Paris drouot richelieu – salle 4








télécharger 482.54 Kb.
titreParis drouot richelieu – salle 4
page1/12
date de publication01.05.2017
taille482.54 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12
LAFON CASTANDET

PARIS - DROUOT RICHELIEU – SALLE 4
VENDREDI 29 AVRIL à 14H

CHARTES ET MANUSCRITS – FONDS BÉLIME (DEUXIÈME VENTE)
DOCUMENTS INÉDITS SUR LE GÉNÉRAL VAILLANT, MINISTRE DE LA MAISON DE L’EMPEREUR NAPOLÉON III
LIVRES D’HISTOIRE ET DE RELIGION PROVENANT DE LA BIBLIOTHÈQUE DE MONSEIGNEUR G.
UNE BIBLIOTHÈQUE DE PROVINCE SUR LES EAUX ET FORÊTS (BOTANIQUE, CHASSE ET ENTOMOLOGIE)
COMTE ALEXANDRE DE LABORDE, Voyage pittoresque et historique de l’Espagne
PRESSE À TAILLE-DOUCE DATANT DES XVIIème-XVIIIème SIÈCLES
FERS HÉRALDIQUES ET DÉCORATIFS DE LA COLLECTION MURAT

Expert pour les manuscrits et les livres :
Monsieur Jacques Benelli,

Expert près la Cour d’appel de Paris

244, rue Saint-Jacques – 75005 Paris

Tél. : 01 46 33 73 51 – jbenelli@noos.fr
Expert pour la presse :
Monsieur Guillaume Dillée,

Expert près la Cour d’appel de Paris

37, rue Vaneau – 75007 Paris

Tél. : 01 53 30 87 00 – guillaume@dillee.com

Nous remercions Monsieur Philippe Palasi pour sa relecture attentive des notices héraldiques

Expositions publiques : jeudi 28 avril de 11h à 18h et le vendredi 29 avril de 11h à 12h

CHARTES ET MANUSCRITS
FONDS BELIME ET À DIVERS
DEUXIÈME VENTE


1. [MANUSCRIT]. [SORCELLERIE ET DÉMONOMANIE]. Deux feuillets provenant d’un traité sur la sorcellerie, France, probablement Paris, première moitié du XIVème siècle. Parchemin, deux feuillets isolés, fine écriture gothique très abrégée, encre brune foncée (presque noire), en latin, texte sur 2 colonnes, quelques piqûres visibles, pieds de mouche en rouge ou bleu, titres courants en rouge et bleu, initiale peinte en rouge avec décor filigrané bleu, rubrique en rouge, annotations marginales. Dimensions : 237 x 332 mm.
Bel exemple de mise en page de manuscrits de la première moitie du XIVème siècle. Pour l’heure nous n’avons pas identifié de quelle œuvre sont extraits ces feuillets isolés. Il est question de sorcellerie, de démonologie et de magie. Nous avons trouvé des éléments de similitude avec un texte conservé à Londres « Extract Relating to Sorcery » [London, MS. Reg. 13 A. VII. fol. 5]. Des portions de ce texte sont citées dans Ledrede, Richard, Contemporary Narrative of the Proceedings Against Dame Alice Kyteler, prosecuted for Sorcery in 1324 (Londres, 1843, pp. xxix-xxx). Il s’agit en tout cas d’un manuscrit copié sans doute dans un milieu universitaire, grand de marges pour recevoir des annotations (dont certaines stylisées sont ici visibles). On relève une seule rubrique : « De v [quinque] erroribus quae sane fidei adversantur » (Des cinq erreurs qu’une sainte foi doit combattre).
Estimation : 300 / 500 €

2. [GRÉGOIRE XI (1370-1378)]. [INDULT].  Indult de Grégoire XI accordé à Marquis de Beaufort de Canillac par lequel il défend à tout supérieur ecclésiastique de mettre en interdit les personnes de la maison de Beaufort sans un pouvoir exprès de la Cour de Rome. Acte sur parchemin, en latin, encre brune, fine écriture de chancellerie pontificale, texte sur 10 longues lignes, scellé en pendant sur lacs de soie jaune avec le sceau ou bulle de plomb de Grégoire XI, signé au revers « G. Guidonis », analyse diplomatique apposée au dos en français. Dimensions : 400 x 315 mm.
Étymologiquement le terme « indult » désigne une concession, une faveur. Le terme a été particulièrement utilisé en matière bénéficiale. Accordé par le pape, un indult permettait d'accorder une faveur en dehors des règles générales de l'Église. A toutes fins utiles, il s'agit d'une forme d'exemption de la loi.
Fort bien conservé, cet indult signé « G. Guidonis », secrétaire pontifical, témoigne de l'importance qu'accordait Grégoire XI à défendre les biens et personnes liés à la famille de Beaufort, dont il était issu (on l'a parfois d'ailleurs accusé de népotisme). Cet indult s'adresse plus particulièrement à Marquis de Beaufort de Canillac [marié en 1366] (fils de Guillaume II Rogier, comte de Beaufort, par son second mariage, et donc demi-frère de Grégoire XI; voir La Chesnaye-des Bois, Dictionnaire de la noblesse, tome II, Branche des seigneurs de Canillac, pp. 140-141). Effectivement, le pape Grégoire XI, né Pierre Rogier de Beaufort en 1329, était fils de Guillaume II Rogier, comte de Beaufort et de Marie Chambon, et par ailleurs neveu de Pierre Rogier, le pape Clément VI (voir La Chesnaye-des Bois, Dictionnaire de la noblesse, II, p. 138). Il dota sa famille de nombreux biens, surtout dans le Comtat Venaissin. Donné à Avignon, cet indult date de la seconde partie du pontificat de Grégoire XI (6ème année de son pontificat) mais avant son retour à Rome en 1377. Grégoire XI quitte Avignon le 13 sept 1376, et parvient à Rome seulement le 17 janvier 1377. Il meurt en mars 1378.
Incipit, « Gregorius episcopus servus servorum dei. Dilecto filio nobili viro marquesio de belloforti domino de canilhaco ... »; explicit, « [...] Datum apud V[illam]novam Avinionensis diocesis .xiiii. kalendas julii pontificatus nostrio anno sexto [...] gracias de mandato domini nostri papae. [signé] G. Guidonis ».
Estimation : 800 / 1 000 €

3. [MARIE DE MÉDICIS (1573-1642)]. Transfert de charge de capitaine du château d’Ybois de Nicolas Moreau, sieur d’Autheuil au profit de Henry de Beaufort, sieur de Canillac. Charte datée le 15 novembre 1614, signée sous le revers « Marie », acte sur parchemin, en français, fine écriture de chancellerie à l’encre brune, analyse copiée sur le revers : « Aujourd’huy troisiesme decembre mil six centz quatorze le sieur baron de Canillac… ». Dimensions : 470 x 230 mm.
Document intéressant la famille de Beaufort-en-Vallée, seigneurs de Canillac. Depuis l'assassinat d'Henri IV (14 mai 1610) c'est sa veuve, Marie de Médicis, qui assure la régence. Cette charte fut émise par Marie de Médicis en novembre 1614, peu de temps après l’ouverture des Etats-Généraux le 27 octobre 1614 : ce seront les derniers Etats-Généraux avant ceux de 1789. Le Château d’Ybois est situé près d’Issoire, en Auvergne. Au moment des événements liés à la Ligue, la reine Margot s’y était réfugiée avec son amant d'Aubiac qui fut décapité sur ordre d’Henri III.
Sur Henri de Beaufort, seigneur de Canillac (fils de Jean de Beaufort-Montboissier), voir La Chesnaye-des Bois, Dictionnaire de la noblesse, tome II, Branche des seigneurs de Canillac, pp. 140-141; tome III, Canillac, p. 470-471: « Guerine de Canillac avait épousé Guillaune II de Beaufort-en-Vallée [Pays d'Anjou]...et elle en eut Marquis de Beaufort, auteur des Seigneurs de Canillac »; tome X, Montboissier, p. 283-285). Les terres de Canillac passèrent ensuite au XVème siècle aux Montboissier, d'où la mention sur la pièce jointe : « Famille Montbassier, Liasse 7 ». Le château patrimonial de Canillac est situé en Lozère, au sud de l'Aubrac. Les Canillac comptent parmi les barons du Gévaudan.
Incipit : « Marie par la grace de Dieu royne de France et de Navarre, contesse d’Auvergne et a tous ceulx qui ces presentes letytres verront, salut. Scavoir faisons que nous, mectant en consideracion les bons services que le seigneur de Canillac Henry de Beaufort seneschal et gouverneur dudict conté d’Auvergne… Avons suivant le pouvoir a nous donné par le roy nostredict sieur et filz comme contesse d’Auvergne, donné et octroyé…la charge de cappitaine du chasteau d’Ybois audict conté d’Auvergne que nagueres soulloit tenir…le seigneur d’Autheuil Nicollas Moreau…devenu vacant par la demission qu’il en a faicte en noz mains au proffict dudict sieur de Canillac…» [signé] « Par la Royne. Phelypeaux ». Paul Phélipeaux de Pontchartrain (mort en 1621) était Secrétaire des Commandements de la Reine Marie de Médicis.
JOINT : pièce attachée à la charte, Lettres de procuration données à Henry de Beaufort, Baron de Canillac entérinant le transfert de la charge décrite ci-dessus : « Par devant Richard Guerrier tabellion royal a Thoiry soubs le presidial…fut present messire Nicolas Moreau chevalier sieur d’Autheuil, Thoiry…. », acte sur parchemin, en français, fine écriture à l’encre brune, cote au dos : « 157 » et « Famille Montbassier. Liasse 7 ». Dimensions : 300 x 170 mm. Sur les Moreau à Thoiry (Dept. des Yvelines): http://www.yvelines.fr/archives/thoiry/inventaire/notices/serie06.htm
Estimation : 600 / 800 €

4. [BOURGOGNE. TONNERRE]. Ensemble de 12 documents, dont acquisitions, partages et échanges de terres, datant de 1570 à 1597, concernant des terres sises à Tonnerre, en Bourgogne, et à Langres, en Champagne, documents sur parchemin.
La majorité des documents concerne des terres relevant de Tonnerre (Yonne), d'autres concernent des terres à proximité telles Molosmes La Fosse ou encore le Grand Virey. On relève également un document concernant Langres (Haute-Marne). Sur les lieux concernés, voir le Dictionnaire topographique du département de l'Yonne (Paris, 1862), respectivement pp. 129, 84 et 144. Notons que Georges-Louis Leclerc de Buffon (1707-1788), célèbre naturaliste, puis ses descendants, étaient vicomtes de Tonnerre. Ceci explique la présence de ces documents parmi le fonds Bélime qui contenait de nombreuses pièces relatives à la famille Leclerc de Buffon.
Estimation : 600 / 800 €

5. [MANUSCRIT]. [COTE D'OR]. [UNCEY-LE-FRANC]. [MARÉCHAL JEAN-BAPTISTE PHILIBERT VAILLANT (1790-1872)]. Dossiers concernant les comptes des terres appartenant au Maréchal Vaillant dans la commune d'Uncey-le-Franc, important ensemble de documents, 12 chemises cartonnées placées dans un porte-folio cartonné.
Ces documents (comptes, correspondance, plans) contiennent les pièces justificatives des comptes se rapportant aux terres du Maréchal Vaillant sises à Uncey-le-Franc entre 1840 et 1871 (donc peu de temps avant sa mort en 1872). Plusieurs portent la trace de l'intervention de François-Frédéric Belime, notaire à Vitteaux et qui était, par ailleurs, notaire du Maréchal Vaillant. Uncey-le-Franc est une commune sise dans le canton de Vitteaux (voir A. Roserot, Dictionnaire topographique du département de la Côte-d’Or, Paris, 1924, pp. 400-401).
Le Maréchal Jean-Baptiste Philibert Vaillant (1790-1872) était polytechnicien, engagé dans les dernières campagnes de l'Empire. A partir de 1834 il est commandant des troupes du Génie, puis sera président du Comité supérieur des fortifications en 1849. Nommé Maréchal de France en 1851, il participe à l'armée expéditionnaire d'Italie et on lui doit la prise de Rome. Il sera ministre de la guerre de 1854 jusqu'en 1859. Nommé Comte d'Empire, ministre de la maison de l'Empereur de 1860 à 1870, le Maréchal Vaillant s'impliquera comme réorganisateur de l'Ecole des Beaux-arts en temps que ministre des Beaux-arts de 1863 à 1870. Il préside le Conseil général de la Côte-d’Or de 1858 à 1870. Lorsque la guerre éclate en 1870, il quitte la France. Son portrait peint par Horace Vernet se trouve au Musée de Dijon. En 1872, le maire de Dijon, M. Perdrix, dira à son enterrement: « Le maréchal Vaillant est un enfant de Dijon... ». Il est mort sans postérité immédiate.
Estimation : 500 / 600 €

6. [MANUSCRIT]. [ARPENTAGE]. Cahier d’arpentage établi par Jules Bon, Saintes, en Saintonge, 7 mars 1863 – 25 mai 1864, 20 ff. non chiffrés, fine écriture cursive à l’encre brune, 21 croquis rehaussés de couleur (aquarelle), chaque feuillet daté et signé, feuillets placés sous une couverture d’attente de papier bleu, titre inscrit à l’encre (couverture accidentée; quelques mouillures). Dimensions : 245 x 310 mm.
Travail d’arpenteur soigné. Parmi les types de terres et de végétation arpentés on trouve : « Terre labourable; Vigne; Pièce de pré; Bois taillis; Gazons et allées sablées; Friches; Bois futaies; Bruyeres; Sables; Marais… », etc. Chaque croquis avec un exemple d’arpentage est accompagné de calculs, d’une date et d’une signature « Bon Jules ». Résumé illustré avec échelle, orientation et détails des principales opérations d’arpentage : terre labourable […], rochers, lacs, terres labourées, largeur d’une rivière mesurée à l’aide d’une équerre, lac et pré, bois de la marine à Saintes, terrain communal. Couverture défraichie mais bel état intérieur et aquarelles bien fraiches.
Estimation : 100 / 120 €

7. [MANUSCRIT BRETON SUR LA CONSTRUCTION DES VAISSEAUX ET EMBARCATIONS DIVERSES].

Recueil comportant un ensemble de 36 devis et plans de constructions pour des embarcations réalisées entre 1758 et l'an 7 [1798-1799], France, sans doute Brest, seconde moitié du XVIIIème siècle, [250] ff. non foliotés (certains feuillets blancs), précédés et suivis de deux feuillets de garde de papier bleuté, papiers divers, plusieurs mains, encre brune, certains devis copiés sur papier bleuté. Reliure de l’époque en plein vélin rigide, dos lisse. Bon état général, tache d'encre sur le plat inférieur, gardes de papier bleuté. Dimensions : 200 x 125 mm (format in-8).
Peu courant. Ce recueil composite contient un ensemble homogène de 36 devis et plans d'embarcations diverses (chaloupes, goélettes, canots, vaisseaux, sloops, yoles etc.) et de navires de guerre, souvent exécutés à Brest ou au Havre entre 1758 et les premières années de la République. L’essentiel semble avoir été écrit pendant les années 1780-1795, et donc à l’époque des grands voyages de circumnavigation mandatés par la Couronne française. Il pourrait s’agir d’un recueil assemblé par un armateur ou un constructeur naval du XVIIIème siècle.

Les premières pièces se déclinent comme suit: (1) Devis d'un vaisseau de 64 canons, pour la République Batave en l'an 7 [1798-1799] - Presque tous les vaisseaux de 64 sont des modèles uniques. Les vaisseaux de 64 canons de la seconde moitié du XVIIIème siècle font de 159 à 153 pieds de long (soit de 48 à 43 mètres), environ 44 pieds de large (environ 13,5 mètres), de 19 à 18 pieds (de 6 à 5,5 mètres de tirant d'eau). Ces dimensions sont déterminées par la place qu'occupe l'armement dans les batteries, tout comme l'équipage (environ 500 hommes) qui doit être assez nombreux pour servir les pièces; (2) Flute de 700 tonneaux bonne a exécuter suivant les dimentions portées cy-apres [1758]; (3) La Babet. Corvette de 20 canons de 6 construite au Havre en 1792 sur les plans de M. Coulomb [1792]; (4) La Fraternité. Corvette portant 6 canons de 24 construit Brest en 1793; (5) La Brave et la Citoyenne. Corvettes canonnieres portant 4 canons de 24, construites au Havre en 1783 par M. Forfait...etc.

On trouve également des pièces telles : « Ponton de carène [en usage au port de Brest] (no. 7, 8) »; « Chaloupe de pêche de 28 pieds de longueur des environs de Brest et de Cornouailles, 1792 » (no. 23); « Trace d'une chaloupe destinée pour le passage des sables a l'ile dieux »(no. 24); « Devis des embarcations faites pour les gabares l'Espérance et la Recherche destinées à faire le tour du monde, 1791 » (no. 25) – On se souviendra que le but premier de ce voyage des gabares Esperance et la Recherche est de retrouver les deux vaisseaux commandés par Jean-François de La Pérouse (1741-1788) et dont on est sans nouvelles. L'expédition est alors dirigée par un royaliste qui, ayant eu écho de la Terreur régnant en France, préfère se diriger vers les colonies hollandaises. L'équipage est alors arrêté et les collections d'histoire naturelle récoltées durant l'expédition offertes par les Hollandais aux Britanniques. Celles-ci sont, sur la demande expresse de Sir Joseph Banks (1743-1820) rendues à la France ; « Yole pour le Maréchal de Castries » (no. 36) – Rappelons qu’en 1785 le Maréchal de Castries (1727-1800) alors Ministre de la Marine, avait mandaté Jean-François de La Pérouse pour son voyage autour du monde.

    
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Paris drouot richelieu – salle 4 iconDrouot richelieu vendredi 25 fevrier – salle 2 à 14h
«Louis»; ou encore une lettre du roi pour la convocation des États de Bourgogne datée du 30 mars 1671, donnée à Saint-Germain-en-Laye,...

Paris drouot richelieu – salle 4 icon1s physique Salle 3 Maths Salle 3 1ES

Paris drouot richelieu – salle 4 iconAdresse : Faculté de Médecine Xavier Bichat, Université Paris 7-Sorbonne...
«Hématologie Biologique» Hôpital Robert Debré, groupe de recherche sur l’anémie de Blackfan-Diamond

Paris drouot richelieu – salle 4 iconLittérature et Histoire des arts
«artiste flâneur, amoureux du Paris nocturne». Réapparition de Claude Lantier déjà croisé par le lecteur aux Halles, dans Le Ventre...

Paris drouot richelieu – salle 4 iconSiege social tarn et paris 17, passage Hébrard 75010 Paris Tel. /...

Paris drouot richelieu – salle 4 iconDriss Mazouzi est Docteur en Chimie, spécialité Electrochimie de...

Paris drouot richelieu – salle 4 iconLa salle de classe facile

Paris drouot richelieu – salle 4 iconThèse et Applications Salle 5

Paris drouot richelieu – salle 4 iconLa salle de classe a classroom

Paris drouot richelieu – salle 4 iconCentre scolaire la salle-lyon








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com