1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts)








télécharger 31.05 Kb.
titre1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts)
date de publication30.10.2016
taille31.05 Kb.
typeCours
c.21-bal.com > Biología > Cours
1
ACTIVITE + TP + COURS : (chapitre 1 sur couleurs et arts)
°) Maitriser la couleur :


A

ctivité documentaire
 :

La couleur est, par elle-même, un langage permettant de communiquer. Ce langage implique nombre de conventions d’ordre psychologique, symbolique ou religieux. Il varie de lieu en lieu et d’âge en âge.

L’utilisation de la couleur remonte aux origines de l’humanité. Depuis la préhistoire, la maitrise de la couleur est un souci constant de nos civilisations.

Il y a 30 000 ans déjà, l’homme des cavernes utilisait des pigments naturels pour réaliser les fresques qui ornaient les parois des grottes. L’analyse des peintures rupestres montre que la diversité des couleurs obtenues avec les ocres naturelles était liée à la maîtrise du feu. Les oxydes de fer (qu’on trouve à l’état naturel dans le sol) passaient progressivement du jaune de la goethite au rouge de l’hématite lorsqu’ils étaient chauffés à plus haute température. Le noir, très utilisé aussi, était issu du charbon de bois ou d’os, du charbon minéral ou bien d’oxyde de manganèse. Ces pigments, sous forme de poudre, étaient mélangés avec un matériau incolore, la charge, pour donner une certaine consistance, faciliter l’étalement et améliorer la conservation. Cette charge était de l’argile, par exemple. Un liant à base de graisse ou d’eau était généralement nécessaire pour améliorer la qualité du mélange. Ces fresques colorées, surtout animales, avaient peut être des propriétés chamaniques, car on les retrouve dans des grottes peu fréquentées et difficilement accessibles par les hommes de l’époque. On peut imaginer qu’elles avaient une fonction magique, pour faire venir le gibier ou remercier les divinités.

L’Antiquité est aussi dirigée par les couleurs.

  • Les Egyptiens utilisaient beaucoup de couleurs pour peindre leurs tissus, leurs temples et sarcophages, mais deux couleurs dominent l’art égyptien : le bleu et le vert égyptiens. En plus de la poudre de lapis-lazuli qui donne un bleu profond, ils se servaient d’un colorant bleu dont le secret de fabrication était transmis de bouche à oreille, le bleu égyptien. C’est sans doute le premier colorant synthétique fabriqué par l’homme, il y a environ 4500ans. Il s’agit d’un silicate double de calcium et de cuivre, qui était chauffé et suivant l’intensité du chauffage, l’intensité des bleus était variable. Ce pigment était ensuite broyé puis étendu sur les sarcophages ou murs. Le bleu correspondait au souffle divin et décorait ainsi la coiffure de ceux qui étaient partis dans l’Eternité.

A ces pigments déjà évoqués, ils ajoutaient le vert de la malachite qui est issu d’une pierre. Cette couleur verte, est associée à la végétation, à la vie qui renaît et donc à la renaissance. La couleur verte des amulettes suffisait alors à protéger celui qui la portait. Le vert égyptien était fabriqué comme le bleu égyptien mais en changeant les proportions des composants (appauvrissement en cuivre et enrichissement en sodium).

  • Pour les romains, la couleur très recherchée était la couleur pourpre : obtenue à partir du coquillage murex : il fallait 12000 murex pour extraire 1,4g de colorant. Cette couleur était si précieuse qu’elle est déclarée « Color Officialis » et qu’elle correspond au pouvoir. L’empereur Néron ordonne la peine de mort et la confiscation des biens pour celui qui porterait ou même achèterait de la pourpre impériale. Pompéi est aussi célèbre par la couleur rouge des murs de ses demeures, ce rouge sang provient du cinabre (sulfure de mercure), réduit en poudre et qui donnera le rouge vermillon. Ce cinabre coutait très cher (car provenait uniquement d’une mine en Espagne), il n’était alors utilisé que pour les demeures de grande classe.

On oppose à la couleur pourpre de l’Empire Romain, la couleur barbare des barbares ; ce bleu foncé était tiré du guède, plante dont les Bretons et Celtes se peignaient le corps pour apparaitre redoutables au combat. Cette couleur bleue était ainsi déconsidérée pendant toute la période romaine et il faut attendre la fin du XIIe siècle pour la voir adopter par les puissants. C’est pourquoi les mots évoquant le bleu sont surtout d’origine arabe et non latine ou grecque.

Les peintres qui brillaient du Moyen-Age au XVIIe siècle n’utilisaient que des pigments naturels pour leurs tableaux et peu de ces couleurs tenaient à la lumière, la plupart des couleurs qu’on trouve dans la nature ne supportent pas la lumière et fanent.

L’époque de la chevalerie avait découvert l’azur et l’or qui fut associé à ces couleurs chrétiennes. Ces couleurs correspondent alors au commandement et à la dignité d’un rang élevé de celui qui les porte. Ainsi la couleur bleue est réhabilitée et va représenter le royaume de Dieu. Ce sera l’heure de gloire du pastel bleu, coloration issue d’une plante. Mais sa préparation reste complexe et très longue (deux ans environ). En 1562, l’indigo, issu de l’Inde et provenant de la plante indigotier beaucoup moins cher que le pastel, le supplantera définitivement.

D’autres colorants seront ensuite découverts et utilisés : un colorant rouge l’alizarine, assez résistant, issu de la racine de garance ; le kermès qui est un insecte et qui donne le rouge écarlate, le jaune indien tiré de l’urine des vaches nourries avec des feuilles de manguier, le jaune provenant de plantes comme le genêt. Le Nouveau Continent découvert par Christophe Colomb, recèle de nombreuses couleurs inconnues comme le bois de campêche (noir-violet), le mûrier, la cochenille qui va détrôner le kermès.

En 1856, un jeune chimiste, Perkin essaya de synthétiser la quinine pour combattre le paludisme. Ces essais l’amenèrent à oxyder un dérivé de l’aniline. Il obtint un précipité rouge-brun qui n’avait rien à voir avec la quinine mais il venait de découvrir un colorant de bonne qualité pour les textiles : la mauvéine. Il venait d’inventer le premier colorant synthétique. Puis l’Allemagne prit le relais et développa une très importante industrie de chimie et synthétisa différents colorants : l’alizarine, produit de synthèse beaucoup moins cher que celui extrait de la garance, l’indigo…

En 1864, Eugène Chevreul publia « Des couleurs et de leurs applications aux arts industriels », livre dans lequel il répertoria 14400 tonalités chromatiques des colorants naturels ou artificiels.

Au XIXe siècle les impressionnistes profitent des pigments de synthèse, ils apprécient souvent ces pigments nouveaux issus de la chimie moderne, qui donnent des couleurs éclatantes.

Questions :

  • Quelles étaient les deux couleurs prédominantes dans l’art rupestre ?

  • Quelle était l’origine de ces pigments ?

  • Comment faisaient-ils pour diversifier les couleurs ?

  • Quelle (s) fonction (s) pouvaient avoir ces fresques colorées ?

  • Sous quelle forme se présentent les pigments ?

  • Quelles couleurs dominent l’art égyptien ?

  • Quelles étaient leurs significations ?

  • Comment étaient obtenus ces pigments chez les Egyptiens ?

  • Quelle était l’origine de la couleur pourpre ?

  • Quelle est la couleur opposée à la couleur pourpre pour les romains ? Pourquoi ?

  • Comment la couleur bleue a-t-elle été réhabilitée ?

  • Pourquoi les couleurs des tableaux s’altéraient facilement au Moyen-Age ?

  • Au 16e siècle, d’autres colorants ont été découverts. En citer deux d’origine animale et deux d’origine végétale.

  • Quel a été le 1er colorant de synthèse ?

  • Quelles en ont été les conséquences ?

2°) Les couleurs de la nature :

A l’aide des indications suivantes, complétez le tableau ci-joint permettant de mettre en évidence quelques molécules de la couleur.

  • L’indigo et ses dérivés, c’est avec ce colorant notamment qu’on teinte les jeans ;

  • Le carotène et ses dérivés : présents dans de nombreux fruits et légumes, ils sont responsables de leur couleur jaune-orangée ;

  • Les chlorophylles, de couleur verte, elles sont présentes dans toutes les parties vertes des végétaux ;

  • Les anthocyanines variant des violets-bleus au rouge, elles sont présentes dans de nombreux fruits, fleurs et légumes ;

  • Les colorants anthraquinoniques comme l’acide carminique, celui-ci est aussi appelé rouge cochenille car extrait de la cochenille ;

  • La mauvéine, synthétisée par William Henry Perkin, qui a permis ensuite de fabriquer une multitude de colorants artificiels.



Couleur

Nom de la molécule





































3°) La couleur des espèces chimiques :

3-1 Comment déterminer la présence de colorants dans un sirop de menthe ?



Quelle technique peut-on utiliser ?

Réalisation d’une chromatographie sur papier par le professeur

  • Réaliser les dépôts suivants :
    - colorants du sirop de menthe ;
    - solution de bleu patenté;
    - solution de jaune de tartrazine.


  • Réaliser l’élution à l’aide de l’éluant : eau salée à 20g.L-1.

Que peut-on en conclure sur la nature des colorants présents dans le sirop de menthe ?

3-2 Le chou rouge garde-t-il toujours la même couleur ?

Dans un bécher, mettre des petits morceaux de feuille de chou rouge et couvrir d’eau. Chauffer pendant 10 minutes sans porter à ébullition. Laisser refroidir puis filtrer le mélange obtenu.

Disposer la solution obtenue dans quatre béchers A, B, C et D.

  • Dans le bécher A, ajouter de la limonade ;

  • Dans le bécher B, ajouter de l’eau savonneuse ;

  • Dans le bécher C, ajouter du jus de citron ;

  • Dans le bécher D, ajouter du produit vaisselle.

Que peut-on observer ?

Qu’est-ce qui distingue le jus de citron de la limonade, par exemple ?

Que peut-on en déduire quant à la couleur du chou rouge ? Quel rôle pourrait-il jouer ?


similaire:

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconChapitre II : couleurs et arts

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconCours S1 Cours et application sur la gravitation universelle Semaine...

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconActivité 2 du chapitre 2 : restitution des couleurs par un écran plat
«Écran plasma et lcd» extraite de l’émission «C’est pas sorcier : de la caméra au téléviseur, le voyage de l’image». De la date ti=...

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconChapitre ii-couleurs des objets

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconChapitre 2-couleurs des objets

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconChapitre 5 Introduction à la chimie des couleurs

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconCouleurs et arts : colorants et pigments
«bleu égyptien» – préparé à partir de silice, de calcium, de cuivre et d’un fondant sodique. C’est sans doute le tout premier colorant...

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconActivité expérimentale nº1 (chapitre 16) : le laser outil d’investigation
«0» correspond à une zone plate de longueur 0,278 m sur un cd (longueur correspondant à 1 bit)

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconEtudiant voyageur – parrain et grand frere
«Arts-Etudes» : Arts plastiques, Théâtre, Techniques du spectacle vivant, Danse, Musique

1 activite + tp + cours : (chapitre 1 sur couleurs et arts) iconExamen – Chapitre 4
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com