«nomenclature des molécules organiques»








télécharger 111.11 Kb.
titre«nomenclature des molécules organiques»
date de publication25.10.2017
taille111.11 Kb.
typeDocumentos
c.21-bal.com > droit > Documentos
Analyse spectrale des molécules


Voir l’animation

« nomenclature des molécules organiques »

page 6 du site www.physiquepovo.com



  1. Rappels de chimie organique:


1.1. Définitions:
Un alcane est un hydrocarbure saturé à chaîne carbonée ouverte. Sa formule brute est donc : CnH2n+2
Hydrocarbure : molécule constituée uniquement d’atomes de carbone et d’hydrogène.
Saturé : toutes les liaisons chimiques entre les atomes de carbone sont des liaisons simples : chaque atome de carbone est donc lié à 4 atomes voisins
La chaîne (ou squelette) carbonée d’une molécule organique est constituée par l’enchaînement des atomes de carbone liés entre eux par des liaisons covalentes.
La chaîne carbonée est ouverte si elle n’est pas cyclique, c’est à dire si elle ne forme pas une boucle fermée.
Lorsque un au moins des atomes de carbone est lié à plus de 2 autres atomes de carbone, on dit que la chaîne carbonée est ramifiée, sinon elle est qualifiée de linéaire.
1.2. Nomenclature des alcanes linéaires:
à connaître par cœur Méthane Ethane Propane Butane Pentane Hexane

CH4 C2H6 C3H8 C4H10 C5H12 C6H14




1.3. Nomenclature des alcanes ramifiés:
* Identifier la chaîne carbonée linéaire la plus longue de la molécule : on l’appelle chaîne principale.

Le nombre d’atomes de carbone contenus dans cette chaîne détermine le nom de l’alcane
* Identifier les différentes ramifications greffées sur la chaîne principale : ce sont des groupements alkyles,

notés R , c’est à dire des alcanes ayant « perdu » un atome d’hydrogène de façon à libérer une liaison.
Leur formule générale est CnH2n+1 et leur nom dérive de celui de l’alcane correspondant en remplaçant le

suffixe « ane » par « yle » : méthyle : CH3 éthyle : CH2CH3 isopropyle : CH3CHCH3
* Numéroter les atomes de carbone de la chaîne principale en partant d’une extrémité de façon à ce que la

somme des numéros des atomes liés à un groupement alkyle soit le plus petit possible.
* Faire précéder le nom de l’alcane correspondant à la chaîne principale par les noms des différentes

ramifications alkyle, classées par ordre alphabétique.
De plus, chaque groupement alkyle doit être précédé du numéro de l’atome

de carbone de la chaîne principale qui le porte.
Exemple :  formule semi-développée du 3-éthyl 2,3-diméthyl hexane 



1.4. Formule topologique:
On ne représente pas les atomes de carbone, mais la chaîne carbonée est représentée en

zig-zag : il existe un atome de carbone à chaque extrémité de segment.

On ne représente pas non plus les atomes d’hydrogène liés aux atomes de carbone.
Les autres atomes (O, N, …) sont représentés, ainsi que les atomes d’hydrogène qui leur sont liés.
1.5. Nomenclature des alcènes:
U
ou
n alcène est un hydrocarbure à chaîne carbonée ouverte non saturé car possédant

une double liaison C=C. Sa formule brute est donc : CnH2n
Les règles de nomenclature pour un alcène sont les mêmes que pour un alcane, mais

il faut remplacer le suffixe « ane » de l’alcane par « -x-ène » où x est le numéro du

c
2-méthyl pent-2-ène

1
arbone doublement lié choisi le plus petit possible dans la chaine principale.

    1. Groupe caractéristique :


C’est un groupe d’atomes qui permet de différentier une molécule d’un alcane.
Un groupe caractéristique confère à la molécule qui le possède des propriétés chimiques particulières.
L’atome de carbone présent dans le groupe caractéristique (appelé aussi groupe fonctionnel) s’appelle de façon générale « carbone fonctionnel ».

La chaîne carbonée principale, qui donne son nom à la molécule, doit forcément contenir le carbone fonctionnel.

Cette chaîne doit être numérotée dans un sens tel que le carbone fonctionnel porte le plus petit numéro possible.


  • A
    Groupe hydroxyle
    lcools
    de formule générale ROH


Les règles de nomenclature pour un alcool sont les mêmes que pour un alcane,

m
ol(II)
ais il faut remplacer le suffixe « ane » de l’alcane par « an-x-ol »

o
4-méthyl pentan-2-ol
ù x est le numéro du carbone fonctionnel.
Un alcool est primaire, noté ol(I), si son carbone fonctionnel est lié à un seul autre atome de carbone.

Un alcool est secondaire, noté ol(II), si son carbone fonctionnel est lié à deux autres atomes de carbone.

Un alcool est tertiaire, noté ol(III), si son carbone fonctionnel est lié à trois autres atomes de carbone.



  • Acides carboxyliques de formule générale RCOH


Les règles de nomenclature sont les mêmes que précédemment, mais le suffixe est « anoïque »

et on fait précéder le nom de la molécule par « acide ». acide 2-méthyl propanoïque 
Tous les acides carboxyliques sont des acides faibles,

c’est à dire qu’ils peuvent réagir avec l’eau de façon

r
Groupe carboxylate
éversible (réaction non totale) en libérant un proton H+.

La base conjuguée est un ion carboxylate : ion 2-méthyl propanoate


O



Groupe ester



  • Esters de formule générale RCOR’



Attention ! Un ester possède 2 chaînes carbonées : la chaîne principale qui contient le carbone fonctionnel et qui donne son nom à la molécule (en remplaçant le suffixe « ane » de l’alcane de même chaîne carbonée par « anoate »), et le groupe alkyle R’ qui est lié à l’atome d’oxygène.




  • A
    H
    ldéhydes
    de formule générale RC O


Groupe carbonyle lié à un H


2-méthylbutanal

Les règles de nomenclature sont les mêmes que précédemment, mais

il faut remplacer le suffixe « ane » de l’alcane par « anal ».


  • Cétones de formule générale RC R'
    3-méthylbutan-2-one



Les règles de nomenclature sont les mêmes que précédemment, mais le suffixe

devient « an- one » dans lequel on introduit entre « an » et « one » le numéro du carbone fonctionnel.




  • Amines de formule générale RN


3-méthylbutan-2-amine


Les règles de nomenclature sont les mêmes que précédemment, mais le suffixe

devient « anamine » dans lequel on introduit entre « an » et « amine » le numéro du carbone fonctionnel.
Remarque: L'atome d'azote de l'amine peut être lui-même uni à d'autres groupements alkyle.

Le nom de l'amine est alors précédé de la mention N-alkyle


N-éthyl,méthyl-3-méthylbutan-2-amine


2



  • Amides de formule générale RC


2-méthylbutanamide


Les règles de nomenclature sont les mêmes que précédemment, mais le suffixe est « anamide »

Remarque: L'atome d'azote de l'amide peut être lui-même uni à d'autres groupements alkyle.

Le nom de l'amide est alors précédé de la mention N-alkyle


N-éthyl,méthyl-2-méthylbutanamide


1.7. Exercices :
► Donner les formules topologiques et nommer les isomères de formule brute C5H12:
Nommer les molécules ci-dessous et

entourer les groupes caractéristiques 




  1. Spectre d'absorption d'une espèce en solution:


2.1. Principe:
Lorsque de la lumière traverse une solution aqueuse d'un soluté X, elle est

en partie transmise et en partie absorbée, selon la longueur d'onde de la

lumière et la concentration C de l'espèce X.
L'absorbance A d'une espèce X en solution suit la loi de Beer-Lambert:

A = (). l . C où l est l'épaisseur de solution traversée par la lumière

() est le coefficient d'absorption molaire qui dépend de

la nature de l'espèce X et de la longueur d'onde  de la lumière utilisée.





Lorsqu'une espèce chimique n'absorbe que dans un seul domaine de longueurs d'onde du visible, sa couleur est la couleur complémentaire de celle des radiations absorbées (voir cercle chromatique ci-dessus).




MnO4-(aq)

Exemple ci-dessus: solution aqueuse de permanganate de potassium apparait de couleur ……….……. car elle

absorbe ……………… et ces 2 couleurs sont ………………….
Lorsqu'une espèce chimique absorbe dans plusieurs domaines de longueurs

d
chlorophylle
'onde du visible, sa couleur résulte de la synthèse additive des couleurs

complémentaires des radiations absorbées.

Ainsi, la chlorophylle qui absorbe dans le ……… (couleur complémentaire

du ……….…) et dans …….….… (couleur complémentaire du ………..…)

donne des solutions aqueuses de couleur ……………...


3

2.2. Spectre d'absorption de la phénolphtaléine en solution aqueuse basique:
Le spectrophotomètre permet de mesurer l'absorbance A et la transmittance T d'une solution donnée pour différentes longueurs d'onde .
Pour cela, il faut le tarer avant chaque mesure en utilisant une cuve contenant le solvant, ici l'eau.
Remarque: les chimistes ont pour habitude de caractériser une couleur non pas en indiquant sa longueur d'onde (mesurée dans le vide ou dans l'air) mais son nombre d'onde qui est l'inverse de .
Compléter le tableau ci-dessous puis tracer sur un même graphe les courbes A=f() et T=f().


 en nm














































 en cm-1














































A














































T en %

















































2.3. Pourquoi la phénolphtaléine devient-elle colorée en milieu basique ?
La structure de la plupart des molécules organiques colorées présente un grand nombre de doubles liaisons

( CC ou CO ) séparées à chaque fois par une liaison simple CC .
Exemple: molécule de carotène

Une alternance de liaisons chimiques doubles et simples s'appelle "doubles liaisons conjuguées".

Plus le nombre de doubles liaisons conjuguées est grand et plus les longueurs

d'onde absorbées sont longues, passant ainsi de l'ultraviolet au visible.

Ci-contre la phénolphtaléine est rose fuchsia en milieu basique de pH>10

mais incolore en milieu acide ou neutre.
► Représenter en rouge les liaisons chimiques qui se trouvent modifiées

en fonction de l'acidité de la solution aqueuse, qui apporte des ions H+.
► Comment expliquer le changement de teinte observé ?

4



  1. Spectroscopie infrarouge:


3.1. Principe:
Les molécules peuvent être modélisées par des masses sphériques (atomes) reliées

entre elles par des ressorts (liaisons covalentes).

Elles subissent en permanence des mouvements de vibration internes:

Quand la lumière I.R. traverse un échantillon solide, liquide ou gazeux,

certaines liaisons peuvent absorber de l'énergie (E=h.) pour changer de

fréquence de vibration, faisant ainsi apparaitre des bandes d'absorption dans le spectre.
Certains groupes d'atomes donnent des bandes d'absorption caractéristiques et spécifiques dont la position dans le spectre dépend peu du reste de la molécule.
Seules les bandes d'absorption correspondant à des nombres d'onde  supérieurs à 1400cm-1 sont utilisées pour identifier des liaisons et des groupes caractéristiques.
De façon générale, plus une liaison est forte, plus le nombre d'ondes d'absorption d'élongation  est élevé.


3.2. Bandes d'absorption caractéristiques: Exemples :



Formule développée du pent-4-ène-2-ol (liquide) :




Liaison

Formule

Bande en cm-1

Ctri  H




3000 à 3100

Ctet  H




2800 à 3000

C ═ C




1625 à 1685

Ctet  H




1415 à 1470

C  C




1000 à 1250


Quelles sont les molécules de formule C4H8O2 qui peuvent correspondre au spectre ci-dessus ? Justifier.


5

3.3. Influence de la liaison hydrogène:
La "liaison hydrogène" concerne en particulier les molécules possédant une liaison

O H ou N H comme les alcools ou les amines.

Cette liaison est polarisée et l'atome d'oxygène est porteur de 2 doublets non liants.
Il apparait alors une interaction attractive, appelée "liaison hydrogène" entre l'atome

d'hydrogène d'une molécule, porteur d'une petite charge positive, et un doublet non

liant de l'atome d'oxygène de l'autre molécule, porteur d'une petite charge négative.
L'interaction assurée par la liaison hydrogène est plus intense que les interactions

de Van der Walls, mais beaucoup moins intense qu'une liaison covalente.
Un spectre I.R. permet de détecter les liaisons hydrogène impliquant les alcools:
* en phase gazeuse, les molécules sont éloignées les unes des autres et les liaisons

hydrogène sont inexistantes: la liaison O H libre donne une bande d'absorption

étroite entre 3580 et 3670 cm-1.
* en phase liquide ou solide, la liaison O H liée donne une bande d'absorption

large entre 3200 et 3400 cm-1 qui peut masquer la précédente. Cette bande large

est d'autant plus intense que le nombre de liaisons hydrogène est important.


  1. Spectroscopie RMN du proton:




4.1. Principe:
Lorsqu'un noyau d'hydrogène (= proton) est placé dans un champ magnétique, il peut

se retrouver dans deux états d'énergie distincts, notés E1 et E2.

La différence d'énergie E entre ces deux états est proportionnelle à l'intensité du

champ magnétique imposé.
Si on envoie sur ce proton une onde électromagnétique de fréquence 0 appelée

fréquence de résonance telle que E=h.0, il peut absorber cette onde et passer

de l'état fondamental vers l'état excité. C'est le phénomène de Résonance Magnétique Nucléaire du proton.
Tous les protons d'une même molécule ne subissent pas le même champ magnétique, car celui-ci dépend de leur environnement. Leurs fréquences de résonance seront donc légèrement différentes.
On peut définir pour chaque proton un déplacement chimique δ exprimé en ppm par

rapport à une fréquence de référence qui est la fréquence de résonance des protons dans

la molécule de TMS (tetraméthylsilane) ci-contre .
Remarque: le déplacement chimique δ est représenté sur un axe horizontal orienté vers la gauche.
4.2. Analyse d'un spectre RMN:
* Des protons qui ont le même environnement dans une molécule sont

équivalents: ils ont le même déplacement chimique.
Exemple: donnez la formule développée du 1-chloro-2,2-diméthylpropane

et identifiez les groupes de protons équivalents (spectre RMN ci-contre).




* Un groupe de protons équivalents possédant n protons voisins est caractérisé

par un multiplet de n+1 pics (c’est la règle des n+1 uplets).
Attention ! Les protons des groupes OH, CO2H ou NH2 ne peuvent se

coupler avec d'autres atomes d'hydrogène: ils donnent des singulets.
* On représente aussi parfois la courbe d'intégration : La hauteur relative

des paliers indique les proportions de protons dans chaque groupe de protons

équivalents.
A
6
ppliquez cette loi au spectre du bromoéthane ci-contre:

similaire:

«nomenclature des molécules organiques» icon1 Miller a testé l’hypothèse de la formation des premières molécules...

«nomenclature des molécules organiques» iconReprésentation géométrique des molécules organiques

«nomenclature des molécules organiques» iconNomenclature de quelques familles de composés organiques

«nomenclature des molécules organiques» iconMolécules organiques présentes dans le lait … des points communs !

«nomenclature des molécules organiques» iconMolécules organiques & Santé

«nomenclature des molécules organiques» iconI. Les molécules organiques rappels

«nomenclature des molécules organiques» iconNe pas tenir compte des molécules numéros
«Rasmol» les molécules numérotées de 1 à 15 indiquer dans un tableau n°1 la formule semi-développée ainsi que la formule brute de...

«nomenclature des molécules organiques» iconV: determination des fonctions organiques

«nomenclature des molécules organiques» iconLa nomenclature des composés chimiques

«nomenclature des molécules organiques» iconLa Nomenclature des Composés Ioniques








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
c.21-bal.com