Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir








télécharger 38.86 Kb.
titreQuestionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir
date de publication05.05.2017
taille38.86 Kb.
typeQuestionnaire
c.21-bal.com > droit > Questionnaire
Nuit et Brouillard - Correction du questionnaire


Titre : Nuit et Brouillard (Nacht Und Nebel)

Film français d’Alain Resnais (1955)

Réalisation-Montage : Alain Resnais

Texte : Jean Cayrol, lu par l’acteur Michel Bouquet

Conseillers historiques : Henri Michel, Olga Wormser

Photographie : Ghislain Cloquet, Sacha Vierny

Production : Anatole Dauman, Philippe Lipchitz

Genre : Film documentaire

Durée : 32 minutes (moyen métrage)
Prix Jean-Vigo 1956




Questionnaire
Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir et Blanc ou en couleur ? Pourquoi ?

Un paysage paisible, tourné en couleur, 10 ans après la Libération (1955, date du film). La végétation s’est développée et les lieux semblent abandonnés. L’auteur passe ensuite en Noir et Blanc et en étude de photographies.
Donnez deux exemples de camp de concentration et un exemple de camp d’extermination.

Dora, Dachau, Buchenwald (Allemagne), Mathausen, (Autriche), Struthof (France) pour les camps de concentration de déportés ; Auschwitz-Birkenau, Treblinka, Belzec, Sobibor, Chelmno (Pologne) pour les camps d’extermination systématique.
A quelle date débutent les camps de concentration dans l’Allemagne nazie ?

Ils sont créés en Allemagne dès 1933 (Dachau).
Y a t-il un plan précis de construction des camps ?

Non, il n’y a pas de plan précis de construction (« alpin », « exotique », « sans style »...).
Qu’est-ce qu’un « block » ?

Un bâtiment du camp. Un lieu d’internement, un dortoir, les « sanitaires », l’« infirmerie », un lieu de travail sont des blocks. Certains blocks sont organisés en deux parties : dortoir, chambre du Kapo (surveillant - prisonnier) et « sanitaires ».
D’où viennent les prisonniers concentrationnaires ?

Les prisonniers viennent de toute l’Europe.
Viennent-ils aussi de France ?

Oui. Il y avait en France un camp de concentration près de Strasbourg (zone allemande annexée) : le Struthof-Natzwiller. Il y avait des camps de transit et de sélection (Drancy, Compiègne, Pithiviers...). En France, la police a « raflé » des populations (« rafle du Vel’d’hiv » à Paris le 16 Juillet 1942).
Par quels moyens les prisonniers arrivent-ils dans les camps ? Dans quelles conditions ?

Les déportés arrivent par train, parfois par camion. La plupart du temps dans des wagons à bestiaux ou de marchandises. Les personnes étaient entassées, à plus de cent par wagon, pendant des heures, des jours… La mort faisait un premier tri...
Que fait-on aux concentrationnaires qui arrivent dans le camp ?

L’accueil est fait par les aboiements des chiens (et des gardiens). Un premier appel est fait dans l’entrée du camp, parfois complètement nu, « pour raison d’hygiène ». De nouveaux « habits » sont donnés (rayés et bleu) sans taille précise ainsi qu’un insigne distinctif (triangle rouge pour les politiques, vert pour les prisonniers de droits communs, jaune pour les Juifs, rose pour les homosexuels...) et un numéro de matricule imprimé au fer sur le bras.
Quel type de prisonnier a un triangle vert ? Quel « privilège » a-t-il souvent ?

Ce sont les prisonniers de droit commun. Souvent, ils ont le privilège d’être le kapo, le surveillant des autres déportés dans leur block. Ils profitent souvent de la situation (racket, pression morale et physique).
Quel est le signe distinctif des concentrationnaires de confession juive ?

L’étoile jaune. Tout comme leurs coreligionnaires (ceux qui ont la même religion) dans les autres pays d’Europe.
Que se passe-t-il la journée ? Et la nuit ?

La journée commence par l’appel du matin, parfois très long. On compte les morts de la nuit et les malades. Ensuite, c’est le départ pour le travail dans les carrières ou dans les usines. La nuit, les nazis multiplient les appels. C’est aussi le moment propice pour les vols, les assassinats, les « complots » entre prisonniers.
Quelles sont les conditions de travail ?

Les conditions de travail sont extrêmement dures. (Ex : escalier de la carrière de Mathausen construit par les déportés).Les contrôles sont nombreux et les pauses inexistantes. La fatigue use les corps et les esprits.
Que mangeaient les prisonniers ?

Les déportés mangeaient peu (de la soupe...). Certains trafics permettaient d’améliorer le quotidien d’une minorité.
Les latrines étaient-elles un lieu important ? Que s’y passait-il ?

Les latrines étaient un lieu très fréquenté du fait de l’alimentation liquide... C’était une pièce avec des trous dans des planches, sans d’hygiène et aucune intimité. C’était un lieu de rencontre, de marché noir, de bagarres, d’assassinats...
Que faisaient les prisonniers pour « rester humain » ?

Pour rester « humains », les déportés essayer d’écrire avec ce qu’ils pouvaient, dessinaient, priaient, travaillaient sur la mémoire (recettes de cuisine, histoires ...), fabriquaient des objets et surtout s’entraidaient comme ils le pouvaient.
Que peut-on dire de l’« hôpital » du camp ?

C’était un « mouroir ».
A quoi servait le « block » de chirurgie ?

C’ était le lieu des expérimentations chirurgicales des « médecins » nazis et de produits chimiques des industriels.
Qui avaient le droit d’aller dans les quartiers réservés et résidentiels des camps ?

Les officiers SS et certains kapos avaient le droit d’aller dans les quartiers réservés.
A quelle date Himmler veut il anéantir en masse les malades mentaux, les Juifs et les Tziganes ?

Entre 1939 et 1941, 100 000 malades mentaux sont euthanasiés, ceci choquant les familles et certains membres de l’Eglise. A partir de Juin 1941, les Einsatzgruppen (commandos SS) massacrent en URSS 50 000 Juifs en deux mois, à la mitrailleuse. Suite à quelques réactions de soldats et à l’insatisfaction de Heinrich Himmler (chef de la SS et de la police allemande), ce dernier demande une réflexion pour exécuter différemment des populations plus nombreuses. En Décembre 1941, à Chelmno en Pologne, les nazis utilisent le gaz d’échappement de camions pour tuer des déportés. En Janvier 1942, la Conférence de Wannsee planifie l’anéantissement en masse des Juifs, Tziganes et malades mentaux. Les SS commencent à expérimenter des chambres à gaz et des moyens de résoudre le problème des corps avec les premiers fours crématoires. Les camps d’extermination sont construits à côtés de camps de concentration comme à Auschwitz-Birkenau en Pologne.
A quoi servait le tri à l’arrivée dans le camp d’extermination ?

Il permettait de distinguer ceux aptes au travail et les plus faibles destinés à la mort immédiate.
Quel(s) moyen(s) les nazis ont-ils utilisé pour tuer leurs victimes ?

Au début, ils utilisaient les techniques « traditionnelles » (fusil, mitrailleuse), puis des techniques expérimentales (gaz d’échappement) et enfin le gaz Zyklon B.

Comment se débarrassaient-ils des corps ?

A partir de l’extermination en masse, les corps des victimes devenaient trop nombreux à enterrer et posaient des problèmes d’insalubrité et de « logistique » pour les nazis. Ces derniers ont utilisé les fosses communes, des bûchers et enfin les fours crématoires. La fin 1944-début 1945 est une période de massacres à grande échelle.
Qu’est-ce que les nazis « récupéraient » ?

Ils « récupéraient » tout (valises, effets personnels, cheveux, les os, parfois la peau). L’extermination devient dès 1943-1944 une «  industrie ».
Que se passe-t-il en 1945 ?

En 1945, les camps sont « complets ». Chaque camp est une véritable « ville » de 100 000 personnes. Mais le charbon vient à manquer…
Quels étaient les avantages des industriels de la chimie (IG-Farben), de la métallurgie (Krupp, Siemens), de l’armement (Goering) ?

Les déportés étaient pour les industries allemandes liées aux nazis une main d’œuvre « corvéable » à merci, mais peu fiable, nombreuse et facilement remplaçable. On pouvait imposer des cadences de production très rapides.
Les surveillants à l’intérieur des camps étaient-ils tous des soldats allemands ?

Il y avait les soldats SS et des prisonniers de droit commun ayant un statut de kapo.
Se sentaient-ils responsables ?

Non. Personne ne s’est senti responsable de ce qui se passait.
Combien de victimes y a-t-il eu ?

Environ 9 millions de victimes, dont 6 millions de personnes de confession juive (soit plus de 50% de la population juive européenne d’avant la guerre).
Pourquoi aujourd’hui encore est-ce un « devoir de mémoire » de connaître ce qu’il s’est passé à cette époque ?

Pour la mémoire des victimes et pour notre devoir de citoyens actifs, nous devons garder et transmettre ce qu’il s’est passé pour ne pas oublier et éviter que cela ne recommence. Il faut lutter contre tout ceux qui nient (négationnisme) ces événements douloureux de notre histoire.
Citez au moins deux conflits des trente dernières années où il a été question de « génocide » (définissez ce mot).

Le Rwanda entre Hutus et Tutsi et l’ex-Yougoslavie sont des conflits des années 1990 où il a été question de génocide.
Qui et quand a-t-on découvert les camps de concentration et d’extermination ?

Dès Juillet 1944, les troupes soviétiques découvrent et libèrent les premiers camps sans forcément prendre conscience de l’ampleur du problème. Le 27 Janvier 1945, Auschwitz est découvert par les Soviétiques. Entre Avril et Mai 1945, la majorité des camps sont ouverts par les troupes alliées. Le 27 Janvier est devenu une journée de la mémoire de la déportation.
Quelles furent les réactions en 1945 ?

Les camps sont découverts par le grand public à travers la presse à partir d’Avril 1945, mais ce n’est vraiment qu’après la guerre, avec els témoignages des rescapés de la déportation que l’opinion découvre l’horreur.
Qu’est-ce que le Tribunal de Nuremberg et quand a-t-il été réuni ?

Le tribunal de Nuremberg est un tribunal militaire international créé en Août 1945 par les Nations Unis (ONU). Il s’est réuni du 14 Novembre 1945 au 1er Octobre 1946 à Nuremberg, lieu symbolique pour les nazis (lieu de réunion et de parade).
Qu’est-ce qui a été crée en terme de droit international pour permettre le travail de ce tribunal ?

L’ONU crée pour le Tribunal Militaire International les termes accusatoires de « génocide », « crime contre l’Humanité » et « crime de guerre ».


similaire:

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir iconArticles dna sur adret et yvoir
«6 films infinitésimaux et supertemporels (1967-1975)», dont le plus beau des titres serait évidemment «Qu'attendez-vous, un film...

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir icon«la vie est belle»
«Lady for a day», mais IL devra attendre 1935 pour que son film «New York Miami» soit le premier film à décrocher les 5 principaux...

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir iconLa médecine et les médecins
On les voit même traiter avec le plus grand succès des maladies qui dérouteraient la science de nos célèbres Facultés. IL n'est pas...

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir iconL'atelier est noté sur 50 points et le temps alloué est de 60 minutes
«Dossier3CH200». Vous accédez à ce dossier en utilisant l’outil «Documents et liens». Les deux fichiers concernés par les travaux...

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir iconC'est l'union de trois choses en une ou, ce qui est équivalent, l'union...

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir iconTp 1 – film : «Le plastique c’est fantastique»

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir iconNote / 10 Le professeur intervient à la demande du candidat ou lorsqu’il...
«Javel dose». Sur l’étiquette du produit on voit les deux pictogrammes suivants

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir iconLe cac a connu 3 phases durant ce trimestre. Dans un contexte de...

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir iconLa Bibliothèque électronique du Québec
«rigoise» était un insigne luxueux, un meuble de parade, quelque chose de comparable au bâton de commandement que l’on voit figurer...

Questionnaire Que voit-on dans les premières minutes du film ? Est-ce en Noir iconJ’ai été victime de coups et blessures, de malnutrition, d’abus de...
«as-tu déjà regardé le film ?». Cette question je l’entends plusieurs fois par jour, entendre cela est devenu une constante dans...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com