Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une








télécharger 97.91 Kb.
titreJe ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une
page1/3
date de publication02.05.2017
taille97.91 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3
LE COMPOSÉ DES COMPOSÉS





ALBERT LE GRAND
Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une science tenue secrète, un trésor caché, quelle est leur utilité ? La science que j’ai apprise sans fictions, je vous la transmets sans regrets. L’envie ébranle tout, un homme envieux ne peut être juste devant Dieu. Toute science, toute sagesse vient de Dieu ; c’est une simple façon de parler que de dire qu’elle vient de l’Esprit-Saint. Nul ne peut dire : Notre-Seigneur Jésus-Christ sans sous-entendre : fils de Dieu le Père, par l’opération du Saint-Esprit. De même cette science de vérité ne peut être séparée de Celui qui me l’a communiquée.
Je n’ai pas été envoyé vers tous, mais seulement vers ceux qui admirent le Seigneur dans ses œuvres et que Dieu a jugé dignes. Que celui qui a des oreilles pour entendre cette communication divine recueille les secrets qui m’ont été transmis par la grâce de Dieu et qu’il ne les révèle jamais à ceux qui en sont indignes.
La nature doit servir de base et de modèle à la science, aussi l’Art travaille d’après la Nature autant qu’il peut. Il faut donc que l’Artiste observe la Nature et opère comme elle opère.

CHAPITRE I

DE LA FORMATON DES METAUX EN GENERAL PAR LE SOUFRE ET LE MERCURE

On a observé que la nature des métaux, telle que nous la connaissons est d’être engendrée d’une manière générale par 1e Soufre et le Mercure. La différence seule de cuisson et de digestion produit la variété dans l’espèce métallique. .J’ai observé moi-même que dans un seul et même vaisseau, c’est-à-dire dans un même filon, la nature avait produit plusieurs métaux et de l’argent, disséminés ça et là. Nous avons en effet démontré clairement dans notre Traité des minéraux que la génération des métaux est circulaire, on passe facilement de l’un à l’autre suivant un cercle, les métaux voisins ont des propriétés semblables ; c’est pour cela que l’argent se change plus facilement en or que tout autre métal.
Il n’y a plus en effet à changer dans l’argent que la couleur et le poids, ce qui est facile. Car une substance déjà compacte augmente plus facilement de poids. Et comme il contient un soufre blanc jaunâtre, sa couleur sera aussi aisée à transformer.
Il en est de même des autres métaux. Le Soufre est pour ainsi dire leur père et le Mercure leur mère.
C’est encore plus vrai, si l’on dit que dans la conjonction le Soufre représente le sperme du père et que le Mercure figure un menstrue coagulé pour former la substance de l’embryon. Le Soufre seul ne peut engendrer, ainsi le père seul.
De même que le mâle engendre de sa propre substance mêlée au sang menstruel, de même le Soufre engendre avec le Mercure, mais seul il ne produit rien. Par cette comparaison nous voulons faire entendre que l’Alchimiste devra enlever d’abord au métal la spécificité que lui a donnée la Nature, puis qu’il procède comme la nature a procédé, avec le Mercure et le Soufre préparés et purifiés toujours en suivant l’exemple.

DE LA NATURE DU SOUFRE
Le Soufre contient trois principes humides.
Le premier de ces principes est surtout aérien et igné, on le trouve dans les parties extérieures du Soufre, à cause même de la grande volatilité de ses éléments, qui s’envolent facilement et consument les corps avec lesquels ils viennent en contact.
Le second principe est flegmatique, autrement dit aqueux, il se trouve immédiatement placé sous le précédent. Le troisième est radical, fixe, adhérent aux parties internes. Celui-là seul est général, et on ne peut le séparer des autres sans détruire tout l’édifice. Le premier principe ne résiste pas au feu ; étant combustible, il se consume dans le feu et calcine la substance du métal avec lequel on le chauffe. Aussi est-il non seulement inutile, mais encore nuisible au but que nous nous proposons. Le second principe ne fait que mouiller les corps, il n’engendre pas, il ne peut non plus nous servir. Le troisième est radical, il pénètre toutes les particules de la matière qui lui doit ses propriétés essentielles. Il faut débarrasser le Soufre des deux premiers principes pour que la subtilité du troisième puisse nous servir à faire un composé parfait.
Le feu n’est autre chose que la vapeur du Soufre ; la vapeur du Soufre bien purifié et sublimé blanchit et rend plus compact. Aussi les alchimistes habiles ont-ils coutume d’enlever au Soufre ses deux principes superflus par des lavages acides, tels que le vinaigre des citrons, le lait aigri, le lait de chèvres, l’urine des enfants. Ils le purifient par lixiviation, digestion, sublimation. Il faut finalement le rectifier par résolution de façon à n’avoir plus qu’une substance pure contenant la force active, perfectible et prochaine du métal. Nous voilà en possession d’une partie de notre Œuvre.

DE LA NATURE DU MERCURE
Le Mercure renferme deux substances superflues, la terre et l’eau. La substance terreuse a quelque chose du Soufre, le feu la rougit. La substance aqueuse a une humidité superflue.
On débarrasse facilement le mercure de ses impuretés aqueuses et terreuses par des sublimations et des lavages très acides. La nature le sépare à l’état sec du Soufre et le dépouille de sa terre par la chaleur du soleil et des étoiles.
Elle obtient ainsi un Mercure pur, complètement débarrassé de sa substance terreuse, ne contenant plus de parties étrangères. Elle l’unit alors à un Soufre pur et produit enfin dans le sein de la terre des métaux purs et parfaits. Si les deux principes sont impurs les métaux sont imparfaits. C’est pourquoi dans les mines on trouve des métaux différents, ce qui tient à la purification et à la digestion variable de leurs Principes. Cela dépend de la cuisson.

DE LA NATURE DE L’ARSENIC
L’Arsenic est de même nature que le Soufre, tous deux teignent en rouge et en blanc. Mais il y a plus d’humidité dans l’arsenic, et sur le feu il se sublime moins rapidement que le Soufre.
On sait combien le soufre se sublime vite et comment il consume tous les corps, excepté l’or. L’Arsenic peut unir son principe sec à celui du soufre, ils se tempèrent l’un l’autre, et une fois unis on les sépare difficilement ; leur teinture est adoucie par cette union.
« L’Arsenic, dit Geber, contient beaucoup de mercure, aussi peut-il être préparé comme lui. » Sachez que l’esprit, caché dans le soufre, l’arsenic et l’huile animale, est appelé par les philosophes Elixir blanc. Il est unique, miscible à la substance ignée, de laquelle nous tirons L’Élixir rouge ; il s’unit aux métaux fondus, ainsi que nous l’avons expérimenté, il les purifie, non seulement à cause des propriétés précitées, mais encore parce qu’il y a une proportion commune entre ses éléments.
Les métaux diffèrent entre eux selon la pureté ou l’impureté de la matière première, c’est-à-dire du Soufre et du Mercure, et aussi selon le degré du feu qui les a engendrés.
Selon le philosophe, l’élixir s’appelle encore Médecine, parce qu’on assimile le corps des métaux au corps des animaux. Aussi disons-nous qu’il y a un esprit caché dans le Soufre, l’arsenic et l’huile extraite des substances animales. C’est là l’esprit que nous cherchons, à l’aide duquel nous teindrons tous les corps imparfaits en parfaits. Cet esprit est appelé Eau et Mercure par les Philosophes. « Le Mercure, dit Geber, est une médecine composée de sec et d’humide, d’humide et de sec.» Tu comprends la succession des opérations : extrais la terre du feu, l’air de la terre, l’eau de l’air, puisque l’eau peut résister au feu. Il faut noter ces enseignements, ce sont des arcanes universels.
Aucun des principes qui entrent dans l’Œuvre n’a de puissance par lui-même ; car ils sont enchaînés dans les métaux, ils ne peuvent perfectionner, ils ne sont plus fixes. Il leur manque deux substances, une miscible aux métaux en fusion, l’autre fixe qui puisse coaguler et fixer. Aussi Rhasès a dit : « Il y a quatre substances qui changent dans le temps ; chacune d’elles est composée des quatre éléments et prend le nom de l’élément dominant. Leur essence merveilleuse s’est fixée dans un corps et avec ce dernier on peut nourrir les autres corps. Cette essence est composée d’eau et d’air, combinés de telle sorte que la chaleur les liquéfie. C’est là un secret merveilleux. Les minéraux employés en Alchimie doivent pour nous servir avoir une action sur les corps fondus. Les pierres, que nous utilisons, sont au nombre de quatre, deux teignent en blanc, les deux autres on rouge. Aussi le blanc, le rouge, le Soufre, l’Arsenic, Saturne n’ont qu’un même corps. Mais en ce seul corps, que de choses obscures ! Et d’abord il est sans action sur les métaux parfaits. »
Dans les corps imparfaits, il y a une eau acide, amère, aigre, nécessaire à notre art. Car elle dissout et mortifie les corps, puis les revivifie et les recompose. Rhasès dit dans sa troisième lettre : « Ceux qui cherchent notre Entéléchie, demandent d’où provient l’amertume aqueuse élémentaire. Nous leur répondrons : de l’impureté des métaux. Car l’eau contenue dans l’or et l’argent est douce, elle ne dissout pas, au contraire elle coagule et fortifie, parce qu’elle ne contient ni acidité ni impureté comme les corps imparfaits. » C’est pourquoi Geber a dit : « On calcine et on dissout l’or et l’argent sans utilité, car notre Vinaigre se tire de quatre corps imparfaits ; c’est cet esprit mortifiant et dissolvant qui mélange les teintures de tous les corps que nous employons dans l’œuvre. Nous n’avons besoin que de cette eau, peu nous importe les autres esprits. »
Geber a raison ; nous n’avons que faire d’une teinture que le feu altère, bien au contraire, il faut que le feu lui donne l’excellence et la force pour qu’elle puisse s’allier aux métaux fondus. Il faut qu’elle fortifie, qu’elle fixe, que malgré la fusion elle reste intimement unie au métal.
J’ajouterai que des quatre corps imparfaits on peut tout tirer. Quant à la manière de préparer le Soufre, l’arsenic et le Mercure, indiquée plus haut, on peut la reporter ici.
En effet, lorsque dans cette préparation nous chauffons l’esprit du soufre et de l’arsenic avec des eaux acides ou de l’huile, pour on extraire l’essence ignée, l’huile, l’onctuosité, nous leur enlevons ce qu’il y a de superf1u en eux ; il nous reste la force ignée et l’huile, les seules choses qui nous soient utiles ; mais elles sont mêlées à l’eau acide qui nous servait à purifier, il n’y a pas moyen de les en séparer ; mais du moins nous sommes débarrassés de l’inutile. Il faut donc trouver un autre moyen d’extraire de ces corps, l’eau, l’huile et l’esprit très subtil du soufre qui est la vraie teinture très active que nous cherchons à obtenir. Nous travaillerons donc ces corps en séparant par décomposition ou encore par distillation leurs parties composantes naturelles, et nous arriverons ainsi aux parties simples. Quelques-uns, ignorant la composition du Magistère, veulent travailler sur le seul Mercure, prétendant qu’il a un corps, une âme, un esprit, et qu’il est la matière première de l’or et de l’argent. Il faut leur répondre qu’à la vérité quelques philosophes affirment que l’Œuvre se fait de trois choses, l’esprit, le corps et l’âme, tirées d’une seule. Mais d’autre part on ne peut trouver en une chose ce qui n’y est pas. Or, le Mercure n’a, pas la teinture rouge, donc il ne peut, seul, suffire à former le corps du Soleil ; il nous serait impossible avec le seul Mercure de mener l’Œuvre à bonne fin. La Lune seule ne peut suffire, cependant ce corps est pour ainsi dire la base de l’œuvre.
De quelque manière qu’on travaille et transforme le Mercure, jamais il ne pourra constituer le corps. Ils disent aussi : « On trouve dans le Mercure un soufre rouge, donc il renferme la teinture rouge. » Erreur ! Le Soufre est le père des métaux, on n’en trouve jamais dans le mercure qui est femelle.
Une matière passive ne peut se féconder elle -même. Le Mercure contient bien un Soufre, mais, comme nous l’avons déjà dit c’est un soufre terrestre. Remarquons enfin que le Soufre ne peut supporter la fusion ; donc l’Élixir ne peut se tirer d’une seule chose.

CHAPITRE II

DE LA PUTREFACTION


Le feu engendre la mort et la vie. Un feu léger dessèche le corps. En voici la raison : le feu arrivant au contact d’un corps, met en mouvement l’élément semblable à lui qui existe dans ce corps.
Cet élément c’est la chaleur naturelle. Celle -ci excite le feu extrait en premier lieu du corps ; il y a conjonction et l’humidité radicale du corps monte à sa surface tant que le feu agit au dehors. Dès que l’humidité radicale qui unissait les diverses portions du corps est partie, le corps meurt, se dissout, se résout ; toutes ses parties se séparent les unes des autres. Le feu agit ici comme un instrument tranchant. Quoiqu’il dessèche et rétrécisse par lui-même, il ne le peut qu’autant qu’il y a dans le corps une certaine prédisposition, surtout si le corps est compact comme l’est un élément. Ce dernier manque d’une mixte agglutinant, qui se séparerait du corps après la corruption. Tout cela peut se faire par le Soleil, parce qu’il est d’une nature chaude et humide par rapport aux autres corps.

CHAPITRE III

DU REGIME DE LA PIERRE


Il y a quatre régimes de la Pierre :
1° - Décomposer ;

2° - Laver ;

3° - Réduire ;

4° - Fixer.
Dans le premier régime on sépare les natures, car sans division, sans purification, il ne peut y avoir conjonction. Pendant le second régime, les éléments séparés sont lavés, purifiés, et ramenés à l’état simple. Au troisième on change notre Soufre en minière du Soleil, de la Lune et des autres métaux. Au quatrième tous les corps précédemment extraits de notre Pierre, sont unis, recomposés et fixés pour rester désormais conjoints.
Il y en a qui comptent cinq degrés dans le Magistère :
1° - Résoudre les substances en leur matière première ;

2° - Amener notre terre, c’est à dire la magnésie noire à être prochaine de la nature du Soufre et du Mercure ;

3° - Rendre le Soufre aussi prochain que possible de la matière minérale du Soleil et de la Lune ;

4° - Composer de plusieurs choses un Elixir blanc ;

5° - Brûler parfaitement l’élixir blanc, lui donner la couleur du cinabre, et partir de là, pour faire l’Elixir rouge.
Enfin il y en a qui comptent quatre degrés dans l’Œuvre, d’autres trois, d’autres deux seulement. Ces derniers comptent ainsi :
1° - Mise en œuvre et purification des éléments ;

2° - Conjonction.
Remarque bien ce qui suit : la matière de la Pierre des Philosophes, est à bas prix ; on la trouve partout, c’est une eau visqueuse comme le mercure que l’on extrait de la terre. Notre eau visqueuse se trouve partout, jusque dans les Latrines, ont dit certains philosophes, et quelques imbéciles prenant leurs paroles à la lettre, l’ont cherchée dans les excréments.
La nature opère sur cette matière en lui enlevant quelque chose, son principe terreux, et en lui adjoignant quelque chose, le Soufre des Philosophes qui n’est pas le soufre du vulgaire, mais un Soufre invisible, teinture du rouge. Pour dire la vérité, c’est l’esprit du vitriol romain. Prépare-le ainsi : Prends du salpêtre et du vitriol romain, 2 livres de chaque ; broye subtilement. Aristote a donc raison quand il dit en son quatrième livre des météores. « Tous les Alchimistes savent que l’on ne peut en aucune façon changer la forme des métaux, si on ne les réduit auparavant en leur matière première. » Ce qui est facile comme on le verra bientôt. Le Philosophe dit qu’on ne peut pas aller d’une extrémité à l’autre sans passer par le milieu. A une extrémité de notre pierre philosophale sont deux luminaires, l’or et l’argent, à l’autre extrémité l’élixir parfait ou teinture. Au milieu l’eau-de-vie philosophique, naturellement purifiée, cuite et digérée. Toutes ces choses sont proches de la perfection et préférables aux corps de nature plus éloignée. De même qu’au moyen de la chaleur, la glace se résout en eau, pour avoir été jadis eau, de même les métaux se résolvent en leur première matière qui est notre Eau-de-vie. La préparation est indiquée dans les chapitres suivants. Elle seule peut réduire tous les corps métalliques en leur matière première.
  1   2   3

similaire:

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une iconExaminateurs
«je puis toutes choses en celui qui ma fortifie. Non pas moi toutefois, mais la grace de dieu qui est avec moi»

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une iconPour étudier les rapports du sujet à autrui, nous prendrons appui...
«tordre» un peu cette définition de Sartre pour inclure dans le domaine de l’altérité tout ce qui, en moi, n’est pas «Moi»; «l’Autre...

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une iconPierre Parlebas Docteur d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines Président...
«Ce sont les passions qui utilisent la science pour soutenir leur cause. La science, écrit-il, ne conduit pas au racisme et à la...

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une icon„ Pour moi, mon meilleur ami signifie beaucoup. Chaque fois que j’ai...

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une iconLe Dr J. F. Jeannel, réalisateur de la première poste aérienne
«Grâce aux aéronautes du Siège, les évènements auraient pu connaître une autre issue» (J. Lasserre 14). «Sans eux, la défense nationale...

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une iconL’alchimie n’est pas un art occulte comme la magie, c’est une science....
«connaissance des végétaux» et «connaissance des minéraux». Certains animaux peuvent parfois aussi posséder quelque ingrédients spéciaux,...

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une iconLa démarche de travail de France esf pour la réforme des diplômes bts et dcesf
«deuils» pour certaines matières. (par exemple deuil douloureux pour moi avec la couture en tant que telle – celles qui me connaissent...

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une icon1975-04-13 Interventions dans la séance de travail sur : «Du plus une»et de la mathématique
«plus-une», on s’en aperçoive, quand même, parce qu’on ne voit pas pourquoi autrement j’aurais détaché d’un groupe ce «plus-une»...

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une iconMémoire de la vie d’un vrai Roi Enfant Roi Divin De La Prophecie,...
«Serviteur du Bon (L’Aimé de Dieu)». Dieu et Allah signifie la même chose «Seigneur», après IL a une multitude de Nom signifiant...

Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une iconMémoire de la vie d’un vrai Roi Enfant Roi Divin, Roi des Rois des...
«Serviteur du Bon (L’Aimé de Dieu)». Dieu et Allah signifie la même chose «Seigneur», après IL a une multitude de Nom signifiant...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com