Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole








télécharger 170.55 Kb.
titreMes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole
page5/6
date de publication20.04.2017
taille170.55 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6

Promenons nous dans les JOP



Arriver au Louvre de nuit rend la visite plus spéciale. On croise des enfants qui semblent moins s’ennuyer que d’habitude l’après midi ; où l'on aperçoit le soleil seulement à travers le reflet d’un tableau dans une fenêtre... Cette atmosphère ne serait-elle pas due à ces personnages aux manches oranges que l'on ne peut pas manquer de rencontrer ? J'ai découvert avec plaisir l'ambiance des JO, une bonne humeur générale règne où l’on sent que les médiateurs se font un plaisir de partager leur savoir avec le public. Une mention spéciale pour le groupe qui a créé une sorte de pièce de théâtre que l'on pouvait écouter en posant sur notre oreille un petit objet. Je trouve géniale l'idée d'apporter du neuf dans ces salles moins connues du Louvre qu'on aurait pu manquer sans cela ! On se promène à la recherche de manches oranges, on en trouve deux, on s'arrête, on découvre, on redécouvre, un contact se créé... À suivre la semaine prochaine !

Tisler-Catala, Lucie, MAC

Ecouter la peinture


 

Ce soir a lieu au Louvre un évènement un peu particulier : c’est une JOP (les jeunes ont la parole) c'est-à-dire que des étudiants de plusieurs écoles et universités parisiennes proposent des médiations des œuvres. C’est la première soirée de la saison, les médiateurs occasionnels se mettent en place petit à petit. Leur tension est palpable, assis dans un coin ou l’air inquiet ils ont plus l’air de redouter le contact avec les visiteurs que de la chercher. Peut être est-ce dû à la puissance des tableaux qui les entourent : les chefs d’œuvre placent la barre haut ! Aile Denon, il est 19h, un violoncelliste est debout devant Saint François avec Saint Benoît et un ange musicien (1630) Du Guerchin. Après l’avoir aidé à trouver une chaise et  encouragé, on a le droit à un intermède musical. Et là, la magie opère. Jouant de son instrument, le jeune homme semble beaucoup plus assuré et sa musique résonne dans le tableau. L’ange musicien semble trouver sa puissance dans l’écho du violoncelle. Après le morceau, une petite présentation du tableau et de la vie de Saint François, tandis que les notes continuent de raisonner dans la tête. À la fois simple et puissant. Non loin de là, les étudiants en design testent pour la première fois les dispositifs qu’ils ont créés pour permettre d’appréhender les œuvres avec les cinq sens. Des casques avec des sons, des choses à toucher  en rapport avec les sujets des œuvres… Après ce test final, des changements vont être préparés pour que la semaine prochaine, les médiations soient encore plus adaptées. La jeune martyre de Delaroche bénéficie déjà d’une médiation très prometteuse. Les étudiantes lui ont créé de nouveaux cartels très pertinents. Il faudra évidemment revenir car une seule soirée ne permet de voir qu’une infime partie des trésors du musée et des médiations !


Trioux, Florent, MAC
Des-accords
Hier, c’était  ma première fois aux JOP du Louvre. J’entre et me dirige directement vers la peinture française. Le long de mon trajet j’aperçois ces jeunes vêtus de pulls noirs avec une manche orange. Ce n’est pas une simple manche, un ajout fortuit et décoratif de couleur. Non, c’est bien plus : cette manche symbolise le pont entre l’œuvre d’art devant laquelle je me trouve et moi-même. La manche orange vient surligner et prolonger le bras, le corps de ces personnes. Il vient montrer par le mouvement des lignes, des couleurs, des objets, des personnes, etc un monde. Cette manche comme outil de monstration vient illuminer de son orange intense notre regard. Un boulevard partant du haut de l’épaule et qui vient pointer le doigt indiquant, montrant, dénonçant et interrogeant.

En somme, il vient nous accorder avec l’œuvre, nous relier avec elle.

Ce sont des accords communs que l’on va trouver et construire ensemble dans la discussion, dans l’échange quand celui-ci est permis. S’accorder n’est-ce pas s’ac-corder, se relier, se rattacher les uns avec les autres ? Le médiateur vient ici construire un lien, je dirais tendre une corde, qu’il vient tresser, nouer plus ou moins solidement : un lien entre l’objet présenté et mon regard. Je m’attache alors à l’œuvre, parfois je perds le fil mais le médiateur vient me rattacher à elle. Je me laisse tirer, guider, emmener dans le monde de l’œuvre en suivant la voix/voie.

Des accords sensoriels sont d’ailleurs de la partie. En effet, via des partenariats d’écoles, et de pratiques, des étudiants de différentes universités viennent s’accorder sur des œuvres. Ils viennent nous en parler ensemble, ils s’associent. C’est ainsi que face à Corot, par exemple, les jeunes m’invitent à accorder mes sens à l’œuvre. Lorsque l’une me demande mon ressenti face au tableau, ce que j’y vois, l’autre m’offre un média Mp3 qu’elle me demande d’écouter et de ressentir face au paysage. Elle me demande alors d’accorder ce que j’entends et vois avec ce que je ressens, en l’inscrivant sur un petit bloc de papier. L’expérience se révèle intéressante. Nous avons donc ici des accords sensoriels, et même plus : expérimentaux.
Mais dans les JOP il y a aussi Désaccords. En effet, les accords n’étaient pas toujours si faciles. Désaccords de pensée, d’interprétation. Ou quand le regard du spectateur se pense « érudit », rompant toute accordance avec les pistes proposées. Ici la corde a rompu, le nœud s’est défait. Peut-être celui-ci n’était pas assez solide face au poids de « LA VERITE » imposée. D’un autre côté, nous nous trouvons parfois kidnappés et ligotés par notre jeune bien intentionné. De sa manche fluo il ne peut s’empêcher de pointer, de montrer d’obliger le regard. À l’instar d’une baguette de conférencier, que l’on doit suivre scrupuleusement pour ne pas perdre la trame. Il n’y a plus d’échange, juste un discours, une leçon récitée dans laquelle on se laisse embarquer ou non. L’attention que je lui accordais à vite laissé place à l’ennui. Ce n’est plus un lien, mais une laisse qui me fait mettre au pas « Reste ! », « Ecoute ! », « Regarde ! ».

Je reconnais ici ne pas y allez de main morte, mais il me semble intéressant de pointer cette divergence. D’un côté la place offerte à notre propre voix, notre propre regard et sensation face à l’œuvre. De l’autre, au contraire, un regard imposé, une lecture soumise sans aucune ouverture. Un discours impénétrable.
D’accords en désaccords, nous avons voyagé dans un espace commun. Nos corps se sont croisés, entrechoqués, distingués. Nos points de vue échangés ou parfois maltraités. Mais c’est une expérience qu’il faut jouer, encore et en corps.


Vercrouste, Corentin, AP
"Que vois-tu ?" ou ce qu'il ne faut pas entendre.
Arrivé au second étage de l'aile Sully, je prends le temps de flâner à travers les salles à fin de profiter des tableaux. Les fameux tee-shirts noir et orange sont bien présent mais malheureusement, pour moi, occupés avec d'autres visiteurs. C'est ainsi que j'arrive dans une salle où sur le banc central se trouve exposé un ordinateur présentant une vidéo. Je m'y intéresse, et au bout d'une minute, le binôme de médiateurs qui était inoccupé jusqu'ici se décide à intervenir en essayant de mettre en évidence, sans trop de conviction, un lien un peu bancal entre cette dernière et la douceur dans la violence de l'oeuvre de Louis Lagrenée, L'enlèvement de Déjanire par le centaure Nessus. Puis, l'étudiant en histoire de l'art se focalise sur moi, effaçant parfaitement les deux camarades à mes cotés et m'offre sous forme de monologue toutes les connaissances qu'il a pu assimiler sur le sujet. Peu à l'aise, jonglant sur ses jambes, les phrases ont du mal à se construire. De temps à autre, une phrase un peu "passe partout", universelle, généralisant, vient ponctuer son discours afin de lui donner une certaine contenance. Pour finir, l’espoir d’une interaction fut achevée par ce bourreau des discours : "Et voilà". 

Très bien. Merci. Bonne soirée.

 À la fin de cette première nocturne des JOP, j’ai eu le sentiment profond que ces duos d’étudiants d’horizons différents auraient plus de succès en s’adressant à un public plus jeune ; pourquoi ne pas en faire des matinales ?

 

Wozniak, Agata, AP

1   2   3   4   5   6

similaire:

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole iconLes entreprises qui ont recruté des jeunes

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole icon24 heures de science 6e édition
«Le 24 heures de science est un événement qui permet à tous les organismes qui ont un lien avec la science et la technologie de se...

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole iconRapport de la Mission conduite par
«jeunes pousses» et l’émergence des «Business Angels». Comme tout phénomène brutal une telle croissance ne pouvait se produire "à-coups"...

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole iconNote de l’auteur : Bah, comme je l’ai dis dans mes deux premières fics «What he Knows»
«What he Knows» et «His reflexions» je suis une toute nouvelle ««fan» de csi, donc IL y aura peut être des choses qui ne colleront...

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole iconDonnez-moi votre avis positif ou négatif !!! jungle. 23@wanadoo fr...

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole iconAventures de la famille Raton conte de fées I
«Dire des bêtises.» Et, cependant, ces bêtes n’en disaient pas plus que les hommes de jadis et d’aujourd’hui n’en ont dit et n’en...

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole iconAvant-propos
«candides» ont proposé des définitions pour chacun de ces lexiques. En fin de stage, toutes ces définitions ont été fusionnées en...

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole iconSolutions aqueuses et notions de concentration
«Comment faire, se dit-il, pour arriver à trier et/ou classer tous ces produits de façon à éviter tout risque d’accident, surtout...

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole iconLes silicates et les différentes formes de silice qui s’y rattachent...

Mes premières impressions sur ces jeunes qui ont la parole iconPour les jeunes qui veulent bouger, pour les parents souhaitant trouver...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com