Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014








télécharger 0.82 Mb.
titreDossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014
page1/46
date de publication14.11.2016
taille0.82 Mb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46
L’eau en France


Dossier documentaire 1




Documents rassemblés par JM Dauriac – 2014


Généralités sur l’eau



  1. Eau (ressources et utilisation) p.3 à 14

  2. Eau (approvisionnement et traitement) p. 15 à 35

  3. Eau (les défis de l’eau) p. 36 à 49

  4. Hydrologie p. 49 à 67

  5. Hydrologie urbaine p. 67 à 72

  6. Glaciers p. 72 à 98

  7. Fleuves p. 98 à 118

  8. Lacs et limnologie p. 118 à 136

  9. Hydrogéologie p. 136 à 155

EAU (Ressources et utilisations) notions de base

Article écrit par Jean-Paul DELÉAGE

Prise de vue


De toutes les planètes du système solaire, la Terre est la seule à être pourvue d'une hydrosphère. Celle-ci recouvre plus des deux tiers de sa surface. Les propriétés de l'eau sont tout à fait exceptionnelles : condition de la vie, solvant quasi universel, vecteur de chaleur, puissant régulateur thermique, etc. La disponibilité en eau est l'une des clés de la distribution des êtres vivants à la surface de la Terre. Les sociétés humaines elles-mêmes en sont totalement tributaires : elles l'utilisent pour les besoins de leur vie quotidienne, pour leur agriculture et leur industrie, mais aussi comme moyen de transport, pour produire leur énergie ou évacuer leurs déchets. La multiplication des conflits géopolitiques liés à l'eau   ainsi que la montée rapide des coûts de production de l'eau potable dans la plupart des pays industrialisés sont les indices d'une crise majeure de cette ressource.

Patrimoine naturel le plus précieux de l'humanité, l'eau est très inégalement répartie dans le monde. Pour des raisons climatiques, tout d'abord : les zones arctiques, tempérées et tropicales humides se partagent 98 p. 100 des eaux qui circulent sur l'ensemble des terres émergées, tandis que les zones arides et semi-arides ne disposent que des 2 p. 100 restants. Mais les écarts dans les modes et les niveaux de développement socio-économique jouent aussi un rôle déterminant dans les disparités des ressources en eau réellement disponibles. Ainsi, au Sud (au sens géopolitique du terme), plus de 1,5 milliard d'individus sont privés d'eau potable. Quant aux pays industrialisés, ils connaissent une crise latente, notamment en raison des pollutions qui mettent en danger cet élément longtemps considéré comme indéfiniment renouvelable. Les ressources naturelles en eau, potentiellement utilisables, varient suivant les régions de 200 litres à 2 millions de litres par jour et par habitant.

L'eau de notre planète   (environ 1 385 millions de kilomètres cubes) est répartie dans cinq réservoirs interconnectés. Le plus important d'entre eux est constitué par les océans (environ 97,4 p. 100). Les glaces représentent environ 2 p. 100 du réservoir mondial, les eaux douces terrestres (lacs, fleuves, eaux souterraines et humidité des sols) 0,6 p. 100 et la vapeur d'eau atmosphérique moins de 0,001 p. 100. Quant à la totalité de l'eau contenue dans les cellules vivantes, elle correspond à moins de 0,000 1 p. 100 de l'ensemble, soit tout de même 1 100 kilomètres cubes.




I - Ressources





Le cycle de l'eau

 Les cinq réservoirs d'eau de la planète subissent des transferts incessants selon un cycle bien connu dont la phase initiale est l'évaporation des eaux de surface des océans et des continents. Chaque jour, plus de 1 000 milliards de tonnes d'eau passent ainsi dans l'atmosphère, qu'elles quitteront un peu plus tard sous forme de précipitations. La fraction P de ces précipitations qui retombe sur les continents se répartit en deux flux. Une partie (Ev) de l'eau retombée subit à nouveau les phénomènes d'évapotranspiration, après avoir, pour une part, transité par les êtres vivants ; le reste (Dr) est drainé vers les océans. Le bilan s'écrit : P = Ev + Dr.

Les ressources en eau Dr, dites renouvelables, se répartissent elles-mêmes, en fonction de la perméabilité du sol, en trois flux secondaires : le ruissellement, qui alimente les rivières et les fleuves ; le drainage par infiltration superficielle, qui recharge les nappes aquifères ; le drainage souterrain profond, qui fournit les nappes les plus profondes (plusieurs centaines de mètres de profondeur).

Au cours de ce cycle, la surface de l'océan fonctionne comme un immense distillateur. Cet évaporateur à basse température joue le rôle d'une station d'épuration géante qui débarrasse l'eau de tous les déchets, toxines et bactéries qui la polluent et remet l'eau douce à la disposition de la biosphère. À cette eau évaporée viennent se joindre les eaux thermales et volcaniques mises en mouvement par la chaleur interne du globe. À la distillation naturelle s'ajoute le flux des eaux douces obtenues artificiellement par les usines de dessalement des eaux de mer, soit environ 15 millions de mètres cubes par jour.

Le cycle de l'eau comporte donc deux branches principales : une branche atmosphérique (réservoir atmosphérique) et une branche « terrestre » (les quatre autres réservoirs). L'étude de la première relève de la météorologie, la seconde de celle de l'hydrologie. La météorologie permet de comprendre le rôle de la circulation générale de l'atmosphère dans le cycle de l'eau et donc la distribution géographique inégale des précipitations. Dans les zones subtropicales et polaires, l'évaporation est plus importante que les précipitations, tandis que les précipitations dépassent l'évaporation dans les ceintures de précipitation, à savoir la zone de convergence intertropicale et les latitudes moyennes soumises aux perturbations associées aux fronts polaires. Le bilan précis des processus d'apport et d'élimination de l'eau dans une région donnée permet de connaître la répartition spatiale et temporelle de cet élément.

Les trois paramètres principaux caractérisant les précipitations – volume, intensité et fréquence – varient selon les lieux et les saisons. Le volume des précipitations s'évalue en hauteur d'eau sur une période donnée. Une fraction de la pluie est directement évaporée, une autre est interceptée par la végétation, une autre enfin frappe directement le sol. Dans ce dernier cas, une partie s'infiltre, une autre peut stagner en surface, une dernière est emportée par le ruissellement. On fait appel à la notion de pluie efficace pour définir la fraction de pluie qui est effectivement utilisée par la végétation. Cette notion est essentielle, puisque les végétaux constituent le premier niveau trophique des écosystèmes, celui de la photosynthèse du vivant.




  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46

similaire:

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 iconLes documents utiles à la résolution sont rassemblés en annexe
«froids» (température inférieure à 3000 K) : poussières interstellaires, planètes, astéroïdes, etc

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 iconVeille technologique : Métiers du tourisme et de l’alimentation mise à jour juillet 2014
«Le goût et l'alimentation dans l'Antiquité» Dossier d'Archéologie mars / avril 2014

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 icon2016 avenant augmentant temporairement la duree du travail
«Compléments d’heures par avenant» de l’Accord collectif de Branche sur le travail à temps partiel signé le 22 mai 2014 et étendu...

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 iconL'atelier est noté sur 50 points et le temps alloué est de 60 minutes
«Dossier3CH200». Vous accédez à ce dossier en utilisant l’outil «Documents et liens». Les deux fichiers concernés par les travaux...

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 icon4, IL y a deux travaux à soumettre : Un travail collaboratif
«Dossier4CH200». Vous accédez à ce dossier en utilisant l’outil «Documents et liens». Les deux fichiers concernés par les travaux...

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 icon Le dossier de candidature au contrat doctoral 2017, ainsi que le...

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 iconAppel aux candidats à des emplois de fonctions de rang 1 (personnel...

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 iconGestion électronique des documents … Acquisition de documents papier...
«papier» pour les intégrer dans le système de gestion électronique des documents produits et exploités au sein de l’organisation

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 iconSites Éducation Nationale
«sécurité civile». Nombreux documents sur les risques naturels et technologiques majeurs et en particulier sur l’information préventive...

Dossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014 iconDocuments
«4,5°». On souhaite vérifier par dosages directs (pH-métrique puis colorimétrique) cette indication








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com