Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba








télécharger 418.07 Kb.
titreRapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba
page1/11
date de publication27.04.2017
taille418.07 Kb.
typeRapport
c.21-bal.com > littérature > Rapport
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11
وزارة التعليم العالي و البحث العلمي




BADJI MOKHTAR-ANNABA UNIVERSITY جامعة باجي مختار- عنابه

UNIVERSITE BADJI MOKHTAR-ANNABA
FACULTÉ DES LETTRES, DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES كلية الآدا ب و العلوم الاجتماعية و الإنسانية DÉPARTEMENT DES LANGUES ETRANGÈRES قسم اللغات الأجنبية
Ecole Doctorale de Françaisمدرسة الدكتوراه في الفرنسية

Antenne de l’Université d’Annabaفــرع جامعة عنـــابة
MEMOIRE


Présenté en vue de l’obtention du diplôme de Magister


LES TRACES INTERTEXTUELLES DANS FASCINATION DE RACHID BOUDJEDRA

Filière : Français

Option : Didactique

par
BEGGAS Wafa


sous la direction de :
Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba
Jury :
Président : Ahmed Cheniki, Professeur, Université d’Annaba

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba

Membres: Said Khadraoui, Professeur, Université de Batna


Mars 2009
Remerciement

Je remercie tout d'abord notre clément Dieu qui m'a donné la puissance pour que je puisse terminer ce travail.
Mon cher père, qui m'a beaucoup soutenu, moralement et matériellement.

Mon oncle Hocine et sa fille Hafida.

Mon oncle Djamel.

Messieurs: Zeroual Brahim, Bahloul Nourddine, Kherbeche Ali, Cheneki Ahmed de département de Français pour leurs conseils.

Messieurs: Fassih et Hafnaoui de département de lettre arabe pour leur aide.

Mes amies: Fouzia, Souraya, Ibtissem pour leur encouragement.

Ma voisine lwiza pour son soutient moral.

Le grand remerciement est à monsieur Awadi pour sa patience et ses conseils.
Et tout ce qui m'a aidé de prés ou de loin pour que ce travail voit le jour.

Dédicace

Je dédie ce travail à:

Mes chers parents notamment mon père qui m’a beaucoup soutenu.

Mes frères et mes sœurs.

Mon fils Mouad , ma nièce aya "Hafida" et mes neveux.

Mes oncles et mes cousins notamment mon oncle Hocine et fille Hafida

Ma voisine Lwiza.

Ma belle famille.

Mes amies et à tous les étudiants de l'école doctorale, promotion 2005.

Tout ce qui porte le nom de Beggas.

Table des matières        

Introduction
PREMIERE PARTIE 

Chapitre 1 : Intertextualité: Aspects définitoires………………………. Chapitre 2: la littérature algérienne d’expression française:

un panorama ……………………………….

Chapitre 3 : Littérature algérienne d’expression Française

et intertextualité ……………………………….
DEUXIEME PARTIE 
Chapitre 1 : L'intertexte comme espace de structuration du roman

1.1. Le résume de « Fascination » ………………………….

1.2. L'écriture en fragments………………………………….

1.3.  Présence de l’hypotexte

1.3.1 Le système des événements ………………………..

1.3.2 Les personnages …………………………………...
Chapitre 2 : L’intertextualité : sources culturelles et production de

discours ……………………………………………………

2.1.  Les modalités alités d’appréciation de l’hypo texte et

les rapports de transformation…………………………

2.1.1 Les actants………………………………………….

2.1.2 Le temps …………………………………………...

2.1.3 Etude de l’espace…………………………………..

2.1.4 Les thèmes…………………………………………

2.1.5 Diégisis et Mimésis……………………….............

2.2 Intertextualité et horizon d’attente ……………………..

2.3 L’intertextualité mémoire de la littérature …………….
CONCLUSION……………………………………………….............

BIBLIOGRAPHIE………………………………………………………


09
24
33

42

44
49

54

59
60

60

67

78

83

94

99

102
105

107


 

INTRODUCTION


03

La littérature comme domaine perméable à tous les changements a été depuis longtemps au centre des débats. Elle n’a cessé d’évoluer en imposant à chaque fois des nouvelles exigences correspondant à celles de chaque époque. Pour sa part et face à l’évolution de la littérature, la critique n’a cessé aussi d’inventer de nouvelles approches afin de pouvoir saisir l’œuvre et d’élucider son contenu en faisant référence soit à la biographie de l’auteur, soit à l’histoire, soit à quelque chose d’autre.

Mais la littérature ne s’écrit pas seulement dans une relation avec le monde, elle s'écrit aussi dans une relation avec elle-même et avec l’histoire de ses productions.

La critique dite Nouvelle a opéré une rupture avec l’"ancienne critique" qui psychologise et historicise les relations entre l'œuvre littéraire et celles qui la précèdent en inventant la notion d’Intertextualité, notion qui est apparu comme une machine de guerre (1) contre l’ancienne critique.

L’histoire de l’intertextualité est étroitement liée à une théorie du texte qui s'est constituée tout au long du XXe siècle. Elle est adaptée aux fins d’un structuralisme radical et s’impose comme une notion admettant l’autonomie du texte.

Nous avons choisi comme exemple de l’écriture intertextuelle Rachid Boudjedra par le biais de son roman Fascination.

Auteur de plusieurs textes romanesques et essais, écrivant en langue arabe et en langue française, Rachid Boudjedra demeure un écrivain incontournable dans le champ littéraire algérien et maghrébin. En abordant des thèmes tabous dans




04


une société en plein mutation et en introduisant une rupture dans la forme du récit , il a bouleversé l’écriture romanesque et les codes narratifs établis. Etudier son parcours littéraire et revisiter les textes fondateurs de son œuvre seront pour nous une opportunité pour aller à la rencontre des valeurs homogènes et récurrentes qui structurent son discours.

Fascination est un roman de maturité, truffé d’énigmes, de voyages exprimant l’errance, paru aux éditions Grasset en 2000, il met en situation des épisodes de la vie de l’auteur, structurés sur un mode d’ordre géographique plaçant des villes comme des privilégies d’un récit et de la mise en branle d’évènements historiques ayant marqués le parcours de l’Algérie.

Fascination se situe dans une continuité qui renvoie en grande partie aux préoccupations centrales de l’auteur. En effet, comme c'est le cas de tous ses romans celui-ci est construit autour d’un sujet autobiographique et des questions de généalogie et de filiation qui n’ont pas cessé de caractériser ses textes. Ainsi, le besoin d’établir une généalogie et de constituer une filiation se trouve à des degrés plus ou moins importants d’un texte à l’autre. Mais dans ce roman, il semble que Boudjedra a voulu se situer de manière plus explicite par rapport aux écrivains dont il a toujours revendiqué la filiation et avec lesquels il est conçu en dialogue tels que  Céline, Joyce, Faulkner, Proust…...

Notre travail a consisté donc à repérer les traces intertextuelles dans cette œuvre que nous allons interroger en cherchant comment des textes autres, étrangers, traversent le texte source.

Nous avons aussi cherché quels étaient les auteurs convoqués dans le roman et que l’auteur prend comme modèle :«  D’emblée , j’ai aimé ses livres découverts dans l’ adolescence (….) je me demandé comment l’on pouvait écrire comme Zola alors que Faulkner, Proust, Joyce avaient tout bousculé » (2).


05

Nous avons essayé de repérer l’ensemble des intertextes existant dans le roman, que ce soit des intertextes implicites qui se présentent sous forme de pratiques intertextuelles (Citations, parodie, pastiche …) ou des intertextes implicites, qu’ils s’agissent des thèmes culturels, de lieux communs ou même d’horizon d’attente (modèles implicites de sujets, de formes ou de contenus que la culture d’un moment et d’un milieu façonnent).

Notre travail a consisté aussi à voir comment les textes originaux sont intégrés dans la fiction moderne et quelles sont ses modalités d’apparition, quels seront aussi les rapports de transformation entre les modèles archétypiques et Fascination ; quelle idéologie textuelle est produite par la prise en compte de ces modèles et leur transformation.

Pour atteindre notre objectif , nous avons choisi à recourir à la sémiotique littéraire, parce que dés que le rapport entre deux œuvres est rigoureusement établi d’un point de vue thématique et discursif , une analyse sémiotique peut éclairer leur interaction..

Nous avons divisé notre travail en deux parties : l'une théorique et l'autre pratique.

La première comprend trois chapitres dont le premier est une exposition de l’histoire et de différentes théories de l’intertextualité en partant du dialogisme de Bakhtine jusqu’à Laurent jenny en partant par Kristeva, Genette, Riffaterre et d’autres, car un travail dans cette perspective nécessite la maîtrise d’un appareil conceptuel nous permettant une analyse rigoureuse du corpus

A l’issue de ce chapitre nous avons proposé un schéma résumant l’historique et la notion d'intertextualité et une typologie de ses différente pratiques.

Dans le deuxième chapitre nous avons fait un petit panorama de la littérature algérienne d’expression française pour montrer que l’étude de l’intertextualité dans notre littérature nationale en langue française n’est pas un hasard.

D
06
ans le troisième chapitre nous avons fait un petit panorama, mais cette sur la place qu’occupe l’intertextualité dans la littérature algérienne d’expression française en prenant comme exemple les écrits des auteurs considérés comme piliers de notre littérature en langue française tels que : Kateb, Mimouni, Farès et Boudjedra. Dans ce chapitre, nous avons évoqué quelques épisodes de la vie de l’auteur en insistant sur sa formation afin de voir par qui il a été peu ou prou influencé.

Dans la deuxième partie, nous avons travaillé sur deux dimensions en divisant la partie en deux chapitres. Dans le premier nous avons abordé la dimension textuelle qui concerne la forme où bien le texte c'est-à-dire son dispositif formel, les imbrications entre segments textuels, la superposition des plans d’énonciation, ainsi que la morphologie linguistique de leur prise en charge et de leur transposition par le texte d’accueil.

Le deuxième chapitre a été associée à la dimension discursive. En effet, face à l’enrichissement de contenu qu’offre le texte source au texte cible, ce dernier transforme, déforme et adapte le premier. Nous pouvons même dire que le texte cible offre une relecture au texte source. Dès lors, nous allons nous intéresser à la déformation cohérente (3) imposée par la cible à la source à travers l’étude des actants, du temps et de l’espace.

Nous avons traité ces deux dimensions afin de pouvoir ensuite accéder à la troisième, celle de l’interaction axiologique (les thèmes), c'est-à-dire le partage et le conflit entre les systèmes de valeurs contenant le texte source et le texte cible.

La théorie de la réception a aussi sa place dans notre recherche afin de jeter la lumière sur la fusion des horizons dans le jeu intertextuel. Le dernier point est consacré à la dimension de l’intertextualité comme mémoire de la littérature.


07


07



Première partie

08


Chapitre 1: Intertextualité: aspects définitoires


L’intertextualité reste indissociable des travaux théoriques du groupe Tel quel et de la revue homonyme « Fondée en 1960 et dirigée par Phillipe Sollers ».

Le concept d’intertextualité a fait son apparition officielle dans le vocabulaire critique dans deux publications : Théorie d’ensemble « Paris 1968 » (ouvrage collectif consigné par Foucault, Barthes, Derrida, Sollers et Kristeva) ; et Sémiotiké ; recherche pour une sémanalyse (1969) de Julia Kristeva.

L’histoire de l’intertextualité est étroitement liée à une théorie du texte qui s’est progressivement constituée tout au long du XX siècle. Elle a été adapté aux fins d’un structuralisme radical et s’imposera comme une notion admettant l’autonomie du texte.

Julia Kristeva, qui a théorisée cette notion, a emprunté l’idée aux travaux du sémioticien russe Mikail Bakhtine sur le dialogisme et la polyphonie.

En considérant que le dialogisme est le mode de vie des idées, Bakhtine en distingue deux types :
Une, non ligitieuse, morte parce qu’elle est achevée, donc indiscutable.

L’autre, vivante, restée dans la conscience individuelle et qui se manifeste dans la communication dialogique entre les consciences et qui est donc interindividuelle et intersubjective.
Par conséquent, autrui est indispensable à l’achèvement de la conscience : 


09
«  Je ne peux me percevoir moi-même dans mon aspect intérieur, sentir qu’il m’englobe et m’exprime…En ce sens, on peut parler de besoins esthétique absolu que l’homme a d’autrui, de cette activité d’autrui qui consiste à voir, retenir, rassembler et unifier, et que seule peut créer la personnalité extérieurement finie, si autrui ne l’a créé pas, cette personnalité n’existera

pas »(4).

De là, Bakhtine conclut que l’être humain est tout entier en communication avec autrui. Dans le même contexte l’auteur de La Poétique de Dostoievsky note qu’aucun énoncé ne peut éviter la rencontre avec les discours antérieurs :

« Le discours rencontre le discours d’autrui sur tous les chemins qui le mènent vers son objet et il ne peut pas entrer avec lui en interaction vive et intense» (5).

Ainsi, dans tout texte le mot introduit un dialogue avec d’autres textes, ce qui implique une multiplicité des discours. Par conséquent, le texte apparaît comme le lieu d’échange entre les bribes d’énoncés qu’il redistribue en construisant un texte nouveau à partir des textes antérieurs.

Kristeva part de cette idée en prouvant l’imprécision du concept bakhtinien. Elle a défini le dialogisme comme la vie d’un mot dans un constant dialogue avec d’autres mots :

 « Le dialogisme voit dans tout mot un mot sur un mot, adressé au mot, et c’est à condition d’appartenir à cette espace intertextuel que le mot est un mot plein. Le dialogue des mots/ des discours est infini » (6).

Donc, pour Kristeva le dialogisme s’avère omniprésent et considère que le concept Bakhtinien qui prévoit « la personnification des idées, leurs interactions intra textuelles et la distinctions des textes dialogiques et monologiques apparaît comme incorrect » (7).

Elle ajoute:

«L’axe horizontal  « sujet-destinataire » et l’axe vertical  « texte- contexte » coïncide pour dévoiler un fait majeur : le mot texte est un croisement des mots « des textes » ou on lit ou moins n autre mot «  texte ». Chez Bakhtine d’ailleurs, ces deux axes qu’il appelle respectivement dialogue et ambivalence ne sont pas clairement distingues » (8).


  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconUniversite badji mokhtar annaba faculté des Sciences de l’Ingéniorat...

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconProfesseur à l’Université de Montpellier
«Hyper-cours», 1er éd. 2007, 2e éd., 2009, 3e éd. 2011, 4e éd. 2013, 5e éd. 2015 avec le professeur Marie-Pierre Dumont-Lefrand

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconProfesseur Université Sciences de l’ Education Rabat

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconProfesseur à l'Université des Sciences et Technologies de Lille

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconDétail chimique de chacun des composants principaux des boissons énergisantes
«Aucune étude scientifique n’a été réalisée sur ce produit, explique Jacques Diézi, professeur de pharmacologie à l’Université de...

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconDétail chimique de chacun des composants principaux des boissons énergisantes
«Aucune étude scientifique n’a été réalisée sur ce produit, explique Jacques Diézi, professeur de pharmacologie à l’Université de...

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconHistorien des idées et slavisant, professeur honoraire, Université de Genève
«Lorsque je devins plus grand et que je compris son sacrifice, je le tins pour erroné, car je crois que la sévérité paternelle ne...

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconNote / 10 Le professeur intervient à la demande du candidat ou lorsqu’il...

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconRapporteur

Rapporteur : Saddek Aouadi, Professeur, Université d’Annaba iconNote sur 10 ð Le professeur intervient à la demande du candidat ou...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com