Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007)








télécharger 173.12 Kb.
titreCours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007)
page2/3
date de publication21.04.2017
taille173.12 Kb.
typeCours
c.21-bal.com > loi > Cours
1   2   3

Introduction : syndicalisme et révolution



Comprendre une contradiction apparente : France est un des pays européens dans lesquels les mouvements ouvriers ont été précoces.

Et pourtant la France est un des pays industriels qui verra le mouvement ouvrier s’organiser en syndicats.

Il faut interroger le couple Syndicalisme et Révolution
La France connaît tout au long du 19ème une série de révolution, pays qui aborde le 19ème siècle avec le politique. « Quel est le bon régime politique ».

Le syndicalisme : la question qui se pose au 19ème siècle : le mouvement ouvrier doit-il être autonome ou doit-il participer aux mouvements politiques et sociaux de son temps.


  1. Les révolutions de 1848




    1. février : «  trois mois de misère au service de la République »


Révolution politique dont le bu est de renverser la monarchie et proclamer la République.

Elle est voulu et organiser par les Républicains, les ouvriers acceptent d’y participer car dans les années 1846 / 1848 c’est une période de crise économique.

Au moment où les républicains prennent le pouvoir : sorte de compromis social «  les ouvriers acceptent trois mois de misère au service de la République ».

Ils acceptent de ne pas revendiquer les avancées sociales importantes pendant la mise en place de la 2nde République.

La République leur donne des gages pour faire passer ce compromis :

  • suffrage universel

  • participation d’un militant socialiste ( ALBERT) et ouvrier (BLANC) au gouvernement provisoire de la République.


Symbole important du drapeau.

Lamartine veut garder le drapeau tricolore car il a fait le tour de l’Europe.


    1. Le droit au travail : les ateliers nationaux


Pendant les trois où ils acceptent de se mettre au service de la république, le mouvement ouvrier ne chaume pas et ils obtiennent la création d’une commission spéciale sur le travail, elle siège au Palais du Luxembourg et elle garde le nom de « commission du Luxembourg » qui va réfléchir pendant tout le printemps 1848 les droits de l’ouvrier dont le droit au travail.

Reconnaître le droit au travail comme un principe constitutionnel.

Opposition de deux visions différentes du droit au travail :

  • vision socialiste : comme L.BLANC, l’Etat doit garantir le droit au travail, en cas de chômage, l’Etat doit fournir du travail.

  • Vision libérale : A.THIERS (ancien monarchiste reconverti , c’est un libéral conservateur) , pour lui l’Etat n’a pas à garantir le travail, on doit conserver le modèle libéral, la seule chose qu’on peut accepter ce sont des grands travaux provisoires.

Ateliers nationaux : pour les chômeurs on propose une utilité publique : entre février et juin 1848, on n’avait pas grand chose à donner aux chômeurs.

Organisation des chômeurs dans les ateliers nationaux : ils vont revendiquer car ce qu’ils réclament c’est du travail.

Dès le mois de mai, l’Etat décide la fermeture des ateliers nationaux.


    1. Juin «  une guerre servile »


Combat dramatique en juin 1848 à Paris qui oppose les ouvriers

Les ouvriers parisiens s’insurgent des la fermeture des ateliers nationaux, une véritable guerre s’engage entre le gouvernement républicain et les ouvriers.

Le gouvernement confie au général CAVEGNAC le soin de reprendre la capitale.

La reprise de Paris s’effectue en 5 ou 6 jours avec 5000 morts, donc les 4/5 sont des émeutiers, 4000 personnes sont déportées en Algérie.

La carte des barricades évolue trop fortement entre février et juin 1848, en Février à juin il y a des barricades partout.

Juin 1848 : différence entre l’ouest (pas de barricades) et l’est (barricades).

Au sud de la sein du côté du quartier du Panthéon, les métiers du cuir se révoltent.

Ceux qui se révoltent en juin 1848 ne sont pas des prolétaires, ce sont des compagnons, des artisans mais aussi des petits propriétaires ou des petits commerçants.

Les barricades sont faites pour préserver une culture et un système de valeurs pour défendre la république sociale de la commission du Luxembourg.


    1. Les ouvriers se détournent de la République


Conséquences durables sur l’attitude du mouvement ouvrier face aux Républicain : La république est maintenu, elle est conservatrice et retrouve les mêmes questions que les régimes précédents : que faisons –nous des ouvriers, doit-on leur accorde le droit associatif ? doit-on leur accorder le droit de grève ?

Initialement elle est prête à leur accorder le droit associatif , mais l’épisode de juin la rend très méfiante par rapport aux ouvriers : elle vote une lois électorale en mai 1850 très défavorable aux ouvriers :

  • Tous les condamnés politiques sont exclus du vote

  • Pour voter il faut être domicilier depuis au moins 3 ans dans son canton


Pour les grandes villes 50% du corps électoral est éliminé par la loi.

Dans l’entre fait , Louis Napoléon Bonaparte est élu président de la République : Bonapartiste reprend les idées de son oncle, visage social, interventionniste et conservateur.

Le 2 décembre 1851 il fait un coup d’Etat et transforme la République en second empire et prend la tête de ce nouvel Etat sous le nom de Napoléon III.

Les républicains parisiens essayent de mobiliser la classe ouvrier en demandant aux ouvriers de sauver la république.

A qques exceptions près les ouvriers refusent de sauver la République, sauf dans les campagnes, les paysans veulent la sauver.

Ecart entre monde Républicain et ouvrier.

Ecart qui a été comblé, périodiquement dans l’histoire, l’attachement des ouvriers à la République est une question essentielle en France.

  1. La grande bifurcation du mouvement ouvrier sous le Second Empire



1   2   3

similaire:

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconCours Obtention d’un principe actif présent dans la nature

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconBibliographie sélective Table des matières introduction generale...
«Santé publique» et est destiné aux étudiants en deuxième année de graduat en Sciences Infirmières pour toute les orientations

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconSocialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1935

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconChapitre 2 : Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconÉlites politiques et enseignement supérieur, sociologie historique...

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconProfesseur à l’Université de Montpellier
«Hyper-cours», 1er éd. 2007, 2e éd., 2009, 3e éd. 2011, 4e éd. 2013, 5e éd. 2015 avec le professeur Marie-Pierre Dumont-Lefrand

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconCours septembre 2007
Qu'est-ce que la démocratie ? C'est l'égalité; c'est-à-dire c'est la participation à droit égal, à titre égal, à la délibération...

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconMaintenance Préventive et Prédictive dans les systèmes lubrifiés
Les résultats des études de Feslsen et Schatzeberg, publiées en 1969 et 1968, confirmaient que la simple présence de 100 mmp (0,01%)...

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconObjet du present dossier

Cours 10-12 : le syndicalisme du tps present (1968-2007) iconCours S1 Cours et application sur la gravitation universelle Semaine...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com