Littérature québécoise








télécharger 129.47 Kb.
titreLittérature québécoise
page5/7
date de publication21.04.2017
taille129.47 Kb.
typeLittérature
c.21-bal.com > loi > Littérature
1   2   3   4   5   6   7

V


Marius ne dormait pas.

Il s’était pratiquement tout caché sous les couvertures.

Il entendit un bruit de pas et ne bougea pas.

Victor parut, s’approcha du paravent et écouta.

Marius respirait profondément comme quelqu’un qui dort :

– Roger, Roger...

Le Marseillais ne bougea pas.

– Il dort solidement, il en aura pour jusqu’à demain matin sans s’éveiller.

Il regarda sa montre et alla se poster devant la porte. Quelques minutes plus tard, Olga arrivait.

Marius s’était soulevé sur son lit pour voir ce qui se passait. Caché par le paravent, il ne pouvait pas se faire voir.

– Et puis ? tu as les papiers ?

– J’ai tout ce qu’il faut, et aussi des ordres.

Elle montra le lit :

– Le petit ?

– Il dort comme une marmotte, et ne se réveillera pas avant neuf heures, demain matin.

– Tant mieux. Alors, nous pouvons causer ici ?

– C’est le meilleur endroit.

Elle sortit une feuille de papier de sa poche :

– Voici tout d’abord les ordres que nous avons reçus. Le professeur a refusé de travailler pour le compte de la Russie.

– Ah !

– Il dit qu’il veut faire servir son invention pour la paix et livrera son avion à tout le monde entier.

– Il est fou, je te l’ai déjà dit.

– Les ordres sont : Par tous les moyens, s’emparer de l’invention du professeur... par tous les moyens possibles.

– Mais si les plans ne sont pas terminés ?

– Aucune importance. Nos savants travailleront à y mettre la dernière touche. Il faut agir le plus vite possible, avant que Rakouf ne lance son invention dans le grand public.

Marius murmura :

– Vous avez compté sans nous, mes enfants.

Victor demanda :

– Tu as les empreintes ?

– Oui.

– Montre-les moi !

Olga lui tendit une autre feuille.

Victor sortit une photographie de sa poche et se mit à étudier longuement les deux empreintes.

– Et puis ?

– Cet homme n’est pas le chimiste Jacques Latreuil.

– Tu es sûr ?

– Je suis certain, regarde toi-même.

Olga se mit à étudier les empreintes à son tour.

– Tu as raison, alors ?

– Alors, il faut absolument que ce soit un espion. Notre tâche va être deux fois plus compliquée, ma petite.

– Écoute, Victor, nous allons nous retirer dans nos chambres et réfléchir au meilleur moyen à suivre. Demain matin, nous adopterons un plan d’action.

– C’est ça.

– Ce qui compte, surtout, c’est l’invention de Rakouf.

Victor lui fit signe de rester là.

– Laisse-moi passer le premier, autrement, si on nous voit monter ensemble, on pourra se douter de quelque chose.

Victor disparut le premier.

Olga vint pour monter, mais elle hésita.

– Le petit a peut-être entendu quelque chose, je vais m’en assurer.

Marius se cacha vivement dans les couvertures.

Olga s’approcha du lit :

– S’il lui a donné un narcotique, rien ne peut le réveiller.

Brusquement, elle tira la couverture du lit.

Marius bondit et avant qu’elle ne puisse crier, il lui appliqua la main sur la bouche.

Il laissa Olga :

– Maintenant, pas un cri, ma petite, parce que je n’hésiterai pas pour te tuer, bonne mère.

Olga était pâle comme la mort.

– Vous...

– Oui, c’est moi qui étais couché ici, à la place du petit, ça vous surprend.

Il lui arracha les papiers des mains :

– Donnez-moi ça. Je suis certain que le professeur sera heureux d’apprendre que vous êtes des espions russes.

– Rendez-moi ces papiers !

– Jamais, je ne suis pas un imbécile.

– Qu’est-ce que vous allez en faire ?

– Vous dénoncer au professeur qui vous mettra à la porte.

– Et vous croyez que ça arrangera les choses.

Marius réfléchissait profondément.

– Non, ça n’arrangera rien.

Juste à ce moment, IXE-13 parut :

– Je dormais mal, j’ai entendu du bruit, César, toi ici.

– Oui, avec mademoiselle Olga. Vous arrivez juste à temps, patron.

– Comment ça.

– Tenez, regardez cette feuille.

– Qu’est-ce que c’est ?

– Vos empreintes digitales et celles de Jacques Latreuil.

IXE-13 pâlit :

– Alors, ils savent...

– Olga et Victor sont des espions russes et ils savent que vous n’êtes pas le chimiste Jacques Latreuil.

Il fallait à tout prix trouver une solution pour sortir de ce mauvais pas.

Olga et Victor avaient des centaines de partisans, d’amis dans la ville.

– Si vous voulez, Olga, soyons calmes et nous allons discuter... tous les trois.

– Je n’ai rien à discuter avec vous. Vous ne sortirez jamais d’ici vivants.

– Si vous le prenez sur ce ton-là, vous non plus, ni vous, ni Victor.

Olga ne répondit pas.

– Vous désirez vous emparer de l’invention du professeur, n’est-ce pas ? Pour le compte de la Russie, c’est ça ?

Elle garda le silence.

– C’est ça, patron, j’ai ici une feuille qui contient des ordres, et c’est écrit en toutes lettres.

IXE-13 travaillait rapidement.

– Olga, j’ai quelque chose à vous proposer, vous aimez travailler pour votre pays.

– Je suis Russe.

– Lorsque vous aurez ces plans, vous les rapporterez à vos chefs. Qu’est-ce que vous aurez comme récompense ?

– La satisfaction d’avoir servi la Russie.

– Petite folle, nous, nous retirerons de l’argent en quantité pour ces plans... nous serons riches, il y aurait de quoi séparer, tous les quatre. Vous, César, Victor et moi.

– Jamais !

– Franchement, demandez-vous si vous êtes heureux en Russie. Rien ne vous appartient, vous ne faites que travailler pour la Nation... vous ne pouvez même pas vivre. Tandis qu’avec tout cet argent, nous pourrions nous éloigner, aller vivre dans un autre pays, sans être inquiet, jusqu’à la fin de nos jours.

Olga semblait réfléchir.

– Vous seriez libres, vous et Victor. Vous n’auriez plus à risquer votre vie.

Elle demanda :

– Pour le compte de qui travaillez-vous ?

– Pour mon compte personnel. Je vendrai les plans à celui qui m’offrira le plus cher.

– Et nous séparerions à quatre ?

– Oui.

– Quelle garantie allez-vous me donner que vous allez remplir votre promesse.

– Je n’ai que ma parole. Si vous refusez, je vous garde prisonnière et Victor ne pourra rien faire contre nous. Si vous acceptez, je vous rends la liberté. Je prends votre parole et vous donne la mienne.

Il y eut un long silence :

– J’accepte, dit-elle.

– Et Victor ?

– Il m’obéira, il m’obéit toujours. Nous travaillons ensemble. Nous capturerons les plans, et lorsque nous les aurons, nous les vendrons et séparerons l’argent.

– Oui, et ensuite, vous n’entendrez plus parler de nous.

– Entendu. Je vais mettre Victor au courant de notre nouvelle affiliation, dès demain matin.

– Vite, maintenant, remontons à nos chambres.

Il lui fit signe de partir :

– Montez la première, je vous suivrai dans quelques secondes.

Aussitôt qu’elle fut disparue, Marius demanda :

– Pensez-vous qu’elle va tenir parole, patron ?

– Non, elle va tout faire pour s’emparer des plans elle-même.

– Pourquoi ne pas l’avoir gardée prisonnière alors ?

– Ça aurait été pire, Marius. Victor se serait douté de quelque chose. Jamais nous ne serions sortis vivants de cette ville.

– Et là ?

– Nous allons leur laisser croire que nous jouons leur jeu jusqu’à la dernière minute. Lorsque nous aurons les plans, nous trouverons bien un moyen de nous séparer d’eux et de nous enfuir le plus vite possible.

IXE-13 se dirigea vers la sortie :

– Dors, moi je. vais réfléchir, je vais trouver un plan ingénieux. J’ai une idée que Gisèle pourra nous être grandement utile.

IXE-13 sortit.

Resté seul, Marius se remit au lit :

– Bonne mère, j’espère que cette fois-là, je pourrai dormir en paix et que rien ne viendra me déranger.
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com