Littérature québécoise








télécharger 128.52 Kb.
titreLittérature québécoise
page1/5
date de publication19.01.2018
taille128.52 Kb.
typeLittérature
c.21-bal.com > loi > Littérature
  1   2   3   4   5



Pierre Saurel

IXE-13 espion russe




BeQ

Pierre Saurel


L’agent IXE-13 # 142

IXE-13 espion russe
roman


La Bibliothèque électronique du Québec

Collection Littérature québécoise

Volume 725 : version 1.0

IXE-13 espion russe
Numérisateur : Jean Layette.

Éditions Police Journal

Relecture : Jean-Yves Dupuis.

I


Jean Thibault, l’as des espions canadiens, surnommé IXE-13, était présentement derrière le rideau de fer.

En effet, IXE-13 et ses deux compagnons, Gisèle Tubœuf et Marius Lamouche avaient été dépêchés en Russie.

Ils avaient même accompli deux missions déjà.

Cependant, le travail du Canadien ne s’était pas fait sans difficultés.

Tout d’abord, il y avait le commandant Korofky qui ne voulait prendre aucune chance.

Aussi avait-il envoyé la plus belle femme de Russie, Nadia, pour surveiller IXE-13 et ses compagnons.

Nadia avait décidé de prendre le Canadien dans ses serres.

Elle était irrésistible, et tous les hommes tombaient amoureux d’elle.

Mais, IXE-13 ne voulait plus entendre parler des femmes depuis ses aventures avec Gisèle, Rosita, Josette et autres.

Aussi résista-t-il à Nadia.

Cette dernière, surprise au début, employa toute l’astuce dont elle était capable pour venir à bout du Canadien.

Mais, ça eut un effet contraire.

Au lieu qu’IXE-13 tomba amoureux d’elle, ce fut Nadia qui devint amoureuse éperdue d’IXE-13.

Le Canadien sut profiter de la situation.

Un autre danger apparut à IXE-13, en Bouritz et Von Tracht, ses deux éternels ennemis, devenus espions communistes et portant maintenant les noms de Bourof et Tracko.

IXE-13 s’était servi de Nadia pour éloigner les deux espions ennemis.

Il avait réussi à accomplir sa mission qui consistait à savoir si oui ou non, les Russes possédaient la bombe atomique.

Maintenant, le commandant Korofky, certain qu’IXE-13 et ses amis étaient de ses alliés, leur avait offert une position.

– Si vous le voulez, vous allez travailler comme espions communistes.

Avant de rendre sa réponse, IXE-13 devait se mettre en communication avec les Alliés.

– Je vous donnerai ma réponse dans deux jours, Commandant.

Marius Lamouche, le colosse marseillais, avait trouvé un Russe sympathique qui consentit à installer les appareils radiophoniques et télégraphiques chez lui.

Il s’agissait d’un entrepreneur de pompes funèbres.

– Je vais cacher ça dans une tombe, dit-il.

Nos amis avaient transporté les appareils chez l’entrepreneur en pleine nuit.

Maintenant, le tout était installé.

Il ne restait plus à IXE-13 qu’à envoyer son rapport aux Alliés et à leur demander conseil concernant l’offre du Commandant Korofky.

Nadia voulait qu’IXE-13 accepte.

– Nous resterons toujours ensemble, Lionel... Je suis certaine que le commandant m’acceptera comme espionne, moi aussi.

– Je vais réfléchir, fit IXE-13.

Et le lendemain matin, pendant qu’IXE-13 tenait Nadia occupée, Gisèle se rendait chez Léon Ramiko, l’entrepreneur de pompes funèbres.

Elle devait se mettre en communication avec les Alliés.

Lorsqu’elle revint avec Marius, IXE-13 s’arrangea pour être seul avec le Marseillais, pendant que les deux jeunes filles préparaient le repas et faisaient le ménage de la maison.

– Et puis, vous avez rejoint la France ?...

– Oui, patron...

IXE-13 se fâcha :

– Combien de fois t’ai-je dit de ne pas m’appeler patron. Ici, mon nom est Lionel Rosen, celui de Gisèle, Lucienne Daucourt et toi, Yvon Lecart. Tâche de ne pas l’oublier...

– Peuchère, excusez-moi, Lionel...

– C’est mieux... Et puis ?...

– Nous avons établi la communication. Lucienne a envoyé votre rapport et a fait part de l’offre du commandant Korofky.

– Qu’est-ce qu’ils ont dit ?...

– Vous pensez bien qu’ils ont demandé à réfléchir. Ils veulent que nous nous mettions en communication avec eux, ce soir...

– À quelle heure ?...

– Neuf heures...

– Bon, vous irez encore tous les deux, Lucienne et toi pendant que je resterai avec Nadia.

– Alors, nous irons ce soir, Lionel.

– J’ai hâte de voir ce que le brigadier Jantret va décider. S’il nous donne la permission de devenir espions communistes, nous allons probablement sortir de Russie...

– Peuchère, je ne demanderais pas mieux...

– Pourquoi ?

– Je trouve ça ennuyant ici... Nous courons mille et un dangers, et nous ne pouvons pas nous défendre...

– Tu crois que la situation sera plus agréable si nous devenons espions communistes ?...

– Certainement, bonne mère, nous pourrons jouer de bons tours aux Russes.

– Détrompe-toi, Marius...

– Comment ça ?...

– Si nous devenons espions communistes, il nous faudra jouer notre rôle jusqu’au bout...

– Ah !

– Nous devrons travailler contre les nôtres, les trahir, les bafouer, les rejeter...

– Peuchère !

– Ce sera une des plus dures missions à accomplir, car nous travaillerons malgré nous, contre la bonne cause.

*

Le Brigadier Jantret, le nouveau chef du deuxième bureau français avait réuni quelques officiers.

Tous étaient installés dans le grand bureau du Brigadier.

– Messieurs, dit Jantret, si je vous ai réunis, c’est que je dois prendre une décision... une décision très grave...

Les officiers se regardèrent, surpris.

Jantret était un homme de volonté.

Ordinairement, il prenait ses décisions seul.

S’il avait convoqué ses hommes, c’était que ce devait être quelque chose d’extrêmement important.

– Vous savez que le célèbre agent secret IXE-13, est présentement en Russie.

– Oui, Brigadier.

– À date, il a fait du très beau travail. Il a réussi à établir un poste de communication avec nous, et de plus, il a inspiré confiance aux chefs militaires russes.

– C’est un bon pas, fit un Capitaine...

– De plus, il a accompli sa première mission. Maintenant, nous avons une réponse définitive. Les Russes ne possèdent pas encore la bombe atomique.

– Non ?...

– C’est vrai ?...

Le Brigadier les arrêta :

– Ils ne la possèdent pas encore, mais ils l’auront avant longtemps...

– Vous pensez ?...

– Leurs savants sont à l’étude. Ils ont eu plusieurs informations capitales, grâce à leurs espions placés en Amérique, aux États-Unis, et au Canada. Ils auront la bombe en 1946 ou 1947.

Jantret reprit :

– Donc, j’ai dit que j’avais reçu un message d’IXE-13. Savez-vous ce qu’on lui propose en Russie ?...

– Non ?...

– De devenir espion communiste. Lui et ses amis...

Il y eut un long silence.

– Évidemment, IXE-13 peut nous être fort utile en Russie. C’est pour ça que nous l’avons envoyé.

Un Capitaine demanda :

– Pourra-t-il refuser sans risquer d’éveiller les soupçons des Russes ?...

– Ce sera peut-être difficile.

– Croyez-vous qu’IXE-13 puisse être utile comme espion communiste ?...

Le Brigadier approuva :

– Oui, il le pourra. Évidemment, il faudra qu’il devienne un véritable espion communiste... Il devra travailler pour la Russie... tout en nous aidant... Il pourra nous donner des détails sur les activités des Russes, sur les principaux chefs communistes, etc...

– Oui, ça a du sens...

– Je ne pouvais prendre une décision sans vous consulter. Songez que nous perdrons durant assez longtemps, les services de nos trois meilleurs espions...

– C’est à bien y penser, fit le Colonel.

– Évidemment.

Ils discutèrent pendant près d’une heure, pesant le pour et le contre.

Enfin, le brigadier résuma :

– Voici les avantages si IXE-13 devient communiste.

– Premièrement : Il pourra sortir de Russie.

Deuxièmement : Il n’éveillera pas les soupçons des Russes.

Troisièmement : Il nous renseignera sur les principaux faits, et les intentions des Communistes.

– Maintenant, voici les désavantages, si IXE-13 accepte de devenir communiste.

Premièrement : Il travaillera en partie contre les Alliés, et nous aurons à lutter contre un bon espion.

Deuxièmement : Si nous avons des missions fort importantes à lui confier, nous ne pourrons plus compter sur lui, du moins pour un certain temps.

Il y eut un long silence.

Enfin, le Brigadier déclara :

– Je crois qu’il n’y a plus qu’une solution possible. Dire à IXE-13 de devenir espion communiste. Autrement, nous mettrions en jeu sa propre sécurité et risquerions de perdre à tout jamais notre meilleur espion.

Les officiers approuvèrent.

Un Lieutenant demanda :

– Donc, vous n’avez plus de mission à lui confier ?...

– Non... et oui. Je vais lui ordonner de nous tenir au courant, le plus souvent possible des activités des Russes. Ce sont les communistes qui lui confieront ses futures missions.

Le Colonel demanda :

– Allez-vous mettre les autres pays au courant de ce revirement temporaire ?

– Non, messieurs. Nous serons les seuls à savoir qu’IXE-13 est maintenant communiste. Nous n’avertirons ni l’Angleterre, ni le Canada. Nous dirons simplement que le Canadien est revenu de Russie.

– Mais, au Canada, on lui confiera des misions ?

– Non, car IXE-13 donnera sa démission à titre d’agent du service secret.

Ses amis également.

Une nouvelle existence s’ouvre devant lui.

L’as des espions canadiens deviendra maintenant espion communiste.
  1   2   3   4   5

similaire:

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com