RÉsumé Première partie : ‘’








télécharger 1.15 Mb.
titreRÉsumé Première partie : ‘’
page1/33
date de publication24.04.2017
taille1.15 Mb.
typeRésumé
c.21-bal.com > documents > Résumé
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   33




www.comptoirlitteraire.com
présente
‘’Les misérables’’

(1862)
roman de Victor HUGO
(1490 pages)
pour lequel on trouve un résumé
puis une analyse de :
- la genèse (page 16)
- l’intérêt de l’action (page 19)
- l’intérêt littéraire (page 29)

- la langue (page 29)

- le style (page)
- l’intérêt documentaire (page 71)
- l’intérêt psychologique (page 87)
- l’intérêt philosophique (page 109)
- la destinée de l’œuvre (page 118)
- des commentaires de passages (pages 125-)
Bonne lecture !

RÉSUMÉ
Première partie : ‘’Fantine’’
Livre premier : ‘’Un juste’’
Évêque de Digne depuis 1806, M. Myriel, qui avait eu une jeunesse agitée avant de devenir Monseigneur Bienvenu, et qui, jusque dans son âge viril, montra un caractère passionné, violent, reflète un grand esprit de simplicité (il «faisait durer trop longtemps ses soutanes», et «faisait garder sa maison» par deux femmes, sa sœur, Mlle Baptistine, et une servante, Mme Magloire) et un esprit de charité vraiment évangélique, qu’il déploie dans son «dur évêché». Son incarnation des vertus évangéliques l’amène à reconnaître, à travers un vieux conventionnel mourant, la lumière de la Révolution, et même à lui demander sa bénédiction, sans qu’il soit «un évêque philosophe» ou «un curé patriote». En effet, c’est un fervent royaliste qui ne cessa de témoigner au régime impérial une réserve hostile, qui ne désarma pas même en 1815. Cependant, il n’a rien d’un prélat politique, et n’est point courtisé, connaît la solitude car il ne sert les ambitions de personne.
Livre deuxième : ‘’La chute’’
«Dans les premiers jours du mois d’octobre 1815», arrive à pied à Digne un voyageur inquiétant parce que, farouche et hagard, il présente un aspect si «misérable» qu’il ne trouve asile nulle part. Alors que la nuit tombe, il sort de la ville, réduit à l'état de bête errante, et prêt à devenir un vrai criminel. Mais la campagne lui paraît hostile, et il revient sur ses pas. Une «bonne femme» l’invite à frapper à une porte, qui est celle de l’évêque. Il se présente : «Je m’appelle Jean Valjean. Je suis un galérien», et se raconte. Pour avoir, en 1795, volé du pain pour des neveux qui n'avaient rien à manger depuis plusieurs jours, il avait été, en 1796, condamné à cinq ans de bagne, recevant à Toulon le numéro 24.601. Ses tentatives d'évasion retardèrent à plusieurs reprises sa libération, sa peine étant alors triplée. Il ne sortit du bagne de Toulon qu'au bout de dix-neuf ans, et il en a quarante-six. Du fait de son «passeport jaune» d'ancien forçat qui le rend partout suspect, il n’a pu obtenir du travail à Grasse, et il a été, à Digne, repoussé de partout. M. Myriel l’accueille, l’appelant «monsieur», le traitant comme un égal, sans même s'informer d'où il vient et qui il est. Cette confiance l’émeut, mais plus encore le trouble et le gêne. Comme il doit se rendre à Pontarlier, «itinéraire obligé», l’évêque lui donne force «détails sur les fromageries» de la région, afin de lui suggérer d’y chercher un emploi.

On apprend quel fut son passé. Né en 1769 dans une famille de pauvres paysans de Faverolles, dans la Brie, il n’avait pas, dans son enfance, appris à lire. Devenu orphelin, il avait soutenu de son travail sa sœur, qui était restée veuve avec ses sept enfants. Suivant la saison, il se louait comme moissonneur, manœuvre, bouvier, homme de peine, émondeur. Vint, en 1795, un hiver plus rude que les autres où il n’eut plus de travail, ne put plus donner de pain à ses neveux.

Au cours de la nuit, repris par ses hantises, il vole «six couverts d’argent». Le lendemain, il est ramené par les gendarmes qui ont trouvé les objets volés. M. Myriel affirme avec tranquillité lui en avoir fait présent, y ajoute même «deux gros flambeaux d’argent massif». Jean Valjean, stupéfait par tant de charité, croit à un véritable prodige. En quittant Digne, il marche tout le jour au hasard, en proie à un trouble profond. Ayant rencontré un petit Savoyard, Petit-Gervais, comme inconsciemment, il lui vole une pièce de monnaie, puis, se réveillant, il en vain l’appelle pour la lui rendre. Mais il éprouve de cruels remords, et, l’admirable geste miséricordieux de l'évêque faisant son chemin dans son âme obscure, il décide de se réhabiliter. Une singulière métamorphose commence chez ce paria qui n'avait connu jusqu'ici que les rigueurs de la loi et la méchanceté des hommes.
Livre troisième : ‘’En I'année 1817’’
1817, c’est l’année que Louis XVIII qualifia de «la vingt-deuxième de son règne». La réaction antibonapartiste triomphait. On insultait les proscrits de 1815. On s’enivrait de traditionalisme. Cependant, l’avenir s’élaborait mystérieusement.

C’est aussi en 1817 que l’étudiant parisien Tholomyès rompit sa relation avec Fantine, une jeune fille qu’il avait séduite, et l’abandonna : la trentaine venue, il lui fallait bien mettre fin à ce libertinage. Elle était née à Montreuil-sur-mer (dans le Pas-de-Calais) de père et de mère inconnus ; elle n’avait donc point de nom ; quelqu’un l’appela «la petite Fantine». Fillette, jeune fille, elle travailla pour vivre. «Elle était belle et resta pure le plus longtemps qu’elle put. C’était une jolie blonde avec de belles dents.» Un jour, elle rencontra Tholomyès : «Amourette pour lui ; passion pour elle.» Tholomyès lui laissa sur les bras une enfant de deux ans, Cosette.
Livre quatrième : ‘’Confier, c’est quelquefois livrer’’
À Montfermeil, «une façon de gargote» appelée ‘’Au sergent de Waterloo’’ «était tenue par des gens appelés Thénardier, mari et femme», deux «figures louches». Un jour du printemps de 1818, alors que la Thénardier, sorte de colosse d’un aspect peu avenant, surveillait avec amour ses deux fillettes, et berçait son dernier-né en fredonnant une romance à la mode, une jeune femme se présenta, qui portait, elle aussi, un enfant de trois ans dans ses bras. «Elle avait la mise d’une ouvrière qui tend à redevenir paysanne.» «C’était Fantine». Désespérée, à bout de force, elle demanda à la Thénardier de prendre en pension la petite Cosette. Le marché fut conclu, mais à des conditions très dures pour Fantine : six mois d’avance à 7 francs, plus 15 francs de provision pour les premiers frais, même si elle avait fourni sa fille d’un magnifique trousseau préparé avec amour. Il fut mis au Mont-de-piété, et, bien vite, Cosette fut traitée comme une servante. Et les Thénardier ne cessèrent d’exiger des sommes considérables de Fantine.
Livre cinquième : ‘’La descente’’
On apprend qu’à la fin de 1815 était arrivé à Montreuil-sur-mer un homme mystérieux, à qui, puisque, le jour même, il avait sauvé d’un incendie les deux enfants du capitaine de gendarmerie, on n’avait pas demandé son passeport. Il se fit appeler M. Madeleine. Grâce à une innovation dans I'industrie des «verroteries noires», ayant bâti une grande fabrique où il emploie beaucoup de monde, il était devenu honnêtement riche, ayant, en 1820, six cent trente mille francs placés chez le banquier Laffitte. Répandant autour de lui la prospérité, et multipliant les actes charitables, il avait été nommé maire de la ville, et avait reçu la Légion d'honneur.

Mais, d’autre part, lui qui avait été «en deuil» en 1821 à l’annonce de la mort de M. Myriel, répand autour de lui la prospérité, multiplie les actes charitables, ayant dépensé plus d’un million pour la ville et pour les pauvres (lits à l’hôpital, école, asile, caisse de secours). Observé d’abord avec une curiosité malveillante, puis résolument ignoré par le «microscopique faubourg Saint-Germain» de Montreuil, M. Madeleine, à son corps défendant, est devenu maire, car sa simplicité, sa générosité toute chrétienne, ses manières douces et tristes lui ont ouvert le cœur des pauvres gens, lui ont fait conquérir I'estime générale. Il habite une chambre dont l’unique ornement consiste en deux flambeaux d’argent posés sur la cheminée. Il a recueilli Fantine, qui a été quelque temps ouvrière chez lui, puis a été renvoyée à la suite d'une dénonciation, et il essaie de réparer le mal qu'on lui a fait en son nom.

Arrivé dans la petite ville vers 1819, l’inspecteur Javert y est à peu près le seul à demeurer, à l‘égard du maire, dans une réserve méfiante, car il croit parfois reconnaître en lui un ancien forçat. Or, un jour de cette année-là, un vieil homme, le père Fauchelevent, étant tombé sous sa charrette dont le cheval s'était abattu, allait périr écrasé. Il aurait fallu un cric pour le tirer de là, ou encore qu'un homme assez vigoureux se glissât sous la charrette et la soulevât. Javert, qui a débuté comme adjudant garde-chiourme à Toulon, en regardant M. Madeleine, dit y avoir vu un tel homme, le forçat Jean Valjean, qui était surnommé Jean le Cric pour avoir un jour, soutenu à lui tout seul une des cariatides de Puget qui s'était descellée et allait tomber sur les passants. M. Madeleine soulève la voiture, et trouve une place de jardinier à Paris pour Fauchelevent, qui est estropié.

Fantine est employée comme ouvrière dans la fabrique lorsque une commère, Madame Victurnien, apprend qu’elle a une fille naturelle. Congédiée à la fin de l’hiver 1819, elle impute son malheur à M. Madeleine, lequel, pourtant, ignorait tout de cette affaire. Elle tombe dans l’indigence. Pour payer les factures Thénardier, elle vend ses cheveux à un coiffeur, et ses magnifiques dents de devant à un «professeur-dentiste» ambulant ; elle coud dix-sept heures par jour. À la fin, n’en pouvant plus, elle se fait fille publique. Et, comme, un soir de janvier 1823, à la porte d’un café, elle se prend de colère contre un goujat, M. Bamatabois, qui lui inflige ses sarcasmes, et lui plonge dans le dos une poignée de neige, Javert l’arrête, et l’aurait condamnée à six mois de prison si M. Madeleine n’était intervenu. Les deux hommes se mesurent. Javert doit céder. Fantine est soignée à l’infirmerie de la fabrique, et M. Madeleine lui promet de faire venir Cosette.
Livre sixième : ‘’Javert’’
Partagé entre ses soupçons et ses scrupules, Javert avoue à M. Madeleine qu’à la suite d’une enquête qu’il a poursuivie en secret, il a cru reconnaître dans le maire de Montreuil-sur-mer le forçat Jean Valjean, et l’a dénoncé comme tel à la préfecture de police de Paris. Mais voilà qu’on vient de retrouver le véritable Jean Valjean : c’est un vagabond et malfaiteur de petite envergure qui va passer en jugement aux assises d’Arras, sous le nom de Champmathieu, pour un vol de pommes ! Javert s’est donc trompé : il demande sa destitution.
Livre septième : ‘’L’affaire Champmathieu’’
En mars 1823, «dans l’après-midi qui suit la visite de Javert, M. Madeleine va voir la Fantine comme d’habitude», à l’infirmerie où elle est sous la protection de «la sœur Simplice». Puis, chez maître Scaufflaire, il retient un cabriolet pour le lendemain matin. Arrivera-t-il à temps à Arras? Au chapitre 3 intitulé : ‘’Une tempête sous un crâne’’, on le voit, au cours de la nuit, tourmenté par «sa conscience, c’est-à-dire Dieu», passer par de longues hésitations, constater que «cacher son nom ; sanctifier son âme» étaient les deux pensées qui, depuis qu’il était établi à Montreuil-sur-mer, avaient constamment inspiré sa conduite, se dire, après tout, c’est la Providence qui a tout fait, se demander, s’il se confessait, que lui dirait le prêtre (sans doute de «laisser faire le bon Dieu»), se reprendre en pensant que commettre une action infâme, ce n’est pas fermer la porte au passé mais la rouvrir, qu’il vaut mieux se dénoncer. Il envoie une lettre à M. Laffitte, banquier à Paris, pour retirer six cent mille francs. Il glisse dans sa poche un portefeuille contenant quelques billets de banque et un passeport. Mais il passe encore par plusieurs alternances, se disant, d’une part, que Champmathieu ne risque, pour un vol de pommes, qu’un mois de prison, mais est accablé par le nom de Jean Valjean qui, lui, est coupable du vol des quarante sous de Petit-Gervais, tandis que, d’autre part, on pourrait reconnaître qu’il avait été «honnête depuis sept ans», qu’il avait fait des «choses saintes». Il envisage aussi qu’à «son sacrifice au bagne […] se mêlerait une idée céleste», qu’il fallait s’abandonner à «sa destinée». Mais, soudain, «il pensa à la Fantine», qu’il ne peut, un bienfaiteur ne s’appartenant pas, sacrifier à un vieux vagabond. Décidé à laisser faire, il se sent soulagé. Pour mieux rompre les derniers fils qui l’attachent à Jean Valjean, il brûle ses vêtements de forçat, et se met en devoir de laisser fondre au feu les flambeaux d’argent. Mais une voix s’élève alors «du plus obscur de sa conscience», et il replace les flambeaux sur la cheminée, reprend sa marche, se rend compte de tout ce qu’il perdrait en se dénonçant. «Il retombait toujours sur ce poignant dilemme qui était au fond de sa rêverie… - rester dans le paradis, et y devenir démon ! rentrer dans l’enfer, et y devenir ange !» Au terme de ce terrible débat de conscience, il se laisse tomber sur sa chaise, s’endort, et fait un rêve. Ce cauchemar («forme que prend la souffrance pendant le sommeil») lui fait impression par quelque chose «de funeste et de poignant», au point que plus tard il l’écrit.

Alors qu’il est sur la route d’Arras, en butte à des «bâtons dans les roues», à l’infirmerie, Fantine, qui a passé une mauvaise nuit, constatant qu’il ne vient pas la voir, imagine qu’il est parti chercher Cosette. Après bien des péripéties, le voyageur arrive au tribunal, et «prend des précautions pour repartir». Il est nuit, mais l’affaire Champmathieu n’est pas encore jugée. Attendant d’entrer dans la salle d'audience, il connaît d’abord une «tranquillité stupide», puis sent la tempête se réveiller alors qu’il n’en peut plus. Ayant obtenu une «entrée de faveur» dans la salle, «un lieu où des convictions sont en train de se former», il est effrayé par l’aspect de Champmathieu où il reconnaît le forçat qu’il fut. L’accusé, guère capable de trouver les mots pour se défendre, se livre au «système des dénégations». Mais les trois bagnards qui ont cru reconnaître en lui Jean Valjean persistent dans leur témoignage. Cependant, Champmathieu est «de plus en plus étonné» car, au moment où il va être condamné, M. Madeleine, créant une stupeur générale, se présente, ses cheveux étant en une heure devenus soudain blancs. Il révèle qu’il est Jean Valjean, et, comme le juge voudrait croire qu’il est fou, il prouve qu’il connaît les trois bagnards. La stupéfaction est générale. Champmathieu est mis en liberté. Jean Valjean déclare qu’il a «plusieurs choses à faire», mais qu’il restera à la disposition de la justice. On le laisse sortir.
Livre huitième : ‘’Contre-coup’’
De retour à Montreuil, Jean Valjean se rend au chevet de Fantine. Comme elle s’attendait à ce qu’il lui ramène Cosette, il s’efforce de la calmer, d’adoucir son agonie, en lui mentant, prétendant avoir vu l’enfant. Survient l’inspecteur de police Javert qui, implacable, triomphant, «l’autorité reprenant ses droits», vient appliquer l’ordre d’arrestation émis par l’avocat général. Comme il se met en colère, il provoque la mort de Fantine. Jean Valjean se tourne alors vers lui : «Maintenant, dit-il, je suis à vous.» Il est mis en prison. Cependant, la nuit venue, il s’en échappe, rentre chez lui, fait appeler soeur Simplice pour régler avec elle la sépulture de Fantine. Survient Javert. Un mensonge héroïque de la soeur sauve Jean Valjean, qui n'a eu que le temps de se cacher derrière la porte.
Deuxième partie : ‘’Cosette’’
Livre premier : ‘’Waterloo’’
Hugo imagine un passant découvrant, en 1861, le champ de bataille de Waterloo, en particulier la ferme de Hougomont et le plateau de Mont-Saint-Jean. Puis, avec une précision extrême, il fait le récit de la bataille du 18 juin 1815 qui n’opposa d’abord à l’armée de Napoléon l’armée anglaise de Wellington. Il s’étend sur «le ‘’quid obscurum’’ des batailles», celle-ci, à cause du sol détrempé par les pluies de la veille, ne s’étant engagée qu’à partir de midi. L’heure cruciale fut «quatre heures de l’après-midi», où Napoléon, «de belle humeur», «donna l’ordre aux cuirassiers de Milhaud d’enlever le plateau de Mont-Saint-Jean». Ce fut «un spectacle formidable», mais, c’est «l’inattendu», les cavaliers s’écrasèrent dans «le chemin creux d’Ohain», ce qui «commença la perte de la bataille». Des combats acharnés furent livrés pour la possession du plateau. Mais le cours de la bataille fut changé quand, le retard pris le matin ayant permis d’abord aux Prussiens, battus trois jours plus tôt à Ligny, de se reformer ; ainsi survinrent pour prêter main forte aux Anglais d’abord, à deux heures de l’après-midi, ceux de Bülow faisant irruption sur la droite, puis, à sept heures, ceux de Blücher, au point même où les Français attendaient Grouchy. Aussi Napoléon fit-il entrer en ligne le corps d’élite qu’était sa garde. Mais Wellington lui opposa «une nuée de mitraille» «et le suprême carnage commença». La garde, si elle sentit «le vaste ébranlement de la déroute», «continua d’avancer, de plus en plus foudroyée et mourant davantage à chaque pas qu’elle faisait.» Et s’illustra alors le maréchal Ney, sans qu’il trouve la mort qu’il aurait voulue. Mais cela n’empêcha pas «la catastrophe», «la déroute», «cette chute en ruine de la plus haute bravoure qui ait jamais étonné l’histoire», auxquelles, à neuf heures du soir, résista encore, sous le feu de l’artillerie ennemie, «le dernier carré» que commandait Cambronne ; à la sommation du général anglais, il répondit : «Merde !», mais la garde fut anéantie.

Au cours de la nuit, dans le chemin creux d’Ohain, un détrousseur de cadavres dégage de dessous un monceau de morts le colonel Pontmercy, qui a combattu héroïquement, Napoléon lui ayant crié : «Tu es colonel, tu es baron, tu es officier de la Légion d'honneur». Sa bravoure lui a valu de recevoir un coup de sabre en pleine figure avant de s'effondrer sur le champ de bataille dans la débâcle générale. Croyant que cet homme qui le fouillait avait tenté de le secourir, il n’allait jamais oublier son nom : Thénardier.


Livre deuxième : ‘’Le vaisseau l’‘’Orion’’’’
Vers le 20 juillet 1823, Jean Valjean est, aux assises du Var, condamné à mort pour «vol de grand chemin commis à main armée» sur la personne de Petit-Gervais (et, suivant la thèse de l’accusation, comme complice d’une bande opérant dans le Midi). Il voit cependant sa peine commuée en celle des travaux forcés à perpétuité. Au bagne de Toulon, «le numéro 24601 devient le numéro 9340». Trois mois plus tard, en octobre 1823, alors qu’il est de corvée à bord du vaisseau l’’’Orion’’ qui était dans la rade, un gabier étant tombé dans le gréement, et étant resté suspendu à une corde au bout d’une vergue, il demande la permission de risquer sa vie pour le sauver. «La chaîne de la manille ayant subi un certain travail préparatoire pour être brisée d’un coup de marteau», il grimpe «avec l’agilité d’un chat-tigre» dans le gréement, sauve le gabier, et, simulant la fatigue, se laisse tomber à l’eau entre deux navires. Les autorités le considèrent dorénavant comme mort noyé, et, bientôt, renoncèrent à retrouver son corps.
Livre troisième : ‘’Accomplissement de la promesse faite à la morte’’
À Montfermeil, Cosette sert de souffre-douleur et de bonne à tout faire aux Thénardier. Sa grande terreur est, quand il fait nuit, d’aller «toute seule» puiser de l’eau car la source est perdue dans les bois, à un quart de lieue du village. Ce soir de Noël 1823 précisément, cette affreuse corvée lui a été infligée. Alors que, épuisée de fatigue et d’effroi, elle est sur le chemin de retour, elle se trouve «côte à côte dans l’ombre avec l’inconnu», et un homme survient qui «empoigna l’anse du seau qu’elle portait». Mais elle n’a pas peur. Ce passant mystérieux, le lecteur s’en doute, c’est Jean Valjean. Les six cent mille francs qu’avant son arrestation il avait retirés de la banque Laffitte, il les avait enfouis, en y joignant les chandeliers de l’évêque de Digne, dans un bois voisin de Montfermeil. Quand il retrouva sa liberté, un de ses premiers soins fut donc de s’assurer que son trésor était toujours là. Mais il n’a pu tenter l’expédition qu’à la nuit tombée. C’est ainsi qu’il a rencontré cette petite fille qui lui apprend qu’elle a huit ans, qu’elle ne sait pas qui est sa mère, qu’elle s’appelle Cosette. Alors «l’homme eut comme une secousse électrique». Il décide d’aller loger chez les Thénardier qui ont le «désagrément de recevoir chez soi un pauvre qui est peut-être riche». Là, il peut voir à quel point la fillettte est enlaidie, maigre, mal vêtue, en proie à la crainte. Il lui offre la magnifique poupée dont elle rêvait depuis le matin, pour l’avoir vue exposée à l’étalage d’un marchand forain.

Le lendemain, à son réveil, Cosette trouve un louis d’or dans son sabot. L’étranger veut l’emmener, exhibant cette lettre de Fantine : «Monsieur Thénardier, Vous remettrez Cosette à la personne. On vous paiera toutes les petites choses.» Thénardier, «à la manœuvre», exige quinze cents francs, qu’il reçoit. D’abord ébloui, il réfléchit, flaire un mystère…

L’étranger fait revêtir à Cosette une petite robe de deuil, et rentre avec elle à Paris, dans la nuit.
Livre quatrième : ‘’La masure Gorbeau’’
Jean Valjean, qui avait loué le 24 décembre une chambre meublée de la maison Gorbeau, obscure bâtisse sise rue des Vignes-Saint-Marcel, non loin de la Salpétrière, dans ce qui est alors un des quartiers les plus mal famés et les plus solitaires de Paris, s’y installe avec Cosette qui est devenue sa raison de vivre. Mais son allure mystérieuse commence à intriguer les autres gens qui y habitent.
Livre cinquième : ‘’À chasse noire, meute muette’’
Malgré ses extrêmes précautions, «les zigzags de la stratégie» qu’il applique, Jean Valjean se rend compte que Javert, alerté par un «mendiant qui fait l’aumône», est de nouveau sur sa trace. Un soir, vers le 15 mars 1824, il décampe, emmenant Cosette. Mais ils sont suivis par quatre hommes «tous de haute taille, vêtus de longues redingotes brunes, avec des chapeaux ronds et de gros bâtons à la main», les «acolytes» de Javert qui paraît lui aussi. Les fugitifs passent par le pont d’Austerlitz, et, dans «les tâtonnements de l’évasion […] qui serait impossible avec l’éclairage au gaz», se retrouvent dans le quartier dit du Petit-Picpus, compris entre le faubourg Saint-Antoine et le quai de la Râpée. Mais Javert a requis une patrouille, aposté des sentinelles, tendu un barrage. Valjean et Cosette sont ainsi coincés dans un cul-de-sac entouré de hauts murs. Grâce à son habileté et son agilité, l’ancien forçat réussit, halant Cosette à demi-engourdie de froid, de peur et de fatigue, à escalader et franchir un mur. Ils tombent dans un jardin, entendent un «hymne» «céleste, divin, ineffable», venant d’un «sombre édifice». Dans ce jardin travaille un «homme au grelot» qui reconnaît «le père Madeleine» : c’est Fauchelevent. Il indique qu’il porte ce «grelot» parce qu’il est employé par les nonnes d’un couvent, et qu’il peut cacher Jean Valjean et Cosette dans «une baraque isolée». Quant à Javert, il doit reconnaître qu’il a fait «buisson creux».
Livre sixième : ‘’Le Petit-Picpus’’
Le couvent est décrit. Les religieuses sont des bernardines qui, sous «l’obédience de Martin Verga», connaissent des «sévérités» mais aussi des «gaîtés», ont des «distractions».
Livre septième : ‘’Parenthèse’’
Hugo se consacre longuement à l’étude du «Couvent» en tant qu’«idée abstraite» et en tant que «fait historique», se demande «À quelle condition on peut respecter le passé», revient sur «le couvent au point de vue des principes», s’interroge sur «la prière» et sur Dieu, affirme la «bonté absolue de la prière», etc..
Livre huitième : ‘’Les cimetières prennent ce qu’on leur donne’’
Fauchelevent, «en présence de la difficulté», cherche, pour Jean Valjean et Cosette, une «manière d’entrer au couvent». Comme Jean Valjean et Cosette s’y sont introduits par escalade, il leur faut en sortir sans être vus, et y rentrer au vu de tous. Il est facile pour Fauchelevent de faire sortir Cosette. Mais, pour Jean Valjean, on trouve ce macabre et singulier stratagème : il prendra la place d'une religieuse morte, se fera enfermer «entre quatre planches» et enterrer dans son cercueil ; puis il se présentera à la mère supérieure. Peu s’en faut que l’équipée ne finisse tragiquement : Fauchelevent avait tout prévu, sauf que le fossoyeur, qu’il se faisait fort de soudoyer, serait remplacé au dernier moment. À la porte du couvent, Fauchelevent prétend que Jean Valjean est son frère, Ultime Fauchelevent. Les religieuses l’admettent à leur service pour qu’il aide leur jardinier. Jean Valjean et Cosette sont intégrés dans la communauté, et n'ont plus rien à craindre de la police. Comme au couvent est joint un pensionnat, Cosette en suivra les classes, y recevra une excellente éducation.
Troisième partie : ‘’Marius’’
Livre premier : ‘’Paris étudié dans son atome’’
Hugo s’intéresse au gamin de Paris, définit «quelques-uns de ses signes particuliers», déclare qu’«il est agréable», qu’«il peut être utile», détermine «ses frontières», fait «un peu d’Histoire», considérant qu’on retrouve en lui «la vieille âme de la Gaule», qu’il «exprime Paris», qu’il représente «l’avenir latent dans le peuple». Enfin, il fait le portrait du «petit Gavroche», fils de Jondrette, un miséreux qui occupe avec sa femme et ses deux grandes filles une chambre de la masure Gorbeau. Leur voisin, un étudiant très pauvre, qui a vingt ans, se nomme Marius Pontmercy.
Livre deuxième : ‘’Le grand bourgeois’’
En 1831, M. Luc-Esprit Gillenormand, qui a «quatre-vingt-dix ans et trente-deux dents», est «le vrai bourgeois complet et un peu hautain du dix-huitième siècle», qui «disait avec autorité : ‘’La Révolution française est un tas de chenapans’’». Il «demeurait au Marais». Il avait eu deux femmes dont la seconde «avait épousé par amour ou hasard ou autrement un soldat de fortune qui avait servi dans les armées de la République et de l’Empire, avait eu la croix à Austerlitz et avait été fait colonel et baron à Waterloo», une heure avant de tomber dans le chemin creux, et dont il disait : «C’est la honte de ma famille.» C’est Georges Pontmercy.
Livre troisième : ‘’Le grand-père et le petit-fils’’
M. Gillenormand, bien que bourgeois, fréquenta des salons «très nobles», dont celui de Mme de T., si ultra-royaliste qu’on y reprochait à Louis XVIII son «jacobinisme». Il y venait avec «un beau petit garçon de sept ans», Marius. Son père est Georges Pontmercy qui s'était marié, sous l'Empire, avec la fille cadette de M. Gillenormand, malgré la réticence de celui-ci. Le couple n'eut qu'un fils. En 1815, lors du décès de la mère de Marius, le grand-père menaça de déshériter celui-ci si son gendre ne lui laissait pas la garde de l’enfant. Dans l'intérêt de son fils, Georges Pontmercy, mis en résidence surveillée à Vernon et appauvri par la Restauration, qui l’avait «mis à la demi-solde» et lui contestait son grade de colonel et son titre de baron, céda à son beau-père, qui coupa toutes relations avec lui, et lui interdit de revoir son fils, qui n’entendit que M. Gillenormand qualifier son père de «honte de la famille» et se moquer de sa baronnie accordée par «Buonaparté».

Cependant, en 1827, Georges Pontmercy, étant tombé gravement malade, écrit à M. Gillenormand pour solliciter la visite de son fils. Le vieillard y consent, mais Marius arrive trop tard, son père lui ayant toutefois laissé une lettre où il lui léguait son titre, et le chargeait de retrouver la trace d’un certain Thénardier qui lui avait sauvé la vie. Devant le cadavre, il lui jure fidéllté à son idéal.

Et, un jour, par hasard, à Saint-Sulpice, il apprit que son père venait, tandis qu’il assistait à la messe, l’y voir en cachette. D’où l’«utilité d’aller à la messe pour devenir révolutionnaire», car, bouleversé par ces révélations, Marius se met à dévorer toute la littérature consacrée à l'Empire, à la république et à ses héros. Il en vient à s’enflammer d’admiration pour Napoléon et la Grande Armée, à vénérer son père, à porter désormais son deuil, et à adopter le nom de «baron Marius Pontmercy».

Un jour de 1828 éclate une discussion violente entre le jeune homme et son grand-père qui insulte à la mémoire du colonel. Marius répond en criant : «À bas les Bourbons». M. Gillenormand le chasse, tout en demandant à sa fille de veiller à lui faire parvenir «soixante pistoles» par mois, et il part «avec trente francs, sa montre, et quelques hardes dans un sac de nuit
Livre quatrième : ‘’Les amis de l’A B C’’
«La société des Amis de l’A B C», c’est-à-dire de «l’Abaissé», «le peuple», «groupe qui a failli devenir historique», réunit, dans «l’arrière-salle du café Musain», des jeunes gens qui sont des républicains épris de la démocratie antique, et n'attendant qu'une occasion pour se révéler des révolutionnaires actifs. Ce sont : les étudiants en droit Enjolras (le chef charismatique, parfait représentant du révolutionnaire républicain du XIXe siècle), Combeferre (le logicien, plus humain qu'Enjolras), Prouvaire (l'érudit), Courfeyrac et Bahorel (joyeux compagnons, serviables, quelque peu bohèmes et aimant le tapage), Lesgle (maladroit et perpétuellement malchanceux), l’étudiant en médecine Joly («le malade imaginaire jeune»), l’ouvrier éventailliste Feuilly (qui n’a qu’une pensée : libérer le monde en faisant triompher «l’idée des nationalités»). Si tous ceux-ci «avaient une même religion : le Progrès», s’«ils ébauchaient souterrainement l’idéal», s’oppose à eux l’ivrogne et sceptique Grantaire qui, comme son nom l’indique, se complaît aux grandes attitudes ridicules et aux grands discours vains, et n’a de titre à figurer dans le groupe que son admiration éperdue pour Enjolras. Devenu l’ami de Courfeyrac, qui le présente au groupe, Marius est cordialement accueilli. Il y connaît bien des «étonnements», mais reste fidèle, dans ce cercle républicain, à son culte de Napoélon.
Livre cinquième : ‘’Excellence du malheur’’
Marius, qui a renvoyé les «soixante pistoles» de M. Gillenormand en déclarant «avoir des moyens d’existence et pouvoir suffire désormais à tous ses besoins», vit, en fait, dans la plus grande pauvreté, mangeant «de cette chose inexprimable qu’on appelle ‘’de la vache enragée’’». Après avoir été hébergé par son ami Coufeyrac puis avoir habité l'hôtel avec ses derniers sous, il est contraint de louer, dans la masure Gorbeau, «un taudis sans cheminée». Mais, se sentant «encouragé et quelquefois même porté par une force secrète qu’il avait en lui», il s’efforce de se montrer digne de son père en tenant tête à l’indigence, et en continuant sa recherche de Thénardier. Il achève ses études, et devient avocat, mais préfère survivre en tenant un «modeste rôle d’’’utilité’’ dans une librairie» de traducteur et de compilateur, en donnant des leçons particulières. En plus de Coufeyrac, il a pour ami le vieux Mabeuf, qui connaît des revers de fortune, et sombre peu à peu dans la misère, vivant dans une petite chaumière du côté de la Salpêtrière, dans ce qui était encore le village d'Austerlitz. Marius fréquente aussi la librairie du vieux Royol.
Livre sixième : ‘’La conjonction de deux étoiles’’
Marius était «un beau jeune homme». Mais, «au temps de sa pire misère, il remarquait que les jeunes filles se retournaient quand il passait, et il se sauvait ou se cachait, la mort dans l'âme. Il pensait qu'elles le regardaient pour ses vieux habits et qu'elles en riaient ; le fait est qu'elles le regardaient pour sa grâce et qu'elles en rêvaient.» Il remarque plutôt, vers la fin de l'année 1830, lors de ses promenades quotidiennes au Jardin du Luxembourg, assis sur un banc de l'une des allées les plus isolées, un homme «aux cheveux blancs», d’«une soixantaine d’années», «triste et sérieux», qui est toujours accompagné d’une fille aux cheveux bruns, «de treize ou quatorze ans, maigre, au point d’en être presque laide». Son ami, Coufeyrac, les a surnommés «mademoiselle Lanoire et monsieur Leblanc». Un jour du printemps, «leurs deux regards se rencontrèrent» : «ce fut un étrange éclair», et, pour Marius, le «commencement d’une maladie», il est «éperdument amoureux», «prisonnier». Il s’exalte en tenant un mouchoir laissé sur le banc, mouchoir qu’il imagine à elle alors qu’il porte les «lettres U.F.» ; aussi lui donne-t-il le prénom d’Ursule. Comme il les suit jusqu’à leur domicile, le lendemain, on lui apprend qu’ils l’ont quitté.
Livre septième : ‘’Patron-Minette’’
Hugo dépeint la société comme travaillée de «mines» diverses, comme un «immense fourmillement inconnu». Dans «le bas-fond» apparaissent des monstres, dont «un quatuor de bandits» : Gueulemer, qui est «un Hercule déclassé», «une grosse force paresseuse», un «assassin par nonchalance» ; Babet, un ancien pitre «maigre et savant» ; le ténébreux Claquesous ; Montparnasse, «un enfant» mais «un être lugubre» qui «avait tous les vices et aspirait à tous les crimes». Ils formaient une association qu’on appelait «Patron-Minette».
Livre huitième : ‘’Le mauvais pauvre’’
Marius s’aperçoit que son voisin, Jondrette a «pour industrie, dans sa détresse, d’exploiter la charité de personnes bienfaisantes», dont il se procure les adresses ; qu’il leur écrit sous des noms supposés (ainsi : «Au monsieur bienfaisant de l'église Saint-Jacques-du-Haut-Pas») ; qu’il envoie ses deux filles porter les lettres, et mendier un peu partout. Un jour matin de février 1832, Marius reçoit la visite de l’aînée, Éponine, qui lui en apporte une où, très obséquieusement, le père sollicite son aide ; s'il ne l'a pas remarquée jusqu'alors, elle semble bien le connaître, l'appelle «Monsieur Marius», et est déjà amoureuse de lui sans qu'il s'en doute, lui disant le trouver «très joli garçon». Il lui donne cinq francs. Ayant vu «la misère de l'enfant» dans Éponine, il se met, par un trou du mur, à observer ses voisins, découvrant ainsi petit à petit que les Jondrette sont de dangereux individus que rien ne peut racheter. Il assiste surtout à une scène étrange : le vieillard (le «monsieur bienfaisant») et la jeune fille du Luxembourg sont venus visiter les Jondrette, leur apportant quelque secours, et se retirant, en promettant de revenir le soir même, car le père a prétendu être sur le point d'être expulsé pour inciter son bienfaiteur à lui remettre l'argent des prétendus loyers impayés. Le «mauvais pauvre» a flairé que cet homme a tout intérêt à préserver le mystère dont il s'entoure. Marius, comprenant que se prépare, avec le concours de «Patron-Minette», un guet-apens, avertit la police, en l'occurrence I'inspecteur Javert. Le soir du 3 février 1832, le «philanthrope» sans méfiance revient, mais seul. Il se voit peu à peu entouré par la bande de malandrins, puis ligoté sur une chaise. Au moment où Marius, par le trou du mur, va tirer sur les bandits (Javert lui a prêté un pistolet), Jondrette, le regard étincelant de haine, crie à sa victime : «Me reconnaissez-vous? Je suis Thénardier.» Aussi Marius est-il bouleversé puisque, par fidélité à la volonté de son père, il cherche justement un certain Thénardier. Le misérable exige deux cent mille francs, faute de quoi la jeune fille (il I'a reconnue, dit-il, c'est «I'Alouette») sera enlevée, et c'en sera fait d'elle. Cependant, l'inconnu a réussi à se dégager de ses liens ; il a saisi un ciseau rougi à blanc, et se I'est appliqué sur le bras pour montrer son courage. Alors Marius a I'idée de jeter dans le «bouge» un caillou enveloppé du papier où Éponine avait écrit : «Les cognes sont là.» Et, de fait, Javert survient. Mais, nouveau coup de théâtre, I'inconnu a disparu. Les bandits, hommes et femmes, sont arrêtés.
Quatrième partie : ‘’L’idylle rue Plumet et l’épopée rue Saint-Denis’’
Livre premier : ‘’Quelques pages d’Histoire’’
Hugo étudie les débuts de la monarchie de Juillet, considérant que «1830 est une révolution arrêtée à mi-côte» par la bourgeoisie, «portion satisfaite» du peuple, et qui, comme telle, éprouva le besoin d’une «halte». Dans une longue suite de traits antithétiques, il brosse un portrait de Louis-Philippe. Puis il constate l’apparition de «lézardes sous les fondations», chacun de leur côté, légitimistes et républicains criant : «Révolution, pourquoi ce roi?» L’agitation politique se doublait du mécontentement populaire : «fermentation démocratique et philosophique à la fois». Les sociétés secrètes pululaient. Dans les faubourgs, l’agitation républicaine se propageait, et «Enjolras et ses lieutenants» se préparaient à «l’événement possible».
Livre deuxième : ‘’Éponine’’
Marius, qui a quitté la masure Gorbeau, se perd en conjectures, et s’abandonne à la rêverie, venant se promener souvent dans un coin désert à la limite de la ville, «le champ de l’Alouette» car son nom lui rappelle la jeune fille qu’il aime. À propos de la détention de Thénardier et de ses complices, I'auteur nous fait entrer dans le monde des prisons dont il trace un tableau assez saisissant. Grâce au renseignement donné par le père Mabeuf, Marius est, dans «le champ de l’Alouette», retrouvé par Éponine qui l’aime mais vient lui révéler l’adresse de «la demoiselle».
Livre troisième : ‘’La maison de la rue Plumet’’
Le vieux Fauchelevent étant mort, Jean Valjean et Cosette quittent le Petit-Picpus. Il loue, rue Plumet, une maison d’un étage qui est étrange et secrète car dissimulée aux passants par les broussailles du jardin où s’est épanouie une végétation sauvage. N’ayant «pu échapper aux mailles étroites du rencensement de 1831», il lui fallait bien être «garde national», mais il sortait, vers le soir, en habits d’ouvrier. Et il avait conservé un logis de secours, rue de l’Homme-Armé. Cosette, qui est heureuse dans cette «continuation de la solitude» du couvent «avec le commencement de la liberté», et qui «adorait le bonhomme», ne s’étonnait point de ces bizarreries. Alors que, «dans son miroir», «il lui semblait presque qu’elle était jolie», lorsque, en juin 1831, Marius reprend ses promenades dans «son allée» du Jardin du Luxembourg, il reconnaît «M. Leblanc», mais pas «Mlle Lanoire». La fillette maussade de l'année précédente est devenue une très jolie jeune fille. S’éveillant au besoin d’aimer, le 16 juin, elle regarde Marius, et, comme il reste sur son banc, en proie aux «hésitations», aux «palpitations», aux «terreurs», le 2 juillet, elle va passer devant lui, et leurs yeux s'illuminent soudainement. Ils ont alors un dialogue amoureux muet qui n’échappe pas à M. Leblanc. Marius s'enhardit jusqu'à les suivre à leur domicile de la rue de l'Ouest, ce qui inquiète M. Leblanc. À partir de là, leurs apparitions au Luxembourg s'espacent jusqu'à ce qu'ils quittent soudainement leur domicile. Marius perd leur trace, et l'hiver arrive sans qu'il l'ait retrouvée. Un soir du mois d’octobre, se promenant dans la banlieue, Cosette et son «père» voient passer «la Chaîne», sinistre convoi des forçats en route pour Toulon, spectacle qui pétrifie le vieil homme et fait horreur à la jeune fille.

Livre quatrième : ‘’Secours d’en bas peut être secours d’en haut’’
Un matin, Jean Valjean revient «avec une large blessure au bras gauche», mais refuse tout médecin. Sa longue guérison est l’occasion pour Cosette de lui faire la lecture et de lui chanter des chansons, de lui faire faire des promenades dans le jardin. Ils sont ainsi remarqués par Gavroche, le fils des Thénardier qui, suivant un soir le vieil homme, le voit attaqué par Montparnasse ; pourtant, ce «fier invalide» domine son jeune adversaire et, le tenant, lui fait la morale, avant de le libérer en lui laissant sa bourse.
Livre cinquième : ‘’Dont la fin ne ressemble pas au commencement’’
Cosette remarque un bel officier à la fière allure, qui est nul autre que Théodule, le cousin de Marius, son régiment étant caserné près de la rue Plumet. Un jour, il la voit se promener dans le jardin, et s’applique alors à passer devant chaque jour. Or elle «traversait ce moment dangereux, phase fatale de la rêverie féminine abandonnée à elle-même». Alors que Jean Valjean était parti en voyage, elle s’effraya en croyant, deux soirs de suite, avoir entendu dans le jardin le pas d’un homme, et avoir vu une ombre. De retour, Jean Valjean lui montra qu’elle n’avait été victime que d’une illusion. Pourtant, alors qu’il est de nouveau absent, d’autres indices d’une présence l’épouvantent. Elle trouve un papier où est écrit un éloge enflammé de l’amour. Elle comprend que c’est un message de Marius, qui enfin se montre et lui parle, lui raconte sa quête, lui déclare son amour : «Vous êtes mon ange». À ces mots, elle s’évanouit ; il la prend dans ses bras ; «leurs lèvres se rencontrèrent». Et ils se disent leurs noms.
Livre sixième : ‘’Le petit Gavroche’’
Lors d'une sordide transaction, «la Thénardier s’était débarrassée de ses deux derniers enfants encore en bas âge», des garçons car elle n'aime que ses filles. Son fils aîné, Gavroche, qui était déjà livré à lui-même dans la rue, au printemps 1832, les recueille sans savoir qu’ils sont ses frères. Après avoir rencontré son ami, Montparnasse, car il connaît bien la bande «Patron-Minette», il loge les petits avec lui dans l’éléphant de la Bastille. Alors que la bande s’efforce de faire s’évader Thénardier de la prison de la Force, elle l’appelle à la rescousse. Il reconnaît son père, qui, lui, reste indifférent.
Livre septième : ‘’L’argot’’
Pour Hugo, l’argot est la «langue des ténèbres sociales», la langue de la misère, un «verbe devenu forçat». Il étudie son «origine», ses «racines», distingue l’«argot qui pleure» et l’«argot qui rit». Puis, s’interrogeant sur le danger que court la société du fait de la pègre, il indique «les deux devoirs : veiller et espérer».
Livre huitième : ‘’Les enchantements et les désolations’’
En avril 1832, Marius pénétrant dans le jardin de la rue Plumet, lui et Cosette goûtent la «pleine lumière» de leur amour, connaissent «l’étourdissement du bonheur complet». Mais un «commencement d’ombre» se dessine, car Éponine, qui poursuit Marius de son amour sans espoir, découvre son intérêt pour cette maison dont, le 3 juin, elle empêche le cambriolage par la bande de «Patron-Minette» accompagnée de Thénardier, son indigne père qui ose faire appel à son «amitié». Surtout, Cosette est triste parce que Jean Valjean envisage d’aller vivre en Angleterre. Marius, qui songe à l’épouser, vient, le lendemain, voir son grand-père, M. Gillenormand, mais il n’en tire que des sarcasmes, ne peut obtenir son consentement. Le vieillard lui conseille, au contraire, de faire de ce «cotillon» sa maîtresse, lui faisant cadeau pour cela de «deux cents pistoles», ce qui, pour le jeune homme, est un outrage. Il s'enfuit, alors que l’autre, désespéré, tente en vain de le rappeler.

Livre neuvième : ‘’Où vont-ils?’’
Jean Valjean, déjà inquiet des allées et venues dans le quartier d’un rôdeur qui est nul autre que Thénardier, et qui est décidé à partir en Angleterre, reçoit un papier où on lui conseille : «Déménagez». Alors que, le 5 juin 1832, ses amis vont à l’enterrement du général Lamarque, bonapartiste et républicain, Marius ne pense qu’à retrouver Cosette. Mais la maison de la rue Plumet est fermée. Cependant, Éponine lui indique : «Vos amis vous attendent à la barricade de la rue de la Chanvrerie».
Livre dixième : ‘’Le 5 juin 1832’’
Hugo s’interroge sur le phénomène de l’émeute, la distingue de l’insurrection. Il évoque l’enterrement du général Lamarque qui, ayant «bien servi l’Empereur» et tenu «haut la liberté», était «aimé du peuple». Le cortège mène à travers Paris une «multitude innombrable» où domine «un enthousiasme mêlé d’accablement», tandis que le gouvernement a mobilisé «vingt-quatre mille soldats dans la ville et trente mille dans la banlieue». Il y eut une «minute fatale» où «les dragons et la foule se touchaient» et où «la tempête se déchaîne». «En moins d’une heure, vingt-sept barricades sortirent de terre» dans le centre de Paris, ville qui présente cette «originalité» de continuer à vivre pendant les émeutes, mais qui, cette fois, a «peur» : «Les courageux s’armèrent ; les poltrons se cachèrent». On colportait des informations alarmantes.
Livre onzième : ‘’L’atome fraternise avec l’ouragan’’
Après avoir laissé ses frères dans l’éléphant de la Bastille, Gavroche, s’emparant d’un pistolet, part en guerre, en chantant une chanson. Il provoque la colère d’une chiffonnière et d’une portière, la «juste indignation d’un perruquier» car il a jeté une pierre dans la vitre de sa devanture. Il rejoint une bande conduite par Enjolras et ses amis de l’A B C, que suivent le vieux M. Mabeuf et «une espèce de jeune ouvrier» qui cherche Marius. Ils arrivent rue Saint-Denis.
Livre douzième : ‘’Corinthe’’
Comme, dans le cabaret ‘’Corinthe’’, rue de la Chanvrerie, Bossuet, Joly et Grantaire font bombance, ils proposent aux autres membres de l’A B C d’établir là une barricade, en commençant par démolir le cabaret, en s’attaquant à d’autres maisons, en ajoutant «le haquet d’un fabricant de chaux» et même «un omnibus». Ils reçoivent des renforts, et, bientôt, une seconde barricade est construite, l’ensemble formant «une véritable redoute». Ils font «un emprunt en bloc à une boutique d’armurier», distribuent cartouches, fusils et carabines. Les «préparatifs» achevés, les émeutiers «attendirent», causèrent entre amis, Jean Prouvaire dit «des vers d’amour». La nuit venue, on alluma une torche qui éclaire le drapeau rouge planté sur la barricade. En un homme qui avait été recruté rue des Billettes, le flair de Gavroche décèle un «mouchard» qui se présente en «agent de l’autorité», et dit son nom : Javert. Il a été envoyé par ses chefs en «mission politique». Enjolras lui annonce : «Vous serez fusillé deux minutes avant que la barricade soit prise.» Un certain Le Cabuc ayant décidé d’entrer dans une maison et ayant abattu le propriétaire récalcitrant, Enjolras l’exécute, mais déclare avoir «obéi à la nécessité» dont l’avenir sera libéré.
Livre treizième : ‘’Marius entre dans l’ombre’’
Sans avoir revu Cosette, Marius s’emploie à rejoindre à son tour la barricade. Mais, sur le point d’y arriver, un débat s’élève dans sa conscience. D’une part, son père approuverait-il de faire ainsi, dans une guerre civile, «saigner le flanc de la patrie»? D’autre part, Cosette partie, pouvait-il continuer à vivre? Surtout, pouvait-il manquer à l’amitié et à la parole donnée? «Tout à coup», il est illuminé par une réflexion où il repousse la distinction entre «guerre civile» et «guerre étrangère» pour ne condamner que «la guerre injuste» car «la guerre juste» est celle qui est menée contre «le droit, le progrès, la raison, la civilisation, la vérité».
Livre quatorzième : ‘’Les grandeurs du désespoir’’
À dix heures du soir, Gavroche, qui est allé en reconnaissance, donne l’alarme sur l’air d’’’Au clair de la lune’’, et exige le fusil de Javert. On entend la troupe s’approcher dans l’obscurité. Elle fait feu. La détonation abat le drapeau rouge, et blesse plusieurs hommes. Relever ce drapeau, c’est la mort certaine. Qui va y aller? «Personne ne se présente?» demande Enjolras. À cet appel, le père Mabeuf paraît sur le seuil du cabaret. Il tente de replacer le drapeau, mais est abattu par une décharge. Sa mort héroïque est saluée par Enjolras. Mais la barricade manque alors d’être submergée par les assaillants, Courfeyrac et Gavroche en danger d’être tués étant sauvés par Marius qui vient d’y entrer, «ses deux pistolets à la main». À son tour, il est couché en joue à bout portant. Mais un jeune ouvrier met sa main devant le canon du fusil. Alors que les adversaires sont très près les uns des autres, que deux détonations partent en même temps, laissant des mourants et des blessés, une voix menace de faire sauter la barricade ; c’est celle de Marius qui est allé chercher un baril de poudre, et menace d’y mettre le feu. Les assaillants refluent pêle-mêle vers la rue Saint-Denis. On constate que Jean Prouvaire a été tué, et que le jeune ouvrier qui a protégé Marius est blessé à mort. Il se fait reconnaître : c’est Éponine. Elle lui remet une lettre qu’elle avait voulu garder, et meurt après avoir avoué être amoureuse de lui. Dans la lettre, Cosette lui révèle l’adresse où elle et son père seront avant leur départ pour l’Angleterre. Il lui écrit quelques lignes où il lui lui fait part du refus de son grand-père et de sa décision de mourir, et envoie Gavroche porter le papier à l’adresse donnée.
Livre quinzième : ‘’La rue de l’Homme-Armé’’
Par un hasard cruel, un buvard reflété dans une glace révèle à Jean Valjean les amours de Cosette. Le cœur du vieil homme se déchire. Tandis qu'il songe, assis devant sa maison, Gavroche apporte une lettre pour Cosette. Jean Valjean apprend ainsi que Marius est à la barricade et va mourir.
Cinquième partie : ‘’Jean Valjean’’
Livre premier : ‘’La guerre entre quatre murs’’
Hugo, à partir de l’exemple de «la fatale insurrection de juin 1848», médite sur «les exaspérations de la foule qui souffre et qui saigne». Puis il examine deux barricades de 1848, appelant l’une, «monstrueuse», «la Charybde du faubourg Saint-Antoine», l’autre, œuvre d’un «géomètre», «la Scylla du faubourg du Temple». Revenant à la barricade de la rue de la Chanvrerie, en 1832, il indique qu’elle est «non seulement réparée, mais augmentée», mais qu’on y souffre de la faim, et qu’Enjolras «interdit le vin et rationne l’eau-de-vie». Parti en reconnaissance, il annonce aux défenseurs qu’ils sont «abandonnés». Ils sont une quarantaine, soit dix de trop. Combeferre, prodiguant son éloquence simple et humaine, obtient que cinq pères de famille, se sacrifiant, rentrent dans leurs foyers. Un nouveau venu se présente. C’est Jean Valjean. Marius dit : «Je le connais», et se porte garant de sa loyauté.

«En ce moment-là, Cosette se réveillait», et tout un chapitre est consacré à cet événement.

Enjolras fait un grand discours où il expose sa vision utopique de l’avenir pour laquelle les insurgés doivent se sacrifier. Or «la situation s’aggrave», puisque les assaillants font apparaître un canon. Les assiégés renforcent la barricade. L’arrivée du boulet coïncide avec celle de Gavroche, qui fait plus d’effet. Selon son rapport, la barricade est bloquée à gauche, à droite et en face. Une nouvelle décharge d’artillerie, cette fois mieux réglée, fait deux morts et trois blessés. Enjolras, ému mais inflexible, abat le jeune sergent des canonniers. Jean Valjean rend divers services, vise très habilement des casques de soldats, mais s’abstient de verser le sang. La garde nationale (surtout les compagnies de banlieue, composées en majeure partie de commerçants) apportent à la défense de l’ordre un zèle et une intrépidité où entre, en même temps que l’exaspération, un grand appétit de gloire. Tel, rue de la Chanvrerie, le capitaine Fannicot qui, impatient d’attaquer, fait décimer sa compagnie, puis est tué lui aussi, par la mitraille du canon.

«Dans la matinée du six juin, l’insurrection eut, pendant une heure ou deux, une certaine recrudescence.» Mais «l’espoir dura peu». Une deuxième bouche à feu est mise en batterie. La situation devient critique. «Feu sur les artilleurs», commande Enjolras. Les deux tiers des servants sont tués. Comme les assiégés n’ont presque plus de cartouches, Gavroche sort de la barricade, et, profitant de la fumée qui stagne dans la rue, va vider «les gibernes pleines de cartouches des gardes nationaux tués». Longtemps, il poursuit sa quête en échappant aux balles et en chantant, mais est finalement abattu.

«Il y avait en ce moment-là même dans le jardin du Luxembourg […] deux enfants» qui sont les frères de Gavroche. L’aîné parvient à s’emparer, avant les cygnes, d’un morceau de brioche que le fils d’un «bourgeois» leur avait jeté.

À midi, devant la barricade, apparaissent des sapeurs pompiers en ordre de bataille, la hache sur l’épaule. Enjolras fait garnir de pavés les fenêtres des maisons environnantes. Le moment est venu de brûler la cervelle au mouchard qu’est Javert. Jean Valjean, qui «se venge», se fait confier sa garde, et obtient la faveur de l’exécuter ; mais, l’emmenant à l’écart, il coupe ses liens, et lui laisse son adresse. Javert s’éloigne, calme en apparence. Un coup de pistolet a fait croire à son exécution sommaire.

«L’agonie de la barricade allait commencer». «Tout à coup le tambour battit la charge», et «une puissante colonne d’infanterie» «arriva droit sur la barricade». La lutte des «héros» est épique. La barricade prise, ses derniers défenseurs réussissent à se réfugier dans le cabaret. «Marius était resté dehors», mais, effroyablement atteint par plusieurs blessures, «il eut la commotion d’une main vigoureuse qui le saisissait». Les soldats pénètrent dans le cabaret. Au premier étage, Enjolras, seul, debout, lutte encore. Le sceptique Grantaire, ivre-mort depuis la veille, est tiré de son sommeil, juste à temps pour périr fusillé à côté d’Enjolras, en criant avec lui : «Vive la République !»

C’est Jean Valjean qui a saisi Marius qui est en quelque sorte son «prisonnier». Mais où fuir? Il avise une grille descellée, et mettant à profit «sa vieille science des évasions», s’engage avec son fardeau dans une «espèce de puits heureusement peu profond» puis dans «une sorte de long corridor souterrain».
Livre deuxième : ‘’L’intestin de Léviathan’’
Hugo y fait un fort long exposé sur les égouts de Paris, plein d’érudition et de considérations historico-politico-socialo-économiques.
Livre troisième : ‘’La boue, mais l’âme’’
Jean Valjean, qui porte Marius sur ses épaules («Lui aussi porte sa croix»), montrant une vigueur physique et une force d'âme peu communes, est entré dans un égout, «cloaque» qui présente bien des «surprises». Il parvient à éviter une patrouille. On apprend qu’un «homme en blouse» est «filé» au bord de la Seine par un «homme à la redingote» ; que, le premier disparaissant, le second comprend qu’il s’est échappé par une grille d’égout dont il a la clé ; aussi se poste-t-il aux aguets devant elle. Jean Valjean manque s'enliser avec son fardeau dans une fondrière. Il aperçoit une lueur lointaine, et arrive à une grille, qui est fermée. Il pense à Cosette. Soudain, il entend quelqu’un lui dire : «Part à deux». C’est Thénardier qui, croyant se trouver en présence d’un détrousseur de cadavres, réclame la moitié du butin. Jean Valjean dissimule son visage, donne les quelques pièces qu’il a sur lui, et obtient de pouvoir sortir de l’égout. Il goûte le jour retrouvé, mais Javert, qui «filait» Thénardier, l’arrête sans le reconnaître car il «ne se ressemblait plus à lui-même». Mais Jean Valjean se nomme. Croyant Marius mort, Javert lui permet de déposer le corps chez M. Gillenormand. C’est la «rentrée de l’enfant prodigue de sa vie» : le vieillard pense mourir de chagrin en voyant son petit-fils dans un tel état. Javert ramène Jean Valjean chez lui.

Livre quatrième : ‘’Javert déraillé’’
Une tempête se déchaîne sous le crâne du policier qui, au lieu d’arrêter Jean Valjean, rendu fou par son incompréhensible générosité, désespéré d'avoir trahi son devoir, le 7 juin, se jette dans la Seine, après avoir rédigé, en guise de testament, quelques «observations pour le bien du service
Livre cinquième : ‘’Le petit-fils et le grand-père’’
Marius se rétablit lentement, et, en septembre, «en sortant de la guerre civile, s’apprête à la guerre domestique», car il ne revient à la vie que pour retrouver Cosette. Devant une telle continuité de vues, M. Gillenormand et Valjean s'inclinent, et font tout pour rendre heureux les deux jeunes gens. Quand Marius ose affronter son grand-père, celui-ci, qui délire de joie, qui crie même : «Vive la République !», consent aussitôt au mariage, demande même pour lui la main de Cosette. «M. Fauchelevent» met Cosette en possession d’une somme de cinq cent quatre-vingt mille francs. Il règle la situation de la jeune fille au regard de l’état civil en la présentant comme sa nièce. M. Gillenormand, plus fringant et discoureur que jamais, est enchanté de Cosette, et la comble de cadeaux. Marius est à la recherche de «deux hommes impossibles à retrouver» : Thénardier et l’inconnu qui l’a sauvé ; comme il se demande s’il n’a pas vu M. Fauchelevent dans la barricade, celui-ci ne fait rien pour l’aider à préciser ses souvenirs, prétend même ne pas connaître la rue de Chanvrerie.
Livre sixième : ‘’La nuit blanche’’
Marius est saisi de quelque soupçon devant la singulière personnalité de son beau-père, et celui-ci s'isole de plus en plus dans une solitude inexplicable. Le mariage a lieu le 16 février 1833, pendant les fêtes du carnaval. Thénardier a vu passer le cortège de la noce. M. Gillenormand donne un grand dîner. Mais M. Fauchelevent n’y assiste pas : réfugié dans sa chambre de la rue de L’Homme-Armé, il ouvre la malle qui contient les vêtements qu’il fit mettre à Cosette à Montfermeil, se débat avec la possibilité de perdre la seule chose qu’il ait jamais aimée, et recommence en lui «la vieille lutte formidable» entre le bien et le mal, dans une «rêverie vertigineuse» qui dure «toute la nuit».
Livre septième : ‘’La dernière gorgée du calice’’
Une dernière épreuve est réservée à Jean Valjean car il révèle à Marius : «Je suis un ancien forçat», sans lui dire qu’il lui a sauvé la vie. Le jeune homme est atterré. Il s’emploie à détacher Cosette de son père adoptif. D'un commun accord, Marius et Jean Valjean décident qu’il ne viendra voir Cosette seule que de temps en temps, et qu'il espacera ses visites jusqu'à disparaître définitivement.
Livre huitième : ‘’La décroissance crépusculaire’’
Le calvaire commence pour Jean Valjean. Il est successivement chassé de tous les bonheurs. Le tutoiement disparaît ; il se fait appeler «Monsieur Jean», et appelle Cosette «Madame». Bientôt, il se sent doucement éconduit. Enfin, après une dernière visite à Cosette à la fin avril 1833, il renonce à en faire d’autres, et se cloître dans sa maison. Il comprend en outre que Marius soupçonne la fortune de Cosette d’être le produit d’un vol.
Livre neuvième : ‘’Suprême ombre, suprême aurore’’
Au milieu de l’été 1833, se présente à Marius un visiteur qui porte «le vêtement d’homme d’État». C’est Thénardier venu faire des révélations. Elles éclaircissent tout : Jean Valjean n’a pas volé la fortune de M. Madeleine ; il n’a pas assassiné Javert comme Marius en était persuadé ; il lui a sauvé la vie, à lui, Marius, en l’emportant loin de la barricade. De ces révélations, Thénardier escompte qu’elles lui vaudront une récompense. Il est même prêt à l’exiger sous menace du scandale s’il le faut. Sur le premier point, il se trompe du tout au tout ; mais, pour le reste, il atteint largement son but : Marius saisit l’occasion de «libérer d’un créancier indigne la mémoire de son père» ; il expédie Thénardier en Amérique, «muni d’une traite de vingt mille francs sur New York». Il allait là-bas, sa misère morale étant incurable, sous un autre faux nom, se faire négrier.

Marius apprend la vérité à Cosette, et tous deux se rendent en grande hâte chez Jean Valjean. Ils le trouvent agonisant. Mais il se réjouit d’être «pardonné», et la vue de ceux qu'il considère comme ses enfants lui donne le plus grand bonheur de sa vie. Cosette voudrait que celui qu’elle appelle de nouveau «Père» vienne vivre auprès d’eux. Mais, s’il dit qu’il est près de la mort, qu’il appelle, il ajoute : «Quand vous me reprendriez, monsieur Pontmercy, cela ferait-il que je ne sois pas ce que je suis?» Un médecin confirme qu’il est «trop tard». Le vieillard, qui est allé prendre un crucifix en affirmant : «Voilà le grand martyr», a une syncope. Revenant à lui, il entreprend de s’expliquer sur la dot de Cosette. Puis, de nouveau, il faiblit. Il lègue à Cosette «les deux chandeliers», et se demande : «si celui qui me les a donnés est content de moi là-haut». Il rappelle le bonheur qu’ils ont connu alors qu’elle était enfant, et lui révèle le nom de sa mère : «Fantine». Il conseille aux deux jeunes gens de s’aimer. Il meurt dans leurs bras, rasséréné et justifié, et, «sans doute, dans l’ombre, quelque ange immense était debout, les ailes déployés, attendant l’âme
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   33

similaire:

RÉsumé Première partie : ‘’ iconRésumé Première partie
«Cet argent lui brûlait la main, IL voulait le rendre; mais IL fut forcé de le garder comme un dernier stigmate de la vie parisienne.»,...

RÉsumé Première partie : ‘’ iconRésumé Première partie
«savait une quantité prodigieuse d’airs et de chansons qu’elle chantait avec un filet de voix fort douce» et à laquelle IL dut «le...

RÉsumé Première partie : ‘’ iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

RÉsumé Première partie : ‘’ iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

RÉsumé Première partie : ‘’ iconRésumé 16 Première partie repenser le gouvernement 21 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

RÉsumé Première partie : ‘’ iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

RÉsumé Première partie : ‘’ iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

RÉsumé Première partie : ‘’ iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

RÉsumé Première partie : ‘’ iconRésumé : Dans la première partie de l’activité, IL s'agit de montrer...
«Giga tonne d'équivalent pétrole». Cette unité est basée sur l'énergie libérée lors de la combustion du pétrole

RÉsumé Première partie : ‘’ iconPremière partie








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com