Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’








télécharger 306.59 Kb.
titreSurtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’
page4/6
date de publication29.10.2016
taille306.59 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6
Ambuscade’’ (29 septembre 1934), ‘’Retreat’’ (13 octobre 1934), ‘’Raid’’ (3 novembre 1934), ‘’Drusilla’’ (avril 1935), ‘’L'invaincu’’ (14 novembre 1936), ‘’Vendée’’ (5 décembre 1936). Mais, lors de la publication en volume, il revisa ces textes (‘’Drusilla’’ fut titrée ‘’Skirmish at Sartoris’’ - ‘’L’invaincu’’ devint ‘’Riposte in tertio’’ et donna son nom au roman), et y ajouta un septième : ‘’An odor of verbena’’. L’ensemble fut :

_________________________________________________________________________________
The unvanquished

(1938)

Les invaincus”
Roman
Dans le comté de Yoknapatawpha, la guerre de Sécession est vue à travers le regard d'un adolescent, Bayard Sartoris, le fils du légendaire John Sartoris, qui est trop jeune pour pouvoir y prendre part. De ce fait, ce n'est pas l'aspect héroïque ou vraiment guerrier qui nous est montré, mais plutôt les « dommages collatéraux » : la faim, les destructions matérielles, la mort d'être chers qui se passent surtout au loin et qu'on apprend bien après. Et ce sont des femmes qui sont les personnages forts : Drusilla, tante Louisa et surtout la solide et déterminée grand-mère, Rosa Millard. Mais il y a aussi l’ami noir de Bayard, Ringo.
Commentaire
Le roman est d’abord une chronique de la guerre loin des champs de bataille et une impitoyable condamnation de la violence et de la folie des hommes indifférents à la souffrance qu'ils peuvent infliger. C’est aussi le roman de formation du jeune Bayard Sartoris.

C'est enfin un roman bien moins difficile d'accès que certaines des oeuvres plus connues de Faulkner.

_________________________________________________________________________________
En 1939, Faulkner clama à l'un de ses amis : « Bon Dieu, c’est moi le meilleur écrivain d’Amérique ! »

_________________________________________________________________________________
The wild palms

(1939)

Les palmiers sauvages”
Recueil de deux nouvelles

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
If I forget thee, Jerusalem

Si je t’oublie, Jérusalem”
Nouvelle
Harry Wilbourne, interne assez médiocre dans un hôpital de La Nouvelle-Orléans, fuit le Sud où la vengeance est la solution inéluctable à tous les conflits, et s’en détourne pour emprunter une voie pacifique. Mais il part avec Charlotte Rittenmeyer, femme mariée, indocile, genre artiste qui veut s'émanciper. Ils prennent le train, échouent à Chicago puis dans le Wisconsin. Et, comme il en vient à détruire l’objet de sa passion, leur liaison tragique se termine par la mort de Charlotte.
Commentaire
Le titre est tiré d'un psaume qui rappelle la captivité des Juifs à Babylone. Ce thème de la captivité, de la privation de liberté, littérale ou métaphorique, est central dans la nouvelle qui est l'un des plus douloureux textes que Faulkner ait écrits et où la souffrance atteint peut-être sa plus grande intensité. Harry et Charlotte, ces deux noyés de l'amour, font un voyage initiatique où ils découvrent l'impossibilité de la liberté à l'intérieur de leur amour. Ils ressemblent à Adam et Ève chassés du paradis par Dieu lui-même. Congédiés pour on ne sait quelle faute, ils errent autour d'un purgatoire urbain et finissent par atteindre, titubants, mal enchevêtrés, on ne sait quel dépotoir de fleurs pourries. Charlotte Rittenmeyer est le personnage féminin de Faulkner le plus déchirant. Dans cette nouvelle, il dévoila bien son pessimisme sur le couple.

Sa manière d'écrire y fut différente de celle qu'il a dans ses autres livres : sarcastique, heurtée, saccadée, réfractée, avec des dialogues d'une coupante sécheresse, une manière autoritaire et brusque d'enchaîner les épisodes. Il ne déroula pas sa prose : il crayonna avec rage. Pour une fois, le récit est ténu. On a sans doute là l'oeuvre dans son précipité de chagrin.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

The wild palms

Les palmiers sauvages”
Nouvelle
Un détenu (dont le nom n’est jamais révélé) lutte, avec une stoïque persévérance, contre la grande inondation du Mississippi, en 1927, pour sauver des eaux tumultueuses une femme enceinte.
Commentaire
Il y est évoqué un second avènement du Christ : «Si Jésus revenait aujourd'hui, nous devrions aussitôt le crucifier pour nous défendre, pour justifier et préserver la civilisation que nous avons créée et perfectionnée à l'image de l'homme au prix deux fois millénaire de notre labeur, de nos souffrances, de notre mort dans les cris et les blasphèmes de rage, d'impuissance et de terreur.»

Les critiques français ont accueilli ‘’Les palmiers sauvages’’ avec beaucoup plus de compréhension que les compatriotes de l'auteur.

_________________________________________________________________________________
The hamlet

(1940)

Le hameau”
Roman
Dans le Sud du temps de la guerre de Sécesion, Flem Snopes, un «pauvre Blanc» aux origines obscures mais qui est volontaire, énergique, qui est un marchand ambulant de machines à coudre, entame sa douteuse carrière et, avec sa finesse et sa fourberie, entreprend la conquête de Jefferson à partir du «Frenchman's Bend», une hameau construit sur les ruines d’une plantation qui avait été imposante. Mais le centre de gravité du livre est tenu par une créature autrement dérangeante : Eula, une Lolita du Sud qui flambe d'une sensualité innocente mais puissante, rendant fous les écoliers comme l'instituteur et les hommes mariés.
Commentaire
Dans ce livre, premier volet de la trilogie de la famille Snopes, qui est l’exacte antithèse des clans aristocratiques naguère déchus, on trouve le versant balzacien de Faulkner pour évoquer Flem Snopes, et son versant à la fois métaphorique et salace pour évoquer Eula. C’est une critique mordante des grandes prétentions du Sud d’avant la guerre de Sécession et sa chute vertigineuse après et sa reconstruction. Il y développa le mieux ses qualités de conteur brutal, utilisant toutes les ressources du cinéma : plongées, contre-plongées, montage serré, séquences en parallèle, collisions d'actions, panoramiques collectifs sur une communauté. Il s'abandonna à sa tranquille virtuosité narrative, à son art de voyeur, à sa faculté de saisir, sous l'histoire, la pure coulée du temps, d'un temps historique et d'un temps mythologique.

_________________________________________________________________________________



Go down, Moses and other stories

(1942)

Descends, Moïse”
Recueil de sept nouvelles
Commentaire
Les sept nouvelles forment un roman qui couvre plus d’un siècle de l’histoire de la famille McCaslin, examinant sa vie quotidienne pour montrer les épreuves subies et les succès remportés. Elle est dominée par le personnage et la voix unificatrice d’Isaac McCaslin, «Oncle Ike», qui devient un vieil homme, «l’oncle de la moitié d’un pays et le père de personne». Faulkner s'y attacha aux problèmes posés par les relations interfamiliales, l’opposition entre les régisseurs et les propriétaires, les héritages, l’esclavage, le mélange de races, les relations entre les humains et la nature, la disparition de la sauvagerie.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Wash"
Nouvelle
Vers 1859, McCaslin Edmonds, qui est simplement appelé «the boy» ou «Cass», vit avec ses oncles, Theophilus et Amodeus McCaslin, appelés respectivement «Uncle Buck» et «Uncle Buddy» par la plupart des personnages. On apprend que «Tomey's Turl», un esclave sur la plantation McCaslin, s’est enfui. Ce n’est pas la première fois que cela arrive, et «Uncle Buck» et «Uncle Buddy» savent où il s’en va toujours : c’est à la plantation voisine de Hubert Beauchamp pour y voir son amoureuse, une esclave nommée Tennie. Beauchamp lui-même a une soeur célibataire, Sophonsiba, qui semble sentimentalement intéressée par Buck. Forcés de rester la nuit à la plantation pour chercher «Tomey's Turl», Buck et Cass entrent par inadvertance dans la chambre de Sophonsiba, pensant que c’est la leur. La situation est exploitée par Hubert qui essaie de presser Buck d’épouser Sophonsiba. Mais il ne se laisse pas faire. Les trois hommes décident de régler cette affaire et celle de Turl en jouant une partie de poker. Si Buck perd, il épousera Sophonsiba et acceptera d’acheter Tennie afin que Turl cesse de venir la voir. Buck perd, mais, par des cajoleries, obtient d’Hubert qu’il consente à une autre partie contre Buddy pour que soit déterminé le mariage et le contrat de propriété. Les enjeux changent plusieurs fois, mais, à la fin, Buddy gagne et les McCaslin obtiennent Tennie pour rien.

«Uncle Buck» et Sophonsiba Beauchamp finalement se marient et ont pour enfant Isaac McCaslin.
Commentaire
"Wash", nouvelle proprement hilarante, sert à faire connaître les moeurs et la mentalité qui régnaient dans le Sud avant la guerre de Sécession. Quand il est question pour la première de fois de «Tomey’s Turl», quand Hubert et Buck prennent des paris sur l’endroit où il devrait apparaître, cet esclave est plus considéré comme un animal, tel un cheval, que comme une personne, alors que Faulkner révélera finalement qu’il est le demi-frère de Buck et Buddy, le fils de leur père, Lucius Quintus Carothers McCaslin, et de son esclave, Tomey. De plus, il est possible que Faulkner ait voulu suggérer que la prise de Buck au piège du mariage avec Sophonsiba est analogue à l’esclavage, bien que Buck semble l’accepter sans rien dire.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"The fire and the hearth"
Nouvelle
Plusieurs générations plus tard, Lucas Beauchamp, le fils de «Tomey's Turl» et de Tennie, vit et travaille sur la plantation McCaslin, maintenant possédée par Carothers "Roth" Edmonds, le petit-fils de McCaslin Edmonds (qui est le plus vieux cousin d’Isaac et de Lucas). Lucas trouve une pièce d’or sur la propriété et est convaincu qu’un grand trésor y est caché. D’autre part, à l’encontre de ses souhaits, sa fille est demandée en mariage par un Noir pauvre, George Wilkens. Tous deux distillent illégalement de l’alcool, et Lucas décide d’empêcher le mariage en le révélant à Roth qui prévient la police. Mais elle arrive juste au moment où Wilkens a placé de grandes cruches de whisky sous la véranda de Lucas et que sa fille cache le restant dans sa cour. Si elle ne peut témoigner contre son père en raison de leur parenté, George Wilkens le peut. En conséquence, Lucas est forcé de permettre le mariage pour empêcher Wilkens de témoigner contre lui. Lucas revient à la plantation, et d’un vendeur obtient par la ruse un détecteur de métal qui lui permettra la recherche du trésor qui est devenue pour lui une obsession, au point que sa femme demande à Roth de pouvoir divorcer. Lucas accepte d’abord, puis se rétracte au dernier moment, alléguant qu’il est trop vieux.
Commentaire
Dans cette nouvelle, Faulkner expliquait la nature des relations entre la branche noire et la branche blanche de la famille McCaslin, entre lesquelles la terre et le pouvoir sont inégalement répartis entre les descendants de Lucius Quintus Carothers McCaslin, le patriarche de la famille : les Beauchamp, la branche noire, est formée d’esclaves, même si la descendance s’est faite de mâle en mâle, tandis que les Blancs héritent de la terre et de la richesse bien qu’ils descendent de sa fille. Lucas subit particulièrement cette différence, d’autant plus qu’il est de deux générations plus proche de McCaslin que Roth, se croyant même peut-être d’un sang plus noble et pensant que sa descendance méritait plus de l’héritage originel de McCaslin. L’impuissance des Noirs fait que Lucas doit persuader Roth, un homme plus jeune que lui d’une génération et qui lui semble avoir moins de droit que lui sur la plantation Carothers, de signaler la conduite de George Wilkens.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pantaloon in black"
Nouvelle
Rider, un Noir incroyablement grand et fort qui vit sur la plantation de « Roth » Carothers McCaslin, est désespéré à la mort de sa femme. Il creuse très rapidement sa tombe. Mais, la nuit, il croit voir son fantôme. Le lendemain, il revient travailler à la scierie, mais, après avoir laissé tomber une énorme bûche le long d’une pente, il quitte le travail, achète une cruche de whisky et boit copieusement. Il se rend à l’atelier d’outillage et affronte un homme nommé Birdsong, qui, depuis des années, bernait les Noirs en jouant aux dés. Il lui coupe la gorge. Dans sa maison, le shérif, raconte à sa femme, que cela n’intéresse pas, le reste de l’histoire de Rider. Après avoir tué Birdsong, il a été pris et arrêté. En prison, il arracha la porte de sa cellule et se battit avec les autres prisonniers. Deux jours plus tard, on l’a trouvé pendu à la corde d’une cloche dans une école pour Noirs.
Commentaire
Le point de vue est important dans cette histoire. La première partie est un examen, à la troisième personne, des étapes de la montée de la rage. La seconde est, à la première personne, le récit du déroulement du triste destin de Rider, tel qu’il est vu par les yeux guère dignes de confiance d’un insensible shérif blanc qui décrit avec vivacité ce qu’il ne peut comprendre.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"The old people"

‘’Les Anciens’’
Nouvelle
Dans la forêt, Sam Fathers, le fils de Ikkemotubbe, un chef choctaw, et d’une esclave noire, apprend à chasser à Isaac McCaslin. Quand il est considéré assez âgé pour participer aux expéditions de chasse annuelles du major de Spain, du général Compson et de son vieux cousin, McCaslin Edmonds, il tue son premier cerf, et Sam Fathers l’oint rituellement avec son sang. Isaac se souvient de l’histoire de Sam Fathers ; fils de Ikkemotubbe, le chef qui vendit la terre aux Blancs et vendit aussi son fils et sa femme comme esclaves, après la mort de Jobaker, son ami choctaw, il quitta la région de Jefferson pour la grande forêt. Maintenant, il tient le camp de chasse du major de Spain et de McCaslin Edmonds.

Après qu’Isaac ait tué son cerf, le groupe est prêt à partir, quand Boon Hogganbeck survient sur une mule et déclare qu’il vient de voir un énorme mâle. Le groupe se disperse pour essayer de le tuer avant de partir. Sam conduit Isaac dans une clairière ; ils entendent le cor de Walter Ewell, et Isaac pense que le cerf a été tué. Mais l’énorme mâle descend la pente vers eux et les regarde avec gravité et dignité. Sam l’appelle «grand-père». Ils ne lui tirent pas dessus.

Cette nuit-là, McCaslin et Isaac restent chez le major de Spain, près de Jefferson, à dix-sept milles de la plantation McCaslin. Dans le lit, Isaac parle du cerf à McCaslin, et celui-ci se demande s’il ne représentait pas quelque forme d’énergie primale indomptable, qui sourd de la terre de tout le sang qui y coule et de toutes les vies qui l’absorbent. Isaac pense que McCaslin ne le croit pas, qu’il l’accuse de prétendre avoir vu un fantôme ; mais McCaslin lui affirme solennellement que lui aussi a vu le cerf, que Sam l’a conduit dans la même clairière le jour où il a tué son premier daim.
Commentaire
Les deux traits principaux de cette nouvelle sont, d’abord, le tableau des croyances d’Isaac à propos de la nature et de la terre, puis l’histoire de Sam Fathers, dont la trahison dont il a été victime de la part de son père, Ikkemotubbe, et sa subséquente vie d’esclave. Les premières leçons qu’Isaac reçoit sur la tradition de la chasse le conduisent à vivre deux moments parfaits : son onction avec le sang du cerf et sa vision du cerf géant qui est un esprit. Son acceptation de la tradition que lui a transmise Sam Fathers et qui est implicitement comprise par les autres «Anciens» du titre de la nouvelle représente une autre sorte de patrimoine, celui-là libre de toute corruption et de toute violence (à l’exception de la violence de la chasse) : le patrimoine de la tradition morale, par laquelle les valeurs sont passées d’une génération à l’autre. Comme le note McCaslin Edmonds en théorisant au sujet de l’esprit-cerf, la vie est toujours trop courte pour ceux qui la vivent et se répand toujours dans son environnement. De même que le sang et les feuilles mortes sont absorbées par la terre, les valeurs de la chasse sont absorbées par le jeune Isaac. Si l’esprit-cerf représente une manifestation concentrée de cette sorte d’énergie, il est significatif que Sam Fathers l’appelle « grand-père » ; il y a aussi un patrimoine qui passe de la nature à l’être humain.

L’histoire de Sam Fathers donne un autre exemple de déplacement culturel et un autre exemple d’un fils élevé dans un environnement autre que sa famille normale. De même que McCaslin est élevé par ses oncles et Isaac par McCaslin, Sam Fathers est élevé par sa mère et un homme qui n’est pas son père. Son père le trahit, comme Carothers McCaslin trahit Turl (le laissant être élevé comme un esclave, ne lui laissant un legs qu’après sa mort), et probablement pour la même raison : le statut de sang-mêlé de l’enfant.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"
1   2   3   4   5   6

similaire:

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ iconSurtout ‘’La nouvelle Héloïse’’, ‘’Émile’’ et ‘’Les confessions’’
«tante Suzon» qui s’installa à la maison. Livré à lui-même, Jean-Jacques put puiser sans discernement dans les romans d'amours laissés...

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ iconXxvi le prince de Ligne
«Création et rédemption» comprend les romans suivants : Le docteur mystérieux et La fille du marquis. Ces deux romans sont ici présentés...

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ iconSynthèse de nouvelles molécules à viser thérapeutiques pour les maladies...
«l’Institut de Recherche Servier, Suresnes» dans l’équipe du Dr Olivier Mirguet, Sujet : Synthèse de nouvelles molécules à viser...

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ iconLa biologie est une des sciences les plus importantes car elle est...
«poisson»), tandis que l’ornithologie étudie les oiseaux (du grec ornithos, «oiseau») et que l’entomologie s’intéresse aux insectes...

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ iconRésumé : IL s’agit d’une activité de réinvestissement dans laquelle...

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ iconMotivation : comportement affecté par un motif, une énergie et une direction
«brain reward system») sollicite ainsi des aires corticales et sous-corticales. Le cortex préfrontal (qui abrite les fonctions cognitives...

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ iconMultimédiatiser l'école ?
«nouvelles», dites multimédia, dont Internet est le fer de lance. Les initiales tice sont entrées dans les textes officiels, nous...

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ iconLittérature gréco-latine antique, on donne depuis le 19 e siècle le nom de «romans»
«romans» à un petit nombre d’œuvres en prose, dont la plus ancienne est de la fin du 1er s de notre ère, et la plus récente peut-être...

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ icon«Analyse environnementale de matériaux critiques pour les nouvelles...

Surtout les romans ‘’Tandis que j’agonise’’ et ‘’Requiem pour une nonne’’, les recueils de nouvelles ‘’Treize histoires’’ et ‘’Descends, Moïse’’ iconManettes
«théâtre» et deux «romans». Romans divers cartonnage dos cuir rouge (décolorés) + trois vols dont «l’Artiste» deux tomes de 1864...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com