Approche psycho somatique








télécharger 12.24 Kb.
titreApproche psycho somatique
date de publication23.01.2018
taille12.24 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > comptabilité > Documentos

UE1.1

Le 25/10/12

Approche psycho somatique

Qu’est-ce que le corps ??

Difficile à définir. Le corps je sais ce que sais mais si on me demande de la définir je ne sais plus. Dépend du point de vue où on se place. Corps médical, représentation sociale …

Corps réel et imaginaire  bicotomie.

La pensée française dominée par Descartes : corps et psyché.

Le corps a fait avancer la médecine  corps matériel (pas pris dans sa globalité).

Place du corps dans la société, par rapport à notre identité « je pense donc je suis » maintenant « je suis mon corps ». Avant, on héritait d’un corps de Dieu, des parents. Maintenant, on ne veut plus de notre corps  brouillon qu’on veut façonner le corps en le transformant (tatouage, chirurgie esthétique …). On ne veut ni ressembler psychologiquement ni physiquement à nos parents.

Phase auto-engendrement d’après les psychologues  on se crée soi-même, on s’auto fabrique (changement de sexe).

  • Pour la femme : Mince, belle, bronzé, jeune et en forme

  • Pour un homme : Fort, dynamique, actif, bronzé

On a une différence générationnelle, on tend vers la nivelée.

Pour un ado : être mince  anorexie mentale maitrise la vie jusqu’à la mort, resté jeune

Pour une mère : souhait de rester jeune comme sa fille.

Si surpoids, l’image que l’on renvoie à ces personnes les gênent, problème de volonté.

L’hyperactivité chez l’enfant, comme chez l’adulte qui a beaucoup d’activité de travail, loisirs  aspect sain jusqu’à un certain point, à un moment donné le corps dit STOP  problématique de dépendance.

Etre fort : représentation d’un corps fort et doit rester jeune => « Modèle standard » souvent mis de côté obèse, handicapé, personne âgée

Course à la jeunesse.

Notre corps nous expose à la durée, au temps et à la mort. Le choc peut venir de la maladie. On peut plus faire tout comme avant. Effet bénéfique = confronter à son propre corps, émotion.

Corps = « prothèse », une présence qui doit être éternellement jeune (alter-ego : nous et notre corps, on se sent moins seul)

Période de mutation avec angoisse, on maitrise pas le futur, on tente de maitriser son corps.

Avec l’anorexie mentale, on maitrise son corps jusqu’à la mort. Vers 8ans, l’Enfant essaie de dessiner son corps avec détails.

L’image du corps  arbre avec racine, tronc, branche… modification

  • Quelque chose de plus neurologique, de plus intrinsèque

Image corporelle : tout ce qu’il autour du schéma corporel.
La psycho somatique :

Entendu couramment, pas une appellation contrôlée, usage inapproprié :

  • 1er usage à éliminer : « Tu as mal au dos, c psycho somatique, nerveux » = maladie imaginaire  c’est la tête qui a mal. => cette définition est fausse c’est le stress. Le Stress notion exclusivement biologique, homme en situation d’impasse, en tant que sujet par rapport à son environnement  conséquence sur son corps. Tout individu réagit de manière différente.

  • Carrefour entre la médecine dans ses aspects la plus spé (chronobiologie, biochimie), expérimentales (travaux sur le stress), psychologies, psychanalyse, psychosomatique.

  • Alexander définit les 7 maladies psychosomatiques : ulcère gastro duodénal, HTA, asthme, rectolite hémorragique, polyarthrite rhumatoïde, eczéma, hyperthyroïdie.

  • P. Marti : Pensée opératoire : personne qui décrit la vie seulement en termes actuel et factuels (vient des faits) – détachement des émotions.

Personne anexiethymique  sans émotion  dépressions essentielles qui ne se remarque pas à cause d’une façade tout va bien sauf ma maladie.

Maladie développe des troubles psychologiques et somatiques (troubles dépressif)

Freud « on est tous névrotiques » on a pas tous une maladie psychosomatique, personnalité de départ + choc – trauma (mort d’un animal, déménagement).

Un corps tout seul n’existe pas, il a besoin d’un autre pour se construire  visage des parents. Avant d’être soi, on est l’autre, on a besoin de l’autre pour être soi  dépendance.

Différenciation à 9 mois  angoisse du 8e-9e mois, pleure quand le bébé voit des étrangers.

Vers 2-3 ans  opposition, l’enfant dit non.

Les addictions = dépendance à l’autre (toxique l’activité nourriture...) palliatif à une différenciation entre soi et l’autre.

Lien étroit, identité entre corps et psychisme.

Au départ, échange biologique entre mère et enfant. En période intra utérine (6mois) le bébé rêve, sommeil paradoxal en même temps que celui de la mère  accordage dans geste, rythme  soin d’être fait dans l’accordage avec le patient.

Zone de l’émotion et de l’empathie diminue  protection

En avoir de trop  submergé

Pathologie de l’adaptation : d’être hyper adapté à l’autre, identique développe une pathologie qui va se manifester corporellement.

Personne psychosomatique ne rêve pas.

Pour avoir cauchemar, il faut se réveiller, rêve qui réveille.

Trouble du sommeil :

  • Insomnie : on ne dort pas pour ne pas rêver

Angoisse de perte, perdre l’autre c’est se perdre soi-même. Clivage de séparation entre corps et psychisme, ils ne sont pas reliés. Clivage corps réel et imaginaire chez l’anorexique qui se voit différemment de la réalité.

Hyperactivité (les enfants ne se rendent pas compte qu’ils bougent tout le temps) difficulté scolaire, pour l’entourage…, la mère représente tout l’environnement

Difficulté d’être autonome et de repérer ce qu’il est lui. Il fait tout pour qu’on soit en lien avec lui et il fait tout pour qu’on ne s’occupe pas de lui. Lien entre la mère et l’enfant.

Chez l’adulte  angoisse, surcharge, hypochondriaque, blocage.

Parfois parler n’est pas la solution dans une psychanalyse, il faut aussi passer par le corps, sinon ruminations qui sont néfastes  augmentent le problème

O-2 ans période particulière : l’enfant ne parle pas  il manifeste des échanges avec les autres grâce aux mimiques, gestes…

Enfant  imite en apportant une petite différence. Avant d’être un il est double mais le double n’est pas identique. Si c’est identique  pathologie psychosomatique

Accordage : moment où on se met en accord avec l’autre.

similaire:

Approche psycho somatique iconNoter, pour chaque vitesse, la fréquence f (approche) du son perçue...

Approche psycho somatique iconNoter, pour chaque vitesse, la fréquence f (approche) du son perçue...

Approche psycho somatique iconLe développement personnel
«thérapeutiques» qui ont pour objectif de faciliter la résolution de problèmes psycho-affectifs, l’accroissement du potentiel des...

Approche psycho somatique iconRésumé : Le problème de l'origine des comportements est ancien. Au...
«l'étude de l'instinct» (1971), a depuis longtemps préoccupé les observateurs de la nature et les chercheurs. Elle constitue évidemment...

Approche psycho somatique iconI/ Importance de l’approche moléculaire

Approche psycho somatique iconApproche thématique Activités documentaires

Approche psycho somatique icon1L’approche par les compétences de base

Approche psycho somatique iconVariation de l’inductance d’une bobine à l’approche d’un métal

Approche psycho somatique iconHuiles Essentielles et Plantes Médicinales : approche sensible et point de vue analytique

Approche psycho somatique iconHuiles Essentielles et Plantes Médicinales : approche sensible et point de vue analytique








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com