L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il








télécharger 184.69 Kb.
titreL’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il
page1/3
date de publication30.10.2016
taille184.69 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3
Protégeons notre planète.

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il aurait, un jour, à ménager, à épargner cette géante, qu’il lui faudrait apprendre à n’en pas gaspiller les ressources, à ne la pas souiller en y déposant les excréments des ses techniques.

Or, voilà que maintenant, lui, si chétif, et qui se croyait si anodin, il s’avise qu’on ne peut tout se permettre envers la nature ; voilà qu’il doit s’inquiéter pour elle des suites lointaines de son action ; voilà qu’il comprend que même dans une mer « toujours recommencée », on ne peut impunément déverser n’importe quoi… d’où vient ce revirement ? D’une part, de l’accroissement de la population, qui fait de l’homme un animal toujours plus « gros »

et plus envahissant ; d’autre part, des progrès de la civilisation technique qui étendent démesurément ses pouvoirs.

Je sais, il y a des gens qui disent, enivrés par nos petits bonds dans le cosmos : « Eh bien, quand l’homme aura épuisé le capital nourricier de la planète, quand il aura pillé tous les magasins terrestres, quand il se sera rendu son logis inhabitable avec ses ordures radioactives, avec ses pétroles, avec sa chimie, il émigrera sur un autre globe, qu’il mettra à sac et souillera à son tour. ».

N’y comptons pas trop… En attendant que ces rêves prennent corps, conduisons-nous en bons « terricoles ». Respectons cette petite boule qui nous supporte.

Locataires consciencieux, ne dégradons pas les lieux où nous respirons. L’humanité n’est pas une passante. Un poète a dit : naître, vivre et mourir dans la même maison… Il y a apparence que le sort de l’homme est de naître, de vivre et de mourir sur la même planète.

Jean ROSTAND, Inquiétudes d’un biologiste, éd. Stock, 1967.
Protégeons notre planète.

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il aurait, un jour, à ménager, à épargner cette géante, qu’il lui faudrait apprendre à n’en pas gaspiller les ressources, à ne la pas souiller en y déposant les excréments des ses techniques.

Or, voilà que maintenant, lui, si chétif, et qui se croyait si anodin, il s’avise qu’on ne peut tout se permettre envers la nature ; voilà qu’il doit s’inquiéter pour elle des suites lointaines de son action ; voilà qu’il comprend que même dans une mer « toujours recommencée », on ne peut impunément déverser n’importe quoi… d’où vient ce revirement ? D’une part, de l’accroissement de la population, qui fait de l’homme un animal toujours plus « gros »

et plus envahissant ; d’autre part, des progrès de la civilisation technique qui étendent démesurément ses pouvoirs.

Je sais, il y a des gens qui disent, enivrés par nos petits bonds dans le cosmos : « Eh bien, quand l’homme aura épuisé le capital nourricier de la planète, quand il aura pillé tous les magasins terrestres, quand il se sera rendu son logis inhabitable avec ses ordures radioactives, avec ses pétroles, avec sa chimie, il émigrera sur un autre globe, qu’il mettra à sac et souillera à son tour. ».

N’y comptons pas trop… En attendant que ces rêves prennent corps, conduisons-nous en bons « terricoles ». Respectons cette petite boule qui nous supporte.

Locataires consciencieux, ne dégradons pas les lieux où nous respirons. L’humanité n’est pas une passante. Un poète a dit : naître, vivre et mourir dans la même maison… Il y a apparence que le sort de l’homme est de naître, de vivre et de mourir sur la même planète.

Jean ROSTAND, Inquiétudes d’un biologiste, éd. Stock, 1967.
Protégeons notre planète.

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il aurait, un jour, à ménager, à épargner cette géante, qu’il lui faudrait apprendre à n’en pas gaspiller les ressources, à ne la pas souiller en y déposant les excréments des ses techniques.

Or, voilà que maintenant, lui, si chétif, et qui se croyait si anodin, il s’avise qu’on ne peut tout se permettre envers la nature ; voilà qu’il doit s’inquiéter pour elle des suites lointaines de son action ; voilà qu’il comprend que même dans une mer « toujours recommencée », on ne peut impunément déverser n’importe quoi… d’où vient ce revirement ? D’une part, de l’accroissement de la population, qui fait de l’homme un animal toujours plus « gros »

et plus envahissant ; d’autre part, des progrès de la civilisation technique qui étendent démesurément ses pouvoirs.

Je sais, il y a des gens qui disent, enivrés par nos petits bonds dans le cosmos : « Eh bien, quand l’homme aura épuisé le capital nourricier de la planète, quand il aura pillé tous les magasins terrestres, quand il se sera rendu son logis inhabitable avec ses ordures radioactives, avec ses pétroles, avec sa chimie, il émigrera sur un autre globe, qu’il mettra à sac et souillera à son tour. ».

N’y comptons pas trop… En attendant que ces rêves prennent corps, conduisons-nous en bons « terricoles ». Respectons cette petite boule qui nous supporte.

Locataires consciencieux, ne dégradons pas les lieux où nous respirons. L’humanité n’est pas une passante. Un poète a dit : naître, vivre et mourir dans la même maison… Il y a apparence que le sort de l’homme est de naître, de vivre et de mourir sur la même planète.

Jean ROSTAND, Inquiétudes d’un biologiste, éd. Stock, 1967.
Protégeons notre planète.

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il aurait, un jour, à ménager, à épargner cette géante, qu’il lui faudrait apprendre à n’en pas gaspiller les ressources, à ne la pas souiller en y déposant les excréments des ses techniques.

Or, voilà que maintenant, lui, si chétif, et qui se croyait si anodin, il s’avise qu’on ne peut tout se permettre envers la nature ; voilà qu’il doit s’inquiéter pour elle des suites lointaines de son action ; voilà qu’il comprend que même dans une mer « toujours recommencée », on ne peut impunément déverser n’importe quoi… d’où vient ce revirement ? D’une part, de l’accroissement de la population, qui fait de l’homme un animal toujours plus « gros »

et plus envahissant ; d’autre part, des progrès de la civilisation technique qui étendent démesurément ses pouvoirs.

Je sais, il y a des gens qui disent, enivrés par nos petits bonds dans le cosmos : « Eh bien, quand l’homme aura épuisé le capital nourricier de la planète, quand il aura pillé tous les magasins terrestres, quand il se sera rendu son logis inhabitable avec ses ordures radioactives, avec ses pétroles, avec sa chimie, il émigrera sur un autre globe, qu’il mettra à sac et souillera à son tour. ».

N’y comptons pas trop… En attendant que ces rêves prennent corps, conduisons-nous en bons « terricoles ». Respectons cette petite boule qui nous supporte.

Locataires consciencieux, ne dégradons pas les lieux où nous respirons. L’humanité n’est pas une passante. Un poète a dit : naître, vivre et mourir dans la même maison… Il y a apparence que le sort de l’homme est de naître, de vivre et de mourir sur la même planète.

Jean ROSTAND, Inquiétudes d’un biologiste, éd. Stock, 1967.


Appel au peuple algérien.

Extrait du premier appel adressé par le Secrétariat Général du

Front de Libération Nationale au peuple algérien, le 1er Novembre 1954.

PEUPLE ALGÉRIEN, MILITANTS DE LA CAUSE NATIONALE,

A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement), notre souci, en diffusant la présente proclamation, est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et autres politicailleurs véreux. […..]

Algérien ! nous t’invitons à méditer notre charte ci-dessus. Ton devoir est de t’y associer pour sauver notre pays et lui rendre sa liberté ; le Front de Libération Nationale est ton front, sa victoire est la tienne.

Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, sûrs de tes sentiments anti-impérialistes, nous donnons le meilleur de nous-mêmes à la patrie.
Appel au peuple algérien.

Extrait du premier appel adressé par le Secrétariat Général du

Front de Libération Nationale au peuple algérien, le 1er Novembre 1954.

PEUPLE ALGÉRIEN, MILITANTS DE LA CAUSE NATIONALE,

A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement), notre souci, en diffusant la présente proclamation, est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et autres politicailleurs véreux. […..]

Algérien ! nous t’invitons à méditer notre charte ci-dessus. Ton devoir est de t’y associer pour sauver notre pays et lui rendre sa liberté ; le Front de Libération Nationale est ton front, sa victoire est la tienne.

Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, sûrs de tes sentiments anti-impérialistes, nous donnons le meilleur de nous-mêmes à la patrie.
Appel au peuple algérien.

Extrait du premier appel adressé par le Secrétariat Général du

Front de Libération Nationale au peuple algérien, le 1er Novembre 1954.

PEUPLE ALGÉRIEN, MILITANTS DE LA CAUSE NATIONALE,

A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement), notre souci, en diffusant la présente proclamation, est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et autres politicailleurs véreux. […..]

Algérien ! nous t’invitons à méditer notre charte ci-dessus. Ton devoir est de t’y associer pour sauver notre pays et lui rendre sa liberté ; le Front de Libération Nationale est ton front, sa victoire est la tienne.

Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, sûrs de tes sentiments anti-impérialistes, nous donnons le meilleur de nous-mêmes à la patrie.
Appel au peuple algérien.

Extrait du premier appel adressé par le Secrétariat Général du

Front de Libération Nationale au peuple algérien, le 1er Novembre 1954.

PEUPLE ALGÉRIEN, MILITANTS DE LA CAUSE NATIONALE,

A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement), notre souci, en diffusant la présente proclamation, est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et autres politicailleurs véreux. […..]

Algérien ! nous t’invitons à méditer notre charte ci-dessus. Ton devoir est de t’y associer pour sauver notre pays et lui rendre sa liberté ; le Front de Libération Nationale est ton front, sa victoire est la tienne.

Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, sûrs de tes sentiments anti-impérialistes, nous donnons le meilleur de nous-mêmes à la patrie.

Appel au peuple algérien.

Extrait du premier appel adressé par le Secrétariat Général du

Front de Libération Nationale au peuple algérien, le 1er Novembre 1954.

PEUPLE ALGÉRIEN, MILITANTS DE LA CAUSE NATIONALE,

A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement), notre souci, en diffusant la présente proclamation, est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et autres politicailleurs véreux. […..]

Algérien ! nous t’invitons à méditer notre charte ci-dessus. Ton devoir est de t’y associer pour sauver notre pays et lui rendre sa liberté ; le Front de Libération Nationale est ton front, sa victoire est la tienne.

Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, sûrs de tes sentiments anti-impérialistes, nous donnons le meilleur de nous-mêmes à la patrie.
Appel du Directeur de l’Unesco.

Nous vivons une époque porteuse de graves incertitudes et d’immenses espoirs, une époque où toutes les nations du monde se trouvent, pour la première fois, réunies dans un même réseau de rapports réciproques. Désormais, leurs destins sont devenus interdépendants et les moyens scientifiques et techniques dont elles disposent pourraient leur permettre de résoudre la plupart de leurs problèmes les plus urgents.

Mais il faudrait pour cela qu’elles unissent leurs volontés et conjuguent leurs efforts, dans la perspective d’un avenir commun. Il faudrait, en

d’autres termes, que l’humanité puisse passer de l’interdépendance à la solidarité.

La pratique de la Solidarité exige de chacun de nous une disponibilité permanente à l’Autre, à celui qui, si loin qu’il soit, demeure toujours, et doit demeurer, notre prochain.

Or, la solidarité ne se décrète pas : elle se vit..

Une des tâches fondamentales de l’Unesco est de la rendre présente et efficace, car seule la Solidarité peut tisser un réseau d’amitié capable de relier les uns aux autres, à travers cités, pays et continents, les peuples et les personnes.

J’appelle donc aujourd’hui chacun d’entre vous à participer à une campagne de Solidarité dans le cadre du Courrier de l’Unesco.

Vous qui êtes lecteur du Courrier de l’Unesco, pensez à un Autre, à cet inconnu, votre frère, qui, du fait de ses conditions d’existence, se sent souvent étranger à vous, et auquel le Courrier de l’Unesco peut faire découvrir tout ce qui vous rapproche et vous unit.

Offrez-lui un abonnement et contribuez ainsi à l’effort que l’Unesco entreprend pour la paix et l’amitié entre les hommes.

Alors nous pourrons faire, grâce à vous, du Courrier de l’Unesco le courrier de la Solidarité.

D’après Amadou Mahtar M’BOW, Courrier de l’Unesco, février 1984 .


Appel du Directeur de l’Unesco.

Nous vivons une époque porteuse de graves incertitudes et d’immenses espoirs, une époque où toutes les nations du monde se trouvent, pour la première fois, réunies dans un même réseau de rapports réciproques. Désormais, leurs destins sont devenus interdépendants et les moyens scientifiques et techniques dont elles disposent pourraient leur permettre de résoudre la plupart de leurs problèmes les plus urgents.

Mais il faudrait pour cela qu’elles unissent leurs volontés et conjuguent leurs efforts, dans la perspective d’un avenir commun. Il faudrait, en

d’autres termes, que l’humanité puisse passer de l’interdépendance à la solidarité.

La pratique de la Solidarité exige de chacun de nous une disponibilité permanente à l’Autre, à celui qui, si loin qu’il soit, demeure toujours, et doit demeurer, notre prochain.

Or, la solidarité ne se décrète pas : elle se vit..

Une des tâches fondamentales de l’Unesco est de la rendre présente et efficace, car seule la Solidarité peut tisser un réseau d’amitié capable de relier les uns aux autres, à travers cités, pays et continents, les peuples et les personnes.

J’appelle donc aujourd’hui chacun d’entre vous à participer à une campagne de Solidarité dans le cadre du Courrier de l’Unesco.

Vous qui êtes lecteur du Courrier de l’Unesco, pensez à un Autre, à cet inconnu, votre frère, qui, du fait de ses conditions d’existence, se sent souvent étranger à vous, et auquel le Courrier de l’Unesco peut faire découvrir tout ce qui vous rapproche et vous unit.

Offrez-lui un abonnement et contribuez ainsi à l’effort que l’Unesco entreprend pour la paix et l’amitié entre les hommes.

Alors nous pourrons faire, grâce à vous, du Courrier de l’Unesco le courrier de la Solidarité.

D’après Amadou Mahtar M’BOW, Courrier de l’Unesco, février 1984 .
Appel du Directeur de l’Unesco.

Nous vivons une époque porteuse de graves incertitudes et d’immenses espoirs, une époque où toutes les nations du monde se trouvent, pour la première fois, réunies dans un même réseau de rapports réciproques. Désormais, leurs destins sont devenus interdépendants et les moyens scientifiques et techniques dont elles disposent pourraient leur permettre de résoudre la plupart de leurs problèmes les plus urgents.

Mais il faudrait pour cela qu’elles unissent leurs volontés et conjuguent leurs efforts, dans la perspective d’un avenir commun. Il faudrait, en

d’autres termes, que l’humanité puisse passer de l’interdépendance à la solidarité.

La pratique de la Solidarité exige de chacun de nous une disponibilité permanente à l’Autre, à celui qui, si loin qu’il soit, demeure toujours, et doit demeurer, notre prochain.

Or, la solidarité ne se décrète pas : elle se vit..

Une des tâches fondamentales de l’Unesco est de la rendre présente et efficace, car seule la Solidarité peut tisser un réseau d’amitié capable de relier les uns aux autres, à travers cités, pays et continents, les peuples et les personnes.

J’appelle donc aujourd’hui chacun d’entre vous à participer à une campagne de Solidarité dans le cadre du Courrier de l’Unesco.

Vous qui êtes lecteur du Courrier de l’Unesco, pensez à un Autre, à cet inconnu, votre frère, qui, du fait de ses conditions d’existence, se sent souvent étranger à vous, et auquel le Courrier de l’Unesco peut faire découvrir tout ce qui vous rapproche et vous unit.

Offrez-lui un abonnement et contribuez ainsi à l’effort que l’Unesco entreprend pour la paix et l’amitié entre les hommes.

Alors nous pourrons faire, grâce à vous, du Courrier de l’Unesco le courrier de la Solidarité.

D’après Amadou Mahtar M’BOW, Courrier de l’Unesco, février 1984 .

Appel de l’Abbé Pierre du 1er février 1954. (Sur radio Luxembourg).

Mes amis, au secours…

Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le boulevard Sébastopol, serrant contre elle le papier par lequel, avant-hier, on l’avait expulsée…

Chaque nuit, ils sont plus de 2000 recroquevillés sous le gel, sans toit, sans pain, plus d’un presque nu. Devant l’horreur, les cités d’urgence, ce n’est même plus assez urgent!

Ecoutez-moi : en trois heures, deux premiers centres de dépannage viennent de se créer : l’un sous la tente au pied du Panthéon, rue de la montagne sainte Geneviève ; l’autre à Courbevoie. Ils regorgent déjà, il faut en ouvrir partout. Il faut que ce soir même, dans toute les villes de France, dans chaque quartier de Paris, des pancartes s’accrochent sous une lumière dans la nuit, à la porte de lieux où il y ait couvertures, paille, soupe, et où l’on lise sous ce titre CENTRE FRATERNEL DE DEPANNAGE, ces simples mots :

« TOI QUI SOUFFRES, QUI QUE TU SOIS, ENTRE, DORS, MANGE, REPREND ESPOIR, ICI ON T’AIME ».

La météo annonce un mois de gelées terribles. Tant que dure l’hiver, que ces centres subsistent, devant leurs frères mourant de misère, une seule opinion doit exister entre hommes : la volonté de rendre impossible que cela dure.

Je vous prie, aimons-nous assez tout de suite pour faire cela. Que tant de douleur nous ait rendu cette chose merveilleuse : l’âme commune de la France. Merci !

Chacun de nous peut venir en aide aux « sans- abri». Il nous faut pour ce soir, et au plus tard pour demain:

· 5000 couvertures,

· 300 grandes tentes américaines,

· 200 poêles catalytiques. Déposez-les vite à l’hôtel Rochester, 92 rue de la Boétie.

Rendez-vous des volontaires et des camions pour le ramassage, ce soir à 23 heures, devant la tente de la Montagne Sainte Geneviève.

Grâce à vous, aucun homme, aucun gosse ne couchera ce soir sur l’asphalte ou sur les quais de Paris.

Merci!

Appel de l’Abbé Pierre du 1er février 1954. (Sur radio Luxembourg).

Mes amis, au secours…

Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le boulevard Sébastopol, serrant contre elle le papier par lequel, avant-hier, on l’avait expulsée…

Chaque nuit, ils sont plus de 2000 recroquevillés sous le gel, sans toit, sans pain, plus d’un presque nu. Devant l’horreur, les cités d’urgence, ce n’est même plus assez urgent!

Ecoutez-moi : en trois heures, deux premiers centres de dépannage viennent de se créer : l’un sous la tente au pied du Panthéon, rue de la montagne sainte Geneviève ; l’autre à Courbevoie. Ils regorgent déjà, il faut en ouvrir partout. Il faut que ce soir même, dans toute les villes de France, dans chaque quartier de Paris, des pancartes s’accrochent sous une lumière dans la nuit, à la porte de lieux où il y ait couvertures, paille, soupe, et où l’on lise sous ce titre CENTRE FRATERNEL DE DEPANNAGE, ces simples mots :

« TOI QUI SOUFFRES, QUI QUE TU SOIS, ENTRE, DORS, MANGE, REPREND ESPOIR, ICI ON T’AIME ».

La météo annonce un mois de gelées terribles. Tant que dure l’hiver, que ces centres subsistent, devant leurs frères mourant de misère, une seule opinion doit exister entre hommes : la volonté de rendre impossible que cela dure.

Je vous prie, aimons-nous assez tout de suite pour faire cela. Que tant de douleur nous ait rendu cette chose merveilleuse : l’âme commune de la France. Merci !

Chacun de nous peut venir en aide aux « sans- abri». Il nous faut pour ce soir, et au plus tard pour demain:

· 5000 couvertures,

· 300 grandes tentes américaines,

· 200 poêles catalytiques. Déposez-les vite à l’hôtel Rochester, 92 rue de la Boétie.

Rendez-vous des volontaires et des camions pour le ramassage, ce soir à 23 heures, devant la tente de la Montagne Sainte Geneviève.

Grâce à vous, aucun homme, aucun gosse ne couchera ce soir sur l’asphalte ou sur les quais de Paris.

Merci!

Appel de l’Abbé Pierre du 1er février 1954. (Sur radio Luxembourg).

Mes amis, au secours…

Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le boulevard Sébastopol, serrant contre elle le papier par lequel, avant-hier, on l’avait expulsée…

Chaque nuit, ils sont plus de 2000 recroquevillés sous le gel, sans toit, sans pain, plus d’un presque nu. Devant l’horreur, les cités d’urgence, ce n’est même plus assez urgent!

Ecoutez-moi : en trois heures, deux premiers centres de dépannage viennent de se créer : l’un sous la tente au pied du Panthéon, rue de la montagne sainte Geneviève ; l’autre à Courbevoie. Ils regorgent déjà, il faut en ouvrir partout. Il faut que ce soir même, dans toute les villes de France, dans chaque quartier de Paris, des pancartes s’accrochent sous une lumière dans la nuit, à la porte de lieux où il y ait couvertures, paille, soupe, et où l’on lise sous ce titre CENTRE FRATERNEL DE DEPANNAGE, ces simples mots :

« TOI QUI SOUFFRES, QUI QUE TU SOIS, ENTRE, DORS, MANGE, REPREND ESPOIR, ICI ON T’AIME ».

La météo annonce un mois de gelées terribles. Tant que dure l’hiver, que ces centres subsistent, devant leurs frères mourant de misère, une seule opinion doit exister entre hommes : la volonté de rendre impossible que cela dure.

Je vous prie, aimons-nous assez tout de suite pour faire cela. Que tant de douleur nous ait rendu cette chose merveilleuse : l’âme commune de la France. Merci !

Chacun de nous peut venir en aide aux « sans- abri». Il nous faut pour ce soir, et au plus tard pour demain:

· 5000 couvertures,

· 300 grandes tentes américaines,

· 200 poêles catalytiques. Déposez-les vite à l’hôtel Rochester, 92 rue de la Boétie.

Rendez-vous des volontaires et des camions pour le ramassage, ce soir à 23 heures, devant la tente de la Montagne Sainte Geneviève.

Grâce à vous, aucun homme, aucun gosse ne couchera ce soir sur l’asphalte ou sur les quais de Paris.

Merci!

Douze intellectuels français appellent à la condamnation de la torture pendant la guerre d’Algérie.

L’appel du 31 octobre 2000.

Des deux côtés de la Méditerranée, la mémoire française et la mémoire algérienne resteront hantées par les horreurs qui ont marqué la guerre d’Algérie tant que la vérité n’aura pas été dite et reconnue.

Ce travail de mémoire appartient à chacun des deux peuples et aux communautés, de quelle qu’origine que ce soit, qui ont cruellement souffert de cette tragédie dont les autorités françaises portent la responsabilité essentielle en raison de leur obstination à refuser aux Algériens leur émancipation.

Aujourd’hui, il est possible de promouvoir une démarche de vérité qui ne laisse rien dans l’ombre. En France, le nouveau témoignage d’une Algérienne, publié dans la presse, qui met en accusation la torture, ne peut rester sans suite ni sanction. Le silence officiel serait ajouter au crime de l’époque une faute d’aujourd’hui. En Algérie se dessine la mise en cause de pratiques condamnables datant de la guerre et surtout lui ayant survécu, commises au nom de situations où« tout serait permis ». Il reste que la torture, mal absolu, pratiquée de façon systématique par une « armée de la république » et couverte en haut lieu à Paris, a été le fruit empoisonné de la colonisation et de la guerre, l’expression de la volonté du dominateur de réduire par tous les moyens la résistance du dominé.

Avec cette mise à jour il ne s’agit pas seulement de vérité historique, mais aussi de l’avenir des générations issues des diverses communautés qui vivent avec ce poids, cette culpabilité et ce non-dit.

Pour nous citoyens français auxquels importe le destin partagé des deux peuples et le sens universel de la justice, pour nous qui avons combattu sans être aveugle aux autres pratiques, il revient à la France, eu égard à ses responsabilités, de condamner la torture qui a été entreprise en son nom durant la guerre d’Algérie. Il en va du devoir de mémoire auquel la France se dit justement attachée et qui ne devrait connaître aucune discrimination d’époque et de lieu.

Dans cet esprit, et dans cet esprit seulement, tourné vers un rapprochement des personnes et des communautés et non vers l’exacerbation de leurs antagonismes, nous demandons à M. Jacques Chirac, président de la République, et à M. Lionel Jospin, premier ministre, de condamner ces pratiques par une déclaration publique. Et nous invitons les témoins, les citoyens à s’exprimer sur la question qui met en jeu leur humanité.

Paris, 31 octobre 2000.

Journal « l’humanité» du 31-10- 2000.

Douze intellectuels français appellent à la condamnation de la torture pendant la guerre d’Algérie.

L’appel du 31 octobre 2000.

Des deux côtés de la Méditerranée, la mémoire française et la mémoire algérienne resteront hantées par les horreurs qui ont marqué la guerre d’Algérie tant que la vérité n’aura pas été dite et reconnue.

Ce travail de mémoire appartient à chacun des deux peuples et aux communautés, de quelle qu’origine que ce soit, qui ont cruellement souffert de cette tragédie dont les autorités françaises portent la responsabilité essentielle en raison de leur obstination à refuser aux Algériens leur émancipation.

Aujourd’hui, il est possible de promouvoir une démarche de vérité qui ne laisse rien dans l’ombre. En France, le nouveau témoignage d’une Algérienne, publié dans la presse, qui met en accusation la torture, ne peut rester sans suite ni sanction. Le silence officiel serait ajouter au crime de l’époque une faute d’aujourd’hui. En Algérie se dessine la mise en cause de pratiques condamnables datant de la guerre et surtout lui ayant survécu, commises au nom de situations où« tout serait permis ». Il reste que la torture, mal absolu, pratiquée de façon systématique par une « armée de la république » et couverte en haut lieu à Paris, a été le fruit empoisonné de la colonisation et de la guerre, l’expression de la volonté du dominateur de réduire par tous les moyens la résistance du dominé.

Avec cette mise à jour il ne s’agit pas seulement de vérité historique, mais aussi de l’avenir des générations issues des diverses communautés qui vivent avec ce poids, cette culpabilité et ce non-dit.

Pour nous citoyens français auxquels importe le destin partagé des deux peuples et le sens universel de la justice, pour nous qui avons combattu sans être aveugle aux autres pratiques, il revient à la France, eu égard à ses responsabilités, de condamner la torture qui a été entreprise en son nom durant la guerre d’Algérie. Il en va du devoir de mémoire auquel la France se dit justement attachée et qui ne devrait connaître aucune discrimination d’époque et de lieu.

Dans cet esprit, et dans cet esprit seulement, tourné vers un rapprochement des personnes et des communautés et non vers l’exacerbation de leurs antagonismes, nous demandons à M. Jacques Chirac, président de la République, et à M. Lionel Jospin, premier ministre, de condamner ces pratiques par une déclaration publique. Et nous invitons les témoins, les citoyens à s’exprimer sur la question qui met en jeu leur humanité.

Paris, 31 octobre 2000.

Journal « l’humanité» du 31-10- 2000.

Douze intellectuels français appellent à la condamnation de la torture pendant la guerre d’Algérie.

L’appel du 31 octobre 2000.

Des deux côtés de la Méditerranée, la mémoire française et la mémoire algérienne resteront hantées par les horreurs qui ont marqué la guerre d’Algérie tant que la vérité n’aura pas été dite et reconnue.

Ce travail de mémoire appartient à chacun des deux peuples et aux communautés, de quelle qu’origine que ce soit, qui ont cruellement souffert de cette tragédie dont les autorités françaises portent la responsabilité essentielle en raison de leur obstination à refuser aux Algériens leur émancipation.

Aujourd’hui, il est possible de promouvoir une démarche de vérité qui ne laisse rien dans l’ombre. En France, le nouveau témoignage d’une Algérienne, publié dans la presse, qui met en accusation la torture, ne peut rester sans suite ni sanction. Le silence officiel serait ajouter au crime de l’époque une faute d’aujourd’hui. En Algérie se dessine la mise en cause de pratiques condamnables datant de la guerre et surtout lui ayant survécu, commises au nom de situations où« tout serait permis ». Il reste que la torture, mal absolu, pratiquée de façon systématique par une « armée de la république » et couverte en haut lieu à Paris, a été le fruit empoisonné de la colonisation et de la guerre, l’expression de la volonté du dominateur de réduire par tous les moyens la résistance du dominé.

Avec cette mise à jour il ne s’agit pas seulement de vérité historique, mais aussi de l’avenir des générations issues des diverses communautés qui vivent avec ce poids, cette culpabilité et ce non-dit.

Pour nous citoyens français auxquels importe le destin partagé des deux peuples et le sens universel de la justice, pour nous qui avons combattu sans être aveugle aux autres pratiques, il revient à la France, eu égard à ses responsabilités, de condamner la torture qui a été entreprise en son nom durant la guerre d’Algérie. Il en va du devoir de mémoire auquel la France se dit justement attachée et qui ne devrait connaître aucune discrimination d’époque et de lieu.

Dans cet esprit, et dans cet esprit seulement, tourné vers un rapprochement des personnes et des communautés et non vers l’exacerbation de leurs antagonismes, nous demandons à M. Jacques Chirac, président de la République, et à M. Lionel Jospin, premier ministre, de condamner ces pratiques par une déclaration publique. Et nous invitons les témoins, les citoyens à s’exprimer sur la question qui met en jeu leur humanité.


Paris, 31 octobre 2000.

Journal « l’humanité» du 31-10- 2000.
La recherche d’un vaccin contre le sida: une priorité.
Plus de 40 millions de personnes sont infectées par le virus du sida dans le monde, et on estime que chaque heure qui s’écoule apporte 600 nouveaux cas d’infection par le VIH.

Les pays les plus touchés par l’épidémie sont ceux en développement qui ont peu accès aux traitements antirétroviraux. En plus de son impact sur la santé et l’avenir des personnes, le sida devient un frein majeur au développement dans de nombreux pays d’Afrique sub-saharienne. Dans certaines régions, près de 30% des femmes enceintes consultant dans des maternités sont affectées par le VIH. L’épidémie s’accroît aussi rapidement en Asie, où les pays les plus touchés sont l’Inde, la Thaïlande et le Cambodge.

Le vaccin est le seul moyen possible pour, à terme, parvenir à enrayer l’épidémie. La recherche d’un vaccin préventif contre le sida est une

priorité.

De nombreuses équipes dans le monde sont engagées depuis le milieu des années quatre-vingts dans la recherche d’un vaccin contre le sida et plusieurs pistes sont explorées, dont certaines sont aujourd’hui prometteuses. La participation de la France à la recherche d’un vaccin contre le sida est la plus importante au monde après celle des Etats-Unis. L’ANRS est l’organisme public français qui organise et finance cette recherche.

Aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape. Nous lançons de nouveaux essais de vaccins dont le premier débutera au premier se-

mestre 2007. Pour les mener nous avons besoin de votre concours.

En répondant à l’opération «Volontaires pour un vaccin», l’ANRS vous invite à rejoindre les 724 personnes qui sont engagées dans le réseau des «volontaires» de l’ANRS. Plus que jamais, pour réussir, la mobilisation de tous est indispensable: les scientifiques, les médecins et les volontaires du réseau. Tous ensemble il faut y croire.

Pr. Jean-François Delfraissy, Directeur de l’ANRS. 2006.

Appel au peuple algérien.

A retenir

Le texte argumentatif (exhortatif) vise à faire réagir et doit généralement interpeller le destinataire sur une situation donnée. Le style est oratoire et le destinataire constamment interpellé.

A retenir Protégeons notre planète.

1- Pour exhorter, l’émetteur s’implique directement dans son discours.(emploi du pronom personnel « je », d’expressions comme : « je déclare que.., je dis que.., je suis convaincu de.., etc.). Ces marques du style oratoire renforcent le contact avec l’interlocuteur et rendent les arguments avancés irréfutables.

2- L’argumentation se développe en suivant un enchaînement logique (fait ou situation admis, arguments qui justifient la thèse, concèdent ou réfutent la thèse adverse et conclusion marquant l’aboutissement de l’argumentation.).

A retenir Appel du Directeur de l’Unesco.

L’appel, visant à faire réagir l’interlocuteur, s’organise en :

- Une partie expositive

- Une partie argumentative

- Une partie exhortative

A retenir Appel de l’Abbé Pierre du 1er février 1954. (Sur radio Luxembourg )

Pour convaincre son interlocuteur et le pousser à réagir, les arguments choisis peuvent faire appel à la raison ou aux sentiments.

Le style oratoire s’appuie sur des procédés comme l’anaphore (reprise d’une idée, d’un terme). Cette insistance permet de retenir l’attention de l’interlocuteur et de le sensibiliser.
A retenir L’appel du 31 octobre 2000.

Les procédés de l’interpellation dans le texte exhortatif sont adaptés au destinataire et au but visé.

L’appel à réagir s’exprime par les verbes comme «demander, inciter» si le destinataire est un supérieur hiérarchique ( domaine professionnel) ou une personnalité ( politique ou autre).
A retenir La recherche d’un vaccin contre le sida: une priorité.

La structure et les procédés utilisés dans l’Appel sont adaptés au destinataire et au but visé. Dans certains cas l’interpellation et l’injonction se font de manière plus discrète.






Activité 1:



Les objectifs:

  • Identifier les acquis de l'élève.

  • Identifier les lacunes de l'élève.

Le sujet n°1 page 126:

Votre salle de classe vous parait triste; vous décidez d'appeler vos camarades à la décorer pour la rendre plus accueillante.

Rédigez un court texte pour les convaincre de participer à cette entreprise.

Remarque:

Après l'exploitation du sujet, on corrige les erreurs et on oriente l'élève.

Activité 2:

Les objectifs:

  • Amener l'élève à interpréter une affiche.

  • Inciter l'élève à lancer un appel.

Le support: page141.

Questions / Réponses:

  1. Observez l'image; que représente-t-elle?

R: On voit deux mains unies, colorées en bleu et en rouge, sous forme d'un globe terrestre.

L'image est accompagnée du mot " solidarité".

  1. Que symbolise l'image pour vous?

R: Elle symbolise la nécessité de l'union entre les humains.

  1. Quel est le destinataire du message?

R: l'humanité entière.

  1. Quelle est la relation entre l'image (code iconique) et le mot (code linguistique) " solidarité"?

R: le slogan explique l'image.

  1. Reformulez à votre manière le message du support.

R: lancer un appel.

Activité 3:

Lecture analytique

Support: Appel du directeur de l'UNESCO page: 132.

Objectifs:

Amener l'élève à comprendre le texte.

La structure du texte exhortatif.

Imprégnation:

Quel est le problème posé au cours de l'activité précédente? (L'oral)?

R: On parle du problème du manque de la solidarité entre les peuples et la nécessité d'u changement.

2) Paratexte:

Le texte se présente de la façon suivante:

Titre écrit en caractères gras sous forme d'une phrase nominale.

Neuf paragraphes.

Les références: le nom du scripteur ( Amadou Mahtar M'BOW), la source ( courrier de l'UNESCO et la date de publication, février 1984).

Les signes typographiques: deux points (: ), les points de suspension ( ….) , abréviation ( UNESCO).

3) Hypothèses de sens:

D'après le paratexte , il s'agit d'un appel lancé par le directeur de l'UNESCO.

4) Lecture: silencieuse, magistrale et individuelle.

5) Vérification de l'hypothèse de sens:

Quel est le thème traité dans le texte?

R: la solidarité.

Retrouvez la situation d'énonciation en répondant aux questions suivantes:

Qui parle? Qui écrit?

Le directeur de l'UNESCO "Amadou Mahtar M'BOW"

A qui?

Lecteurs du courrier de l'UNESCO

De quoi?

De la solidarité

Quand?

Février 1998

Comment?

En lançant l'appel

Pourquoi?

Inciter à la solidarité
  1   2   3

similaire:

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il iconL’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature...
«toujours recommencée», on ne peut impunément déverser n’importe quoi… d’où vient ce revirement ? D’une part, de l’accroissement...

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il iconUn très long temps, l’idée ne pouvait même venir de l’homme qu’il...
«Beau bilan ! bougonnerait l’auteur de l’Economie royale avant de se recoucher, déçu, dans sa tombe. Et que faites-vous pour éviter...

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il iconRoyaume du Maroc
«Il faut que les malades et ses proches soient avec le médecin et non contre lui, qu’ils ne lui cachent rien des états du malade...

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il iconLe matin du jour où Claire fit la connaissance de ses nouveaux colocataires,...
«message» que d’un graffiti sur le mur en parpaings derrière les machines, mais IL lui était destiné

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il icon3)Popper (1902-1994) : influence considérable sur la façon d’envisager...
«dures» se sont «amollies» : avec des lois plus fragiles, elles devenaient moins rigoureuse

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il iconRecueil de sept textes d’André breton
«Entre un homme» qui «les reconnaît» : «ce sont les femmes qu’il a aimées, qui l’ont aimé», et les «boys» sont les amants successifs...

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il iconUne première version de cet article est paru dans la revue
«Un homme qui ne connaît pas les idées de ceux qui ont pensé avant lui est certain d’attribuer une valeur excessive à ses propres...

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il icon«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot,...
«La vigne y déploie jusqu’à l’horizon ses vertes rangées rectilignes et parallèles; et çà et là, en quelques nœuds du paysage, des...

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il iconLa vérité sur l’homme coupé en morceaux dévoilée par l’assassin lui-même
«Je ne lis pas souvent les journaux, mais quand je les lis, je ne m’embête pas»

L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il icon1- historique de la discipline
«Les sciences expérimentales et les technologies ont pour objectif de comprendre et de décrire le monde réel, celui de la nature...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com