau ».




Autour du noyau, des électrons se déplacent d’un mouvement incessant et désordonné,

dans un espace vide appelé « nuage électronique ».

Les limites de l’atome correspondent à un espace sphérique dans lequel on a 95% de

chances de trouver les électrons.
Ordre de grandeur de la taille du noyau : 10–15m de l’atome : 10–10m soit 100.000 fois plus grand.
Constitution d’un atome :
Le noyau est constitué de particules appelées nucléons, que l’on peut séparer en deux catégories : les protons (de symbole p) et les neutrons (de symbole n).

Z appelé numéro atomique = nombre de protons dans le noyau

A appelé nombre de masse = nombre total de nucléons dans le noyau

Donc le nombre N de neutrons se calcule par la relation N=A–Z
Les protons et les neutrons ont pratiquement la même masse : m(p) = m(n) = 1,67.10–27kg
Les protons ont une charge électrique positive… c’est la plus petite charge positive qui puisse exister.

On l’appelle charge élémentaire et on la note e = +1,6.10–19C L’unité de charge électrique est le Coulomb.
Les neutrons n’ont pas de charge électrique : Ils sont « électriquement neutres ».
Les électrons (symbole e ) ont une masse négligeable devant la masse des nucléons (2000 fois plus faible).

Ils portent une charge électrique de même valeur que celle du proton mais négative : –e = –1,6.10–19C
La masse d’un atome est donc égale à la masse de son noyau = nombre de nucléons x masse d’un nucléon.

Un atome est globalement neutre donc il y a autant d’électrons autour du noyau que de protons dans le noyau.


A

Z

Le symbole d’un atome de numéro atomique Z et de nombre de masse A est X où X correspond à la 1ère lettre en majuscule du nom donné à cet atome (pas toujours en français !), éventuellement suivi de la 2ème lettre en minuscule.


35

17

Exemple : Cl est le symbole d’un atome de chlore dont la constitution est :

* noyau constitué par 35 nucléons dont 17 protons et 35–17=18 neutrons.

* l’atome est globalement neutre donc il y a 17 électrons qui tournent autour du noyau.
Masse de l’atome = masse du noyau (car les électrons ont une masse négligeable) = 35x1,67.10–27 = 5,85.10–26kg
Combien y a-t-il d’atomes de chlore dans un échantillon de chlore de masse m = 7,0g soit 7,0.10–3kg ?
Réponse : n(atomes) = masse de l’échantillon/masse d’un atome = 7,0.10–3/5,85.10–26 = 1,2.1023 atomes
I
35

17

37

17
sotopes :
ce sont des atomes qui ont le même numéro atomique Z, donc le même nombre de protons dans le noyau et le même nombre d’électrons autour du noyau, mais un nombre de neutrons différent. Ils ont le même symbole X.
Exemple : isotopes du chlore Cl et Cl

L
35,5

17
e nombre de masse A moyen sur l’ensemble des isotopes du chlore est 35,5 et on écrit le symbole du chlore Cl

Structure électronique :
Tous les électrons qui constituent le nuage électronique d’un atome ne sont pas, en moyenne,

à la même distance du noyau. On peut ainsi classer les électrons en plusieurs groupes,

chaque groupe se trouvant sur une couche plus ou moins éloignée du noyau.

La couche la plus proche du noyau est notée « couche K », la suivante « couche L », etc…
Règles de remplissage des couches électroniques :

* les électrons se mettent en priorité sur les couches les plus proches du noyau, mais…

*
35

17

23

11
le nombre de places disponibles sur une couche est limité : K 2 places L 8 places M18 places
Exemples : structure électronique du sodium Na K(2) L(8) M(1) du chlore Cl K(2) L(8) M(7)

Les ions :
Définition :
Un ion est un atome (ou un groupe d’atomes) ayant gagné ou perdu des électrons. Un ion porte une charge électrique.
L
35

17

35

17

35

17
orsqu’un atome gagne des électrons (qui portent une charge négative), il devient chargé négativement.

Exemple : Cl +1e  Cl L’ion chlorure Cl a pour structure électronique K(2) L(8) M(8)
L
23

11

23

11

23

11
orsqu’un atome perd des électrons, il possède moins d’électrons autour du noyau que de protons (qui portent une charge positive) dans son noyau, il devient chargé positivement.

Exemple : Na  Na+ +1e L’ion sodium Na+ a pour structure électronique K(2) L(8)
Exemples d’ions polyatomiques : l’ion hydroxyde HO l’ion sulfate SO42– l’ion oxonium H3O+ l’ion nitrate NO3

L’ion sulfate est constitué par 4 atomes d’oxygène unis à un atome de soufre, l’ensemble portant 2 charges négatives.
Solides cristallins ioniques :
Le « sel de cuisine » est un solide blanc constitué d’ions chlorure et d’ions sodium.

Les ions de même charge se repoussent tandis que les ions de charges contraires s’attirent.

Ces forces électriques conduisent à un arrangement régulier des ions les uns par rapport

aux autres : on dit alors que la structure du solide est cristalline.
A l’échelle macroscopique, on peut reconnaître un cristal à ses faces naturellement planes

et aux angles répétitifs entre ses arêtes.

Remarque : le verre n’est pas un cristal : on peut lui donner des faces planes lors de sa

fabrication mais, lorsqu’il se casse, aucune structure régulière n’est conservée.
La formule chimique du chlorure de sodium solide est NaCl(s) : elle ne fait pas apparaître les charges portées par les ions qui le constituent, mais elle indique qu’il y a en moyenne 1 ion Na+ pour 1 ion Cl de façon à ce que le solide soit globalement neutre (autant de charges positives que négatives).
Autre exemple de solide cristallin ionique:

Le chlorure de cuivre(II) constitué d’ions chlorure Clet d’ions cuivre(II) c'est-à-dire portant 2 charges positives Cu2+ (on précise entre parenthèses la charge de cet ion car il existe aussi l’ion cuivre(I) de formule Cu+).

Il faut en moyenne 2 ions Clpour 1 ion Cu2+ afin que le solide soit électriquement neutre : sa formule est CuCl2(s).




Dissolution d’un solide cristallin ionique dans l’eau :
* Expérience : On introduit des cristaux de chlorure de cuivre(II) dans un tube à essai

contenant de l’eau. On bouche le tube et on l’agite.
* Observations : les cristaux disparaissent tandis que l’eau prend une coloration bleue.
* Explications : dans l’eau, les forces électriques sont environ 80 fois plus faibles que

dans l’air, ce qui permet aux ions Cu2+ et Cl de se séparer. Puis ces ions s’entourent

de molécules d’eau, et se dispersent dans tout le liquide qui devient homogène.
La couleur bleue est due aux ions Cu2+ entourés de molécules d’eau, notés Cu2+(aq).

(aq) signifie « aqueux », c'est-à-dire entouré d’eau (le préfixe « aqua » est associé à l’eau : aquatique, aquarium,…)
* Vocabulaire : on dit que le chlorure de cuivre(II) s’est dissout dans l’eau.

Le liquide eau est ici le solvant, l’espèce chimique de formule CuCl2(s) qui se dissout dans le solvant est le soluté.

Le liquide obtenu après dissolution d’un soluté dans le solvant « eau » est une solution aqueuse de ce soluté.




La dissolution du soluté CuCl2(s) dans l’eau peut se modéliser ainsi : CuCl2(s) Cu2+(aq) + 2Cl(aq)

Classification périodique des éléments chimiques :
Q
35

17

37

17

35

17
u’est-ce qu’un élément chimique ?

Qu’y a-t-il de commun aux deux isotopes du chlore Cl et Cl et à l’ion chlorure Cl qui ont le même symbole Cl ?
O
35

17

37

17

35

17
n dit qu’ils appartiennent au même élément chimique appelé « chlore ».
Comparons leurs constitutions : Cl : 17 p ,18 n , 17e Cl : 17 p , 20 n , 17e Cl : 17 p ,18 n , 18e
On appelle « élément chimique chlore » l’ensemble des atomes ou ions qui possèdent 17 protons dans leur noyau.
Un élément chimique est caractérisé par le nombre de protons qu’il renferme dans son noyau.
Autre exemple : l’élément chimique hydrogène de symbole H est constitué par : etc…
La loi de Lavoisier : « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »
Lors d’une transformation chimique, on retrouve dans l’état initial et dans l’état final les mêmes éléments chimiques et en même quantité.
Ainsi en T.P. nous avons pu observer différents aspects de l’élément chimique cuivre sous forme d’atomes ou d’ions, seul ou uni à d’autres éléments chimiques ? Mais dans tous ces composés d’apparence variée, étaient toujours présents

des noyaux constitués de neutrons et de 29 protons, caractéristiques de l’élément cuivre de symbole Cu.
Lors d’une transformation chimique, seuls les électrons présents sur la dernière couche occupée (couche externe de l’atome) se trouvent modifiés, mais jamais les noyaux de ces atomes.
La classification périodique de Mendeleïev :
En 1869, Mendeleïev a classé les éléments chimiques qu’il connaissait par masses croissantes, en disposant les éléments ayant des propriétés chimiques voisines les uns sous les autres, dans une même colonne.

A son époque la structure des atomes n’était pas connue, mais sa classification est proche de la classification actuelle.
A
35

17
ctuellement, les éléments chimiques sont classés par numéro atomique Z (nombre de protons) croissant, et on passe d’une ligne à la suivante chaque fois que le remplissage électronique fait intervenir une couche supplémentaire.
Exemple : Le chlore Cl occupe la 17ème case de la classification puisque Z=17

Il se trouve sur la 3ème ligne de la classification car sa structure électronique K(2) L(8) M(7) fait intervenir 3 couches.
R
39

19
emarque : Les deux règles simples de remplissage des couches électroniques (vues page 1) souffrent d’exception !

Ainsi, la structure électronique du potassium de symbole K devrait être K(2) L(8) M(9).

Or la structure réelle est K(2) L(8) M(8) N(1), ce qui justifie la place du potassium sur la 4ème ligne de la classification.
Origine des éléments chimiques :
L’hydrogène, qui est le plus petit élément chimique (Z=1), représente 90% des atomes présents dans l’univers.

C’est dans le cœur des étoiles que les petits noyaux d’hydrogène fusionnent en libérant de l’énergie, pour donner des noyaux plus gros, en premier l’hélium, puis ensuite les éléments carbone, azote, oxygène,… qui sont nécessaires à l’apparition de la vie.

A la fin de leur vie, les étoiles explosent et ensemencent l’espace environnant en éléments chimiques nouveaux qu’elles ont fabriqué.
C’est à partir de ces poussières d’étoiles voisines qui se sont mélangées au fil des explosions, que de nouvelles étoiles comme le soleil ont pu se former avec leur cortège planétaire, et sur au moins une de ces planètes ces éléments chimiques ont permis à la vie d’apparaître.
Il existe dans l’univers une centaine d’éléments chimiques différents, correspondants à quelques milliers d’isotopes dont la plupart sont instables et se transforment spontanément mais parfois lentement en isotopes plus stables (radioactivité).
Quelques familles d’éléments chimiques :
Une famille correspond à l’ensemble des éléments chimiques présents dans une même colonne de la classification.
Les atomes d’une même famille ont le même nombre d’électrons sur la couche externe (dernière couche occupée) et ils ont des propriétés chimiques comparables.
* Famille des alcalins  première colonne de la classification = lithium Li , sodium Na , potassium K , …

Points communs : 1 e sur la couche externe, ce sont des solides qui réagissent violemment avec l’eau et s’enflamment spontanément au contact de l’air, ils donnent facilement des ions portant une charge positive Li+, Na+, K+, …
* Famille des gaz rares  dernière colonne de la classification = hélium He , néon Ne , Argon Ar , krypton Kr , …

P
Conséquence : pour qu’un élément chimique soit stable, il doit avoir 8 e- sur sa couche externe (sauf couche K2e)
oints communs : 8 e sur la couche externe (sauf He, mais sa couche externe K n’a que 2 places disponibles), ils sont présents dans l’air en petite quantité et n’ont aucune réactivité chimique : ils sont donc très stables !

Masse volumique et densité d’un liquide :
La masse volumique mv d’un liquide est obtenue en divisant la masse m de ce liquide par le volume V correspondant :



mv = avec m en g, V en L et mv en g.L–1. 1mL=10–3L mv(eau) = 1000 g.L–1
On définit la densité d d’un liquide comme le rapport entre la masse de 1,0L de ce liquide et la masse de 1,0L d’eau :



d(liquide) = masse de 1,0L de liquide masse de 1,0L d’eau La densité est une grandeur sans unité. d(eau) = 1,0
Exemple : la masse de 20mL de cyclohexane est de 15,6g donc mv(cyclohexane) = 15,6/20.10–3 = 780g.L–1
d(cyclohexane) = masse de 1,0L de cyclohexane masse de 1,0L d’eau = 780/1000 = 0,78
La masse de 50mL de cyclohexane est : m = mv x V = 780 x 50.10–3 = 39g
Lorsqu’on mélange deux liquides différents et que l’on obtient après agitation un seul liquide homogène, on dit que ces deux liquides sont miscibles. (Exemple : eau+alcool)

Si les deux liquides ne sont pas miscibles, le moins dense se positionne au dessus de l’autre qui est plus dense, et ils constituent deux phases bien distinctes. (Exemple : eau+cyclohexane cyclohexane au dessus de l’eau)
Solubilité d’une espèce chimique dans un solvant :
Lorsqu’on introduit un produit chimique (chlorure de sodium, sulfate de cuivre, diiode,…) dans un liquide (eau, alcool, cyclohéxane,…) et que l’on agite le mélange hétérogène obtenu, on obtient parfois un liquide homogène (propriétés identiques en tout point) tandis que le produit chimique disparaît à la vue.

On dit que le produit chimique, appelé soluté, s’est dissout dans le liquide, appelé solvant.
On appelle solubilité d’une espèce chimique dans un solvant donné la masse maximale de cette espèce chimique que l’on peut dissoudre par litre de ce solvant.
Exemples : On peut dissoudre au maximum m=10g de sulfate de cuivre dans V=50mL d’eau, soit V=50.10–3L d’eau.

La solubilité du sulfate de cuivre dans le solvant « eau » est donc s = m(soluté)/V(solution) = 10/50.10–3 = 200g.L–1

Mais le sulfate de cuivre est pratiquement insoluble dans le cyclohexane.
La solubilité du soluté « diiode » dans le solvant « eau » est : 0,34g.L–1 à 20°C mais augmente à 0,60g.L–1 à 40°C

La solubilité du soluté « diiode » dans le solvant « cyclohexane » est : 28g.L–1 à 20°C soit 80 fois plus que dans l’eau !
La solubilité d’un soluté dans un solvant augmente en général avec la température on utilise de l’eau chaude pour extraire en plus grande quantité les aromes présents dans le thé ou le café, et qui sont solubles dans l’eau.
P
le cyclohexane n’est pas miscible à l’eau

et il est moins dense que l’eau
rincipe d’une extraction liquide-liquide :




Objectif à atteindre : séparer les deux solutés (diiode et sulfate de cuivre) présents dans une même solution aqueuse.
Méthode : il faut trouver un autre solvant qui présente les 2 propriétés suivantes :

* il ne doit pas être miscible à l’eau (donc l’alcool ne convient pas)

* un des solutés doit être beaucoup plus soluble dans ce solvant que dans l’eau, et inversement pour l’autre soluté.
Le cyclohexane convient car il n’est pas miscible à l’eau, le diiode est 80 fois plus soluble dans le cyclohexane que dans l’eau et, inversement, le sulfate de cuivre est très soluble dans l’eau mais pratiquement insoluble dans le cyclohexane.
On introduit 20mL de mélange dans une ampoule à décanter et on rajoute 20mL de cyclohexane.

On agite pour accélérer le transfert des solutés dans le solvant où ils sont le plus solubles.

On laisse reposer pour que les deux phases se séparent, puis on récupère chaque phase dans un bécher différent.

similaire:

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconConstitution de l’atome  Modèle de Rutherford

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconLes atomes Définition de l’atome

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconTp 14 Réactions en chimie organique
«addition», «substitution» ou «élimination» décrire la nature de la réaction étudiée. Entourer les atomes ou les groupes d’atomes...

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconQu’est-ce que l’alcool ?
«Alcool» désigne l’ensemble des composés organiques dans lesquels un groupe hydroxyle, qu’on représente en chimie (OH), est lié à...

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconRésumé du cours: chimie organique

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconCours chimie
«grains» qui composent la matière sont les ils sont si petits que l’on ne peut les voir à l’œil nu mais on peut les observer avec...

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconRappels 1 Les hydrocarbures Un hydrocarbure est un composé organique...

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconRésumé du cours de chimie : les molécules
...

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconLa chimie – Partie 1 : Les atomes

Résumé du cours de chimie : les atomes Constitution d’un atome iconSciences naturelles – 9e année Test #1 – La chimie : les atomes,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com