C'est l'union de trois choses en une ou, ce qui est équivalent, l'union de deux choses dans une troisième chose distincte des deux premières








télécharger 190.51 Kb.
titreC'est l'union de trois choses en une ou, ce qui est équivalent, l'union de deux choses dans une troisième chose distincte des deux premières
page2/6
date de publication30.01.2017
taille190.51 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6

La combinaison de la phanéroscopie et de la définition triadique du signe produit les taxinomies fondamentales de la sémiotique peircienne.

Le phénomène sémiotique étant défini comme la coopération de trois instances; chacune d'elles peut être présente à l'esprit de l'interprète :

- le signe lui-même, puisqu'il est perçu donc présent aux sens donc aussi à l'esprit

- l'objet du signe, qui est connecté au signe de telle façon qu'il est présent à l'esprit dès lorsque le signe est perçu (sous réserve que l'interprète ait intériorisé les institutions de la signification d'une certaine communauté)

- l'interprétant considéré dans sa particularité, ici et maintenant c'est à dire en tant que détermination de l'esprit de l'interprète, lequel a la faculté d'être "présent à lui-même" par objectivation de ses propres états.

On voit qu'il ne s'agit plus d'étudier un phénomène "ordinaire" mais la "tricoexistence" (le terme est de Peirce) de trois de ces phénomènes.

Or chacun d'eux est justiciable d'une phanéroscopie, c'est à dire d'une analyse en termes d'appartenance à l'une des trois catégories . Il s'ensuit que toutes les possibilités théoriques de description des phénomènes sémiotiques résulteront des possibilités combinatoires des décompositions de chacun des trois phanérons entre elles compte-tenu des déterminations constitutives de la triade. En somme les taxinomies des éléments des phénomènes vont engendrer des taxinomies de ces ""tri-phénomènes" que sont les phénomènes sémiotiques.

Comment phanéroscopie et sémiotique se combinent-elles ?

On peut aborder ce problème de façon naïve ou de façon relativement sophistiquée. C'est le premier parti qui est choisi ici. On obtient dix classes de signes possibles.

Combiner phanéroscopie et sémiotique c'est remplacer, dans la triade constitutive du phénomène sémiotique chacun des éléments -signe, objet et interprétant- par sa "molécule phénoménologique" afin d'en produire un modèle formel qui explicite les relations de détermination du signe par l'objet d'une part, de l'interprétant par le signe d'autre part. Comme chacune de ces "molécules" est descriptible par une combinaison d'"atomes", il nous suffira d'inventorier toutes les triades possibles constituées d'"atomes" pour être en mesure de décrire n'importe quelle triade, donc maîtriser la structure formelle des phénomènes sémiotiques.

Les principes qui vont gouverner l'inventaire des possibilités sont ceux de la hiérarchie des catégories phanéroscopiques introduite par les relations de présupposition non-réciproque qu'elles entretiennent. Au vu de ces principes un tertian peut déterminer un autre tertian ou un secondan ou un priman, un secondan peut déterminer un autre secondan ou un priman et un priman peut seulement déterminer un priman. Si on désigne respectivement par les chiffres 3, 2, 1 les éléments tertians , secondans et primans l'ensemble des possibilités de détermination des "atomes" est complètement décrit par le tableau 1 ci-dessous. Le tableau 2 est équivalent au tableau 1 mais présente l'avantage de visualiser les états successifs de chaque forme "atomique" transmise depuis l'objet jusqu'à l'interprétant.

Tableau 1

O

détermine

S

qui détermine

I

Dénomination

3

..........................

3

.................................

3

Argument

3

..........................

3

................................

2

Symbole dicent

3

..........................

3

................................

1

Symbole rhématique

3

..........................

2

................................

2

Légisigne indexical dicent

3

..........................

2

................................

1

Légisigne indexical rhématique

3

..........................

1

................................

1

Légisigne iconique

2

..........................

2

................................

2

Sinsigne indexical dicent

2

..........................

2

................................

1

Sinsigne indexical rhématique

2

..........................

1

................................

1

Sinsigne iconique

1

..........................

1

................................

1

Qualisigne




Tableau 2

Objet

Signe

Interprétant

Dénomination







Argument







Symbole dicent







Symbole rhématique







Légisigne indexical dicent







Légisigne indexical rhématique







Légisigne iconique







Sinsigne indexical dicent







Sinsigne indexical rhématique







Sinsigne iconique







Qualisigne

Qu'est-ce qu'un qualisigne ?

C'est une qualité qui est un signe.

Rappelons que c'est par abus de langage qu'on dit d'une chose existante qu'elle est un qualisigne. Plus précisément, une qualité générale qu'elle possède (un priman) est présente à un esprit au moyen du sentiment (feeling) que sa perception produit et crée dans cet esprit l'idée d'une autre chose qui possède aussi cette même qualité ( car ce même priman figure dans sa "molécule phénoménologique"). Cela n'est possible que si, dans un rapport antérieur avec cette autre chose ce même sentiment a été expériencié par le sujet, ce qui signifie que, d'une certaine manière, ce même priman est mémorisé dans cet esprit et qu'il est réactivé par la perception du signe.

Formellement un qualisigne est donc constitué par une relation triadique entre trois primans dont l'un, le priman interprétant unit les deux autres par identification avec sa propre essence.

Autrement dit c'est parce qu'un sentiment actuel produit par la perception du signe est identique (c'est à dire produit les mêmes effets) à un sentiment antérieurement produit par la perception de l'objet du signe que l'interprétant connecte réellement le signe et son objet.

Ainsi si nous considérons la classe des objets du monde dont la perception produit (entre autres) un sentiment de rouge alors n'importe lequel d'entre eux peut représenter n'importe quel autre pourvu qu'il ait été préalablement perçu par un interprète (ou que ce dernier en ait été instruit). C'est une pure possibilité qualitative positive qui ne pourra se matérialiser que dans un existant (voir question suivante) c'est à dire dans un objet d'expérience.

La définition de qualisigne peut s'étendre d'une qualité à un ensemble non configuré de qualités (une série de qualités) et aussi à des qualités plus complexes comme les qualités sui-generis des objets. Par exemple un spectacle navrant pourra évoquer un autre spectacle navrant pour qui aura préalablement vécu cette pénible expérience ; une impression générale ressentie dans une situation peut être le signe que cette situation va évoluer (en bien ou en mal) comme une situation semblable déjà connue et motiver une décision ou une prédiction, etc... L'expression "ça sent le roussi", appliquée au sens propre, rend bien compte de ce dernier cas. Dans le pastiche littéraire une certaine qualité générale de l'écriture produit la présence à l'esprit de l'auteur ou du texte imité. Les mots d'esprit, la pratique de l'ironie font grand usage de qualisignes car ils se situent souvent dans la qualité de l'expression.

Qu'est-ce qu'un sinsigne iconique (rhématique) ?

C'est un objet d'expérience qui possède une qualité (ou un ensemble de qualités) dont la perception produit la présence à l'esprit d'un autre objet qui possède aussi cette qualité (ou cet ensemble de qualités). Il matérialise des qualisignes.

Il n'y a pratiquement rien à ajouter par rapport au qualisigne dont le sinsigne iconique est la matérialisation. Tout au plus peut-on ajouter que dans le cas du sinsigne iconique l'abus de langage est justifié.

Pour différencier qualisigne et sinsigne iconique reprennons un exemple de la page précédente et disons que si un spectacle navrant singulier (par exemple l'émission de télévision "Une Famille en Or" du Mercredi 24 Juillet 1991 à 18 h 15) évoque pour un téléspectateur un autre spectacle navrant (par exemple l'émission de "La Roue de la Fortune" du Lundi 22 Juillet 1991 à 18 h 30) nous avons un sinsigne iconique qui matérialise un qualisigne selon lequel le navrant de la première est identique au navrant de la deuxième pour ce téléspectateur navré !

Un autre exemple est celui du diagramme individuel. Lorsqu'un élève relève par exemple le diagramme du système nerveux de la grenouille que son professeur de biologie lui a confié au cours d'une séance de travaux pratiques, il produit un sinsigne iconique. Il matérialise des qualités de forme (arborescence) qu'il a observées.

Comme toute icône, le sinsigne iconique peut-être trichotomisé (c'est-à-dire que l'ensemble des signes iconiques peut-être divisé en trois classes distinctes) qui sont : l'icône-image, l'icône-diagramme et l'icône-métaphore.

Qu'est-ce qu'un sinsigne indexical rhématique ?

C'est un objet d'expérience directe qui dirige l'attention sur un autre objet avec lequel il est en connexion réelle.

Un sinsigne indexical rhématique est, par exemple, une chose perçue qui est connectée avec une autre chose non perçue de façon causale, c'est à dire que la seconde est la cause de l'existence de la première. C'est le cas de l'empreinte du pied de Vendredi (exemple d'école s'il en est) dans le sable de la plage. Lorsque Robinson la perçoit, son attention est dirigée sur un autre objet (un autre être humain sur son île) qui a produit cette empreinte et c'est cet autre être humain dont l'existence est garantie par l'empreinte du pied (car la connexion entre le pied de Vendredi et l'empreinte ne dépend pas de l'esprit de Robinson puisqu'elle est purement mécanique) qui est présent à son esprit.

Faisons au passage une remarque qui sera systématisée plus loin : le sinsigne indexical rhématique renferme nécessairement un sinsigne iconique : l'empreinte du pied de Vendredi possède des qualités de forme que possède le pied de Vendredi, sa profondeur est en relation directe avec son poids, ses dimensions avec sa taille, etc...

L'index que l'on pointe dirige l'attention sur un objet qui est situé dans son propre prolongement. Un chien qui précède son maître annonce son arrivée, une voiture à l'horizon identifiée comme appartenant à des amis annonce aussi leur arrivée ; dans ces deux derniers cas la connexion est un rapport réel de propriété.

Comme tous les signes indexicaux le sinsigne indexical rhématique peut-être trichotomisé
1   2   3   4   5   6

similaire:

C\Note de l’auteur : Bah, comme je l’ai dis dans mes deux premières fics «What he Knows»
«What he Knows» et «His reflexions» je suis une toute nouvelle ««fan» de csi, donc IL y aura peut être des choses qui ne colleront...

C\Le livre de la nature est écrit dans un langage mathématique
«Il n’y a pas de choses simples, mais IL y a une manière simple de voir les choses.»

C\Titre I : L’évolution juridique des Communautés européennes vers l'Union européenne
«Europe atlantique», quelques Etats européens, en nombre réduit (six), ont lancé «l'Europe communautaire». L’aboutissement actuel,...

C\Paragraphe 2 : La classification des obligations
«Débiteur» («C'est une personne qui est tenue envers une autre d'exécuter une prestation.») et le «Créancier» («C'est une personne...

C\Recherches physiologiques sur la vie et la mort
Est réputée matière biologique […] toute matière contenant une information génétique qui est autoreproductible ou reproductible dans...

C\Recherches physiologiques sur la vie et la mort
Est réputée matière biologique […] toute matière contenant une information génétique qui est autoreproductible ou reproductible dans...

C\Première partie I à bord du steam-boat «Shannon»
«bluffs» ou collines, si nombreux dans la région centrale et septentrionale de l’Union. Quant à sa forme, on peut la comparer à une...

C\Une liaison covalente, c’est la mise en commun d’une ou plusieurs...

C\Les formules chimiques des composés montrent deux choses

C\Bernard Andrieu ó Histoire des sciences de la vie et ÈpistÈmologie†:...
Par-delà les étoiles, par-delà toute chose, c’est vers l’inconditionné que nous visons, là-bas où IL n’y a plus de choses qui fourniraient...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com