Rapport de la Mission conduite par








télécharger 4.04 Mb.
titreRapport de la Mission conduite par
page1/110
date de publication19.04.2017
taille4.04 Mb.
typeRapport
c.21-bal.com > économie > Rapport
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   110


Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie

Secrétariat d'Etat

à l'Industrie

Conseil Général des

Conseil Général des

Mines

Technologies de l'Information

Internet et Entreprise

mirages et opportunités

Pour un plan d'action

Contribution à l'analyse de l'économie de l'Internet

Rapport de la Mission conduite par

Jean-Michel YOLIN, Ingénieur Général des Mines

avec

Jean-Claude Merlin, Ingénieur Général des Télécommunications

Grégoire Postel-Vinay Ingénieur en Chef des Mines

Christian Scherer Ingénieur en Chef des Mines

Mise à jour 29 octobre 2001

Préambule.

Ce rapport 2001 v2 est la cinquième édition depuis la première demande du Ministre en 1997 nous chargeant

  • d'examiner de quelle façon Internet pouvait participer à la compétitivité de nos entreprises

  • de contribuer à la réflexion sur les actions à conduire notamment au profit des PME.

Depuis lors, dans notre pays, beaucoup de chemin a été parcouru sous l'impulsion d'initiatives tant publiques (dans le cadre du PAGSI) que privées.

De nombreuses missions aux Etats-Unis et dans plusieurs pays européens (notamment dans l’Europe du Nord) et de très fréquentes visites d’entreprises françaises et européennes nous ont cependant montré que si depuis 1998 notre pays a amorcé son décollage, outre atlantique comme chez nos voisins d’Europe du Nord ces dernières années ont vu une accélération des utilisation des technologies de l’Internet par les entreprises traditionnelles.

  • Certes nous ne nous laissons plus distancer en valeur relative

  • Mais nous ne comblons encore que partiellement notre retard vis à vis de pays qui poursuivent une croissance exponentielle tant en terme de volume qu’en terme de sophistication des usages : ceux-ci progressivement transforment en profondeur le fonctionnement des entreprises de toute taille et de tous secteurs et conduisent à repenser tous les métiers. Finance et logistique sont particulièrement riches de marges de progrès

Notons que, plus encore que les pays latins, le Japon, sans doute pour des raisons culturelles analogues de "gestion du pouvoir" éprouve les plus grandes difficultés à s'adapter à ce bouleversement de l'économie mais que néanmoins de nombreux Français réussissent remarquablement dans ce domaine pour peu que l'environnement soit favorable

En ce qui concerne les créations d'entreprises 1999 et début 2000 ont vu l’explosion des « jeunes pousses » et l’émergence des « Business Angels ». Comme tout phénomène brutal une telle croissance ne pouvait se produire "à-coups" et aux excès qui ont culminé en mars 2000 ont succédé d'autres excès en sens inverse.

2001 a vu de nombreuses fusions ou faillites, soit parce qu'il n'y a pas toujours la place pour plusieurs compétiteurs sur un même créneau, soit pour des problèmes de gestion, soit parce que les capitaux ont manqué pour atteindre le point mort, soit aussi bien souvent parce que les anticipations sur le marché ont été trop optimistes. Pour autant les idées portant ces entreprises ne nous paraissent pas devoir être effacées de nos mémoires car dans d'autres circonstances elles pourront peut-être se révéler fécondes et nous ne les avons donc pas "gommées" de cette édition 2001 v2

Gageons que dans le futur d'autres ajustements auront lieu et gardons à l'esprit que les aventures risquées ne peuvent toutes déboucher sur des succès…

En 2001, si les cours de bourse se sont effondré les usages ont continué à connaître une très vive croissance (plus que doublement d'une année sur l'autre des principaux indicateurs). Une mer ne monte en général pas de façon régulière et continue mais par des vagues successives, qui chacune, après la déferlante, donne l'apparence de se retirer

En particulier les grands groupes français ont véritablement commencé à s'approprier les outils de l'internet pour renforcer leur compétitivité et leur réactivité, au delà des sites institutionnels et de timides essai de commerce en ligne sans grand impact stratégique:

Cette année, année de consolidation, pas d'émergence de concept radicalement nouveaux (si ce n'est le Peer to Peer, véritable retour au source sur le plan conceptuel mais qui n'a pas encore trouvé sa place opérationnelle), mais

  • Demarrage effectif de "l'entreprise virtuelle", permettant de faire fonctionner en flux tendu l'entreprise et toute sa cascade de donneurs d'ordre et de sous-traitants, tant pour la conception de nouveaux produits que pour leur production (automobile, aéronautique, chimie, électronique…): les annonces spectaculaires d'Alcatel montrent, face à la crise, un recentrage sur le cœur de métier de chaque partenaire pour gagner en compétitivité

  • Plus que le développement des ventes, l'objectif de réduire les couts et les délais. Cela a conduit dans tous les secteurs à un développement des outils de l'internet pour la fonction "achat" : "places de marché" et approvisionnement électroniquequi se comptent aujourd'hui par centaines et dont nombre d'entre elles affichent des objectifs dépassant les 100 milliards de dollars de transactions annuelles

  • l'enrichissement des usages et l'ouverture (trop) progressive de la concurrence au niveau des opérateurs entraine une baisse des prix et une poussée très forte vers les réseaux à haut débit et au déploiement industriel des technologies optiques et de l'ADSL (2 points forts de notre industrie), alors que le satellite se marginalise

  • le développement des usages "nomades" de l'Internet avec l'intégration progressive des innombrables type de terminaux mobiles, l'explosion de l'usage des "texto" (SMS) pour effectuer des transactions ou même téléopérer des machines (palliant l'echec de la norme WAP) le démarrage du GPRS et l'attribution des licences UMTS

  • l'émergence du marché de l'éducation en ligne (e-learning), enjeu à la fois pour la balance commerciale (en dizaines de milliards de dollars) comme pour la balance culturelle, il concerne la principale matière première de demain: la matière grise, tant pour sa première transformation que pour sa maintenance

  • remise en cause des principes mêmes de la "normalisation", élément majeur de toute stratégie industrielle: les processus traditionnels, basés sur l'élaboration diplomatiques de consensus entre entités intitutionnelles, ont été complètement balayés car incapables de suivre le rythme qu'implique les NTIC : des forums informels, regroupant les quelques acteurs déterminants se sont substitués à eux, les reléguant au rôle de spectateurs régularisant des "voies de fait" ce qui n'est pas sans poser problème en terme de règles de concurrence

  • la prise de conscience des risques en terme de sécurité et de stabilité inhérents au système d'exploitation de Microsoft et le développement des logiciels libres GNU/Linux

Un grand nombre de personnes (entreprises, sociétés de conseil, organismes de formation,…) nous ont suggéré d'assurer la mise à jour d'un rapport qu'ils utilisent comme document de référence (support de cours, source d'exemples d'application pour la sensibilisation et le conseil, guide méthodologique, …).

La présente version essaye de répondre à cette demande: Comme la précédente, celle-ci est consultable à l'adresse www.ensmp.fr/industrie/jmycs (depuis sa première publication ce rapport a reçu 870.000 requêtes provenant de 103 pays), où il est possible de la télécharger ou de l'utiliser en format html comme plate-forme de navigation pour accéder à toutes les sources citées (le sommaire très détaillé essaie de faciliter un accès direct et rapide à la préoccupation du lecteur).

En outre une page de News - www.yolin.net - permettra de continuer à l'enrichir progressivement par des développements spécifiques (intelligence économique, création d'entreprises dans les NTIC, infrastructures et aménagement du territoire, Internet et collectivités locales, …) et de rester à votre écoute pour continuer à capitaliser notre expérience collective.

Merci à tous

1 L'Internet en deux mots 23

1.1 Le fruit étrange de la liaison entre la rigueur des militaires et la créativité libertaire des chercheurs sur fond de guerre froide 23

1.1.1 Dans les années 70, une initiative pour limiter la vulnérabilité des réseaux informatiques en cas d'attaque nucléaire : 23

1.1.2 Un apport décisif des chercheurs en terme d'ergonomie et de convivialité : 23

1.1.3 Qui paye ? Qui contrôle ? : 25

1.1.3.1 Aujourd'hui un financement à 90% privé et une régulation par consensus 25

1.1.3.2 …sauf pour préparer la génération suivante : une action forte de l'Etat américain 25

1.1.3.3 Qui le contrôle ? : une régulation par consensus 26

1.1.4 Une technologie peu onéreuse, et accessible aux PME 26

1.1.5 Une technologie simple et intuitive dans sa mise en œuvre 27

1.1.6 Invulnérable aux attaques atomiques... mais pas aux pirates : l'e-crime 27

1.1.7 Une distinction à opérer entre réseau de transport et règles de circulation: "la tuyauterie"(le réseau Internet) et les "protocoles" (les "technologies" Internet) 27

1.1.8 Un faux problème: le débat entre contenu ou contenant. Internet est surtout un standard transactionnel permettant l'émergence d'une nouvelle organisation de l'économie et de la société 28

1.2 Au-delà du mail et de la navigation, les multiples fonctions d'internet: 28

1.2.1.1 De nouveaux moyens de communiquer rapides, bon marché, efficaces ouvrant de nouvelles possibilités 28

1.2.1.1.1 Le courrier électronique l'e-mail ou courriel 28

1.2.1.1.2 La téléphonie "IP" (VoIP): "l'international pour le prix du local" avec d'importantes fonctionnalités en sus 28

1.2.1.1.3 La visiophonie, la téléconférence, pour une communication plus riche 29

1.2.1.1.4 voir à distance en trois dimensions : un atout pour le tourisme, l'immobilier ou les catalogues 30

1.2.1.1.5 Des Forums, des espaces pour bavarder (IRC "Internet Relay Chat", messageries instantannées), 30

1.2.1.1.6 Un outil aussi de communication entre les machines: à l'usine comme à la maison (domotique) 30

1.2.1.1.7 La Radio et la télévision sur internet 31

1.2.1.1.8 Vision 3D, réalité virtuelle 31

1.2.1.1.9 de nouveaux outils prêts à sortir des laboratoires: goût, odorat, toucher, reconnaissance des expressions du visage 31

1.2.1.1.10 Trouver des informations parmi des centaines de millions de documents 32

1.2.1.1.11 Les annuaires et moteurs de recherche 32

1.2.1.1.12 La recherche à travers les newsgroup 33

1.2.1.1.13 La recherche dans les banques de données 33

1.2.1.1.14 Le stockage des informations 33

1.2.1.1.15 La reconnaissance vocale 33

1.2.1.1.16 La synthèse vocale 34

1.2.1.1.17 La traduction automatique 34

1.2.1.1.18 La reconnaissance de l'écriture manuscrite 34

1.2.1.1.19 L'exploitation des flux d'information 34

1.2.1.2 Se procurer des produits et services sur le web 34

1.2.1.2.1 Le téléchargement de programmes informatiques, de données, d'images, de sons, de vidéo... : 34

1.2.1.2.2 Faire ses courses sur internet, des magasins ouverts 24/7 payer en ligne ou entre particuliers 34

1.2.1.2.3 Accomplir les formalités administratives 35

1.2.1.3 Publier de l'information accessible du monde entier 35

1.2.1.4 Travailler ensemble malgré les distances 35

1.2.1.4.1 Partager des documents 35

1.2.1.4.2 Partager des moyens de calcul 35

1.2.1.4.3 Partager des moyens de stockage de données 36

1.2.1.5 Surveiller et agir à distance: télésurveiller et téléopérer, depuis Telnetjusqu'au simple SMS 36

1.2.1.6 L'arrivée du haut débit et de l'accès internet nomade 36

1.2.1.7 Le Peer to Peer (P to P), un retour au source, la mise en réseau des ordinateurs sans serveur central 36

1.2.1.8 Des technologies avec de la réserve de puissance sous le pied: les lois de Moore, de Machrone et de Rock 37

1.3 Un développement explosif: une "Hot-Technologie" 37

1.3.1.1 Dans tous les pays développés une croissance exponentielle mais difficile à mesurer 37

1.3.1.1.1 La fantastique explosion d'Internet : les "dog years" 38

1.3.1.1.2 …mais que mesure-t-on? Est-ce significatif de la réalité des évolutions importantes? 38

1.3.1.2 Quelques repères chiffrés néanmoins 40

1.3.1.3 Les statistiques cachent plus de choses qu'elles n'en montrent: les "achats Online" ne sont que le sommet de l'isberg 41

1.3.1.4 Erreur que de croire qu'il y a d'un côté la net-économie et d'un autre l'ancienne: les Click & Mortar 42

1.3.1.5 la croissance en France et dans le monde 43

1.3.1.5.1 La France est en retard 43

1.3.1.5.1.1 les dernières années du siècle auront vu le décollage … mais pas le rattrapage. 43

1.3.1.5.1.2 Encore très masculin et élitiste 44

1.3.1.5.1.3 Les grands groupes français prennent le virage, l'année du décollage pour les mutations en profondeur 44

1.3.1.5.1.4 Les PME: en 2001 une prise de conscience encore faible 45

1.3.1.5.2 L'Amérique du Nord et Israel 45

1.3.1.5.3 L'Asie, partie plus tardivement mais elle connait une forte croissance 45

1.3.1.5.4 Les pays européens: la fracture Nord/Sud entre pays latins et anglo-saxons, les champions Nordiques 46

1.3.1.5.5 Le Minitel : notre langue d'Esope 51

1.3.1.5.5.1 Un atout : 51

1.3.1.5.5.1.1 Un fonds de commerce déjà établi pour le commerce électronique (transport, banque, VPC,...) 51

1.3.1.5.5.1.2 Une profession d'éditeurs nombreuse et prospère grâce en particulier à la formule kiosque qui permet une facturation simple et bien acceptée. 52

1.3.1.5.5.1.3 Des cyber-commerçants avant la lettre 52

1.3.1.5.5.1.4 Une profession de "télématiciens" performante 52

1.3.1.5.5.1.5 Des bases de données et des fonds documentaires très importants 52

1.3.1.5.5.1.6 Des ressources financières confortables qui permettent le financement du web 52

1.3.1.5.5.2 Un handicap : 52

1.3.1.5.5.2.1 le Minitel a renforcé notre tendance à raisonner au niveau Franco-Français 52

1.3.1.5.5.2.2 il nous a plus habitué à payer le temps que l'information 52

1.3.1.5.5.2.3 la confortable facilité de gestion d'un outil qui permet de facturer bien des choses… 52

1.3.1.5.5.2.4 apportant une réponse partielle mais rapide aux besoins principaux il limite l'appétence pour le web 53

1.4 Internet et les technologies traditionnelles de transfert de données électroniques 53

1.4.1 Internet : quoi de plus que le Minitel ? 53

1.4.1.1 beaucoup d'avantages : 53

1.4.1.1.1 Il est mondial, les "Netizen" 53

1.4.1.1.2 Peu onéreux … et en baisse rapide 54

1.4.1.1.3 Il offre quantité de fonctionnalités nouvelles 54

1.4.1.1.4 Il conduit à la "convergence" entre Téléphone, TV et information 54
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   110

similaire:

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de la Mission conduite par

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de la Mission conduite par
«mini Krach» du printemps; en fait, avec le recul celui-ci apparaît comme un simple ajustement et la croissance de la valeur des...

Rapport de la Mission conduite par iconObjectif de la mission Mise en place d’outils et d’études en support...

Rapport de la Mission conduite par iconVous êtes élu au Bureau de l’A. P. E. ou au Comité et vous ne savez...

Rapport de la Mission conduite par iconMotion de l'ag de l’iut du Mans du vendredi 12 décembre
«charte de bonne conduite» ne garantit aucunement la définition nationale du dut et le fléchage national des moyens par le ministère...

Rapport de la Mission conduite par iconIntoxications graves : Conduite à tenir

Rapport de la Mission conduite par iconCours 1 conduite a tenir en cas de

Rapport de la Mission conduite par iconR rapport fait par

Rapport de la Mission conduite par iconRapport présenté par

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de stage rédigé conjointement par








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com